... (© ScoopDyga)
Actualité - 21.02.2021

In The Money, un triomphe signé Thierry Duvaldestin

C’est la première fois que j’élève un cheval de Groupe I, c’est une réussite totale !
Thierry Duvaldestin

Les dimanches à Vincennes se suivent et se ressemblent pour Thierry Duvaldestin. Pour la troisième semaine consécutive, le professionnel normand remporte un Groupe 1. Après Flamme du Goutier dans les Prix de l'Île-de-France et des Centaures, In The Money s'est adjugé le Prix Comte Pierre de Montesson (Critérium des Jeunes). C'est un succès complet pour Thierry Duvaldestin, à la fois l'éleveur, le propriétaire, l'entraîneur et le driver du nouveau titulaire du record de la course en 1'13''4.

C'est une victoire, un triomphe même tant son implication est absolument entière et totale à ce à toutes les étapes, dont Thierry Duvaldestin se souviendra longtemps. Dimanche 21 février 2021. Le professionnel de La Ferté Fresnel avait sûrement coché cette date sur son calendrier depuis le début de l'hiver. C'était le jour du Prix Comte Pierre de Montesson (Critérium des Jeunes), le premier Groupe I pour les meilleurs de la promotion née en 2018 dont fait partie In The Money (un fils de Cristal Money qu'il a élevé) depuis les premières épreuves de sélection. Le 21 février est aussi à titre privé un jour particulier pour Thierry Duvaldestin puisqu'il s'agit de sa date de naissance et le 21 février 2021 avait une résonance encore supérieure puisqu'il s'agissait de son 50ème anniversaire.
Voici autant d'excellentes raisons de manifester sa joie au passage du poteau franchi en tête avec autorité par son nouveau jeune champion aux dépens du favori Italiano Vero et Invincible Cash, deux fils de Ready Cash qui est aussi le père de mère du vainqueur ! Comme pilote, il ne s'était plus imposé à ce niveau depuis 2013, année au cours de laquelle il remportait justement ce Critérium des Jeunes et, quelques mois plus tard, le Prix de l’Étoile avec Avila. C'est la quatrième fois que Thierry Duvaldestin inscrit son nom au palmarès du premier Critérium pour les 3 ans après Pearl Queen en 2006, Uaukir en 2011 que Franck Nivard drivait et donc Avila il y a huit ans. Mais celui-ci a forcément une saveur particulière pour lui. "A 50 ans, c'est peut-être le dernier Groupe 1 que vais gagner comme driver, a-t-il annoncé alors qu'il s'agissait de sa 13ème victoire à ce niveau comme pilote. Je vais passer peu à peu la main à Clément et à Théo, c'est logique. Mais avec ce poulain, je reconnais que je me fais vraiment plaisir." Ces deux fils pourront regarder à plusieurs reprises la vidéo de ce Critérium car c'est bien aussi le driver Thierry Duvaldestin qui a gagné en donnant un parcours sur mesure à son poulain dans une épreuve qui a pris une tournure excessivement sélective en plaine quand Jean-Philippe Dubois avec Inoubliable (Prodigious) a cherché en vain à prendre le meilleur à Idéal Ligneries (Repeat Love).
De la conception à la réalisation
Thierry Duvaldestin a en effet mis la dernière main à un projet où il est impliqué à toutes les étapes et s'est appliqué à mettre en pratique une tactique dont il n'a pas dévié. "Honnêtement, je courais pour être troisième, est-il revenu pour nous. Je m’étais surtout dit qu’il ne fallait pas que je sois trop offensif, car il m’arrive de faire des c… C'est pourquoi j’ai vraiment attendu sagement. Avant la dernière préparatoire, le poulain avait toussé et, ce jour-là au premier heat, il avait une toux sèche encore mais plus rien au second, donc j'avais décidé de le courir. De plus, il avait trotté à la place du mort. Bref, il avait vraiment des excuses à faire valoir. Aujourd’hui (lire dimanche), j’ai décidé de beaucoup allonger son enrênement, de deux trous très exactement, et de le munir aussi d'un petit débouche-oreilles. Il est meilleur en venant de derrière mais il a fait le travail tout seul pour revenir sur les premiers avec dans son dos Invincible Cash. A la sortie du tournant final, il a passé rapidement Italiano Vero avant que celui-ci ne revienne sur lui pour finir."
De la classe et de la facilité, In The Money n'en manque pas depuis sa qualification au mois de mai à Caen (1'18''7), un jour de fort brouillard sur La Prairie. "Il est très froid. C’est même la première fois que j’entraîne un 2 ans aussi froid. Il va sans rien, c’est un vrai trotteur naturel", ajoute encore celui qui est à la fois son éleveur, son propriétaire, son entraîneur et donc aussi son driver. "C’est la première fois que j’élève un cheval de Groupe I, c’est une réussite totale ! J’ai exploité Cristal Money en courses (N.D.L.R. : il fut d'ailleurs disqualifiée dans ce Critérium des Jeunes dont il était le grandissime favori) et j’ai quelques saillies. C’était un cheval qui avait beaucoup de qualités. Il n’a pas couru longtemps mais n’avait aucun artifice. La mère (Destinée Cash) n’était pas très grande et il fallait donc absolument un étalon avec de la taille." Fille de Ready Cash, Destinée Cash, que Thierry Duvaldestin envoya dans le Sud-Est chez Romuald Mourice après l'avoir qualifiée, est une sœur utérine de son champion Uniclove.
Le succès de Thierry Duvaldestin est donc total dans ce Prix Comte Pierre de Montesson.

La domination des mâles
Cette édition du premier Groupe I de la génération des 3 ans était logiquement présentée comme le match attendu entre le meilleur mâle (Italiano Vero) et la meilleure femelle (Inoubliable), laquelle était même la favorite des enjeux du matin. Dans les faits, non seulement cela ne s'est pas produit mais surtout la domination des mâles a été sinon totale du moins très forte puisqu'ils trustent le podium (In The Money, Italiano Vero et Invincible Cash) et prennent quatre des cinq premières places, la seule It's Now Or Never (Charly du Noyer) réussissant à s'emparer de la quatrième place. Avec cette dernière, Philippe Allaire place deux de ses trois pensionnaires dans le carré gagnant mais ne remporte pas pour autant un nouveau titre.


Une édition dans un temps record 1'13''4
Jusqu'à ce dimanche, Vanika du Ruel détenait le record du Critérium des Jeunes en 1'13''6 réalisé au mois de février 2012. A cette occasion, la championne entraînée par Franck Anne avait couru pied nus. En effet, l'interdiction de déferrer avant l'âge de 4 ans n'était encore appliquée, elle ne le sera que trois ans plus tard. Dimanche, In The Money était muni de plaques aux antérieurs, avec lesquelles il avait déjà couru. Toujours dans les données techniques fournies par Tracking, il est l'auteur des meilleurs 500 derniers mètres en 1'11''6 et a gagné quasiment onze mètres sur Italiano Vero dans les derniers 400 mètres.


"On est battus mais pas abattus, a réagi l'homme du Haras de Bouttemont après la deuxième place d'Italiano Vero. David (Thomain) a quelques regrets car il pensait avoir fait le plus dur en passant le poulain de Franck Nivard dans le dernier tournant mais il ne s’est pas détaché suffisamment et s’est fait prendre sur une pointe même s’il a grappillé, grappillé les mètres jusqu’au poteau sur le poulain de Thierry Duvaldestin. C’est la vie… David l’a trop respecté mais c’est bien. Cela a aussi appris au poulain à courir dans les autres. Tout n’est pas négatif."
David Bekaert et Ludovic Peltier, qui participaient chacun à leur premier Critérium des Jeunes avec Invincible Cash, se sont sûrement vus dans le tournant final dans la situation idéale pour s'imposer puisque leur poulain se faisait ramener sur un plateau par In The Money, au sujet duquel Thierry Duvaldestin craignait justement à ce moment-là faire le travail pour son rival. Or, quand on connaît la pointe de vitesse finale d'Invincible Cash, les espoirs de son entourage pouvaient en effet être nourris à ce moment du parcours. "J’ai eu la course parfaite si bien que j’y croyais fort dans le dernier tournant, concédait d'ailleurs le pilote à son retour aux balances. Il a juste été trop brillant dans la première partie du parcours, c’est ce qui lui manque pour finir je pense. Au canter, je voyais qu’il avait trop de gaz et c'est la raison pour laquelle j'ai décidé de partir dans un dos. Il n’a commencé à se poser qu’à un kilomètre de l'arrivée. Maintenant, on aurait signé pour être troisième avant le coup." La réaction du jeune entraîneur du Centre rejoignait celle de son pilote : "Il n'y a pas de regret, il n’y a que de la joie après la performance du poulain.. J’apprends, c’est mon premier Groupe I. Il a moins couru que les deux premiers. Peut-être que je le mets plus dans du cocon que les deux autres... Il a juste été un peu trop brillant. Mais je suis confiant pour son avenir".
Après avoir mené jusque dans le dernier tournant et supporté tout le poids de la course, Idéal Ligneries s'est néanmoins montré courageux dans la phase finale et n'a concédé que d'un rien la quatrième place à It's Now Or Never, au sujet de laquelle François Lagadeuc a dit : "Elle n’est pas haute mais est super sympa. Elle fait une sacrée ligne droite. Je n’ai pas pu suivre Italiano Vero dans la montée et, si ça se passe un peu mieux, je suis plus près des trois premiers qui sont trois mâles". De son côté, Franck Nivard, le driver du pensionnaire de la team Souloy-Billard, regrettait les forces laissées en plaine : "En raison de ses fautes les deux dernières fois, il n’avait pas fait de parcours complet depuis un mois. C’est sûrement ce qui lui a manqué pour finir, surtout que l’attaque de Jean-Philippe (Dubois) nous a fait mal en plaine. Sans cela, je pense qu’il aurait gardé l’une des trois premières places. Il est très embêtant en raison des projections et il est donc mieux quand il est devant".

La plaine fatale
C'est un scénario que l'on n'avait pas du tout imaginé qui s'est produit du bas de la descente jusqu'au bas de la montée dans ce Prix Comte Pierre de Montesson. A savoir une Inoubliable à l'attaque pour tenter de prendre le meilleur à Idéal Ligneries après avoir quitté le sillage d'Italiano Vero. A ce moment-là, les deux leaders étaient chronométrés sur le pied de 1'07''-1'08'' ! A ce jeu-là, dont Jean-Philippe Dubois n'est pas coutumier pour le moins, la pouliche a été la première à céder dans le haut de la montée. "On a fait trop fort. Je ne pensais pas que Franck (Nivard) me contrerait, a commenté ce dernier. Après, c'était trop dur. Bien sûr, on n'aime pas trop ça dans la maison mais ce n'est pas la fin de sa carrière pour autant." Ready Cash encore omniprésent
Ready Cash, qui a lui-même remporté cette épreuve en 2008, est encore une fois absolument incontournable à l'arrivée d'un Groupe 1. D'abord, et comme l'an dernier déjà, comme père de mère puisqu'il est le géniteur de Destinée Cash, la mère d'In The Money. Ensuite, comme père des deux poulains qui complètent le podium, à savoir donc Italiano Vero et Invincible Cash, mais aussi comme le père de Charly du Noyer, auquel on doit It's Now Or Never (quatrième).


Le forfait d'Infant Perrine
Le protégé de la famille Mary a toussé ces dernières heures et un examen des voies respiratoires effectué ce dimanche matin a donné des résultats négatifs, faisant apparaître une trachée sale. "Pas facile de faire forfait dans un Critérium mais il a une carrière à faire", nous a déclaré son entraîneur Charly Mary dimanche à la mi-journée.


Le premier classique de Cristal Money
Cristal Money est entré au haras en 2016 dès l'âge de 4 ans. C'est à la fin de cette année-là qu'il dut mettre un terme à sa carrière de compétiteur qu'il fit sous les couleurs de Richard Cohen. Au cours de celle-ci, il ne disputa que 20 courses mais montra un grand potentiel comme en témoignent sa victoire dans le Prix de l’Étoile et ses accessits dans le Championnat Européen des 3 Ans et le Prix Albert Viel pour ne citer que les Groupes 1. Les "I" constituent sa deuxième génération en piste avec laquelle il parvient donc à produire un vainqueur classique dès le Prix Comte Pierre de Montesson avec In The Money.

D'où vient-il ?

Une réussite signée Thierry Duvaldestin, à tous les postes, dans le rôle d'éleveur, de propriétaire, d'entraîneur et de driver! Un Thierry Duvaldestin qui était également responsable de Cristal Money 1'13'' (Prix de l'Etoile), le père de notre sujet, et de Destinée Cash 1'17'', sa mère, une fille de Ready Cash 1'10'', petite gagnante de deux tournois provinciaux, chez Romuald Mourice, mais fort bien née, en tant que soeur utérine du classique et étalon Uniclove 1'10'' (Look de Star), ainsi que de la semi-classique Tolérance 1'13'' (Insert Gédé), sans oublier un bel inbreeding sur Workaholic (4x2). In The Money est le premier produit de Destinée Cash, avant Jazz Money, qui n'est autre que son propre frère.

7e | PRIX COMTE PIERRE DE MONTESSON
Att - 2700 m - Groupe 1 - 170 000 €
IN THE MONEY 1'13"4
Cristal Money x Destinee Cash (Ready Cash)
Driver : T. Duvaldestin - Entraîneur : T. Duvaldestin
Propriétaire : E. T. Duvaldestin - Eleveur : E. T. Duvaldestin
2e Italiano Vero 1'13"4
3e Invincible Cash 1'13"5
4e : It's Now Or Never - 5e : Ideal Ligneries - 6e : Ideale du Chene - 7e : Idylle A Vie
Coktail Jet 1'11''2 Quouky Williams 1'14''2
Cristal Money 1'13''2 Armbro Glamour (US)
Making Money 1'23''3 Himo Josselyn 1'13''3
IN THE MONEY Dolly du Buisson
Ready Cash 1'10''3 Indy de Vive 1'11''9
Destinee Cash 1'17''7 Kidea 1'18''2
Linda Somolli 1'15''9 Workaholic (US)
Ophelia 1'18''0
A voir aussi :
...
Profiter du contexte européen
pour réussir à se relancer

Une seule éliminatoire au Grand Prix de l'UET (course A) cette année en France. Avec un champ de sept partants, on peut ajouter que l'appel européen et ses mannes (400.000 € sont distribuées dans la finale du Grand Prix ...

Lire la suite
...
Explication entre millionnaire
et aspirant millionnaire

Rendez-vous important pour les meilleurs chevaux d'âge sous la selle, le Prix Georges Dreux (Gr.3) n'a réuni que sept partants. Les trois candidats les plus riches, dont l'ogre Clegs des Champs, devront rendre 25 mètres à un quatuor incluant ...

Lire la suite
...
Matthieu Abrivard: le record avec Evita

Au sulky d'Evita Peron (Saxo de Vandel), Matthieu Abrivard lève le bras en signe d'allégresse : il tient sa vingt-cinquième victoire au cours du meeting de Vichy, commencé au début du mois de mai et se terminant ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite