...
Actualité - 16.01.2021

Quand la Covid-19 bouscule à nouveau les courses

La Covid-19 encore et toujours. C’est la crise sanitaire qui fait l’actualité du trot ce vendredi. Les nouvelles règles gouvernementales de gestion de la pandémie, dévoilées hier par le premier ministre, fixe un couvre-feu national à 18 heures. Les organisateurs des deux sociétés-mères ont dû modifier en conséquence les horaires des réunions hexagonales. Par ailleurs, l'entrée en vigueur d'un nouveau protocole sanitaire au trot, pour les drivers et jockeys, a entraîné dès ce vendredi le remplacement des programmes du week-end de David Thomain et Franck Nivard.

L’épidémie de la Covid-19 a été l'acteur principal de nouveaux bouleversements organisationnels du monde hippique. Conséquence directe des nouvelles contraintes d'un couvre-feu généralisé à 18 heures sur l’ensemble du territoire, LeTROT et France Galop ont remanié les horaires des réunions de la semaine prochaine. Celles-ci vont commencer plus tôt et les temps d’inter-courses seront réduits pour faire entrer le « pied dans la chaussure » et permettre de s'inscrire dans le cadre de la limite journalière à 18 heures.
Pour le trot, s'est aussi ouvert ce vendredi un autre volet : celui de l'indisponibilité forcée de certains pilotes. Il s’agit du résultat direct des nouvelles mesures sanitaires [lire notre édition du 13 janvier]. L’obligation faîte aux drivers et jockeys de présenter à partir de dimanche un test négatif à la Covid-19, de type RT-PCR ou antigénique rapide sur un prélèvement nasopharyngé, désigne deux premiers professionnels touchés. Les catch-drivers et jockeys David Thomain et Franck Nivard ont en effet déclaré des tests positifs à la Covid-19 et se retirent des pelotons. Leurs agents respectifs nous ont confirmé qu'ils se sentaient en bonne forme et se retrouvent tous les deux dans la situation de porteurs asymptomatiques.
David Thomain et Franck Nivard seront absents le week-end prochain. Cela entraîne évidemment, par un jeu de cascade, plusieurs changements de montes lors des prochaines réunions parisiennes. Nicolas Ensch récupère les drives de Franck Nivard pour l’entraîneur Philippe Billard, dont Gu d’Héripré dans le Prix de Croix (Gr.2), samedi, et Idéal Ligneries dans le Prix Maurice de Gheest (Gr.2) dimanche. De son côté, Philippe Allaire a remplacé David Thomain par David Bekaert sur le sulky de Feliciano dans la Qualif #6 des Prix d'Amérique Races ZEturf (Gr.2), par Pierre Vercruysse sur celui d'Italiano Véro dans le Prix Maurice de Gheest (Gr.2) et par Anthony Barrier sur Hatchet Man dans le Prix de Ribérac (Gr.3).

David Thomain et Franck Nivard : deux cas asymptomatiques
David Thomain comme Franck Nivard vont bien, étant entendu qu'ils ne connaissent aucun symptôme particulier pouvant être lié à la Covid-19. « Franck va bien, nous a appris son agent Edith Dutertre. Comme il était à pied pendant une semaine [jusqu’au vendredi 22 janvier], il a fait son test hier et a eu son résultat positif ce matin [lire vendredi]. C’est une surprise car il n’a pas de symptômes. Les services de la SECF lui ont demandé d’être à l’isolement pendant une semaine avant de refaire un test. » A pied jusqu'à vendredi prochain, Franck Nivard n'avait la possiblité que de participer aux Groupes d'ici là. L'interdiction liée à un test positif à la Covid-19 est elle bien sûr totale puisqu'il s'agit d'abord d'une question de santé : de soi et des autres.




Un vivier de professionnels réduit
Le panel des pilotes de premier plan est réduit. Que plusieurs d’entre eux soient touchés par la Covid peut bouleverser la donne. Bien sûr, on trouvera des remplaçants – et ce peut être l'occasion pour d’autres professionnels de saisir des opportunités – mais avec des expériences et des automatismes différents en particulier à Vincennes, en plein cœur du meeting.

David Thomain sera remplacé par David Bekaert dimanche au sulky de Feliciano.

© ScoopDyga

La problématique du retour dans le circuit
Comment va s’effectuer le retour à la compétition des professionnels testés positifs à la Covid ? Il leur faudra d’abord respecter une période d’isolement d’une semaine, comme cela est le cas des consignes diffusées auprès du grand public. Ensuite, il leur faudra se soumettre à un nouveau test à la Covid-19, de type RT-PCR ou antigénique rapide sur un prélèvement nasopharyngé. Si celui-ci est toujours positif, cela veut dire qu’ils sont toujours porteurs du virus. La séquence d’isolement continue donc. S’il est négatif, la société-mère devra leur donner son feu vert pour leur retour en piste. Les problématiques de délais de test (les résultats du test RT-PCR effectués en laboratoire peuvent demander dans certains contextes 24 à 48 heures) ne sont plus aujourd'hui un obstacle dès lors que le test antigénique rapide sur un prélèvement nasopharyngé peut être réalisé chez un large panel d'intervenants (infirmiers, laborantins, pharmaciens, médecins, étudiants, kinésithérapeutes). En revanche, seuls les médecins, infirmiers et pharmaciens sont habilités à interpréter le résultat et à le délivrer au patient.

Quelles conséquences pour les grandes échéances ?
En fonction des délais de positivité, mieux vaut se faire tester le plus rapidement possible. Un professionnel testé positif aujourd'hui pourra réintégrer le circuit dans une semaine, au terme de sa semaine de quarantaine, à condition que son nouveau test soit négatif. Et il pourra donc participer au weed-end du Prix de Cornulier. Mais, si la même personne ne se fait tester positivement que lundi ou mardi prochain, elle sera bien sur la touche lors du week-end suivant. Il existe donc bien des risques pour certains professionnels de se retrouver exclus des deux grands week-ends à venir, celui du Prix de Cornulier et du Prix d'Amérique, si le timing de leurs tests n'est pas étudié au mieux. Sans compter que la validité des tests (négatifs) est de dix jours. La course aux drivers et jockeys pourrait devenir un sujet de préoccupation pour certains entraîneurs dans les prochaines semaines, en particulier au moment des échéances du plus haut niveau.

Horaires des réunions de courses avancés mais Quinté+ maintenu à son heure habituelle
Les organisateurs des courses françaises, LeTROT, France Galop et la Fédération Nationale des Courses Hippiques (FNCH), ont informé ce vendredi que l'ensemble des réunions nationales serait avancé d'environ trente minutes pour terminer plus tôt et intégrer au mieux les contraintes du couvre-feu national fixé à 18 heures lors des dernières annonces gouvernementales. L’horaire de la course support évènement est inchangé. Dans leur communiqué commun, les sociétés-mères précisent : « L’Institution des Courses Hippiques adapte les horaires des courses afin de protéger son activité économique. (...) Ces mesures permettent l’exposition du programme au plus grand nombre de parieurs hippiques. Elles démontrent, une fois de plus, la capacité des acteurs professionnels et des sociétés de courses à s’adapter et à maintenir leur activité dans le plus strict respect des consignes sanitaires. » Retrouvez l'intégralité du communiqué par ce lien. En complément à ce communiqué, France Galop a tweeté dans l'après-midi : « Toutes les réunions de courses au galop comme au @LeTrot seront avancées à partir de lundi prochain pour pouvoir prendre fin avant le couvre-feu de 18H. »


D'autres conséquences du couvre-feu à 18 heures
■ La diminution des durées entre les courses va impacter l’organisation des échauffements et heats. Les professionnels les plus sollicités auront sans doute du mal à répondre à toutes les demandes dans les nouveaux délais impartis. Certains partants pourraient ne pas entrer en piste selon leur rituel d'échauffement d'avant-course habituel.
■ Les ventes du Prix d’Amérique d’Arqana Trot, organisées à Deauville, les 28 et 29 janvier prochains voient leurs horaires avancés à 11 heures, contre 13 heures initialement.
© ScoopDyga
Franck Nivard laissera sa place à Nicolas Ensch samedi sur le sulky de Gu d'Héripré, dans le Prix de Croix - © ScoopDyga

A voir aussi :
...
Express de l'Iton transforme en victoire son engagement en or

À 340€ du plafond des gains, présenté avec un émoji vert, Express de l'Iton (Echo) a su transformer ce superbe engagement en victoire dans le Prix de Vittel. Le jour de l'anniversaire de Patrick Terry son entraîneur, il y a ...

Lire la suite
...
Jean-Michel Bazire lance son week-end

On a beau avoir vingt Sulky d'Or à son palmarès, avoir gagné toutes les plus grandes courses de Vincennes, à commencer le Prix d'Amérique Legend Race à quatre reprises, terminer régulièrement tête de liste du meeting d'hiver de ...

Lire la suite
...
Première au monté pour un fils
de Muscle Hill à Vincennes

En ce début de week-end de Prix d'Amérique Legend Race, l'étalon américain Muscle Hill enregistre son premier gagnant en France au trot monté avec Invader Am, entraîné depuis quelques mois par Laurent Abrivard. Chez ce ...

Lire la suite
...
Beads dans le "Luxebourg",
c'est l'Amérique !

Acteur en vue du meeting d'hiver mais finalement passé à côté d'une qualification dans le Prix d'Amérique Legend Race, Beads (Archangel) gagne sa course de prestige, laquelle joue en plein son rôle historique de consolante : le Prix du ...

Lire la suite