... © ScoopDyga
Actualité - 18.01.2021

Spécial Cornulier : portraits de Gladys, Bahia et Flicka

Elle est bien, fraîche, avec de l’envie.
Junior Guelpa

C’est la grande semaine du Prix de Cornulier. On est entré dans le money time du championnat français du monté, la plus grande épreuve mondiale de la spécialité. Ils étaient encore 26 ce lundi à figurer de la liste des engagés. Nous vous proposons toute cette semaine de partir à la rencontre de tous les protagonistes de l’épreuve car chacun mérite un éclairage personnel.

On commence notre série par trois juments. Les trois sont des candidates sûres, si tant est que l’on peut parler de certitude aux courses quand on tente de se projeter plusieurs jours en avance. Les trois ont un profil bien différent. Bahia Quesnot (Scipion du Goutier), la plus riche des engagés, n’a quasiment pas de titres au monté et n’était pas forcément attendue au casting du Cornulier 2021, une semaine avant la grande affiche américaine sur laquelle elle figure en bon rang. À 10 ans, son entourage tente un pari audacieux et excitant. Gladys des Plaines (Opus Viervil) est, en revanche, bardée de titres sous la selle dont un Groupe 1 avec le Prix du Président de la République. Elle survole les tournois de sa génération et tente d’étendre son empire à la plus grande épreuve, contre ses aînés. Flicka de Blary (Sam Bourbon) enfin fait parte des meilleurs de sa promotion au monté mais n’a jamais y pu prétendre au titre de numéro 1. Elle a connu des problèmes de santé qui semblent s’éloigner comme en témoigne son récent succès dans un Groupe 3, le jour de Noël.
Remarque : les partants définitifs du Prix de Cornulier (Gr.1) seront connus jeudi.

GLADYS DES PLAINES

F. 5 ans
Opus Viervil et Thétis de Vaujours (Hernani)
Propriétaires : Augustin Radu (sous ses couleurs), Julien Coulon et Ecurie Gilles Curens
Entraîneur : Gilles Curens
Eleveur : Ecurie des Plaines
Record : 1'11''3m (2175m Vincennes)
26 sorties : 8 vict. – 6 pl. – 434 220 €

Son CV
C’est l’incontestable chef de file des 5 ans montés. Elle a tout de suite dévoilé ses moyens, au début de son année de 3 ans, signant deux succès parisiens sous la selle, à Vincennes et Enghien. Elle commence à montrer son nez contre l’élite dans le Prix d’Essai (Gr.1) dont elle conclut cinquième. Au second semestre, elle collectionne les places dans la sphère semi-classique et devient classique grâce à sa troisième place dans le Prix de Vincennes (Gr.1), remporté par Gangster du Wallon. À 4 ans, elle est toujours battue jusqu’en juin quand elle remporte le Prix du Président de la République (Gr.1) en égalant le record de l’épreuve, propriété de Flèche Bourbon en 1’12’’5. Elle a confirmé son leadership depuis et reste sur quatre succès contre ses contemporains, sur lesquels elle possède de la marge.

Son pedigree
Elle a été élevée en Mayenne par l’Écurie des Plaines qui appartient à Stéphane Rouxel. Sa mère Thétis de Vaujours 1’13’’a 1’14’’m a montré de la qualité affichant 7 victoires pour plus de 210 000 € de gains. C’est une fille de Hernani 1’14’’, un performer pluridisciplinaire. Gladys des Plaines est son premier produit, achetée 23 000 € sur le ring d’Arqana Trot par l’association qui en est toujours propriétaire. Son papier ne présente pas d’inbreeding rapproché sur les derniers rangs. Le premier est en effet Sabi Pas en 5x5 alors qu’ensuite on peut noter Star’s Pride en (5x7)x6. Thétis de Vaujours est la seule vainqueur au niveau de la grand-mère Mexicaine de Bootz (Caballio In Blue), non qualifiée.



Son entourage
Entre Augustin Radu, Julien Coulon et Gilles Curens, c’est une histoire d’amitié. Les trois ont acheté Gladys des Plaines en vente publique et les mêmes se sont rendus acquéreurs à l’amiable de son frère Indigo des Plaines (Qualypso Jiel) par la suite, lequel a effectué de probants débuts en septembre dernier (2e à Reims). Augustin Radu a déposé ses couleurs en 2015 et compte au total 19 victoires dont 8 grâce à Gladys. Il avait déjà connu de grands plaisirs avec Cyga de Vandel et Diego Barosso. Installé à Grosbois depuis 2013, Gilles Curens a déjà eu un partant dans le Prix de Cornulier avec Ulka des Champs en 2017 et 2018. Gilles Curens nous a déclaré : « S’il y a des chevaux qui veulent lancer une grosse guerre, on les laissera se bagarrer et elle viendra placer un uppercut au bon moment. S’ils ne font pas la guerre, elle peut aussi faire le train et redémarrer sous le nez au moment du sprint. Avec le temps, elle a pris confiance en elle. Elle est moins fougueuse que dans sa jeunesse. Son jockey Mathieu Mottier est en harmonie avec elle. Il y a une osmose entre eux deux. »


FLICKA DE BLARY

F. 6 ans
Sam Bourbon et Kalinkaya (Coktail Jet)
Propriétaire : Edouard Levêque
Entraîneur et locataire : Thomas Levesque
Eleveur : Ecurie de Blary
Record : 1’11’’6 m (2175m Vincennes)
31 sorties : 8 vict. – 5 pl. – 306 180 €

Son CV
Elle se forge une première expérience en province à 3 ans et découvre Vincennes le 31 août, transformant l’essai en succès. Elle conclut sa première saison de compétition par deux nouvelles victoires sur le plateau de Gravelle, commençant son année de 4 ans par une deuxième place au niveau semi-classique, seulement battue par Ferreteria. Elle confirme en obtenant la troisième place du Prix du Président de la République (Gr.1). Durant le meeting suivant, elle décroche deux semi-classiques. Victime de soucis de santé par la suite, elle vient de montrer son retour au premier plan grâce à sa victoire dans le Prix Sans Dire Oui (Gr.3).

Son pedigree
Elle dépend de l’élevage de Patrick Dupont (Ecurie de Blary), dans le Calvados, également mis en lumière ces derniers mois par Houston de Blary. Elle fait partie des quatre produits qualifiés et vainqueurs de Kalinkaya (Coktail Jet), qui a évolué à bon niveau avec un succès dans le Prix Fandango (Gr.3 – monté – Cabourg) à son actif et une deuxième place dans le Prix de Londres (Gr.2). Kalinkaya a aussi donné Bastingage (Pomerol de Laumac – 192 500 € de gains) et était une ressortissante d’André Cayron avec sa mère, Une Caudrésienne (225 204 €), comme sœur du classique Sébrazac (654 763 €).

Son entourage
L’histoire commence avec l’éleveur Patrick Dupont qui cède Flicka de Blary à son neveu Edouard Levêque en remerciement de son investissement à ses côtés. Ce dernier place la pouliche en location chez Thomas Levesque, le fils de Pierre Levesque. Même sonorité mais pas le même nom. Flicka de Blary a offert le seul Groupe 2 à l’actif de Thomas Levesque comme propriétaire. Sachant Dexter Fromentro très incertain pour le Cornulier, c’est Camille Levesque qui devrait piloter la jument dimanche prochain, nous a déclaré Pierre Levesque.


BAHIA QUESNOT

F. 10 ans
Scipion du Goutier et Queen Ines (Install)
Propriétaires : Tahar Ait-Hamouda, Jean Pieri et Florence Scalici
Entraîneur et colocataire : Junior Guelpa
Eleveurs : Alain, Matthieu et Chantal Lefebvre
Record : 1’08’’7a (1609m Cagnes-sur-Mer)
105 sorties : 10 vict. – 25 pl. – 1 138 408 €

Son CV
C’est la seule jument à détenir un chrono inférieur à 1’09’’ en France. Elle débute en décembre de ses 2 ans et progresse régulièrement pour obtenir un premier succès à l’âge de 4 ans à Vincennes confirmée par une première citation semi-classique (2e Prix Guy Le Gonidec). Alors sous la responsabilité de Cédric Herserant, elle fait encore mieux à 5 ans (victoire dans une étape du GNT, 2e de la Finale). À 6 et 7 ans, elle ajoute de belles places et passe en décembre 2018 dans les boxes de Junior Guelpa. Elle change encore de dimension pour devenir une des meilleures juments européennes (2e de l’Olympiatravet, du Grand Prix d’Oslo, du Prix d’Eté). Quatrième du Prix de France 2020, elle a remporté son premier Groupe 1 en Italie en décembre. N’a couru que quatre fois au monté, la dernière en 2017.

Son pedigree
Elle a été élevée dans la Manche par Matthieu Lefebvre et ses parents, Alain et Chantal. Sa mère Queen Ines (Install) a gagné une fois et compte six qualifiés mais aucun, mis à part Bahia Quesnot, n’a dépassé les 30 000 € de gains. La grand-mère Idumée du Dollar (205 224 €) s’est imposée à bon niveau à Vincennes et a aussi donné Tidumée (139 870 €) et Silver (70 650 €). Bahia Quesnot a été présentée en vente comme yearling sur le ring d’Arqana Trot, étant rachetée 5 000 €.

Son entourage
Tahar Ait-Hamouda, dont elle défend actuellement les couleurs, est propriétaire depuis 2010. Il a déjà connu de beaux succès avec Union Life et Victoire Quesnot. Fils de Stéphane Guelpa, Junior Guelpa a pris sa licence d’entraîneur en 2012. Il a déjà eu en charge des éléments comme Totem d’Azur ou Altea de Piencourt. Bahia est évidemment d’une autre dimension et lui a permis de signer de beaux titres hors de nos frontières. L’entraîneur voit dans ce Prix de Cornulier un moyen de récompenser les exceptionnelles dispositions actuelles de Bahia et de la monter encore en condition : « Elle avait besoin de faire une vraie course avant le Prix d’Amérique pour la mettre bien et je pense que c’est la course qu’il faut pour la préparer au top. Mais elle sera également compétitive dans le Prix de Cornulier. Elle est au mieux de sa forme. Elle est bien, fraîche, avec de l’envie. Tout va bien. Elle ne travaillera pas sous la selle avant la course mais fera son heat monté avec Matthieu [Abrivard] pour la remettre dans le bain au monté. »

A voir aussi :
...
Ventes de Magny-Cours : sous la ligne de flottaison

Bien qu'elles ne revendiquent pas plus que le statut de ventes de services, la vacation de Magny-Cours, organisée par l'Association des Éleveurs de Trotteurs du Centre-Est à la Ferme du Marault, a eu du mal à générer de l'activité. ...

Lire la suite
...
Instant Grave ou la troisième de Matthieu Abrivard

Après la déception causée par Haldo des Champs en début de réunion, Matthieu Abrivard a vite retrouvé le sourire. Son bilan après six courses faisait ainsi afficher trois victoires ! Vainqueur pour son entraînement ...

Lire la suite
...
Idao de Tillard monte d'un palier avec style

Passer d'un succès à Montignac à une épreuve Premium à Amiens pouvait, sur le papier, ne pas être une sinécure. Cela n'a nullement perturbé Idao de Tillard (Severino) qui a signé ce mercredi son quatrième succès en cinq tentatives. ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite