... © ScoopDyga
Actualité - 05.01.2021

Rétro 2020 : Jean-Michel Bazire toujours plus haut

Le jour où il diminuera son activité de driver (…), il sera le meilleur entraîneur français.
René Guézille

Le numéro français chez les entraîneurs en 2020 est Jean-Michel Bazire. Comme chez les drivers avec Eric Raffin [lire notre précédente édition], le professionnel a conservé son titre. Pour « JMB », il s’agit même d’un troisième titre consécutif sous la double dimension du nombre de victoires et des gains.

Jean-Michel Bazire n’a pas battu son record personnel du nombre de victoires comme entraîneur en 2020. Il a cumulé 207 titres contre 217 en 2019 dans l’hexagone (source Turfcom), son année de référence en la matière. En intégrant un succès étranger (grâce à Blé du Gers), son compteur grimpe même à 208 titres l’an dernier. Il s’agit du quatrième titre national consécutif en nombre de marques et du troisième sous l’angle des gains. L’an dernier, les gains cumulés par ses pensionnaires, en France uniquement, se sont élevés à 6 521 430 €. Sa valeur record, là encore, avait été fixée en 2019 à 7,07 M€.
Peut-on parler dès lors d’une saison dans les standards pour « JMB » sous sa casquette d’entraîneur ? Non, car les résultats bruts sont en trompe-l’œil dans une année amputée de deux mois de courses. En 2020, Jean-Michel Bazire a tout simplement crevé ses propres plafonds dans de nombreux domaines. Et l’année a été ponctuée pour le n°1 français par plusieurs moments de grande émotion comme la fin de carrière de Bélina Josselyn (Love You), qui s’est retirée sur une victoire dans le Prix de Paris (Gr.1), en février.
Un leader incontesté
D’abord, la photographie du classement français 2020 des entraîneurs [voir tableau en bas de page] fait dans la plus grande netteté. On trouve seize entraîneurs qui ont généré un chiffre d’affaires d’allocations perçues supérieur à 1,4 M€. Ce groupe de seize noms a aspiré à lui seul plus de 40 M€ (40,84 M€ exactement). Avec 6,52 M€, Jean-Michel Bazire domine largement les siens, laissant son dauphin Sébastien Guarato (4,58 M€) à quasiment 2 M€ derrière lui. C’est le même Sébastien Guarato que l’on retrouve au deuxième rang, selon les victoires cette fois, avec 178 titres contre 207 à « JMB ». La petite facétie de l’année dernière est de produire deux ex aequo ensuite, sur la troisième place du podium, Laurent Abrivard et Thierry Duvaldestin affichant 165 succès chacun.
Vainqueur selon le nombre de victoires et le cumul des gains, Jean-Michel Bazire l’est aussi en volume de gains par cheval présenté lors de la saison dernière. Chacun de ses pensionnaires a reçu en moyenne 56 708 €. C’est plus que Philippe Allaire (52 576 €) dont on sait l’efficacité dans les grands rendez-vous, classiques et semi-classiques, forcément très rémunérateurs. Après ces deux-là, il faut descendre de dizaine, à 40 248 €/cheval, pour trouver le troisième, Laurent Abrivard, lui aussi auteur d’une année exceptionnelle.

En retrait sous l’angle de l’efficacité
Il y a quand même une lecture des statistiques qui ne place pas Jean-Michel Bazire en tête : celle de l’efficacité. Avec un ratio gagnant de 21,9 %, il est précédé par le duo Thierry Duvaldestin, à 26,5 %, et Philippe Allaire, à 23,5 %, au sein du top-16 national. Les mêmes font mieux que lui si l’on s’intéresse au podium : Thierry Duvaldestin affiche un incroyable 49 % (ses pensionnaires sont grosso modo une fois sur deux dans les trois premiers) devant Philippe Allaire à 45,8 %. Mais entre eux se glisse l’effectif de Jean-Paul Marmion à 46,9 %. Jean-Michel Bazire arrive ici donc quatrième.



Sa virtuelle meilleure saison
Dans le cadre d’une année très particulière, avec deux mois de courses en moins, du 17 mars au 10 mai 2020, les statistiques élaborées par Jean-Michel Bazire doivent être réévaluées à leur juste valeur. Si on soustrait la même période de la saison 2019 (ce qui donne l'intervalle du 19 mars au 12 mai 2019 pour coller à exactement à la même séquence de jours), Jean-Michel Bazire n’aurait plus signé « que » 188 victoires en 2019 !
Son rythme de croisière était incontestablement plus élevé l’an dernier avec 4,70 succès hebdomadaires contre 4,17 en 2019. Jamais l’écurie du Sarthois n’avait été aussi prolifique. Le constat d'une saison 2020 exceptionnelle vaut aussi, logiquement, sur le plan des gains. Le rythme moyen de progression du chiffre d’affaires des seuls gains de courses s’est monté à 148 214 €/semaine en 2020 contre 135 870 € la saison précédente, pourtant celle qui fixe tous les niveaux records. Mais, en année pleine, c’est bien 2020 qui est au sommet de l’œuvre de l’entraîneur.

Une montée en puissance en parallèle de sa mutation de catch-driver à entraîneur total
Fidèle client et ami, René Guézille, dont le suffixe de Guez fait partie des fondamentaux de l’effectif Bazire, avait déclaré il y a quelques années à Province Courses : « Le jour où il diminuera son activité de driver et se consacrera encore plus à l’entraînement, il sera le meilleur entraîneur français. » C’est bel et bien fait depuis 2019 et le recul de la dimension catch-driver de Jean-Michel Bazire. Parallèlement à cette mue, les statistiques de Jean-Michel Bazire comme entraîneur ne font que progresser encore et encore. Egalement figure importante de l’univers Bazire, Sébastien Moureaux est tout à la fois : ami, éleveur-propriétaire et observateur avisé des courses. Il partage beaucoup avec JMB et avait fait le même constat il y a deux ans, dans Province Courses (n°2670 du 4 janvier 2019) : « Aujourd’hui, il a faim de grandes victoires. Dans son écurie, il a sélectionné encore plus que par le passé. La sélection en amont a été poussée d’un nouveau cran. Avant, il pouvait garder des chevaux de copains. Maintenant, il garde le top et est reparti sur les mêmes bases qu’il y a dix ou quinze ans lors de son époque bénie de Késaco Phédo, Jardy, Kazire de Guez, Jirella, etc. »

Synthèse comme entraîneur
■ Par les victoires : 1er en 2020 (207), 2019 (217), 2018 (208) et 2017 (188)
■ Par les gains : 1er en 2020 (6,52 M€), 2019 (7,07 M€) et 2018 (6,80 M€)

Ses Groupes en 2020
■ 37 victoires (43 en 2019)
■ 3 Groupes 1 : Prix de France (Davidson du Pont), Critérium des Jeunes (Havana d’Aurcy), Prix de Paris (Bélina Josselyn) ; 2e Prix d’Amérique (Davidson du Pont)
■ 10 Groupes 2 dont 3 par Cleangame, 3 par Havana d’Aurcy, 2 par Hooker Berry

Ses meilleurs pensionnaires en 2020
■ Par les gains (> 200 000 €) : Davidson du Pont (397 900 €), Dorgos de Guez (358 150 €), Bélina Josselyn (333 000 €), Hooker Berry (288 400 €), Havana d’Aurcy (219 750 €), Cleangame (218 100 €)
■ Par le nombre de victoires (> 5) : Valzer di Poggio (11), Dorgos de Guez (9), Druss de Guez (7), Ganay de Banville (6), Gamin Jaba (6), Elie de Beaufour (6)

A voir aussi :
...
Harmoniously confirme à un échelon supérieur

De bons 4 ans étaient au départ du Prix du Palais-Royal, où les deux favoris He And Me (Bird Parker) et Hatha Josselyn (Charly du Noyer) se sont montrés fautifs. La sagesse, c'est l'une des principales qualités d'Harmoniously (...

Lire la suite
...
Jina de l'Ormerie, une 2 ans qui a du talent

Dans l'épreuve réservée aux pouliches de 2 ans, ce mercredi à Enghien, il y a eu un beau match final. Jina de l'Ormerie (Amiral Sacha) a su venir à bout de la la pouliche de Philippe Allaire Jélica Vé...

Lire la suite
...
Fin de carrière pour Eagle Eye Sherry

Meilleure pouliche de 3 ans suédoise l'an dernier, Eagle Eye Sherry (Bold Eagle) ne courra plus a annoncé Björn Goop son entraîneur sur son site internet. Elle a été éliminée en demi-finale de la Breeders Crown dimanche à ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite