... © ScoopDyga
Actualité - 28.12.2020

Aux origines des Classiques Helitlopet et Gu d’Héripré

Cela faisait un moment que mon père recherchait le courant de sang des "Bellouet" et il l’a trouvé avec Harmony Blue.
Eugénie Quintin

En remportant le Prix de Vincennes et la Prix d’Amérique Races ZEturf Qualif #3 – Critérium Continental, Helitlopet et Gu d’Héripré ont inscrit un premier Groupe 1 à leur palmarès. Mais les points communs s’arrêtent là entre eux. Helitlopet offre en effet un premier titre classique à son éleveur, Jérémy Duteuil, alors que le second apporte un huitième Groupe 1 en France à la famille Quintin.

Commençons par les points communs donc. D’abord le premier grand titre pour chacun. Mais déjà les chemins qui mènent à cette première sont bien différents. Pour Helitlopet (Un Charme Fou), il s’agissait d’une découverte du grand bain. Jamais le représentant et pensionnaire de Franck Leblanc n’avait même fréquenté un Groupe avant cette tentative. En fin d’année de 3 ans, c’est concevable mais néanmoins assez rare. Tout était nouveau pour ce candidat peu expérimenté (trois tentatives préalables seulement au monté pour deux victoires et un premier accessit) dont la découverte du parcours des 2 700 mètres de la Grande Piste de Vincennes. Mais le brio de ses deux récents succès suffisaient à Franck Leblanc : « On y comptait avant le coup car tu ne gagnes pas en 1’14’’ sur les 2 200 mètres de la petite piste, en se permettant de s’arrêter à mi-ligne droite et sans même déboucher les oreilles, sans être un super cheval. » Bien vu.
Autre point commun encore entre Helitlopet et Gu d'Héripré : on peut parler d'une vraie et nette domination pour chacun d'eux. Ni Hera Landia (Ludo de Castelle) pour le premier, ni Goldy Mary (Ready Cash) pour le second n'ont pu les mettre en difficulté. Découvrons maintenant les paroles des éleveurs des deux grands vainqueurs.
Helitlopet, fruit de la collaboration entre Jérémy Duteuil et Franck Leblanc
C’est avec la génération des "A" (née en 2010) que Jérémy Duteuil et sa compagne ont commencé l’élevage, il y a donc une grosse dizaine d’années. Installés au Haras de la Gravelle, dans le Calvados, ils ont en charge une trentaine de juments, dont une dizaine pour leur propre compte, souvent en association. Jérémy Duteuil, 37 ans, a fait connaissance avec Franck Leblanc lors de sa formation à Laval (Bepa et Bac Pro CGEH) [lire plus d’informations sur le sujet dans notre précédente édition en page 2]. Et quand il a commencé l’élevage, il a mis tous les ans une poulinière au Haras d’Avireau de Franck et Pauline Leblanc. « J’ai toujours été passionné par la génétique, nous apprend le professionnel. Et quand notre structure a été assez développée, j’ai arrêté le débourrage – préentraînement pour me centrer sur l’élevage. » Pour l’année des "H", Jérémy Duteuil négocie des options d’achats sur ses poulains contre les saillies. Franck Leblanc lui propose une option avec Un Charme Fou. « Je voulais cet étalon car j’y croyais. Il possède une famille maternelle exceptionnelle : il descend de Dimitria, sa grand-mère est Ma Crown. C’est royal. C’est aussi un fils de Love You. Bref son papier est super. Et puis, je me souvenais l’avoir vu gagner à Caen quand il était encore chez Louis Baudron : il avait la faute mais avait gagné de cinquante mètres [NDLRL : il avait finalement été disqualifié après enquête pour gêne]. C’était vraiment un bon cheval. Plus tard chez Franck [Leblanc], il se raccourcissait certaines fois mais il avait un très beau geste et n’avait besoin de rien : pas d’enrênement, rien. C’était un vrai trotteur naturel. »

Quant à Luna Vroum (Vroum d’Or), la mère d’Helitlopet, Jérémy Duteuil l’a récupérée auprès de son propriétaire précédent, Jean Bernard Vivier, qui travaille avec le professionnel : « J’ai ses juments en saison pour remplir, au printemps, et la jument ne produisait pas trop chez lui. Cela n’allait pas comme il voulait et il n’a pas réussi à la vendre. On a fait une transition sur un produit (Elogieuse) et j’ai gardé ensuite la jument, contre un échange de primes à l’éleveur. Elle nous a donné ensuite Full of Gold (Neutron du Cébé), un bon cheval mais qui avait des mauvais jarrets. Il y a après Gupiter (Texas Charm), également un bon cheval chez James Lebouteiller. » Les jarrets, voilà aussi un premier talon d'Achille qui aurait bien pu changer le parcours de vie d'Helitlopet, nous a expliqué l'éleveur : « Le poulain, à 6 mois, était loin d’être parfait notamment dans un jarret. Les radios n’ont rien montré d'anormal malgré un vessigon apparent et Franck a levé l’option en mai de son année de yearling. »
Après Hélitlopet, il y a Intergalactique (Vigove), achetée par Franck Leblanc après la qualification de son frère aîné. La sœur suivante Joggeuse (Vanishing Point) a été vendue à Caen en septembre dernier pour 4 000 €. « Luna Vroum a un très beau foal d’Eros du Chêne », nous apprend encore Jérémy Duteuil.

Une recherche de vitesse pour créer Gu d’Héripré
Parlons de Gu d’Héripré maintenant. Contrairement à Helitlopet, le 4 ans avait un palmarès bien fourni et fait partie des meilleurs de sa génération depuis plus d’un an. Il comptait cinq succès semi-classiques (Groupes 2) avant son titre dominical et deux premiers accessits dans des classiques (deuxième des Critériums des 3 et 4 Ans, Grs.1). On connaît les qualités athlétiques exceptionnelles du fils de Coktail Jet, capable de produire un dernier kilomètre exceptionnel. « Tout vient de mon père qui a absolument voulu cette souche pour l'élevage », nous a rappelé Eugénie Quintin quelques minutes après le triomphe de Gu d’Héripré, en hommage à son père René disparu en mars dernier.


Ce lundi, l’éleveuse nous en dit un peu plus : « C’est mon père qui a fait le croisement. Coktail Jet, c’est évidemment un des meilleurs étalons et il était dans cette logique de la recherche des meilleurs. On voulait apporter de la vitesse et du sang américain, notamment celui de Star’s Pride. Tout ce que portait donc Coktail Jet. » Et comme un croisement s’inspire souvent d’une recette qui a marché ou qui a donné quelque chose que l’on peut creuser, Engénie Quintin nous apprend : « La grand-mère de Gu d’Héripré, Harmony Blue, avait déjà eu un produit de Coktail Jet nommé Miss Jet d’Héripré qui avait beaucoup de vitesse. Sa santé n’a pas suivi pour faire carrière mais c’était une jument vraiment vite [NDLR : Miss Jet d’Héripré n’a couru que deux fois]. »
Il s’agit du onzième Groupe 1 de l’élevage d’Héripré (huit en France et trois à l’étranger grâce à Un Mec d’Héripré). Eugénie Quintin poursuit évidemment dans toutes ses dimensions l’œuvre hippique de sa famille initiée par son père. « On parlait beaucoup de croisements ensemble et du coup je vais essayer de tenir sa ligne de conduite. Il aimait bien acheter des poulinières pour apporter du sang neuf à notre élevage et les croiser à nos étalons. On va aussi continuer dans cette voie et diversifier nos courants de sang. » Quant la lignée maternelle de Gu d’Héripré, créée à partir de l’achat de Harmony Blue, devenue d’emblée la mère de Rolling d’Héripré, il s’agissait « de récupérer le sang des "Bellouet" et la super lignée d’Hera de Bellouet. C’est une famille extraordinaire qui reproduit en permanence. C’est aussi par exemple la lignée de Royal Dream. Cela faisait un moment qu’il recherchait ce courant de sang et il l’a trouvé avec Harmony ».

La jeunesse des éleveurs comme trait d’union
Retour aux points communs entre les deux grands vainqueurs de dimanche à Vincennes. Helitlopet et Gu d’Héripré ont pour éleveurs des trentenaires. Jérémy Duteuil a 37 ans et Eugéne Quintin 39. C’est plutôt une bonne nouvelle à une période où les vocations se font plus rares que par le passé et que le renouvellement des générations de passionnés et d’acteurs pourrait devenir une des problématiques à venir des courses.

Love You 1'10''2 Coktail Jet 1'11''2
Un Charme Fou 1'12''3 Guilty Of Love 1'17''1
Ma Crown 1'14''5 Full Account 1'13''2
HELITLOPET 1'12''2 Une Crown (US) 1'19''4
Vroum d'Or 1'13''3 Lurabo 1'13''7
Luna Vroum 1'13''3 Nyptia 1'19''7
Ecidie Nodesso 1'14''7
Ines de Pommereux 1'20''9
Quouky Williams 1'14''2 Fakir du Vivier
Coktail Jet 1'11''2 Dolly Williams
Armbro Glamour (US) Super Bowl (US)
GU D'HERIPRE 1'10''1 -
Orlando Vici 1'12''7 Quadrophenio 1'13''9
Vedetta d'Heripre 1'15''2 Irlande du Nord
Harmony Blue 1'18''3 Blue Dream 1'14''9
Valse d'Or
A voir aussi :
...
Izoard Védaquais, un 3 ans toujours sans limites

Six sorties et six victoires. Izoard Védaquais (Bird Parker) est toujours invaincu au terme de son succès, en force et souplesse à la fois, dans le Prix de Gien (Gr.3). Pourtant le représentant de Philippe Allaire effectuait une ...

Lire la suite
...
Le meilleur Hédé Darling est de retour, un an après

Un an quasiment jour pour jour. Voilà le laps de temps qu'il faut remonter pour retrouver le dernier et précédent succès de Hédé Darling (Password), lauréat du Prix Caecila (Gr.3). C'était à Laval, le 13 juin 2020 ...

Lire la suite
...
Caïd Doré n'a peur de personne

Difficile de lui résister actuellement. Caïd Doré (Corot) signe ce vendredi à Nantes son troisième succès lors de ses quatre dernières sorties. Son entraîneur Bruno Marie était aux commandes comme c'est normalement le cas depuis ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite