... (© J.-M. Tempier)
Actualité - 12.01.2021

Yannick Desmet : « Je signe pour réaliser la même saison que 2020 »

J’ai beaucoup d’amis et mes chevaux sont maintenant dispersés chez de très nombreux entraîneurs.
Yannick Desmet, ici avec Jean-Michel Bazire

On pourrait croire à une histoire belge. Voici un homme qui demande à revivre en 2021 les mêmes plaisirs que l’an dernier, l’annus horribilis de la Covid-19. L’homme, belge forcément, a ses raisons à lui. Yannick Desmet a en effet réalisé une formidable saison sous ses différentes casquettes, principalement de propriétaire et d’entraîneur.

La casaque bleue munie d’un chevron blanc de Yannick Desmet signe un incroyable début d’année à Vincennes. Elle s’est déjà imposée cinq fois depuis le 1er janvier en seulement 9 présentations. En terme d’efficacité, le propriétaire belge est tout simplement en tête. Et derrière ces succès, il y a une particularité, comme une signature. On compte en effet quatre entraîneurs différents comme artisans des cinq succès : Thierry Duvaldestin (2 fois, avec Dusty Wood et Gitano), Jean-Michel Bazire (avec Empereur de Reux), Loïc Charbonnel (avec Gaultheria) et Yannick Desmet lui-même (avec Guerrier Castelets). Car Yannick Desmet est sur tous les fronts et tous les tableaux : propriétaire, entraîneur et même driver amateur. Ce début d’année 2021 ne fait que réaliser la continuité avec 2020 qui l’a vu finir au 37e rang des propriétaires avec 32 victoires et plus de 540 000 € de gains en France. L’homme nous déclare à ce sujet : « 2020 a été une très bonne année. Je veux bien même signer pour que 2021 soit la même. Je vais vendre cette année un peu de yearlings et de poulinières car j’en ai hérité de mon père mais je ne veux pas faire d’élevage. Je veux acheter des chevaux de courses, c’est cela qui m’intéresse. Pour moi, les chevaux, c’est surtout du plaisir. Mais il faut aussi faire attention à faire tourner la boutique. Je ne me plains pas et, si je peux réaliser une année 2021 comme 2020, je signerai tout de suite. Je fais partie des 40 premiers propriétaires français et je ne peux pas me plaindre. »

Son père, Étienne Desmet, récemment disparu et dont la casaque avait brillé il y a peu à Vincennes avec la semi-classique Désirée, lui a inculqué la passion trotteuse. Yannick nous apprend : « En Belgique, j’ai des chevaux depuis très longtemps. Mon père avait déjà des chevaux et, quand j’ai commencé à travailler avec lui, jeune, pour le plaisir, j’ai vite eu des chevaux. J’ai continué depuis. Évidemment, mon effectif s’est énormément développé. Mais j’ai toujours eu des chevaux de courses par plaisir et je drive aussi en amateurs de temps en temps pour me faire plaisir. »
Mais on n'est pas dans la simple continuité familiale car Yannick Desmet n'emprunte pas toutes les voies du père : « Mon père faisait beaucoup d’élevage mais moi je n’aime pas l’élevage. Je préfère voir mes chevaux courir. J’ai toujours préféré investir dans les chevaux de courses. »
La Belgique est devenu un terrain de jeu trop petit
Comme beaucoup de professionnels belges, l'essentiel se passe au trot aujourd'hui en France : « Il a fallu que je sorte de la Belgique pour me faire plaisir. Il y a encore de belles courses à Mons mais pas grand-chose à côté. Il fallait que je continue en France. Il faut dire que mon père avait aussi déjà des chevaux en France. »

Un homme aux différentes vies
Si Yannick Desmet exerce comme entraîneur en Belgique, avec des partants aussi en France, ce n'est pas sa seule activité professionnelle : « J’ai cinq terrains de camping en Belgique et je vends pas mal de mobile-homes. Ça, c’est mon métier de base. Pour mes chevaux, j’ai une ferme de vingt hectares en Belgique et ai également trente-cinq à quarante boxes chez moi. Je vis sur la côte belge, entre Ostende et Middelkerk, non loin de l’aéroport d’Ostende. Je suis bien, pas loin de la plage et à proximité des autoroutes. »

Propriétaire depuis 30 ans
La casaque de Yanncik Desmet a fait son apparition en France pour la première fois en 1991. Trente ans déjà. Elle revendique 251 victoires à son tableau de marque depuis (source Letrot.com).
Mais jamais le professionnel multi-cartes de 54 ans n'a autant gagné en une saison. Il a remporté 32 courses l'an dernier dans l'Hexagone, 38 si l'on ajoute les quelques victoires glanées à l'étranger (en Belgique) comptabilisées également par Letrot [voir statistiques en bas de page].
Son effectif de 2020 est conséquent : 46 trotteurs différents présentés par 14 entraîneurs. Le propriétaire achète et répartit son effectue comme il nous l’explique : « Un jour, Luc Roelens m’a emmené chez Jean-Etienne Dubois et j’ai commencé à acheter pas mal de chevaux là-bas, des yearlings. Comme Désir Castelets (Quaker Jet) qui a été un des premiers chevaux que j’ai acheté avec Luc Roelens. On est copains, Luc et moi. Récemment, j’ai acheté sept jeunes chez Bertrand de Folleville. Il m’a fait plaisir en me vendant aussi Complice. Depuis mes 18 ans, je fais la route avec des chevaux un peu partout, en France notamment. J’ai beaucoup d’amis et mes chevaux sont maintenant dispersés chez de très nombreux entraîneurs. J’en ai chez Thierry Duvaldestin, Jean-Michel Bazire, chez les « Roubaud » dans le sud, chez Pierre Vercruysse et d'autres. »

Une méthode et une organisation
Voilà comment présente sa méthode Yannick Desmet : « J’achète les poulains et je les débourre. Je fais appel à différents professionnels pour cela et pour les façonner. J’essaie de les qualifier moi-même et je travaille pour cela maintenant avec Loïc Charbonnel. Ensuite, une fois qu’ils sont bien façonnés, je les reprends à la maison pour leur donner un peu de repos et après je les mets « de gauche et de droite » chez des grands entraîneurs. Voilà ma méthode. Je répartis mon effectif chez les entraîneurs et garde une bonne trentaine de chevaux à la maison. J’ai cinq personnes chez moi qui travaillent tous les jours dans les chevaux. J’ai une vingtaine d’ouvriers au total et tout le reste travaille dans les campings. »
Tous les jours au contact des chevaux
La double vie d’entrepreneur et de professionnel des courses de Yannick Desmet s’organise autour des chevaux d’abord. Il nous apprend : « Le matin, je me lève toujours entre cinq et six heures. Je regarde d’abord le tableau des programmes de travail des chevaux. Je vérifie ensuite ça avec Laëtitia [Delbouve] ma responsable d’écurie. C’est notamment la nounou de Désir Castelets. A propos de Désir, je dois aussi remercier M. Aebischer qui l’a réparé. Autrement, il n’aurait plus vu de champ de courses. Ensuite, on regarde si la mer est basse. Si c’est le cas, on va à la mer. Je prends un ou deux chevaux. Tous les matins, je suis en contact avec les chevaux. »

Comme driver amateur aussi
L’an dernier, Yannick Desmet s’est imposé quatre fois en France dans les rangs des amateurs. Il compte à ce jour une victoire à Vincennes. C’était en 2019 avec Di Maggio : « Pierrot Vercruysse m’avait fait le plaisir de me permettre de gagner à Vincennes l’an dernier à Vincennes. Actuellement, j’ai quelques chevaux d’amateur intéressants. Je suis en train de préparer gentiment Ferry Jet. Il est de nouveau opérationnel après que M. Aebischer l’a soigné. Je pense qu’on va le revoir en courses bientôt. Il ne travaille pour l’instant qu’à la plage, il ne voit pas une piste. Je pense le requalifier en février si tout se passe bien. J’espère ensuite avec lui me qualifier dans le Grand National des Amateurs. Une fois que cela sera fait, les drivers pourront faire leur boulot avec lui. »

Lover Boy : une exception heureuse
Alors que Yannick Desmet reconnaît ne pas aimer l’élevage, c’est avec un élève maison qu’il a connu parmi ses plus grands succès : « Je le possède avec Marc de Soete. C’est le seul cheval que j’ai élevé ! (rires) Il est sur la touche car il a été malade mais il revient bien. On sent qu’il est souple. On ne veut pas brûler les étapes. Il est attelé tous les jours, il va à la plage, on fait tout ce qu’il faut pour le retrouver au mieux. On va sûrement le remettre chez Philippe [Allaire]. »

Des chevaux également en association
Tous les chevaux de Yannick Desmet ne courent pas sous ses couleurs. Le professionnel en a aussi en association, notamment avec Marc de Soete et Patrick Bauffe. Il nous a dit sur ce sujet : « Quand mon cheval est dans les cinq premiers, je suis déjà heureux. J’aime bien aussi avoir des chevaux avec des amis comme Glorious Storm que je partage avec mon copain de la fédération belge des courses Marc de Soete. J’ai actuellement une pouliche belge en association, une sœur de Lover Boy, qui est chez Sébastien Guarato [Ophelie Oasis par Brid Parker]. Elle a couru trois fois en Belgique pour une victoire et deux deuxièmes places. J’ai des chevaux pour l’avenir comme quelques « I » que je prépare gentiment avant de les envoyer chez des entraîneurs en France. Il y aussi une bonne pouliche de 4 ans, Hola Jet (Singalo), qui vient de bien se qualifier chez Loïc Charbonnel. C’est une sœur de Ferry Jet (Uriel Speed – 74 250 € de gains), on prend notre temps avec elle car elle est grande et n’est pas encore venue mais je pense que cela sera une toute bonne jument. »

Quelques noms à suivre
Au jeu des chevaux à suivre, voici une liste non exhaustive :
It’s Day (Coktail Jet)
Invictus Mencourt (Uriel Speed)
Invictus One (Alto de Viette), le propre-frère de Heartbreaker One
Vincent Ferm (Mago d’Amore) acheté il y a trois semaines
Empereur de Reux (Scipion du Goutier)
Gently de Muze (Perlando)
Hairos du Menil (Coktail Jet)

A voir aussi :
...
Faithful, le coeur cagnois

Il y a des affinités qui ne se démentent jamais. De celles qui resurgissent encore et toujours. Faithful (Village Mystic) a des affinités avec l'hippodrome de la Côte d'Azur, c'est sûr. Lauréat de deux é...

Lire la suite
...
Instinct Saint Bar était intouchable

La présence de l'invaincu Intouchable (Prodigious), titulaire de quatre victoires dont la dernière à Vincennes, écrasait le reste du champ dans le Prix du Bistrot de Mémé. Les réserves émises avant coup par son driver Matthieu Abrivard, ...

Lire la suite
...
Aix-les-Bains a lancé son meeting estival ce lundi

Certains ne manqueraient son meeting pour rien au monde. La société des courses d'Aix-les-Bains a lancé, ce lundi, sa séquence de réunions de trot après celle consacrée au galop en juin et juillet. Au total, ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite