... © Aprh
Actualité - 30.12.2020

Delmonica Jet : soeur de Coktail Jet et vraie grand-mère Noël

Hanna des Molles offre à la descendance de Delmonica Jet son septième Groupe 1 et son deuxième vainqueur de Critérium.

Avec la victoire d’Hanna des Molles dans le dernier Critérium des 3 Ans, Delmonica Jet 1’16’’ (1991-Tarass Boulba) en est à son troisième vainqueur de Groupe 1 par filles interposées. Outre « Hanna », ceux-ci se nomment Quaker Jet et Charly du Noyer. Or, tous trois sont issus de trois mères différentes. Le mérite de Delmonica Jet, authentique matrone, n’en est que plus grand. Il faut dire qu’elle est bien née, pour ne pas dire plus, n’étant autre que la sœur utérine d’un certain Coktail Jet.

L’histoire commence aux Etats-Unis, dans les années 1980. Jean-Etienne Dubois est en stage là-bas et, désireux d’acheter une pouliche d’origine américaine pour la ramener en France et la présenter à des étalons français, il acquiert, lors d’une vente, Armbro Glamour. A ce sujet, le fils cadet de Jean-Pierre Dubois expliquera, en substance : « Nous l’avions sélectionnée dans le catalogue, avec mon père, parce qu’il s’agissait d’une fille du crack Super Bowl, lui-même par le chef de race Star’s Pride, et, plus encore, parce qu’elle descendait d’Elma, une championne que mon père avait vu courir en Europe et qui l’avait impressionné. C’était du temps de Roquépine et Elma rivalisait avec elle, ayant gagné le Prix de France et l’Elitloppet, après s’être classée deuxième du Prix d’Amérique. J’ai un peu entraîné Armbro Glamour, aux Etats-Unis, avant de revenir en France avec elle, mais elle n’était pas bonne. Sans doute était-elle faite pour la reproduction. »
À son arrivée sur notre sol, Armbro Glamour aura comme premier « marié » Quouky Williams.
Avec le précoce et rapide fils de Fakir du Vivier, naîtra, d’emblée, le chef-d’œuvre d'Armbro Glamour, Coktail Jet 1’10’’. Après quoi, Jean-Etienne Dubois choisira, pour elle, Tarass Boulba 1’18’’, pour l’alliance Speedy Crown-Star’s Pride, car Tarass Boulba est un petit-fils de Speedy Crown, via Speedy Somolli, et, aussi, pour l’inbreeding sur Star’s Pride, également pointé dans le pedigree de Tarass Boulba. Et puis ce dernier a pour mère Idie, une petite-fille de Fandango, lequel a la réputation avérée de bien « croiser » avec le sang américain.

« J’ai entraîné Armbro Glamour aux Etats-Unis, avant de revenir en France, mais elle n’était pas bonne. Sans doute était-elle faite pour la reproduction. » Jean-Etienne Dubois


De cette union provient Delmonica Jet, qui, sans valoir, bien sûr, son frère aîné, n’en montra pas moins de la qualité sur la piste, gagnant six courses, pour plus de 100.000 € de gains, en monnaie transformée. Elle signa notamment quatre succès à Paris, trois à Vincennes, un à Enghien, à l’âge de 3 et 4 ans, entrant au haras à 5 ans. C’est là qu’elle devait atteindre sa plénitude.

Une authentique matrone

Delmonica Jet eut ainsi treize produits, dont douze se sont qualifiés et dix ont vaincu. Au total, sa progéniture a engrangé 1,61 million d’euros. Elle a eu trois fils étalons : le double vainqueur de Groupe 3 et placé de Groupe 2 Loulou Jet 1’13’’ (Echo – Seize victoires et 460.050 €), le semi-classique Melchior Jet 1’15’’ (Extreme Dream – Quatre victoires et 117.580 €) et le gagnant de Groupe 3 et placé de Groupe 2 Power Jet 1’11’’ (Ganymède – Onze victoires et 396.663 €).
Mais plus encore que par ses fils, c’est par ses filles que Delmonica Jet a, davantage encore, marqué le stud-book. À commencer par Jenny Jet (Dahir de Prélong), qui fut son produit initial, se qualifia et courut, mais sans pouvoir briller. Poulinière, Jenny Jet donnera huit gagnants, parmi lesquels un champion : Quaker Jet 1’09’’ (Love You), lauréat de trois Groupes 1, à savoir le Prix René Ballière, le Prix de l’Atlantique et le Grand Critérium de Vitesse de la Côte d’Azur, deux fois à l’arrivée du Prix d’Amérique, pour 1,76 million d’euros. Ornella Jet 1’18’’ (Halimède), quasi propre sœur de Power Jet, sera moins bonne compétitrice que lui, remportant seulement une petite course, sur l’hippodrome de Laon, mais elle s’épanouira à la reproduction, où on lui doit cinq vainqueurs, emmenés par le remarquable Charly du Noyer 1’10’’ (Ready Cash), autre triple gagnant de Groupe 1, à la faveur du Critérium des 3 Ans et du Critérium des 4 Ans, en France, ainsi que du Gran Premio Orsi Mangelli, en Italie. Quant à Ultimate Jet 1’13’’ (Nuage de Lait), elle fut la meilleure des trois en course, s’imposant deux fois, y compris à Vincennes, et glanant quelque 65.000 euros. Au haras, par l’entremise de sa fille, Hanna des Molles 1’12’’ (Village Mystic), elle vient d’offrir à la descendance de Delmonica Jet son septième Groupe 1, en même temps que son deuxième vainqueur du Critérium des 3 Ans.

Au total, Delmonica Jet compte treize produits dont douze sont qualifiés et dix sont vainqueurs. Sa production directe (de premier niveau) a cumulé 65 victoires en France et 1 615 694 €. En agrégeant l'ensemble de ses descendants, on arrive à 5,6 M€ de gains cumulés !

A voir aussi :
...
Harmoniously confirme à un échelon supérieur

De bons 4 ans étaient au départ du Prix du Palais-Royal, où les deux favoris He And Me (Bird Parker) et Hatha Josselyn (Charly du Noyer) se sont montrés fautifs. La sagesse, c'est l'une des principales qualités d'Harmoniously (...

Lire la suite
...
Jina de l'Ormerie, une 2 ans qui a du talent

Dans l'épreuve réservée aux pouliches de 2 ans, ce mercredi à Enghien, il y a eu un beau match final. Jina de l'Ormerie (Amiral Sacha) a su venir à bout de la la pouliche de Philippe Allaire Jélica Vé...

Lire la suite
...
Fin de carrière pour Eagle Eye Sherry

Meilleure pouliche de 3 ans suédoise l'an dernier, Eagle Eye Sherry (Bold Eagle) ne courra plus a annoncé Björn Goop son entraîneur sur son site internet. Elle a été éliminée en demi-finale de la Breeders Crown dimanche à ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite