... (© ScoopDyga)
Actualité - 01.01.2021

L'ascension de ces demoiselles

C’est une superbe course pour nous, les apprentis.
Jérémy Condette

Jeunes, passionnées et douées, Gaëlle Godard, Laura Planchenault et Charlène Callico composent le podium entièrement féminin du classement des meilleurs apprentis au trot monté en 2020. Une grande première ! Elles seront toutes les trois au départ du Prix Yvonnick Bodin, samedi, la course hommage à ce jeune homme trop vite disparu et surnommée le « Cornulier des apprentis » : le peloton sera composé autant de jeunes hommes que de jeunes femmes.

Alors que Marion Lemonnier était jusque-là la seule jeune femme à avoir remporté le titre de meilleure apprentie au monté, en 2014, le trio vainqueur composé de Gaëlle Godard, Laura Planchenault et Charlène Callico est en quelque sorte l’aboutissement d’une année 2020 où les femmes jockeys ont marqué de leur empreinte les courses. C’est une véritable razzia que les trois jeunes femmes ont opérée, remportant à elles trois 69 courses, dont une encore le dernier jour de l’année pour Charlène Callico à Vincennes avec Diamant de Larré, et totalisant plus de 580 points. Dans la foulée de Marion Lemonnier, Audrey Laroche cinquième en 2016, Lolita Balayn, troisième en 2017, Océane Briand, quatrième en 2018, et Émeline Desmigneux, deuxième en 2019, avaient réussi à tirer leur épingle mais jamais le podium de ce classement n’avait été exclusivement féminin.
Gaëlle Godard, qui s’était initialement lancée dans la filière paramédicale avant de revenir dans les courses, a effectué sa meilleure saison, avec pas moins de 29 succès en 131 courses. Salariée chez Marc Sassier, la fille de Jean-Marc Godard se classe aussi exæquo avec Benjamin Rochard à la sixième au classement de l’Étrier d’Or. Elle nous avait confié en septembre dernier à propos de sa réussite : « J’ai des bons chevaux et la confiance de mon patron. Beaucoup de paramètres entrent en jeu dans la réussite, mais il y a selon moi une part de chance et je pense que j’en ai eu aussi cette année. L’objectif premier est de garder ma première place au classement des meilleurs apprentis montés ».
Contrat rempli pour la jeune femme de 23 ans, qui devance Laura Planchenault, l’autre révélation de la saison, pour quelques points seulement. La fille d’Eddy Planchenault, interviewée il y a quelques semaines, soulignait un passage crucial qui attend les deux jeunes femmes, ainsi que Charlène Callico, ces prochaines semaines : celui chez les professionnels. Laura Planchenault totalise en effet 48 victoires contre 44 pour Charlène Callico et 43 pour Gaëlle Godard. « J’appréhende un peu ce moment, comme tous les apprentis. Mais je le vis bien, j’ai hâte d’y être. C’est toujours un moment qu’on attend lorsqu’on est apprenti. Je sais que j’ai mon père à mes côtés, c’est peut-être pour ça que je m’inquiète un peu moins que ceux qui n’ont pas de famille dans les courses », évoquait Laura Planchenault. Après son succès jeudi à Vincennes, le seizième de son année 2020, Charlène Callico passera professionnelle dans 6 victoires. « C’est l’ultime récompense de fin d’année », soulignait-elle à propos de sa troisième place au classement il y a quelques jours.
Les trois jeunes femmes ne se quittent décidément pas puisqu’elles seront toutes au départ du Prix Yvonnick Bodin samedi à Vincennes (lire en page 3).

2020 : une réussite féminine au galop aussi

Au galop 2020 fut encore plus exceptionnel pour les femmes. Jessica Marcialis est ainsi entrée dans l'Histoire des courses en devenant la première femme jockey à remporter un Groupe 1 en France, en selle sur sa pouliche Tiger Tanaka dans le Qatar Prix Marcel Boussac lors du dimanche du Qatar Prix de l'Arc de Triomphe. Marie Vélon, à 21 ans, a été sacrée pour la première fois Cravache d’Or féminine à l'issue d'une saison-record en nombre de victoires pour une femme jockey : 83 contre les 72 deux ans plus tôt pour Mickaelle Michel.
Outre-Manche, Hollie Doyle (lire notre édition du 21 décembre), a été sacrée troisième personnalité sportive de l’année en Grande-Bretagne. Elle a brisé de nombreux records. Après un retentissant coup de cinq lors d’une réunion à Windsor en août (à quelques encablures du château de la Reine), elle a été la première femme à réaliser un doublé lors du prestigieux « Champions Day » à Ascot. Plus récemment, une autre femme s’est aussi distinguée en Grande-Bretagne. A l’occasion du week-end du Boxing Day, Bryony Frost, âgée de 25 ans, est devenue la première femme à remporter le King George VI Chase (Groupe 1), l'une des courses d'obstacle les plus importantes d'Angleterre, en selle sur le sauteur d'origine française Frodon. Elle signait ce jour-là la 175ème victoire de sa carrière, devenant ainsi la femme jockey d’obstacle britannique la plus titrée.

Une représentation de la filière

Les femmes sont de plus en plus présentes dans la filière hippique. Lad, jockey, driver ou encore entraîneur, minoritaires il y a encore une décennie, elles sont désormais nombreuses à faire carrière dans le milieu des courses. Les chiffres publiés par l'AFASEC dans son Observatoire National (édition 2019) le démontrent : plus nombreuses chez les moins de 25 ans que les hommes dans la discipline du galop, elles sont, à moins de 30 ans, toutes disciplines confondues, 48,7 % à être salariées au sein d’une écurie de courses.


Le Prix Yvonnick Bodin est LA course que tout apprenti monté espère remporter. Il est vrai que quelques-uns des futurs grands de la profession l'ont inscrite à leur palmarès. Matthieu Abrivard, Nathalie Henry, Damien Bonne, Camille Levesque (deux fois), Antoine Wiels et Alexandre Abrivard sont ainsi autant de vainqueurs qui se sont tous ensuite illustrés au niveau Groupe 1. De quoi certainement donner des idées aux quatorze apprenti(e)s de cette édition 2021 qui est l'une des affiches de la réunion de samedi à Vincennes. Pour illustrer nos propos précédents sur la féminisation de la profession, le peloton est rigoureusement divisé en deux entre garçons et filles.
Les sept jeunes femmes en lice vont d'ailleurs tenter de prolonger encore une année au moins la domination de la gent féminie, puisque ce Groupe 3 a été remporté lors des sept dernières éditions par cinq apprenties : successivement Laura Gautherot, Claire Dodard-Triguel, Lolita Balyn, Delphine Besse et Océane Briand.
De loin la moins expérimentée avec seulement 59 courses disputées depuis ses débuts en septembre 2017, Mathilde Colas se retrouve associée à Brillant Madrik (Lilium Madrik), l'une des meilleures chances.
Leur première association s'est soldée par une victoire au mois de septembre alors que la jeune fille de 19 ans, originaire du Maine-et-Loire et au service de l'écurie de Laurent Abrivard depuis l'été dernier, découvrait Vincennes. Un souvenir qui restera longtemps gravé dans sa mémoire : "Quand j’ai franchi le poteau, cela a été un grand moment. Magique ! Alexandre (Abrivard) m’avait donné de bons conseils avant la course. J’ai monté mon cheval aux ordres et il a fait facilement la différence pour finir". Depuis, Mathilde Colas a recouru deux fois dans le temple du trot, terminant cinquième et deuxième.

Il est un autre jeune femme qui pourrait bien être projeté sous le feu des projecteurs. C'est Matilde Herleiksplass qui a intégré la team Bazire pour le meeting d'hiver. Première Norvégienne à s'imposer à Vincennes au printemps dernier avec Dolce Vita Phedo, elle a décidé de venir travailler en France depuis plusieurs années, ayant commencé à apparaître sur les programmes en avril 2018. Samedi, Jean-Michel Bazire lui confie Dayana Berry (Scipdion du Goutier) dont la dernière tentative dans la spécialité s'est soldée par une excellente deuxième place derrière Daida de Vandel (Real de Lou) tout en devançant Diamant de Tréabat (Kuadro Wild) qu'elle retrouve samedi et Caban Prior (Sancho Pança).

Depuis le début du meeting d'hiver de Vincennes, Jérémy Condette est l'un des apprentis les plus performants, puisqu'il s'est imposé à trois reprises, au cours du seul mois de décembre d'ailleurs. Samedi, il sera associé à Butch Cassidy (First de Retz) qu'il a déjà monté à une douzaine de reprises sans parvenir à s'imposer tout en prenant plusieurs places, y compris à Vincennes. "Ça s’est bien décanté ces dernières semaines, c’était vraiment bien, commente-t-il alors qu'il a gagné 12 courses en 2020 pour un total de 30 depuis ses débuts. J’ai souvent été deuxième ou troisième cette année. Au mois de novembre et de décembre, tout s’est bien goupillé. Il ne faut pas se plaindre. Surtout ici à Vincennes, et en professionnels. Mon patron (Eric Ledoyen) me laisse monter pour l’extérieur. Butch Cassidy sera déferré des quatre samedi, ça fait longtemps qu’on ne l’a pas vu dans cette configuration. On va voir, on va essayer de prendre un chèque. C’est une superbe course pour nous, les apprentis. Il court avec ces chevaux-là, il est capable de rivaliser. Avec lui, je rends toujours quasiment 25 mètres, et à chaque fois, je suis quand même dans l’argent."

Un frère après l'autre ?

En 2008, Oyonnax, qui remportera deux ans plus tard le Prix d'Amérique, fait sien ce Prix Yvonnick Bodin monté par Julien Grumetz. Treize ans plus tard, Maxime, son petit frère, va tenter de marcher dans ses pas en selle sur Clara du Pontseuil. En 2018, le cadet a fini quatrième avec Cathy A Quira.

PARTANTS VINCENNES - Samedi 02 Janvier
4 PRIX YVONNICK BODIN - (15H50)
Course Premium - Monté - Gr 3 - Apprentis-lads-jockeys - 80 000 € - 2 700 m
1ELISKA BERRYG. Godard
2BEST OF BOURBONC. Callico
3DELICIEUX DU CEBED4A. Andre
4BUTCH CASSIDYD4J. Condette
5BELLE LOUISE MABONB. Joseph
6DIAMANT DE TREABATK. Petitjean
7BRILLANT MADRIKD4M. Colas
8DAYANA BERRYD4M. Herleiksplass
9CLARA DU PONTSEUILDPM. Grumetz
10BALZAC DE L'ITOND4G. Lenain
11ACCORD MARJACQD4C. Gence
12CARLA DU CHATELETDAL. Planchenault
13BEAU DE GRIMOULTD4N. Perron
14ARIBO MIXD4B. Bossuet
A voir aussi :
...
Des débutantes montées
qui inspirent la méfiance

Premier rendez-vous monté labellisé Groupe pour les pouliches de 3 ans, le Prix Holly du Locton pourrait revenir à des novices sous la selle. Trois candidates titrées à l'attelé se lancent en effet ici dans le grand bain du monté.

Lire la suite
...
I Love You Nobless vs Ici C'est Paris
déjà le match 4

Le départ du Prix Édouard Marcillac s'annonce crucial. Tour à tour, I Love You Nobless (Singalo) et Ici C'est Paris (Dollar Macker) ont en effet hypothéqué leurs chances de victoire au signal. Pour gagner, il leur faudra être irré...

Lire la suite
...
Objectif transformé
pour Harvest de Bulière

Absent durant la première partie du meeting, Harvest de Bulière n'avait qu'un objectif sur la période : le Prix de Monpazier ce mercredi. Objectif transformé avec assurance.

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite