... (© APRH)
Résultat de course - 15.01.2021

Ici c'est Paris marque son territoire

Avec ses allures, il peine encore moins que sur la petite piste.
Christopher Corbineau

Dans la génération née en 2017, Ici C'est Paris semble avoir beaucoup d'atouts pour en devenir le chef de file sous la selle. La nouvelle victoire du représentant de Philippe Allaire, la deuxième de suite à Vincennes, la troisième depuis ses débuts, en apporte une preuve supplémentaire.

Déjà lors du précédent succès de ce fils de Dollar Macker, pour son premier essai sur la grande piste de Vincennes, Christopher Corbineau avait tenu des propos très élogieux à son sujet : "Je n'ai jamais monté un poulain de ce calibre à cet âge-là". Quand bien même l'écart à l'arrivée n'est pas grand avec son dauphin Isildur Paulois (Scipion du Goutier), le jugement est certainement renforcé à l'issue du premier test sur le parcours classique de Vincennes. "Oui, c’était un peu le juge de paix aujourd’hui (lire vendredi) mais on n’avait pas trop d’inquiétudes quand même, réagit le jockey vainqueur. Avec ses allures, il peine encore moins que sur la petite piste. Il est bien sur la main comme on aime les avoir. Dans la montée, je voyais bien que je ramenais facilement le poulain de Jean-Yann Ricart, lequel, sur la petite piste la dernière fois, avait eu le même parcours et les avait croisés quand il était sorti. Mais le mien n’était pas en route et je sais qu’il fait le strict minimum."
Quand son rival est venu à sa hanche au début de la ligne droite, Ici C'est Paris s'est parfaitement relancé pour le contenir avec assurance jusqu'au passage du poteau. "Je n’ai pas eu à ouvrir les mains, poursuit Christopher Corbineau. Pour l’instant, il ne s'en fait pas plus que cela et c’est très bien comme cela. Il s’économise. Il a de la maniabilité et un moteur, ce qui me permet d’éviter de prendre des coups. Il est complet. Plus il travaille monté, plus il va aux courses, mieux il est ! Il adore être monté." Ce n'est pas forcément une bonne nouvelle pour ses adversaires.

D'où vient-il ?

Elevé par son mentor et propriétaire, Philippe Allaire, Ici C'est Paris est le deuxième produit, par le champion pluridisciplinaire Dollar Macker 1'11'' m., mais le premier vainqueur de Blue Valentine 1'16'', gagnante de trois courses, à 3 et 4 ans, puis entrée au haras de bonne heure. Blue Valentine est de grande naissance, étant non seulement par Ready Cash 1'10'', mais ayant pour mère une fille de Love You 1'10'' et de la toute bonne Fine Perle 1'16'' (1993-Marpheulin), lauréate du Prix des Elites et du Saint-Léger des Trotteurs, en prélude à son frère utérin, Gai Brillant 1'14'' (Podosis), qui y ajouté les Prix d'Essai, de Vincennes, des Centaures et du Président de la République, atteignant, en monnaie transformée, le million d'euros de gains.

3e | PRIX DE BOLLENE
M - 2700 m - Course B - 36 000 €
ICI C'EST PARIS 1'16"1
Dollar Macker x Blue Valentine (Ready Cash)
Jockey : C. Corbineau - Entraîneur : P. Allaire
Propriétaire : P. Allaire - Eleveur : P. Allaire
2e Isildur Paulois 1'16"1
3e I Love You Nobless 1'16"2
4e : Izard des Agets - 5e : In The Top - 6e : Ibra du Loisir - 7e : Indice Deladou
A voir aussi :
...
Des débutantes montées
qui inspirent la méfiance

Premier rendez-vous monté labellisé Groupe pour les pouliches de 3 ans, le Prix Holly du Locton pourrait revenir à des novices sous la selle. Trois candidates titrées à l'attelé se lancent en effet ici dans le grand bain du monté.

Lire la suite
...
I Love You Nobless vs Ici C'est Paris
déjà le match 4

Le départ du Prix Édouard Marcillac s'annonce crucial. Tour à tour, I Love You Nobless (Singalo) et Ici C'est Paris (Dollar Macker) ont en effet hypothéqué leurs chances de victoire au signal. Pour gagner, il leur faudra être irré...

Lire la suite
...
Objectif transformé
pour Harvest de Bulière

Absent durant la première partie du meeting, Harvest de Bulière n'avait qu'un objectif sur la période : le Prix de Monpazier ce mercredi. Objectif transformé avec assurance.

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite