... © Aprh
Actualité - 03.01.2021

Face Time Bourbon : le roi tremble mais tient bon !

Il faut maintenant lui trouver un driver pour le Prix d’Amérique.
Sylvain Roger, à propos de Délia du Pommereux

Face Time Bourbon a remporté la Prix d’Amérique Races ZEturf Qualif #5 – Prix de Bourgogne (Gr.2). Jusque là, rien d’étonnant. Mais le vainqueur a dû puiser dans ses réserves pour s’imposer. L’épreuve se conclut sur un happy end pour beaucoup et relance simultanément le suspense qui conduit au dénouement du Prix d’Amérique.

C’est une épreuve à couteaux tirés et à lames aiguisées que nous a proposé le Prix de Bourgogne. Un bras de fer de presque mille mètres a eu lieu entre Davidson du Pont (Pacha du Pont) et Face Time Bourbon (Ready Cash). Le second a eu la course la plus exposée, à l’extérieur du premier dans le dernier kilomètre. Plus que cela même, il lui a fallu voyager toute la première partie de l’épreuve en épaisseur. Cela ne l’a pas empêché de prendre largement le meilleur dans le final sur Davidson du Pont au terme d’un dernier tournant d’anthologie. Oui, mais Face Time Bourbon n’a pourtant pas fait preuve d’une supériorité outrageante. Il est sorti vainqueur du minimum, conservant seulement quelques centimètres face à l’assaut conjugué de Vivid Wise As (Yankee Glide) et de Délia du Pommereux (Niky). Le happy end est total : le roi est couronné – mais sans faste –, des dauphins méritants et attendus décrochent leur ticket de participation au Prix d’Amérique et le prince le plus redouté, Davidson du Pont, montre enfin un visage plus digne de ses titres passés. Au global, tout cela constitue les parfaits éléments d’un scénario que remet du suspense à l’écriture du dénouement qui aura lieu dans la Legend Race.
À chaud : une obligation de réserve
Face Time Bourbon a gagné. Mais ce n’est pas suffisant pour un crack de son rang. Sur le coup, Sébastien Guarato ne cache pas une forme de réserve. Il nous déclare avec sa franchise habituelle : « La dernière fois, le cheval avait peut-être eu un peu mal aux pieds, Aujourd’hui, il était mieux mais on ne lui a pas fait de cadeau pendant le parcours. Il lui a fallu tourner en dehors de super chevaux et a été nez au vent toute la course. Il a payé son numéro à l’extérieur qui s’est révélé quand même être un handicap. Il a eu peut-être les jambes lourdes pour finir et on a eu chaud. »
Le propos est, toujours à chaud, plus enthousiaste dans la bouche de Björn Goop : « C’est super ce qu’il fait car on n’a pas eu la tâche facile. Il n'a jamais dit non et est allé jusqu'au poteau. Il veut toujours gagner. C’est toujours un rêve qui se renouvèle pour un driver d’être au sulky d’un tel cheval. Il fait toutes ses courses. Aujourd'hui, même s'il gagne de peu, il était mieux que la dernière fois et je suis sûr qu'il sera encore meilleur la prochaine fois. C'est top, on va sur le Prix d'Amérique avec les plus grandes ambitions. »

Des données Tracking très éclairantes
Sébastien Guarato a évidemment raison quand il déclare : « Il lui a fallu tourner en dehors de supers chevaux et a été nez au vent toute la course. » De fait, selon les données tracking [lire ci-dessous], Face Time Bourbon a eu un parcours que l’on peut qualifier d’exécrable par rapport aux autres principaux protagonistes de l’épreuve. Parmi les huit premiers, c’est lui a qui a parcouru le plus de distance – et souvent de loin. Il a réalisé 12 mètres (11,74 exactement) de plus que son premier dauphin Vivid Wise As, 15 de plus que Délia du Pommereux, la troisième, 8 de plus que Davidson du Pont, le quatrième. 12 mètres de plus sur 2 100 mètres, c’est 4/10e en réduction kilométrique. On comprend mieux dès lors que certains aient pu finir plus vite que lui sur les 200 derniers mètres (en 1’08’’0 pour Face Time Bourbon) : cela a été le cas principalement de Vivid Wise As (1’06’’7) et Délia du Pommereux (1’05’’7).
Voici donc des clés importantes pour tous ceux qui auraient voulu "enterrer" tout de suite le roi. Face Time Bourbon a, une nouvelle fois, réalisé une très grande performance ce dimanche, dont les écarts à l'arrivée ne rendent absolument pas compte. Et Sébastien Guarato a raison de se projeter avec optimisme cette fois quand il ajoute : « Il est meilleur en courant caché à mon avis car il a une vitesse de plus que les autres dans ce cas-là. On va pouvoir le monter dans les tours et bien préparer le Prix d'Amérique maintenant. »


Des invitations aux méritants
C’est le wagon de la corde, composé de Vivid Wise As et de Délia du Pommereux dans la montée derrière l’animateur Davidson du Pont qui s’est montré le plus productif. Les deux ont signé des fins de course ébouriffantes pour conclure sur la même ligne que le vainqueur – tous sont crédités de 1’10’’4. Les deux premiers défendent la casaque de l’Ecurie Bivans d’Antonio Somma. Son représentant en France Gaetano Pezone était évidemment ravi et nous a déclaré : « C’est magnifique pour la casaque de l’Ecurie Bivans avec les deux chevaux Face Time Bourbon et Vivid Wise As qui forment le couplé gagnant. Pour Vivid Wise As, l’important était de se qualifier. C’est fait. Pour Face Time, il fallait travailler dans le cadre de sa préparation pour le Prix d’Amérique. Il a une vraie course, dure même et sans concession, en étant à l’extérieur de Davidson du Pont. Mais il a parfaitement répondu jusqu’au bout. Vivid Wise As n’était pas à 100 % selon Alessandro Gocciadaro car il n’a pas pu travailler comme il le voulait ces derniers temps en raison de la neige. Il sera en mieux dans un mois. » Vivid Wise As devrait être le seul concurrent entraîné à l’étranger dans la Legend Race.
Malheureuse lors des deux premières qualificatives des Prix d’Amérique Races ZEturf, Délia du Pommereux décroche ici son billet pour l’Amérique à la plus grande joie de Sylvain Roger : « Je suis soulagé : on a notre qualification. Elle a vraiment super bien fini. Le fait d'avoir notre ticket va nous permettre de pouvoir préserver ses pieds. Je ne sais pas encore si elle participera au Prix de Belgique mais, si c’est le cas, ce sera pour peaufiner sa condition et elle y sera ferrée. La dernière fois, forcément, on était un peu déçus mais c’était logique car elle n’aime pas les courses avec des à-coups et quand cela démarre d'un coup. Elle est meilleure quand la course est rythmée, sélective et limpide comme aujourd’hui. Il faut maintenant lui trouver un driver pour le Prix d’Amérique. Ce ne sera pas moi. »

Davidson du Pont : entre figue et raisin
Le comportement de Davidson du Pont a été celui attendu de son réveil sportif. Le partenaire de Jean-Michel Bazire a lancé les hostilités en relayant Vivid Wise As à 1 100 mètres du but, au pied de la montée.

Davidson du Pont a ensuite tenu tête à Face Time Bourbon jusqu’à 150 mètres du but après un dernier virage sans concession. Il lui a manqué 200 mètres dans les jambes cette fois. Jean-Michel Bazire n’avait pas l’enthousiasme des grands convaincus mais plutôt le soulagement de l’artisan qui sait que le travail avance mais n’est pas terminé : « Le cheval a mieux couru que lors de ses dernières courses mais il avait encore besoin de ça aujourd'hui. Il va devoir monter là-dessus. Il nous reste deux ou trois réglages à faire et on a encore un mois pour l’affûter si on veut être compétitifs dans la belle. »

Les bonnes notes
Les bonnes notes sont nombreuses dans cette épreuve. Respectivement, cinquième, sixième et septième, Etonnant, Calina et Bahia Quesnot ont à leur actif un final très performant. Voici les déclarations de leur entourage :
■ Richard Westerink (entraîneur d’Etonnant) : « Le cheval court super aujourd'hui. Il est au top actuellement. Certes, il court " beaucoup" mais il aime ça et le montre sur la piste. Je suis très content de sa performance. »
■ Alexandre Abrivard (driver de Calina) : « C’est super. La jument finit bien. Je crois que j'étais dans le dos du futur gagnant du Prix de Cornulier [Etonnant]. »
■ Junior Guelpa (entraîneur et driver de Bahia Quesnot) : « La course n'a pas roulé assez en début de parcours. Ensuite, j’étais bloqué. Je suis satisfait de sa fin de course. C’est quand même dommage car ma jument était au top aujourd’hui. »

Histoire de chronos
1’10’’4, c’est le deuxième meilleur temps de l’épreuve, la référence étant détenue par Texas Charm lors de son succès de 2014.
■ Le concurrent qui a fait afficher la vitesse la plus élevée parmi les dix premiers classés : Délia du Pommereux : 1’03’’7
■ Les 200 mètres les plus rapides des trois premiers :
- Face Time Bourbon : 1’06’’1 (ligne d’arrivée)
- Vivid Wise As : 1’05’’5 (ligne d’arrivée)
- Délia du Pommereux : 1’04’’4 (ligne d’arrivée)

D'où vient-il ?

Dimitria 1'15'' (1969-Mario), la cinquième mère de Face Time Bourbon, fut, en son temps, une championne, dont le fils de Ready Cash 1'10'' tient beaucoup. Douée de vitesse, particulièrement à son aise sur piste plate, Dimitria sera ensuite vendue en Suède, à la même vente, "Goulandris" où Jean-Pierre Dubois acheta son futur champion, High Echelon. Après quoi, sa fille, par Speedy Crown 1'12'', Une Crown 1'19'', fit le chemin inverse... La suite est connue.

4e | PRIX AMERIQUE RACES ZETURF QUALIF 5
Att - 2100 m - Groupe 2 - 110 000 €
FACE TIME BOURBON 1'10"4
Ready Cash x Vita Bourbon (Love You)
Driver : B. Goop - Entraîneur : S. Guarato
Propriétaire : S. Bivans Srl - Eleveur : S. H. Saint Martin
2e Vivid Wise As 1'10"4
3e Delia du Pommereux 1'10"4
4e : Davidson du Pont - 5e : Etonnant - 6e : Calina (nor) - 7e : Bahia Quesnot
Indy de Vive 1'11''9 Viking's Way 1'15''6
Ready Cash 1'10''3 Tekiflore 1'19''8
Kidea 1'18''2 Extreme Dream 1'14''7
FACE TIME BOURBON 1'09''4 Doceanide du Lilas 1'16''8
Love You 1'10''2 Coktail Jet 1'11''2
Vita Bourbon 1'12''7 Guilty Of Love 1'17''1
Kamera Bourbon 1'13''7 Cezio Josselyn (US) 1'12''2
Etta Extra 1'18''0
A voir aussi :
...
Iermont : nouvelle méthode,
nouvelle victoire

On avait découvert un Iermont entreprenant, vainqueur après avoir coanimé son épreuve à Laval, le 20 février, lors de ses débuts. Cette fois, Maxime Bézier s'est évertué à le faire attendre. Cela n'a nullement changé le résultat ...

Lire la suite
...
Florian Desmigneux fait
briller Ego Turgot

Au terme d'une course menée avec beaucoup d'à-propos Florian Desmigneux mène au succès Ego Turgot (Sancho Turgot), trotteur de qualité mais pas de tous les jours.

Lire la suite
...
Godfather dans un
temps record pour un 5 ans

Labellisé course B, le Prix de Toulon a souri à l'Écurie Louis Baudron qui signe le jumelé gagnant bien que le favori Faithful soit resté en rade, disqualifié. Mais Godfather a lui brillé, faisant afficher un top-chrono.

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite