... © ScoopDyga
Actualité - 10.03.2021

Les chiffres du meeting d'hiver 2020-2021

LA DIGITALISATION DU MEETING D'HIVER SE TRADUIT PAR DES AUGMENTATIONS DES CHIFFRES D'AFFAIRES.
Guillaume Maupas

Guillaume Maupas, Directeur Technique de LeTROT, a présenté ce mercredi matin le bilan du meeting d'hiver 2020-2021 de façon détaillée. "Un meeting inédit, totalement improbable qu'on ne souhaite pas revivre un jour" sans public mais qui atterrit seulement à -10,3% de chiffre d'affaires, "un résultat inespéré". Nous vous proposons de décortiquer les tendances principales de ces quatre mois de compétitions aussi cruciales sur le plan sportif que sur le plan économique.

Les conditions exceptionnelles liées à la crise sanitaire resteront bien sûr gravées dans la mémoire collective et notamment par l'absence de public et des entourages des chevaux, au sens large.
Dans les chiffres, elles se traduisent principalement dans des allocations moins élevées par rapport au précédent meeting, sous l'impact des deux premiers mois de compétitions touchés par la baisse des allocations décidées en mai 2020. Grâce à la revalorisation à partir du 1er janvier, la baisse est finalement de 3,89 % dans la globalité de l'enveloppe (les courses les mieux dotées se sont disputées lors de la seconde moitié du meeting) et de 7,88 % en moyenne par course.
Elles se traduisent aussi par une baisse du nombre de chevaux étrangers venus concourir à Vincennes durant le meeting, impliquant elle-même une diminution du nombre de partants moyens par course. Il n'empêche, les courses supports d'événements (Quinté+ au PMU), capitales en termes de génération de chiffres d'affaires et de marge, se sont bien tenues avec 79 % d'entre elles avec 14, 15 ou 16 partants. "Ce chiffre satisfaisant, commente Guillaume Maupas, est celui qu'on retient et qui nous importe beaucoup quand on fait la cartographie du meeting d'hiver." Si bien que le nombre moyen de partants dans ces courses est resté lui stable (14,83 vs 14,91).
Les 9 860 partants présentés par 706 (702 l'an passé) entraîneurs différents et confiés à 627 jockeys/drivers ont permis de générer un chiffre d'affaires en baisse de 10,3 % par rapport à l'an dernier, à mettre en miroir avec une situation de plus de 3 000 points de vente fermés administrativement : "Si on m'avait dit avant le meeting d'hiver qu'on allait finir à -10 %, j'aurais signé des deux mains tout de suite", a commenté Guillaume Maupas pour illustrer l'état d'esprit qui règne à l'heure de ce bilan.

Les chiffres-clés
94 réunions (90 en 2019-2020)
778 courses (746)
35 556 chevaux engagés (35 604)
12,44 partants par course (12,93)

La baisse d'un demi-point du nombre moyen de partants par course est un élément central dans ce bilan chiffré du meeting 2020-2021. En découlent en effet nombre de sujets d'analyses très intéressants pour mieux appréhender comment les quatre mois de compétitions se sont orchestrés. D'autant que ce demi-point par rapport à l'an dernier atteint même un cheval en moins par course en comparaison avec 2016-2017. Pour reprendre une expression imagée : il faut savoir où sont les "trous dans la raquette".

LES CHEVAUX ÉTRANGERS
On y revient toujours, qu'on le veuille ou non, les circonstances de la crise sanitaire du COVID-19 sont aussi une raison de ce chapitre. Les difficultés pratiques, administratives et financières de déplacement ont sans aucun doute dissuadé nombre de professionnels étrangers à venir courir en France cet hiver. Les chiffres sont sans appel, même quand on étend l'analyse aux chevaux étrangers entraînés en France (ce qui suggère qu'il y a eu moins de transferts pré-meeting en 2020).

Stats
Chevaux entraînés à l'étranger
255 chevaux (-15,8 % vs 2019-2020)
554 partants (-17,8 %)
Chevaux étrangers (y compris les chevaux entraînés en France)
538 partants (sur 2050 partants au total dans les courses ouvertes) contre 603 l'an passé (sur 2045).

LES CHEVAUX FRANÇAIS
S'ils sont beaucoup moins venus de l'étranger, la provenance des participants au meeting d'hiver de Vincennes est également très inégale en fonction des régions de France. L'analyse présentée par la Direction Technique fait ainsi apparaître au rang des disparités en fonction des régions d'entraînement :
- le Sud-Est fait ainsi apparaître une baisse de 48 % par rapport à l'an passé et la Haute-Normandie de 28 %
- il y a eu en revanche plus de trotteurs entraînés dans le Centre-Est (+33 % pour 48 partants de plus) et en Anjou-Maine, région qui a vu son nombre de partants augmenter de 200 unités.

Les raisons sont bien sûr multiples. De nouveau la crise du COVID-19 et ses deux mois d'arrêt au printemps 2020 qui ont concerné une population de trotteurs moins argentés qu'à l'accoutumée et ne rentrant donc pas dans les conditions de course. Cette hypothèse vaut notamment chez les jeunes trotteurs à l'attelé, catégories dans lesquelles ont été constatées des baisses entre 0,8 et 1 partant par course chez les H, G et F.
Autre élément à prendre en considération, la toujours plus grande sélectivité des courses de Vincennes comme en témoignent clairement les évolutions des chronos à tous les étages de la hiérarchie.
Peut aussi enfin se poser la question de la concurrence des courses durant l'hiver. Alors que le concept des meetings en région attirent les professionnels pour assurer une activité parallèle à l'élite du meeting d'hiver, Guillaume Maupas a quant à lui souligné vouloir "apporter de la cohérence entre les différents meetings et faire en sorte de ne pas proposer des conditions de courses en région trop proches de celles qu'on peut trouver à Vincennes."


Si la baisse du nombre de partants est centrale dans les réflexions, c'est aussi qu'elle impacte de façon plus ou moins directe les volumes d'enjeux. Malgré tout, et malgré le COVID (on n'y revient toujours), les chiffres donnent donc globalement satisfaction dans l'esprit "cela aurait pu être pire", avec comme moteur principal : la tendance à la forte progression de l'activité sur le on-line.

À propos des enjeux
Guillaume Maupas : "+40 % chez les opérateurs et +53 % sur le pmu.fr sur le meeting d'hiver : c'est à la fois une réelle adhésion, un vrai transfert et la conséquence de la conquête de nouveaux clients par les opérateurs. C'est donc une réelle satisfaction de dire que la baisse n'est que de 10,3 %, d'autant qu'on doit aussi comparer avec plus de 15 millions d'euros qui n'ont pas été joués en PMH."

Si les résultats globaux sur les courses-événements ont donné satisfaction, un chiffre en nette baisse est à souligner (consécutif à la baisse des partants) : celui du nombre de Multis proposés aux clients du PMU durant l'hiver
337 contre 377 l'an passé (avec 32 courses de plus) et même 433 durant l'hiver 2015-2016 ! "Il faut travailler cela, a précisé Guillaume Maupas, car ces courses et ce pari s'avèrent très attractifs pour nos clients."

Sportivement
Nous avons déjà eu l'occasion de décliner dans nos colonnes les différents vainqueurs des classements du meeting d'hiver. On soulignera deux éléments importants lors de cette présentation :
A. la toujours plus grande sélectivité et concentration des succès dans les catégories drivers/jockeys.
Le TOP 10 des drivers se partage 60 % des victoires
Le TOP 10 des jockeys 63 %
B. La présentation d'un classement des propriétaires prenant en compte des contrats d’association et de location. Dans ces conditions, le trio de tête est le suivant :
1. Franck Leblanc
2. Philippe Allaire
3. Écurie Saint-Martin




Le marché des chevaux
Concluons avec une bonne surprise, eu égard toujours et encore aux circonstances du moment et en particulier du huis-clos. Cela fait longtemps qu'il n'y avait pas eu autant de chevaux réclamés durant le meeting d'hiver (à nombre de courses équivalent). Il y a eu 55 changements de mains contre 25 l'an dernier ! Les entraîneurs se sont donc montrés actifs en officiant pour le compte de leurs propriétaires et ont surtout réagi très positivement à la politique de baisse des taux de réclamation appliquée lors de ce meeting d'hiver.

A voir aussi :
...
Suède : connaissez-vous
la course aux Onions ?

Elle n’a pas le statut de Groupe. Et pourtant, en Suède, The Onions Lopp (la course aux oignons ou le Prix L'Oignon) est une institution. Elle se court ce mercredi à Solvalla et réunit 10 partants dont Milliondollarrhyme, quatriè...

Lire la suite
...
Hyancinto Bello
pourra viser plus haut

Le chrono de la course parle pour lui : 1'13''2 sur les 2700m. Cela traduit aussi le déroulement d'une course très rythmée sous l'impulsion d'un Hidalgo du Rib, fautif à la sortie du dernier virage et laissant place à ...

Lire la suite
...
Idylle Speed passe
son test grande piste

Après avoir réussi sa première sortie parisienne, Idylle Speed (Carat Williams) confirme lors de ses débuts sur le tracé de référence : les 2700m de la Grande Piste. Les espoirs fondés en elle trouvent ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite