... © Province Courses / Pauline Lefaucheux
Eric Raffin
Actualité - 29.05.2024

2024 ou le total show d'Eric Raffin

Le numéro 1 français Eric Raffin vient de vivre une séquence toute particulière à l’étranger. Héros du week-end suédois de l’Elitloppet, revenu avec quatre victoires (en incluant sa batterie de l’Elitloppet), il a sans doute accédé à un nouveau statut international. Mais cette réussite hors de France se double aussi d’un début de saison 2024 sur les chapeaux de roues dans l’Hexagone. Le détenteur du record national du nombre de victoires en une année (351 en 2021) est tout simplement ici sur les bases pour le battre. C’est l’année parfaite pour Eric Raffin, sur tous les plans.

Les grands succès internationaux, Eric Raffin les connaît. Il a notamment été le partenaire à l’étranger de RAPIDE LEBEL (Ginger Somolli) avec plusieurs Groupes 1 à la clé (le Saint-Michel Race, le Kymi Grand Prix, le Grand Prix de Wallonie), de DELIA DU POMMEREUX (Niky), quand elle a gagné le Paralympiatravet (Gr.1) en 2021 et, bien sûr, de FACE TIME BOURBON (Ready Cash), notamment dans son sacre tant attendu dans la Loterie (Gr.1) en 2021 encore. Un palmarès prestigieux dans lequel il manquait encore la pépite Elitloppet. Le quintuple Sulky d'Or connaissait la ferveur suédoise autour de la grande épreuve. Il y avait déjà participé, y connaissant une défaite amère en 2011, battu du minimum dans la finale avec Rapide Lebel par Brioni (Timberland). On comprend donc toute la portée de l’événement dominical pour le pilote expérimenté. Aucun effet de surprise pour lui qui avait mûrement préparé sa tentative avec le fantastique HORSY DREAM (Royal Dream).
L’exploit réussi, avec le brio que l’on sait, est d’emblée à ranger au sommet des plus grands souvenirs du driver qui a déclaré dimanche soir, après la réunion, dans le podcast Solvalla Inside #3 (à retrouver par ce LIEN) : "J’ai eu un moment fabuleux dans la ligne opposée de la finale. Quand j’ai vu que j’avais à ma main Francesco Zet, j’en ai profité pour laisser aller Horsy Dream. Ensuite, il faut vraiment être driver pour ressentir les émotions que j'ai eues dans la ligne d’arrivée. J’étais dans le noir, j’entendais le bruit et le souffle du public. J’ai vécu un moment d’exception et ça restera à jamais, jusqu’à aujourd’hui, le meilleur moment de ma carrière."

J’ai vécu dimanche un moment d’exception (...) le meilleur moment de ma carrière. (Eric Raffin)

Avec quatre victoires dimanche dont deux en amont de l’Elitloppet, Eric Raffin s’est régalé. Adepte du clapping, il en a profité : "J’ai pu faire vibrer Solvalla, j’ai un peu fait le show. Il n’y a qu’à Solvalla qu’on peut vivre de tels moments. J’ai eu la chance d’aller à droite et à gauche mais, là-bas, c’est spécial. Je l'ai déjà dit et me répète mais, si le Prix d’Amérique était au mois de juin, ce ne serait pas pareil. À Solvalla, à cette époque, tout le monde est heureux, arbore lunettes de soleil."

Je suis d’autant plus heureux que cette grande journée de Solvalla s’est faite en compagnie de ma femme et de mes enfants. Cela rehausse le côté des performances brutes. C’est le rêve. (Eric Raffin)

Cette apothéose de 2024 en Suède fait aussi écho comme son contraire parfait à 2023. Il y a douze mois, le professionnel avait annoncé ne pas vouloir driver Horsy Dream dans l’Elitloppet, ne sentant pas son partenaire dans les dispositions suffisantes pour y briller. Il avait aussi ajouté à ce sujet dans les médias : "Si on ne va pas là-bas avec le couteau entre les dents, ce n'est pas la peine." L’histoire décidera de toute façon à sa place avec un Horsy Dream qui sera forfait quelques heures après la décision d’Eric Raffin en raison d’une boiterie au paddock. Un an après, les choses ont totalement changé avec un Eric Raffin qui nous déclare dans Solvalla Inside, dimanche soir : "On avait pu voir dans le Prix de l’Atlantique qu’Horsy Dream était au top et il a été amené aux "petits oignons" pour le jour J de l’Elitlopp. Bravo à son entraîneur qui n'a pas hésité à le laisser ferré dans la batterie. On a réussi à gagner la batterie et donc choisir un bon numéro et je savais que j'allais disposer encore d'un autre Horsy Dream pour la Finale. Comme on a pu le voir, il a été éblouissant."

Un début de saison exceptionnel en France aussi

Mais il n’y a pas qu’à Solvalla qu’Eric Raffin sait faire son show. Dans l’Hexagone aussi. Il réalise un début de saison exceptionnel et ne ménage pas ses efforts dans ses déplacements. L’année 2024 se caractérise bien pour lui par une incroyable variété de sa réussite. Au 28 mai, il en est à 134 victoires en France. C’est sensiblement plus que lors des deux dernières années sur la période comparable (116 en 2023 et 112 en 2022). Il évolue tout simplement sur les bases de son année record de 2021 où il affichait 136 victoires le 28 mai.

L’envie de gagner est belle et bien toujours là. Ce n’est pas Melvin Kondritz qui va dire le contraire. L’ex-entraîneur est devenu l’agent d’Eric Raffin au début du mois de mars, succédant à Eric Fournier qui aura accompagné le pilote français numéro 1 lors de ses dernières grandes années. Melvin Kondritz nous apprend : "Tout se passe très bien avec Eric et je n’ai pas l’impression d’avoir changé quelque chose dans sa manière de faire depuis que nous travaillons ensemble. J’ai peut-être amené avec moi quelques entraîneurs que je connaissais bien, mais il n’y en a pas non plus cinquante. En fait, tout s’enchaîne bien. Pour moi, être au service du numéro 1 français, c’est de la bonne pression." Concernant la possible course au record annuel, l'agent ajoute : "On ne parle pas, pour l’instant, de record ou d’un défi à relever. On prend les choses comme elles viennent."

Parmi les raisons contextuelles sans doute favorables à Eric Raffin, il faut citer l’absence de son dauphin Alexandre Abrivard sur blessure. Dans un domaine sportif et concurrentiel comme les courses, la disparition des programmes pendant plusieurs mois du n°2 laisse de l’espace libre. Un espace dans lequel ont pu s’engouffrer de nombreux pilotes dont, bien sûr, le n°1.
S'il y a néanmoins un domaine dans lequel Eric Raffin n'affiche pas des statistiques équivalentes à certaines années, c'est sa réussite dans les Groupes 1 français. Il ne compte "qu'une" victoire cette année (le Prix de l'Atlantique avec Horsy Dream) et un accessit (sa 2ème place dans le Prix Comte Pierre de Montesson avec LOVINO BELLO).

Les repères 2024 d'Eric Raffin en France
■ 134 victoires au 28 mai (106 à l'attelé / 28 au monté)
■ 1 Groupe 1 (Prix de l'Atlantique)
■ 3 coups de 4 :
→ 21 janvier à Vincennes
→ 21 mars à Reims
→ 24 mars à Châtelaillon-La Rochelle
■ 7 coups de 3
■ 24 coups de 2
© 24h

A voir aussi :
...
Lambada du Goutier avec de la marge

Doublement étoilée par Province Courses l'hebdo lors de sa qualification au trot monté à Grosbois le 3 novembre en 1'17''5 (voir son passage ICI), Lambada du Goutier (Carat Williams) s'est jouée de ses adversaires dans le Prix Chaldaea. Trè...

Lire la suite
...
Rentré à domicile, Serge Peltier pense à son retour

Tombé lourdement dans l'ultime épreuve de la réunion de Vichy ce lundi soir au sulky de Lorenzo d'Eva (Ni Ho Ped d'Ombrée), Serge Peltier a perdu un instant connaissance avant de reprendre ses esprits. Rapidement pris en charge ...

Lire la suite
...
Les Banville prêts
pour une incroyable journée

La Journée des Champions sera exceptionnelle. Sept Groupes sont à l’affiche dont cinq Groupes 1. Les champions du moment, génération par génération, répondront à l’appel. Pour tout éleveur, se voir représenter dans ces temps ...

Lire la suite
...
Kill Bill Piya réalise une sacrée performance

Au galop derrière l'autostart, Kill Bill Piya (Fabulous Wood) perd plusieurs dizaines de mètres avant même le départ. "Il est vraiment très désagréable dans la bouche avant le départ et je crois ...

Lire la suite