En bref - 29.01.2021

Ready Cash peut devenir seul n°1 dans le palmarès américain

C'est l'une des multiples informations du très riche dernier numéro de Province Courses sur le Prix d'Amérique. Ready Cash figure actuellement quatre fois au palmarès en tant que père de vainqueurs grâce à Bold Eagle (2016 et 2017), Readly Express (2018) et Face Time Bourbon (2020), le tout en cinq ans donc. Il n'y a qu'un seul autre étalon à apparaître quatre fois au même palmarès. Il s'agit de Greyhound, récompensé par le seul Ourasi, de 1986 à 1988 et en 1990. Deux scénarios donc sensiblement différents qui se finalisent, pour l'instant, par une égalité en termes de mentions. Ready Cash a deux partants en lice cette année pour devenir le seul numéro 1 : le grand favori Face Time Bourbon et Feliciano.
Il est néanmoins un point sur lequel Ready Cash est déjà unique : son nombre de citations total au palmarès du Prix d'Amérique. Il y figure six fois : quatre comme père de vainqueurs et deux comme lauréat. Retrouvez Province Courses par ce lien.

Les "chaussures" de retour (un peu) dans le Prix d'Amérique

L'édition 2021 du Prix d'Amérique sera la version la plus chaussée des trois dernières années. On compte en effet cette année 14 candidats déclarés pieds nus et 4 déferrés des postérieurs (Gu d'Héripré, Feliciano, Chica de Joudes et Billie de Montfort). L'an dernier, tous les participants étaient totalement déferrés et 16 l'étaient encore en 2019, les deux concurrents restants étant déferrés des seuls antérieurs. La configuration de 2021 rappelle en fait celle de 2018 avec quatre partants partiellement déferrés. Concernant Gu d'Héripré, qui a connu des problèmes de ferrure en course le 16 janvier dernier, il aura des « petits fers collés aux antérieurs » a précisé son éleveur et copropriétaire Eugénie Quintin dans l'émission « On en parle » sur Equidia ce jeudi.

« Il va falloir jouer serré avec Face Time Bourbon »

Invité de l'Oeil des Pros (sur le compte Twitter Prix d'Amérique Races ZEturf), Sébastien Guarato a déclaré : « Il va falloir jouer serré avec Face Time Bourbon. Je crains Davidson du Pont et Délia du Pommereux. » L'entraîneur du tenant du titre du Prix d'Amérique et grand favori a passé en revue l'ensemble des partants en compagnie de trois autres professionnels : Thierry Duvaldestin, Gilles Curens et Charley Mottier.

Courses et reconfinement : les raisons de l'optismisme

La crise sanitaire et le passage, ou non, par une nouvelle phase de confinement est le sujet national du moment. Les différentes hypothèses s’égrainent quotidiennement dans les médias depuis maintenant une dizaine de jours mais aussi dans les paroles des décideurs politiques, voire des scientifiques, dont certains dans leur rôle de conseil auprès du Gouvernement. D’après le quotidien Le Monde, ce vendredi, « l’Elysée cherche une nouvelle formule, mêlant « acceptabilité » et efficacité. L’option privilégiée semble être « un confinement adapté », différent du printemps et de novembre 2020. La décision pourrait être annoncée dans le week-end, alors que la hausse des cas de Covid-19 est inquiétante. »
Dans ce contexte, les courses doivent-elles craindre, comme lors du premier confinement, un arrêt de leur activité ? Non pour le quotidien hippique Jour de Galop qui argumente : « encore une fois, il existe objectivement plusieurs éléments encourageants [pour la continuité des courses]. En leur faveur, les courses ont été un très très très bon élève du huis-clos. »
Au crédit des courses, il y a maintenant une expérience réussie de fonctionnement en mode de contrôle sanitaire renforcé. Les dimensions économiques de toute une filière, mêlant l’intégration de producteurs (éleveurs, entraîneurs, fournisseurs) à une double clientèle (propriétaires et parieurs), avec un volume d’activité global supérieur à 10 milliards d’euros, comptent aussi dans la balance. Il y a aussi son empreinte sociétale. Comme l’énonce Le Monde, « Dans cette optique, l’exécutif cherche à trouver un « point d’équilibre » permettant de « protéger les Français » sans « mettre le pays sous cloche ». » Les courses font partie du dispositif alternatif de soupape de décompression offerte aux Français qui s’y adonnent. À l’heure d’un nouveau sacrifice collectif teinté de modération, ce n’est pas le moindre des arguments en faveur de l’industrie des courses.

A voir aussi :
...
Idao de Tillard,
quelque chose en plus

Elogieux avant de se rendre sur la piste avec Idao de Tillard, Clément Duvaldestin n'avait pas caché l'estime qu'il portait sur ce fils de Sévérino. Si tous les paramètres n'étaient pas réunis pour qu'il ...

Lire la suite
...
Fanal du Garden,
le pur droitier

Redoutable sur les pistes plates corde à droite, Fanal du Garden n'a pas manqué son objectif du jour en triomphant en force avec son mentor Laurent David à son sulky. Ce hongre de 6 ans est assurément à l'aube d'une belle saison estivale ...

Lire la suite
...
Hoyee et Franck Nivard :
une association de feu

En forme olympique depuis le début du mois de février, Franck Nivard a signé sa 28ème victoire de l'année en menant au succès une pouliche intéressante. Son nom : Hoyee. Cette fille de Charly du Noyer ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite