... ©Scoopdyga
Actualité - 18.01.2021

Disparition de Xavier Cavey

Xavier Cavey n’est plus. Il s’est éteint en fin de semaine dernière, à l’âge de 75 ans.

Appartenant à une grande famille du trot, il avait poursuivi l’œuvre, comme le fait son fils, Frédéric, aujourd’hui. Le haras dit des Nonantais semble une enclave dans la petite ville de Nonant-le-Pin (Orne), à quelques kilomètres du Haras du Pin. Il est d’ailleurs sis Grande Rue. Il n’empêche qu’il s’étend sur soixante-quinze hectares.
Il a été créé en 1870 par Désiré Cavey, autrement appelé Cavey Aîné, dont le nom fut longtemps attaché à un semi-classique pour 2 ans, à Vincennes, et qui fut maire de Nonant-le-Pin. Cavey Aîné était l’arrière-grand-père de Xavier Cavey. Ce dernier, le moment venu, a repris le flambeau de son père, René, qui le tenait lui-même de son père, Joseph, tué en 1918, le jour de l’Armistice.

Ce n’est pas peu dire qu’il s’agit là d’un élevage de tradition, avec pour juments-bases Elisa, fille de Faust, pur-sang, dont descend le bien nommé Nonant le Pin –élevé par René Cavey et auteur du crack Buffet II, d’Hymour ou encore de Chablis–, et Pastourelle, dont provient Ukir de Jemma, l’un des meilleurs élèves de Xavier Cavey. Celui-ci l’eut en association avec son ami, Jean-Jacques Barbaud, dont le beau-père avait acheté, aux Cavey, Vive Kaqui, future mère du « Champion du Monde » Equiléo.
Avec le classique monté Lipizzan, à l’arrivée du Prix de Normandie, et le classique attelé-monté Volcan des Rotours, placé du Grand Critérium de Vitesse de la Côte d’Azur, du Critérium des 5 Ans et du Prix des Centaures, Ukir de Jemma, deuxième du Prix d’Amérique, entre Queen L et Vourasie, deuxième d’Ursulo de Crouay dans le Saint-Léger des Trotteurs et troisième du Critérium des 4 Ans, derrière le même Ursulo de Crouay et Ultra Ducal, est l’un des fleurons issus de l’élevage de Xavier Cavey, sans oublier son cheval de cœur, Paso Fino, un frère utérin de Lipizzan au sulky duquel il signa douze des quatorze victoires du cheval.

Xavier Cavey avait, certes, le savoir-faire en héritage, mais il l’avait perfectionné en « faisant ses classes » chez Elie de Brignac, fameux éleveur de pur-sang, dans la région de Nonant-le-Pin, ou bien chez Christian Dejean et Philippe Hanse, pour ce qui est de l’entraînement.
Ayant une piste et les infrastructures nécessaires, chez lui, il n’ignorait rien de toutes les facettes du métier.
Il avait dédié sa vie au cheval, jusque dans les instances associatives, ayant par exemple œuvré, de longues années durant, au sein de la Société des Courses du Pays d’Argentan. C’est un homme de cheval, un vrai, qui vient de nous quitter.

A sa famille et à ses proches, 24 H au Trot présente ses condoléances les plus sincères.

A voir aussi :
...
Meilleur Apprenti de France : les vainqueurs des lads drivers / jockeys

Les résultats du concours national MAF ont été divulgués ce samedi en fin d'après-midi dans les activités liées au cheval. Dans la catégorie lads-drivers et lads-jockeys, voici les cinq vainqueurs, tous médaillés ...

Lire la suite
...
Les Estivales de Cabourg,
la formule à grande audience

On n'en finit pas de mesurer les conséquences de la crise sanitaire de la Covid. Quelquefois, ou même souvent, avec un sentiment de surprise. Dans les prochaines heures, plusieurs animations habituelles de l'été au trot reprennent leur ...

Lire la suite
...
Hokkaida soigne ses statistiques

Son neveu, Jazz In Bellay (Prodigious) lui avait ouvert la voie en ouverture de réunion en s’imposant pour ses premiers pas en région parisienne. Hokkaida (Charly du Noyer) l’a suivi et s’est montrée accrocheuse ...

Lire la suite
...
Jazz In Bellay, jazz in progress

Il avait déjà fait parler de lui yearling lors de son passage sur le ring d’Arqana en septembre 2020 où il avait été acquis pour la somme de 140.000 € par l’écurie Meydan. C’est sous la casaque de l’...

Lire la suite