...
Résultat de course - 30.01.2021

I Love Me ouvre son palmarès à Paris

Elle manque de métier mais va progresser.
Yoann Lebourgeois

Pouliche de très belle naissance (voir ci-contre), I Love Me ouvre son palmarès dans le Prix de Châteaubriant qui ne devrait être bientôt qu'un tremplin vers d'autres sphères.

Pour preuve, quand on parle d'autres sphères, il suffit de rappeler que Tony Le Beller avait déjà inscrit sa pensionnaire dans une course semi-classique, le Prix Une de Mai (Gr.2), le jour de Noël. Mais I Love Me (Love You) avait cette fois-là perdu la cadence en haut de la montée. Depuis, c'est Yoann Lebourgeois qui est à la manoeuvre au sulky de la représentante de Florence Dreux. Côté piste, il n'y a jamais eu d'inquiétude chez le pilote qui nous a confié : « Elle est verte et a encore besoin d’apprendre mais je pense que c’est une bonne pouliche. Elle le fait bien, le chrono est bon et je pense qu’elle peut encore mieux faire. Tony [Le Beller] m’avait dit que c’était une bonne pouliche et, une fois que j’ai été devant, j’étais confiant. »
Animatrice de l'épreuve, I Love Me a emmené avec elle, sur la deuxième place du podium, Ironie du Guélier (Quaker Jet) qui l'a toujours suivie. Le parcours peu enviable de la favorite Independancia (Ready Cash), toujours nez au vent, aura eu raison de son finish. Elle a dû regarder passer Impression Géma (Sam Bourbon), auteure des derniers 500 mètres les plus rapides en 1'11''5 (contre 1'12''4 pour la lauréate).

Première à Vincennes de la casaque de Florence Dreux
Fille d'Annick et Georges Dreux, Florence Dreux entretient un effectif d'élevage plus réduit que ses sœurs Marie-Annick Sassier et Isabelle Pillon. Plutôt vendeuse, elle exploite sous ses propres couleurs depuis 2020 seulement. Il s'agit ici de la quatrième victoire de sa casaque, la première à Vincennes.

D'où vient-elle ?

I Love Me évolue sous les couleurs de Florence Dreux et pour son élevage, en partenariat avec celui de son entraîneur, Tony Le Beller. I Love Me est la soeur de deux bons vainqueurs, Gallica Gédé 1'13'' (Look de Star), qui eut des prétentions, l'an passé, face aux meilleures de sa promotion, et For Me Gédé 1'14'' (Ready Cash), qui a signé, il y a peu, sa quatrième victoire, à Cagnes-sur-Mer. Viennent ensuite Harley Géma 1'18'' (Bold Eagle), une fois deuxième, en deux sorties, Jeudi Gédé (Goetmals Wood) et Katinka Géma (Bold Eagle). Leur mère à tous est la toute bonne Réédite Gédé 1'11'' (Buvetier d'Aunou), gagnante de dix-neuf courses, dont le Groupe III Prix de Brest, pour près de 500.000 € de gains. Réédite Gédé descend de la championne et matrone de l'élevage Dreux, Champenoise 1'17'' (1968-Pacha Grandchamp). Soulignons, pour conclure, que I Love Me est le fruit d'un bel inbreeding sur la jument base de Jean-Pierre Dubois, Nesmile (4x3).

8e | PRIX DE CHATEAUBRIANT
Att - 2200 m - Course D - 27 000 €
I LOVE ME 1'14"5
Love You x Reedite Gede (Buvetier d'Aunou)
Driver : Y. Lebourgeois - Entraîneur : T. Le Beller
Propriétaire : F. Dreux - Eleveur : E. T. Le Beller
2e Ironie du Guelier 1'14"8
3e Impression Gema 1'14"9
4e : Independancia - 5e : Itea du Bellay - 6e : I Can Fly Delo - 7e : Inestelle
A voir aussi :
...
Harmoniously confirme à un échelon supérieur

De bons 4 ans étaient au départ du Prix du Palais-Royal, où les deux favoris He And Me (Bird Parker) et Hatha Josselyn (Charly du Noyer) se sont montrés fautifs. La sagesse, c'est l'une des principales qualités d'Harmoniously (...

Lire la suite
...
Jina de l'Ormerie, une 2 ans qui a du talent

Dans l'épreuve réservée aux pouliches de 2 ans, ce mercredi à Enghien, il y a eu un beau match final. Jina de l'Ormerie (Amiral Sacha) a su venir à bout de la la pouliche de Philippe Allaire Jélica Vé...

Lire la suite
...
Fin de carrière pour Eagle Eye Sherry

Meilleure pouliche de 3 ans suédoise l'an dernier, Eagle Eye Sherry (Bold Eagle) ne courra plus a annoncé Björn Goop son entraîneur sur son site internet. Elle a été éliminée en demi-finale de la Breeders Crown dimanche à ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite