... © ScoopDyga
Actualité - 24.12.2020

Un Critérium Continental marqué Par une riche coalition étrangère

Qualita Bourbon : auteure du doublé Grand Prix de l'UET / Critérium Continental en 2008.

À quelques heures de la déclaration officielle des partants du Critérium Continental (Gr.1), Prix d’Amérique Races ZEturf Qualif #3, tout pointe vers les candidats étrangers. On retrouve en effet trois leaders scandinaves et italien dans les positions des candidats les plus argentés des engagés.

C’est tout simplement une première sur la dernière décennie et, dans tous les cas, un tel scénario ne s’est que rarement produit. Les trois engagés les plus riches du Critérium Continental sont des protagonistes étrangers, à savoir, par ordre décroissant des gains, le suédois Power (Googoo Gaagaa- 856 246 €) [photo], l’italien Alrajah One (Maharajah – 758 088 €) et un autre suédois mais d'origine italienne Aetos Kronos (Bold Eagle – 698 767 €). JAMAIS les trois plus riches du Critérium Continental n'ont été des chevaux non-français sur la dernière décennie. Et pourtant, ce constat n’est pas le fruit d’un défaut des candidatures hexagonales. On trouve en effet, toujours par ordre décroissant des gains, la plupart des fortes têtes de la promotion des 4 ans avec Green Grass (Bold Eagle – 616 800 €) et Gu d’Héripré (Coktail Jet – 504 400 €). Manquent néanmoins Gunilla d’Atout (Ready Cash – 437 650 €) et Gotland (Ready Cash – 557 700 €). La première est à cours de préparation, selon une récente déclaration de Sébastien Guarato sur Equidia, après une douleur à un pied récemment. Elle ne sera revue « que » dans les semi-classiques à venir.
Quant à Gotland, il devrait bien être en piste ce dimanche mais dans le Prix Léon Tacquet (Gr.3), pour ses débuts au trot monté sous la selle d’Eric Raffin.

5 étrangers sur 7 si on remonte la liste…
Si on passe au crible la liste des engagés par le bas, à partir des concurrents les plus riches, on trouve, après Green Grass, Axl Rose (Love You), un candidat italien riche de 567 986 €. Un cran au-dessus, c’est Gu d’Héripré qui précède Guzz Mearas (Muscle Mass), un suédois riche de 354 936 €. Bref, parmi les sept engagés les plus riches, cinq dépendent de stud-books étrangers. Voilà de quoi troubler dans le pays européen aux plus forts encouragements avec un niveau moyen d’allocations deux fois supérieur au deuxième membre européen (20 316 € contre 10 744 € pour la Suède – données UET 2019).

Un cas unique
Sur les onze dernières éditions étudiées (depuis 2009), nous trouvons sept fois un trotteur étranger ou plus dans le trio des chevaux les plus riches en lice. Mais jamais le trio le plus riche n’est composé uniquement d’étrangers. La configuration la plus avantageuse pour les « autres que français » se retrouve en 2010, l’année où avec Main Wise As, entraîné par Pierre Levesque, était le plus argenté devant Red Hot Dynamite (pour Lutfi Kolgjini). Si le premier avait remporté le Grand Prix de l’UET (Gr.1) quelques semaines plus tôt au Croisé-Laroche, il ne pourra conclure que sixième dans le Critérium Continental.
Dans l’autre sens, à l’autre bout du spectre de la représentation étrangère, il faut citer l’année 2015. Cette édition est particulière en ce qu’elle concerne la génération dorée des « B » français. Face à Billie de Montfort (alors la plus riche) et Bold Eagle, le candidat non tricolore le plus riche se trouvait être Conlight As, seulement au septième rang par les gains.
Autre année atypique : 2017. Après le forfait du transalpin Urlo dei Venti, troisième candidat le plus riche à la déclaration des partants, il fallait aller jusqu'au dixième rang pour trouver le premier trotteur étranger.

Seulement deux chevaux millionnaires depuis 2009
Deux chevaux millionnaires se sont alignés au départ du Critérium Continental depuis 2009. Il s’agit de Ready Cash en 2009 et de Billie de Montfort en 2015. Soit deux concurrents français au palmarès évidemment très largement garni à la fin de leur année de 4 ans et que l'on avait vu en piste au meilleur niveau dès l'âge de 2 ans. À noter que ni l’un ni l’autre ne prendra une allocation dans le Critérium Continental.


Comment expliquer la configuration particulière de 2020 ?
La première raison nous est fournie par le profil des trois concurrents étrangers qui dominent par les gains le champ des engagés. Ils sont tous des performers de premier plan dans leur pays respectif. Les palmarès des trois chevaux en question :
Aetos Kronos (trotteur d’origine italienne qui évolue en Suède sous la responsabilité de Jerry Riordan) : 11 vict. en 26 courses dont la Breeders Course des 3 ans 2019 (Gr.2), 2 Finales de l'E3 (Grs.1), Konung Gustaf V:s Pokal (Gr.1), 3e Svensk Derby. La monte de Jean-Michel Bazire a été déclarée sachant qu'Örjan Kihlström qui l'avait drivé dans le Grand Prix de l'UET se retrouve sur Alrajah One ;
Alrajah One (trotteur italien sous la responsabilité d’Alessandro Gocciadoro) : 10 vict. en 23 courses dont Gran Premio Unione Europea (Gr.1 – 407 000 € d'allocations totales) et le Derby (Gr.1 – 847 000 € d'allocations totales). Örjan Kihlström l'a piloté lors de ses deux dernières tentatives en Italie et lui sera encore associé ce dimanche ;
Power (suédois entraîné par Robert Bergh) : 13 vict. en 28 courses dont le GP de l'UET (Gr.1) et le très richement doté Svenskt Trav-Kriterium (Gr.1 – 4M de couronnes suédoises au gagnant soit environ 400 000 €). Il sera piloté par Robert Bergh.

Du côté des trotteurs français, la promotion des "G" ne propose pas un leader qui a tout trusté depuis ses débuts. Le club d’élite est stable mais les titres ont été plutôt répartis, empêchant l’un d’entre eux de percer véritablement par les gains. C’est ainsi que Green Grass qui compte le Critérium des Jeunes à son actif n’a ajouté "que" quatre titres de Groupe 2 depuis. Gu d’Héripré, pour sa part, affiche cinq victoires semi-classiques mais n’a jamais gagné au niveau Groupe 1, se "contentant" de premiers accessits dans deux Critériums.

Vers une revanche du Grand Prix de l’UET mais des cartes largement redistribuées
Au premier abord, le Critérium Continental 2020 se présente comme une réédition du Grand Prix de l’UET. On y retrouve en effet les quatre premiers (Power, Green Grass, Guzz Mearas et Aetos Kronos) sans oublier Gu d’Héripré, disqualifié dans le final après avoir livré un duel acharné contre Ecurie D (lui aussi disqualifié et absent dimanche prochain). Mais les cartes vont pourtant être largement redistribuées en faveur des tricolores dans le Prix d’Amérique Races ZEturf Qualif #3. D’abord par le passage de la petite piste à la grande piste. Les français y ont fait leur preuve et le changement de décor plaidera en leur crédit.
Par les lignes ensuite. Les écarts entre les différents protagonistes étaient extrêmement réduits dans le Grand Prix de l’UET avec une part prépondérante du déroulement de course dans le dénouement final. Pas sûr qu’en rejouant cette course, on n’obtienne le même classement. Green Grass et Gu d’Héripré ont, à coup sûr, les moyens de prendre leur revanche sur Power, surtout dans le contexte de la grande piste.
Concernant l’italien Alrajah One qui a signé deux victoires de Groupe 1 en octobre et novembre, il a battu par deux fois Gelati Cut (3e à chaque fois). Mais, là encore, ce dernier n’a pas eu de circonstances de courses favorables ne pouvant jamais s’exprimer à la fin. Les lignes entre eux ne pointent donc pas forcément en direction du transalpin. Et comme Green Grass, Gu d'Héripré et consorts, Gelati Cut jouera à domicile cette fois.

Doublé Grand Prix de l’UET / Critérium Continental : l’apanage des très grands
Si on prend comme référence logique le Grand Prix de l’UET, il reste à savoir quels sont les chevaux à avoir réussi le doublé UET/Critérium Continental. Ils sont peu nombreux : quatre précisément depuis 2000. Et ce quatuor a quelque chose de magique puisqu’il s’agit d’Abano As (2001), Qualita Bourbon (2008), Bold Eagle (2015) et Face Time Bourbon (2019). Soit trois vainqueurs du Prix d’Amérique et une championne qui s’y est placée à l’âge de 5 ans. Si Power réussit dans son entreprise de doublé dimanche, il faudra ensuite le regarder différemment !

A voir aussi :
...
Allegra WF et Björn Goop
l'Europe triomphe

Après les 59/1 affichés par Étonnant dans le Prix de Paris, les 36/1 de Geisha des Prés, voici les 94/1 d'Allegra WF dans ce Prix Reverdy - Prix de la Mayenne.

Lire la suite
...
Diamant de Tréabat
de son plus bel éclat

Abonné aux petites places dans les belles épreuves montées pour chevaux d'âge, Diamant de Tréabat a décroché la plus belle belle pépite de sa carrière en cette fin de meeting.

Lire la suite
...
Châtillon-sur-Chalaronne : un an après

L'hippodrome de Bel Air à Châtillon-sur-Chalaronne (Ain) ouvrira ses portes demain lundi après un an sans course. Frappée de plein fouet par le confinement l'an dernier, la Société des Courses n'avait pas souhaité rouvrir en juin à huis-clos. ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite