... © ScoopDyga
Actualité - 07.01.2021

Rétro 2020 : Mathieu Mottier bien en selle

Avec First Princess lors du dernier succès de l'année sous les couleurs familiales et son propre entraînement.

C’est le tableau annuel qui a laissé le plus d’incertitude, généré le plus de suspense. Le classement de l’Etrier d’Or a sacré en 2020 Mathieu Mottier. C’est le premier sacre du Mayennais de 28 ans. Son titre s’est joué en fin d’année, essentiellement lors des deux mois du meeting d’hiver de Vincennes.

En fait, Mathieu Mottier aura 29 ans dans quelques jours, le 18 janvier exactement. Il s’est offert l’un des plus beaux des cadeaux en mettant son nom au palmarès de l’Etrier d’Or avant même ses 30 ans et s’inscrit dans la lignée des autres vainqueurs depuis 2000 avec Matthieu Abrivard, titré pour la première fois à 23 ans, Alexandre Abrivard à 24 ans et Eric Raffin à 25 ans. Ce sont d’ailleurs ces deux derniers qui complètent le podium 2020 de l’Etrier d’Or, Mathieu Mottier affichant au 31 décembre 72 succès en 2020, devant Alexandre Abrivard, 61, et Eric Raffin, 56 (source Letrot.com).

Le dénouement s'est écrit à Vincennes
Au 28 octobre, en entrant dans le meeting d’hiver, rien n’était écrit pour Mathieu Mottier. Avec 50 titres, il précède d’une seule marque Alexandre Abrivard (49) et de neuf points Eric Raffin (41). Tout se jouera donc dans les deux derniers mois à Vincennes entre les deux premiers. Avec 15 nouvelles victoires lors des deux premiers mois du meeting (Eric Raffin fera aussi bien de son côté), le fils de Dominique et Danielle Mottier fera la différence avec Alexandre Abrivard (11 succès au monté à Vincennes jusqu’au 31 décembre). Voilà pour le scénario et dénouement final.

La concrétisation d’une progression régulière
Enfant du sérail, petit-fils de Gérard et fils de Dominique Mottier, dont le giron domanial a pour nom Lassay-les-Châteaux, dans le nord Mayenne, Mathieu est par ailleurs cousin de Charley Mottier et neveu de Catherine Mary (née Dabouis, sœur de Danielle, la mère de Mathieu), la femme de Jean-Philippe Mary. Le background est trotteur dans tous ses recoins et Mathieu Mottier a suivi, pour arriver à son titre, la trajectoire des précoces. Deux fois meilleur apprenti, lors de ses deux premières années, en 2008 et 2009, il a depuis amélioré chaque saison ses statistiques précédentes. 14e meilleur jockey en 2018 (26 victoires), il est 5e en 2019 (37) et premier l’an dernier (72). Le professionnel a évidemment mis tous ses efforts dans la course à l’Etrier d’Or l’an dernier, doublant quasiment son score de 2019 au monté. Un objectif qui s’est dessiné progressivement, en concertation avec son agent Karl Rubin. Mathieu Mottier déclare à ce propos au quotidien Le Parisien au début du meeting d’hiver : « Malgré une confortable avance en début de saison, je me disais que l'Étrier de bronze serait bien. Plus le temps passe et plus je revois mes ambitions à la hausse. Désormais, j'ai l'or en tête et je me dis que c'est jouable. Ce challenge me force à être meilleur. C'est vraiment ce qui est excitant. »

Encore un score très élevé
Comme Eric Raffin dans le volet Sulky d’Or et Combiné [lire notre édition de lundi] et de Jean-Michel Bazire dans le tableau des entraîneurs [lire notre édition de mardi], Mathieu Mottier a construit une œuvre de haut vol en 2020, injustement minorée par les vicissitudes de l’année dont le nom se déploie en cinq lettres et un nombre : Covid-19. Le jockey n’a en effet disposé que de 44 semaines – en intégrant les deux mois sans aucune course – pour monter sa marque à 72 titres. Cela le porterait en année pleine normale, sur la base de la même moyenne hebdomadaire, à 85 victoires. Il s'agirait alors du meilleur score de l’Etrier d’Or depuis 2010 à l’exception de 2018, année du triomphe de Yoann Lebourgeois avec 94 succès. Pour le reste, personne n’a dépassé le seuil des 80 marques depuis 2010 (75 en 2019 et 69 en 2017 par Alexandre Abrivard, 74 en 2016 et 67 en 2015 par Eric Raffin, 72 en 2014, 77 en 2013 et 74 en 2012 par Yoann Lebourgeois, 56 en 2011 par Eric Raffin et 71 en 2010 par Matthieu Abrivard). Evidemment, avec des « si », on mettrait Paris en bouteille mais ce point devait être éclairé.

Plus de 40 % de réussite sur le podium
Avec 20,4 % de réussite gagnante [voir toutes ces données dans le tableau de bas de page], Mathieu Mottier ne trouve qu’Alexandre Abrivard (23,5 %) pour faire mieux que lui parmi les top-5 des jockeys. Avec 40,8 % de réussite dans les trois premiers, il pointe cette fois derrière le Eric Raffin (44,7 %) et son dauphin Alexandre Abrivard (42,3 %).
Dans le top-16 des jockeys à plus de 20 victoires, seule l’apprentie Océane Briand fera mieux qu’eux avec 52,7 %.
Sous l’angle des gains, Mathieu Mottier (1,81 M€) est précédé par ses deux premiers suivants Alexandre Abrivard (2,12 M€) et Eric Raffin (1,94 M€). Le premier a été porté par les contributions de Bilibili, incluant bien sûr le Prix de Cornulier (Gr.1), le second a pu compter sur les performances de Feeling Cash. Pour l'Etrier d'Or 2020, les deux chevaux qui ont apporté beaucoup de grain à moudre durant la saison ont pour noms Gladys des Plaines (5 victoires dont le Prix du Président de la République et 222 850 €) et Evangelina Blue (2 victoires dont le Prix des Centaures et 202 500 €).

Une grande année avec les 5 ans
Au global, en fusionnant les deux disciplines, Mathieu Mottier a signé sa meilleure saison selon le nombre de victoires (132 contre 128 en 2017) mais un ton au-dessous de 2017 par les gains (3,35 M€ en 2020 contre 4,32 M€ en 2017). Là encore, il faut tout remettre en perspective avec une saison diminuée de deux mois. Ce sont deux partentaires de 5 ans, Gladys des Plaines au monté et Green Grass (3 victoires et 256 400 € de gains totaux en commun) à l’attelé, qui ont apporté le plus au professionnel.

L’année du grand saut comme entraîneur
Comment ne pas ajouter encore que 2020 a été aussi l’année du passage de l’effectif familial, sous le label Ecurie D.M. Mottier, sous le nom du seul Mathieu ? Cette nouvelle dénomination n’a visiblement pas perturbé le professionnel dans son activité de catch-driver et jockey. Avec 60 succès en 2020 comme entraîneur, il réalise une première année du même acabit que la saison précédente sous la férule officielle de Dominique Mottier (64 succès).

Nombres de victoires de Groupes en 2020
■ 13 Groupes (attelé et monté) en 2020 (6 en 2019)
■ 2 Groupes 1 au monté : Prix des Centaures avec Evangelina Blue et Prix du Président de la République avec Gladys des Plaines
■ 1 Groupe 2 au monté : Prix Philippe du Rozier avec Gladys des Plaines / 3 Groupes 2 à l’attelé avec Green Grass

Les deux dernières années
2020 : 132 victoires - 72 (monté) / 60 (attelé)
2019 : 104 victoires - 37 (monté) / 67 (attelé)

A voir aussi :
...
Iermont : nouvelle méthode,
nouvelle victoire

On avait découvert un Iermont entreprenant, vainqueur après avoir coanimé son épreuve à Laval, le 20 février, lors de ses débuts. Cette fois, Maxime Bézier s'est évertué à le faire attendre. Cela n'a nullement changé le résultat ...

Lire la suite
...
Florian Desmigneux fait
briller Ego Turgot

Au terme d'une course menée avec beaucoup d'à-propos Florian Desmigneux mène au succès Ego Turgot (Sancho Turgot), trotteur de qualité mais pas de tous les jours.

Lire la suite
...
Godfather dans un
temps record pour un 5 ans

Labellisé course B, le Prix de Toulon a souri à l'Écurie Louis Baudron qui signe le jumelé gagnant bien que le favori Faithful soit resté en rade, disqualifié. Mais Godfather a lui brillé, faisant afficher un top-chrono.

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite