... © ScoopDyga
Bahia Quesnot
Actualité - 25.02.2021

Ils seront 15 à la conquête de Paris

Le dernier volet hivernal des Ultimate Finals des Prix d’Amérique Races ZEturf se courra à quinze dimanche. Des seize engagés de mercredi, seul Jerry Mom a quitté la liste définitive. Hormis Face Time Bourbon, le Groupe 1 sur ultra longue distance a réuni tous les autres héros du meeting.

15, c’est beaucoup. Cela permet au Prix de Paris (Gr.1) d’être associé au Quinté+ dominical, une bonne nouvelle sous l’angle des enjeux avec un casting qui réunit tous les grands du moment, à l’exception bien sûr du premier d’entre eux, Face Time Bourbon (Ready Cash), toujours en lice dans le Prix de Sélection (Gr.1), samedi 6 mars. 15 partants, c’est plus que la moyenne depuis 2010 qui se fixe à 13 exactement. Thierry Duvaldestin, qui présente Flamme du Goutier (Ready Cash), l’une des protagonistes les plus attendues dans l’épreuve, soulignait d’ailleurs ce fait dans la conférence de presse, en milieu de journée : « C’est rare de voir autant de partants dans le Prix de Paris ». Cette configuration s’est produite une seule fois depuis 2010, en 2014, année du premier sacre d’Up and Quick.
Sachant que les deux premiers rounds des trois grands Groupes 1 attelés du meeting, désormais réunis sous la formule Ultimate Finals, ont été remportés par deux vainqueurs différents, Face Time Bourbon (Prix d’Amérique) et Délia du Pommereux (Prix de France), la perspective d’un grand chelem s’est évanouie. Il reste néanmoins de nombreux enjeux dans l’épreuve. Comme la recherche d’une compensation hivernale pour Davidson du Pont (Pacha du Pont), d'un enchaînement France/Paris pour Délia du Pommereux (Niky) ou la possibilité d'un doublé Cornulier/Paris pour Bahia Quesnot (Scipion du Goutier).

Davidson du Pont : à la recherche d’une compensation
Deuxième du Prix d’Amérique dans un temps stratosphérique (1’10’’9 contre 1’10’’8 au vainqueur Face Time Bourbon), Davidson du Pont est passé à côté de son Prix de France où il est montré fautif en entrant dans la plaine. Le pensionnaire et partenaire de Jean-Michel Bazire avait donné des signes de fébrilité et nervosité ce jour-là, avant de rendre derrière les ailes de l’autostart. Le champion était tendu avant l’exercice le plus vite de l’hiver. Cette fois, il se lance sur un effort au long cours. Il s’était montré fautif l’an dernier dans le Prix de Paris… C’est la dernière occasion pour lui d’ajouter un Groupe 1 à son palmarès cet hiver.

Les nombres de partants dans le Prix de Paris depuis 2010
Remarque : sur les sept dernières éditions du Prix de Paris, quatre se sont déroulées avec Quinté+ et les trois autres sans.
2021 : 15 partants avec Quinté+
2020 : 13 partants avec Quinté+
2019 : 11 partants (12 avec 1 non-partant) sans Quinté+
2018 : 13 partants avec Quinté+
2017 : 13 partants avec Quinté+
2016 : 12 partants sans Quinté+
2015 : 13 partants sans Quinté+
2014 : 15 partants avec Quinté+
2013 : 11 partants sans Quinté+
2012 : 14 partants (15 avec 1 non-partant) avec Quinté+
2011 : 14 partants avec Quinté+
2010 : 14 partants (15 avec 1 non-partant) avec Quinté+

Délia du Pommereux dans l’exercice du grand écart
Elle fait partie des trotteurs au spectre de talent très large. Délia du Pommereux vient de défaire Face Time Bourbon dans le Prix de France (Gr.1) mais n’a rien d’une seule jument de vitesse. Ses titres en matière de tenue sont éloquents, notamment sa quatrième place durant le meeting dans le Prix d’Amérique ou sa deuxième place du Critérium des 5 Ans (Gr.1), sur 3 000 mètres. L’an dernier, elle avait conclu cinquième du Prix de Paris sans avoir eu le meilleur des parcours. Bref, elle a la palette des qualités pour faire le grand écart entre le Prix de France et le Prix de Paris. Le dernier à avoir réussi l’enchaînement est Bold Eagle, en 2017, mais le crack avait tout raflé cet hiver-là réussissant le grand chelem dans le triptyque hivernal. En fait le dernier à avoir produit la même séquence France/Paris que celle imaginée pour Délia du Pommereux est Ready Cash en 2013 après avoir été défait dans le Prix d’Amérique par Royal Dream. Pourquoi ne pas évoquer plus tôt Bélina Josselyn ? Parce que la championne de la famille Bernard a remporté les trois pièces principales du meeting d’hiver mais n’a jamais réalisé lors du même meeting l’enchaînement France/Paris.

Les étrangers
Ils sont cinq trotteurs étrangers au départ [lire notre dossier sur les étrangers dans le Prix de Paris dans notre précédente édition] : Hard Times, Valzer di Poggio, Violetto Jet, Moni Viking et Tony Gio. Les ambitions les plus ouvertement affichées sont celles de Pierre Vercruysse au sujet de son pensionnaire Moni Viking [lire également notre précédente édition]. Le professionnel a précisé ce jeudi lors de la conférence de presse : « Moni Viking est très bien. Les trois semaines entre le Prix de la Marne et le Prix de Paris étaient idéal pour lui. Il a plus de tenue que de vitesse. Il l’a prouvé l’été dernier en remportant un Groupe 1 et un Groupe 2 en Scandinavie sur plus de 3000 mètres. »

Flamme du Goutier dans une séquence rarissime
Plus vue au monté dans la deuxième partie du meeting, durant lequel elle a remporté les Prix de l’Île-de-France et des Centaures (Grs.1), Flamme du Goutier retrouve l’attelé dimanche où ses titres ne manquent pas. Et elle répond d’ailleurs de ce point de vue au portrait-robot établi par Sébastien Guarato pour réussir dans le Prix de Paris : « Il faut un cheval qui respire bien mais qui sache sprinter très vite. Il faut pouvoir faire 500 mètres très, très vite. » Le dernier enchaînement réussi Centaures-Paris est à l’actif de Vivier de Montfort en 1992. Pour l’anecdote, Vivier de Montfort avait conclu en outre deuxième du Prix de Cornulier cette année-là comme… Flamme du Goutier il y a quelques semaines.

La Conférence de presse
Quatre professionnels ont participé à la conférence de presse de présentation du Prix de Paris : Thierry Duvaldestin en présentiel à Vincennes, Sébastien Guarato, Junior Guelpa et Pierre Vercruysse en visio conférence. Les deux premiers ont désigné Davidson du Pont comme le cheval à battre. Junior Guelpa s’est montré plus réservé, déclarant : « La dernière fois, Davidson du Pont était sur le gaz. Il faudra qu’il soit calme dimanche. Ce n’est pas un coup sûr comme peut l’être Face Time Bourbon. » Quant à Pierre Vercruysse, il a insisté sur le coté ouvert de l’épreuve : « La course est plus ouverte qu’l n’y paraît. Il y a beaucoup de candidats en grande forme. Il ne faut pas exclure une forme de surprise à l’arrivée. »


Il faut des chevaux calmes, froids au départ.
Thierry Duvaldestin

© ScoopDyga
Le cas de Tony Gio
Sébastien Guarato aura deux partants dans ce Prix de Paris : Tony Gio (Varenne) et Carat Williams (Prodigious). L’entraîneur nourrit des ambitions limitées, précisant lors de la conférence de presse : « Ce sont des secondes chances. » Concernant Tony Gio, deuxième des deux dernières éditions du Prix de Paris, il complète : « C’est sa dernière course. Ça va être compliqué, il a mal couru tout l’hiver mais il peut être surprenant. L’an dernier, il avait mal couru également avant et avait pris la deuxième place du Prix de Paris. »

Bahia Quesnot dans les pas de Jag de Bellouet
Le dernier doublé Prix de Cornulier – Prix de Paris lors du même meeting est à l’actif de Jag de Bellouet en 2004. Lors du même hiver, le crack avait conclu troisième du Prix d’Amérique et deuxième du Prix de France. Bahia Quesnot affiche respectivement une cinquième et quatrième place. Lors de la conférence de presse, Junior Guelpa a exposé son approche, notamment dans sa préparation : « Bahia Quesnot va essayer de faire une belle course comme elle a fait tout l’hiver. Elle est bien calme et souple actuellement au travail. Comme est elle restée bien, on y va même si ce n’était pas le plan initial. Autrement, cela lui aurait fait quatre semaines sans courir avant le Critérium de Vitesse de Cagnes. Il faudra qu’elle soit bien calme et qu’elle respire bien. La tenue, elle l’a. J’ai plus travaillé le foncier les quinze derniers jours pour préparer cette course. J’ai vraiment changé sa préparation pour prendre en compte le fait qu’il y a deux tours de la grande piste. »

Et tous les autres
La course s’annonce donc ouverte selon Pierre Vercruysse. Effectivement. Comment ne pas aussi citer Féerie Wood (Rockfeller Center) qui a repris de la fraîcheur, Décoloration (Prince d’Espace), une des révélations de l’hiver, Violetto Jet (From Above), irréprochable dans la catégorie inférieure, Diable de Vauvert (Prince d’Espace), l’ultra finisseur sixième du Prix d’Amérique, Etonnant (Timoko), en rupture de monté, ou Chica de Joudes (Jag de Bellouet), rassurante la dernière fois et dont on attendait une grande performance durant ce meeting. Bref, ce Prix de Paris s’annonce palpitant.
© ScoopDyga
Autre temps mais mêmes acteurs. Le Critérium des 5 Ans 2018, sur 3000m, met en scène une lutte acharnée en Davidson du Pont, qui en sortira vainqueur, et Délia du Pommereux - © ScoopDyga
PARTANTS VINCENNES - Dimanche 28 Février
PX DE PARIS MARATHON RACE - (15H15)
Premium - Att. - (1) - 400 000 € - 4 150m
1. HARD TIMESV. Ciotola
2. VALZER DI POGGION. Bazire
3. DECOLORATIONT. le Beller
4. FEERIE WOODA. Abrivard
5. VIOLETTO JETF. Nivard
6. DIABLE DE VAUVERTG. Gelormini
7. ETONNANTA. Barrier
8. MONI VIKINGP. Vercruysse
9. FLAMME DU GOUTIERThe. Duvaldestin
10. CHICA DE JOUDESA. Laurent
11. TONY GIOY. Lebourgeois
12. CARAT WILLIAMSM. Abrivard
13. DELIA DU POMMEREUXE. Raffin
14. BAHIA QUESNOTJ. Guelpa
15. DAVIDSON DU PONTJ.M. Bazire

L’obligation de la respiration et du calme

Durant la conférence de presse présentant l’épreuve, plusieurs professionnels ont listé quelques qualités nécessaires pour affronter et réussir le challenge des 4 150 mètres imposés par l’épreuve. Pour Thierry Duvaldestin : « Il faut des chevaux calmes, froids au départ. Des chevaux qui respirent bien. » Quant à Sébastien Guarato, il a ajouté : « Il faut un cheval qui respire bien mais qui sache sprinter très vite. Il faut pouvoir faire 500 mètres très, très vite. »

A voir aussi :
...
Heliade du Goutier en lice dans le Championnat Européen des juments

Save The Quick (Jasmin de Flore), Anna Mix (Ludo de Castelle), sans oublier Uza Josselyn (Love You). Tels sont les noms français figurant au palmarès du Championnat Européens des Juments - Prix Maharajah, qui aura lieu mercredi ...

Lire la suite
...
Première victoire prémium pour Alexandre Guérin

La joie d’Alexandre Guérin faisait plaisir à voir au passage du poteau du Prix de l’AFASEC dans la deuxième épreuve d’Amiens. La casaque de l’écurie de l’Iton s’est illustrée pour la quinziè...

Lire la suite
...
Il était
une fois Grosbois (2/2)

Suite et fin de notre rétrospective et de notre dossier sur Grosbois, à la faveur du soixantième anniversaire de son acquisition, par la Société du Cheval Français, le 26 juillet 1962. Grosbois n’est pas seulement un centre d’...

Lire la suite
...
Alexandre Abrivard joue sur tous les tableaux

Àla consultation des différents classements du trot, il est saisissant de voir qu'une tête se répète plus que régulièrement. Déjà leader des classements Sulky d'Or, Étrier d'Or et combiné (il nous en parlait ...

Lire la suite