... ©Aprh
Actualité - 16.02.2021

Solidarité, plaqués, batteries et groupe de travail créé

On distribue donc 750 € par cheval qui n’a pas gagné 12 000 € en 2020.
Franck Pellerot

La première réunion du Comité de LeTROT de l’année 2021 a traité d’enjeux budgétaires, répartissant le résultat positif de 2020, et de dossiers techniques. Parmi eux, il y a la déclaration des plaqués qui va devenir obligatoire d’ici peu. Le Comité a sur ces différents points validé les propositions du Conseil d’Administration du 9 février.

Le Conseil d'Administration avait validé le principe la semaine dernière, le Comité a entériné les modalités ce mardi. 8 des 18 millions d'euros d'excédent budgétaire sur l'année 2020 vont donc être attribués à ceux qui ont subi le plus fort de l'arrêt des courses et le "moins bien gagné leur vie" l'année dernière. Une prime de solidarité a été votée :
- 750 € seront versés aux propriétaires porteurs de couleurs pour chaque Trotteur Français âgé de 3 à 10 ans, ayant couru du 11 mai au 31 décembre 2020 et n’ayant pas gagné 12k€ sur l’ensemble de l’année 2020.
- 90 € seront versés aux éleveurs desdits chevaux.
Pour rappel les 10 millions d'euros restants ont quant à eux été provisionnés pour assurer les allocations jusqu'au 31 mai prochain, afin de donner une visibilité accrue aux socio-professionnels par rapport au plan initial qui prévoyait une clause de revoyure budgétaire à la fin du premier trimestre.
Franck Pellerot, Vice-Président LeTROT, nous a dit à ce sujet : "Ce ne sont pas des sommes énormes mais cela a le mérite d’exister et c’est important quand on nous reproche encore d’avoir diminué les allocations en 2020. On n’a pas retenu les 2 ans car eux n’ont pas été touchés par le confinement. À cette époque de l’année, ils n’avaient pas le droit de courir. On a retenu les chevaux qui avaient couru après la reprise des courses au
11 mai en considérant que ceux qui avaient gagné plus de 12 000 € en 2020 avaient payé leur année. On distribue donc 750 € par cheval qui n’a pas gagné 12 000 €. Les éleveurs toucheront les 12 % sur ce montant [soit 90 €]."

MODIFICATIONS RÉGLEMENTAIRES

Le Comité a validé plusieurs modifications réglementaires du code des courses au trot dont l'un est la conséquence d'un sujet du meeting d'hiver parisien : le dossier des "plaqués". Dans le projet définitif, on parle désormais de chevaux protégés.

Le dossier des protégés ou plaqués
La proposition de déclaration des plaqués faîte par le Conseil d’Administration est donc entérinée. Il s’agit d’une mesure visant à mieux informer les parieurs. La mesure obligera les professionnels à déclarer leurs représentants équipés de plaques. Pour être déclaré protégé, un cheval devra être muni d’une plaque protectrice qui « recouvre au moins 75 % du pied » nous a précisé Bruno Muel, membre du Comité et vice-président du Syndicat des Entraîneurs, Drivers et Jockeys de trot (SEDJ).

Une durée d’instruction ultra réduite
Lancé au début du mois de décembre, le sujet n’aura mis que trois mois pour arriver à l’ordre du jour du Comité de LeTROT et être validé ce 16 février. Son application est fixée au 1er mai. Franck Pellerot, vice président de LeTROT nous apprend à ce sujet : « Le projet a été validé avec pour objectif d’informer les parieurs, suivant le même système que les déferrés. Il y a encore des détails à régler dans l’application, notamment pour le volet informatique. C’est passé à une très large majorité avec une seule voix contre et une abstention. Il faut dire que ce dossier avait été bien préparé et discuté en commission. »

La présentation faite dans le communiqué de LeTROT
Chevaux dits protégés (plaqués) : afin de répondre à une forte attente des parieurs qui sont attentifs à la protection dont les chevaux sont munis, le Comité a adopté la modification des conditions générales des programmes pour différencier les chevaux protégés (dits « plaqués ») des chevaux ferrés ou déferrés. Dans toutes les courses, l’entraîneur devra, à la déclaration de partant, indiquer si son cheval prendra part à l’épreuve concernée en précisant l’une de ces trois configurations :
• ferré ;
• protégé (plaqué) ;
• déferré.
La date d’application de cette mesure – qui dépend des modifications informatiques nécessaires en interne mais aussi par les opérateurs pour l’intégration de cette nouvelle donnée est fixée au 1er mai 2021.


La contextualisation du projet
Il s’agissait du grand sujet du début de meeting, notamment avec les courses de 2 et 3 ans dans lesquelles les plaqués font un festival. Le Critérium des 3 Ans (Gr.1) avait encore nourri les débats : sur les treize partants, huit étaient munis de plaques (postérieurs et/ou antérieurs) et le podium était composé de pouliches et poulains plaqués, une première ce jour-là pour la lauréate Hanna des Molles et sa dauphine Havanaise.
Les prises de positions, des pros et antis s’enchaînent. Dans un grand dossier sur le sujet, dans son édition du 15 janvier, Province Courses l’Hebdo relève les arguments, notamment ceux de Pierre Belloche (élu au Conseil d’Administration de LeTROT et membre notamment de la Commission du Code), parmi les pros : « On n’a pas encore trouvé de consensus pour l’officialiser mais je pense qu’il serait plus juste de l’officialiser que de laisser faire. Fermer les yeux me paraît être une erreur. Certains sont contre car ils ont peur qu’à terme on finisse par interdire le déferrage. Je ne vois pas pourquoi. Il faut aussi en profiter pour revoir le code des courses au niveau de l’article qui impose que seulement 50 % du pied soit recouvert. Je pense qu’il faut que tout le tour du pied soit recouvert en autorisant juste une petite ouverture dans la fourchette ou en pince quand il pleut pour éviter que l’eau reste sous la plaque. Il ne faut plus tolérer des demi-plaques, des demi-fers. C’est le moment de remettre du cadre. »
Parmi les arguments des opposants à l’obligation de déclaration est notamment avancé le fait de pouvoir prendre la décision jusqu’au dernier moment, selon l’état de la piste notamment. Contre cet argument, Guillaume Gillot, un "pro", répond : « Les plaques ne sont pas un artifice que l’on décide de mettre ou de changer au dernier moment. (…) Et pour celui [l’entraîneur], que j’entends déjà protester, car la piste est lourde et/ou pas à son goût, il fera comme tout le monde, il ouvrira sa plaque. »


Autres sujets réglementaires validées par le Comité

■ Courses en « batteries »
Pour faire suite aux Assises du Trot, il sera organisé le jeudi 8 juillet prochain sur l’hippodrome de Vichy une course composée de deux épreuves éliminatoires et d’une finale. Pour ce faire, le Comité a adopté la modification du Code des courses au trot et des Conditions Générales des Programmes qui permet à un cheval de courir plusieurs épreuves le même jour.

■ Vaccinations
Afin d’éviter les non partants de dernière minute, le Comité a adopté l’obligation pour les entraîneurs d’enregistrer sur le serveur Infonet les dates de vaccinations contre la grippe équine et la rhinopneumonie déclarées à leur effectif d'entraînement, à compter du 1er avril 2021. La conformité de la situation sanitaire du cheval aux dispositions de l’article 15 du Code des courses au trot sera exigée à la clôture des engagements.

■ Règles de priorités
La gestion des règles de priorités sur les hippodromes de Paris-Vincennes, Enghien, Caen, Cabourg, Vichy et Cagnes-sur-Mer a été harmonisée et simplifiée.

■ Constitution d’un groupe de travail sur le Code des courses
Alexandre Lanoë, Vice-Président, a annoncé la mise en place d’un groupe de travail qu’il va animer pour étudier les modifications importantes au Code des courses au trot (mise en place d’une Commission d’appel des décisions prises à l’occasion des courses) et aux Statuts de la Société. Feront partie de ce groupe de travail : MM. Serge Peltier (Code), Jean-Philippe Mary (Programmes), Thierry Andrieu (Commissaire SECF), François Forcioli Conti (Sociétés Premium), Jacques Plancqueel et Joël Bourgeois (Fédérations Régionales). Ces travaux seront présentés au mois de septembre 2021 au Comité.

Autres sujets abordés lors de ce Comité

■ La marque Prix d'Amérique Races
Lors de cette réunion, les premiers résultats d'audience de la nouvelle marque Prix d'Amérique Races ont été présentés. Ils se traduisent par plusieurs records en termes d’enjeux et d’audience. La journée du Prix de France « Speed Race » a généré 6,05 M€ d’enjeux sur le pmu.fr, tandis que les enjeux de la semaine qui a suivi le Prix d’Amérique « Legend Race » ont atteint un volume de 30,7 M€, soit deux records historiques. Les nouveaux contenus déployés sur le digital ont fédéré plusieurs communautés sur un canal jusqu’à présent sous-exploité et ont stimulé la progression des paris hippiques online.

■ Pierre-Alexandre Lemière, nouveau Commissaire de la SECF
Le Comité a voté à l’unanimité la désignation d’un nouveau Commissaire de la SECF, M. Pierre-Alexandre Lemière, actuellement Commissaire des courses.

■ Validation des programmes de fin du premier semestre de Vincennes, Enghien et Cabourg
Les programmes de Paris-Vincennes, Enghien et Cabourg du 1er mai au 3 juillet 2021 ainsi que les conditions de courses ont été approuvés. Aucune modification importante de la structure du programme n'a été signalée.

■ Le bilan d'activité des courses au trot 2020 est disponible
Le bilan d’activité 2020 des courses au trot en France a été présenté au Comité. Il rassemble l’ensemble des données techniques relatives aux courses et à l’élevage du Trotteur Français de l’année écoulée. Il permet de mesurer les premiers impacts de la situation sanitaire sur la filière Trot. Il intègre également le bilan des contrôles de médication de 2020 dont les grands indicateurs sont : 13 035 prélèvements pour 34 cas positifs (dont 7 cas de contamination alimentaire), soit un taux de 0,26 %. Retrouver ce document par ce lien.


D'autres points encore ont été entérinés nous ont notamment appris Bruno Muel et Franck Pellerot. L'automatisation de l'application des virements de compte à compte est ainsi reportée au 1er juin.
En guise de conclusion, au regard de l'ensemble des sujets traités et notamment des orientations budgétaires prises en 2021 à partir des résultats 2020, Bruno Muel nous propose une formule intégrant les conditions particulières liées à la période de crise et la situation de la plupart des secteurs sportifs : « Quelle association sportive peut se targuer de sortir la tête de l’eau en cette période de Covid ? »

A voir aussi :
...
John Wick : une apothéose signée Dijon pour Romain Derieux

En s'imposant dans la dernière épreuve du programme avec John Wick (Dijon), Romain Derieux additionne les récompenses. Il signe son premier coup de trois sur un hippodrome parisien, est l'artisan du succès d'un premier produit de son é...

Lire la suite
...
Formidable Mec porte bien son nom

S'il avait finalement hérité du succès le 23 septembre à Vincennes aux dépens des « Bazire » Armour As et Ibra Boko (distancés des première et deuxième places pour un problème d'engagement), Formidable Mec (Offshore Dream) s'est ...

Lire la suite
...
Balsamine Font,
valeur en hausse

Des trois courses européennes du début de réunion à Enghien ce dimanche, le Prix de la Bourse (course B) avait suscité le plus de candidatures étrangères, principalement d'Italie d'ailleurs. Et c'est justement une jument venue de l'autre ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite