...
Actualité - 09.03.2021

Rose Vigorito-Somson : à la tête des équipes des hippodromes parisiens

on s’est équipé à Enghien de deux herses carrées, à l’instar de celles qui officient à Caen, Cabourg ou Grosbois
Rose Vigorito-Somson

Aussitôt Vincennes fermé, très provisoirement puisque la prochaine réunion est déjà prévue pour le 26 mars, Enghien prend le relais vendredi pour une série de cinq réunions. Contrairement aux années précédentes, cette séquence ne vient pas en doublon sur la fin du meeting d’hiver et jouera un rôle de transition avant le printemps. C’est dans cet esprit que les équipes des deux hippodromes, aujourd’hui réunies en une seule entité, ont oeuvré ces dernières semaines, le tout sous la houlette de Rose Vigorito-Somson, laquelle a pris la suite de Fabrice Douville l’automne dernier.

"Rappelez-moi dans 30mn, je suis dans le tracteur sur la piste". Le ton était donné samedi quand il s’agissait de prendre rendez-vous avec la « patronne » des équipes des hippodromes parisiens. Très impliquée sur le terrain, Rose Vigorito-Somson a pris les rênes d’un staff composé de 43 personnes avec détermination. Si "ce n’était pas gagné d’avance" pour reprendre ses propres propos, cette ancienne membre de la Direction des Ressources Humaines au siège de la société-mère, qui avait rejoint l’hippodrome de Vincennes dès 2008, a aujourd'hui bien les choses en mains. Elle a accepté de faire le bilan du meeting tout en se projetant vers Enghien.

24 h au trot : Quel sentiment prédomine à la sortie de ce meeting d'hiver ?
Rose Vigorito-Somson : Celui d’une véritable réussite grâce à la confiance qui nous a été témoignée par le Conseil d’Administration et son Président. Cela nous a permis de bien travailler et de prouver qu’on peut faire du très très bon boulot. On a eu quelques situations compliquées, en même temps c’est le meeting d’hiver donc quoi de plus normal. Quand je regarde le relevé, on a comptabilisé 29 nuits avec des températures inférieures à 0°C, ce qui crée toujours des situations plus compliquées mais, grâce à l’engagement total et au professionnalisme des équipes, que je tiens à saluer, on a pu donner un produit d’excellence au quotidien aux professionnels.

Quels ont été les défis qu'il vous a fallu relever ces derniers mois ?
Je suis ravie d’avoir pris les nouvelles missions qui m’ont été confiées (NDLR : après le départ de Fabrice Douville) : j’ai toujours été curieuse de nature et j’aime m’intéresser à de nouvelles choses. Ce n’était pas forcément gagné d’avance car il fallait comprendre et appréhender au mieux notamment les travaux extérieurs et surtout ceux concernant la piste.
Alors j’ai beaucoup écouté, j’ai posé beaucoup de questions afin de prendre les bonnes décisions en responsabilité. J’ai passé beaucoup temps à leurs côté, ayant toujours tourné nuit comme jour sur la piste : on a fait corps. La tâche était franchement difficile mais je suis fière de moi en ce jour international des droits de la femme (interview réalisée lundi). C’est le moment de le clamer !

De nombreux records sont tombés au cours de ce meeting d'hiver 2020-2021 ? Comment réagissent les équipes dans ce cas ?
Tout le monde est très attentif aux commentaires des journalistes sur la piste proposée les jours de courses et bien sûr à ceux des professionnels. Et quand de grandes performances sportives sont réalisées, je sens bien leur fierté : ils se disent, « c’est un peu grâce à nous ». Alors, oui, je peux vous affirmer qu’à chaque nouveau record je vois beaucoup de sourires sur les visages. C’est très gratifiant pour tout le monde.

Il y a eu des journées plus compliquées aussi. Comment le vit-on de l'intérieur ?
Les épisodes de neige ont été gérés avec sérénité par l’équipe et on y est finalement habitués. Il y a 11 hectares de piste à gérer et grâce à une mobilisation nocturne et diurne, on a pu proposer une piste plus qu’acceptable.

Comment sont composées aujourd'hui les équipes des deux hippodromes parisiens ?
Les équipes de Vincennes et d’Enghien ne font aujourd’hui qu’une. Cela représente 43 personnes travaillant majoritairement en extérieur (pistes, écuries et espaces verts) auxquelles on ajoute l’équipe administrative et les électriciens, les peintres, le plombier, le climaticien, etc.

Comment la situation de huis-clos a-t-elle joué un rôle dans votre organisation ?
Même sans public, il m’a paru primordial de continuer à entretenir les espaces non occupés cet hiver car cela aurait été très démoralisant pour nous de voir l’hippodrome dans un mauvais état : il faut entretenir les 44 hectares de manière régulière. Avec le huis-clos, une très grande partie de l’hippodrome a été « off » mais on peut passer sur « on » dès que ce sera possible car l’hippodrome a été entretenu.




Le meeting d'hiver de Vincennes en chiffres
94 réunions
778 courses
sur 18 semaines au total
et 14 dimanches





LES GROUPES À ENGHIEN AU 1ER SEMESTRE
La journée du samedi 24 avril sera la grande réunion du printemps sur l'hippodrome valdoisien. Avec en tête d'affiche le Prix de l'Atlantique (Gr.1) dont l'édition sera toute particulière : il s'agit en effet de la seule compétition de son niveau qui n'avait pas retrouvé de place dans le calendrier chamboulé en 2020. Durant cette même après-midi se disputeront les semi-classiques Prix Gaston Brunet et Gaston de Wazières, réservés aux bons 4 ans à l'attelé. Ces deux épreuves ne serviront en revanche pas de tremplin direct au Critérium des 4 ans dont le positionnement a été conforté en 2021 en fin d'été, le jour du Critérium des 5 Ans. Mais elles seront bien qualificatives comme le stipulent les conditions de course : "La gagnante du Prix Gaston de Wazières bénéficiera d'une priorité de participation dans le Critérium des 4 ans du présent meeting."


Et Enghien dans tout cela ?
Les équipes ont joué sur les deux tableaux : l’entretien de Vincennes et un entretien permanent d’Enghien durant l’hiver. On a réalisé des travaux à la fois simples et primordiaux sur la piste comme le nettoyage des regards et des bords de piste. Et comme une piste n’est jamais morte, elle bouge en permanence et réagit à tous les événements climatiques, on a fait un travail d’entretien courant et de recherche de stabilité et d’équilibre de la piste. Pas question pour nous de la laisser s’endormir, l’outil de travail en serait détérioré. Or là, je peux vous affirmer qu’elle se porte très bien et qu’on peut accueillir en totale confiance les professionnels vendredi. Comme annoncé durant l’automne, on s’est équipé à Enghien de deux herses carrées, à l’instar de celles qui officient à Caen, Cabourg ou Grosbois, lesquelles nous permettront d’avoir une surface de grande qualité les jours de courses. Cet outil c’est de l’horlogerie, pour faire du travail de grande précision.
Des travaux plus importants comme le nivellement au laser par exemple n’ont pas été possibles du fait des conditions météorologiques à la mi-février et, en concertation avec Christophe Walazyc (directeur du site de Grosbois), j’ai décidé de les reporter à une date ultérieure, ne voulant pas prendre de risque. Il nous faudra plus de stabilité climatique pour travailler en profondeur la piste.





ENGHIEN JUSQU'EN JUILLET
12 réunions
6 réunions en deuxième partie de journée (1ère course vers 16h22)
2 réunions en nocturne : les vendredi 12 et 19 mars
4 réunions diurnes
98 courses (-1 par rapport à 2020)
INFO + : En raison du match de l’EURO 2021 France-Hongrie à 15 heures, la réunion du samedi 19 juin sera programmée en fin d’après-midi.

A voir aussi :
...
Faithful, le coeur cagnois

Il y a des affinités qui ne se démentent jamais. De celles qui resurgissent encore et toujours. Faithful (Village Mystic) a des affinités avec l'hippodrome de la Côte d'Azur, c'est sûr. Lauréat de deux é...

Lire la suite
...
Instinct Saint Bar était intouchable

La présence de l'invaincu Intouchable (Prodigious), titulaire de quatre victoires dont la dernière à Vincennes, écrasait le reste du champ dans le Prix du Bistrot de Mémé. Les réserves émises avant coup par son driver Matthieu Abrivard, ...

Lire la suite
...
Aix-les-Bains a lancé son meeting estival ce lundi

Certains ne manqueraient son meeting pour rien au monde. La société des courses d'Aix-les-Bains a lancé, ce lundi, sa séquence de réunions de trot après celle consacrée au galop en juin et juillet. Au total, ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite