... © Aprh
Actualité - 07.04.2021

Moi, Bugsy Malone, 10 ans et toujours aussi fort

On pouvait avoir quelques doutes sur l’état de forme et le réel potentiel de Bugsy Malone, version 2021, en ce début de saison. Il a mis moins de quatre minutes pour apporter la plus belle des réponses affirmatives : Bugsy Malone a 10 ans et possède toujours le même potentiel. Sa victoire dans le Grand Prix Angers Loire Métropole (Gr.3) est le fruit d’un compétiteur au-dessus de la mêlée du jour. Un concurrent avec lequel il faudra encore compter cette année.

Sa rentrée avait été mi-figue, mi-raisin. Que reprocher à Bugsy Malone (Ready Cash) deuxième d’Echo de Chanlecy (Quinoa du Gers) en lui rendant 25 mètres sur le parcours caennais des 2 450 mètres, sur lequel rendre la distance n’a rien d’une sinécure ? Il avait manqué pour finir, résistant par ailleurs de peu à Clyde Barrow (Love You) pour la deuxième place. Une performance évidemment honnête, loin d’être à la portée du premier venu, mais un peu piquante pour un compétiteur de la trempe de Bugsy Malone. Le représentant de Philippe Allaire a progressé sur cette rentrée. Une impression confirmée par son driver Franck Nivard sur Equidia : « Au heat, le cheval était parfait. Il était vraiment bien tonique, bien souple. Pour sa rentrée à Caen, le cheval avait besoin de retrouver le rythme de la compétition. »
Ce mercredi, Bugsy Malone s’est imposé en maître du peloton dans une épreuve dans laquelle il devait rendre 50 mètres sur la longue distance de 3 100 mètres. Franck Nivard toujours : « Je me doutais que Tony (Le Beller) allait vouloir mon dos avec Echo de Chanlecy. J’ai pu prendre la tête sans faire d’effort. Ensuite Favorite Fligny, qui avait une bonne chance au premier poteau, a voulu faire un relais avant que je ne reprenne la tête. Au final, je préférais l'avoir dans mon dos qu’Echo de Chanlecy. J’ai commencé à accélérer à partir du dernier passage de la ligne d’en face. Il n’a jamais lâché le morceau. C’est un "dur". »

Le club des « B » millionnaires
Ils sont dix millionnaires dans la promotion dorée née en 2011, les « B ». Bugsy Malone est l’un d’eux et occupe le huitième rang du classement.
1. Bold Eagle (5 031 287€)
2. Belina Josselyn (2 618 970€)
3. Billie de Montfort (2 441 628€)
4. Bird Parker (2 079 705€)
5. Bilibili (1 879 600€)
6. Bahia Quesnot (1 563 208€)
7. Bel Avis (1 126 633€)
8. Bugsy Malone (1 057 930€)
9. Blé du Gers (1 031 801€)
10. Bellissima France (1 015 330€)

Philippe Allaire a eu raison
A posteriori, Philippe Allaire a eu raison, en janvier 2016, quand il a racheté Bugsy Malone lors de la vente du Prix d’Amérique d’Arqana Trot. Alors âgé de 5 ans, le fils de Ready Cash, déjà hongre, affichaient des gains à l’époque de 224 710 € et restait sur trois victoires consécutives à Vincennes. En le rachetant 380 000 €, Philippe Allaire avait placé la barre très haute et paru, pour beaucoup, gourmand. Cinq ans plus tard, la carrière réussie (et non encore terminée) de son représentant avec des gains qui dépassent le million d’euros donne en tout cas raison au professionnel du Haras de Bouttemont.


Une performance théorique respectable
Le Grand Prix Angers Loire Métropole (Gr.3) est un peu le jardin de Bugsy Malone. Il y participait ici pour la troisième fois après une victoire en 2018 (en battant Aubrion du Gers) et une deuxième place en 2019 (battu par... Aubrion du Gers). En signant la réduction kilométrique de 1'13''5, Bugsy Malone fait mieux que lors de son premier succès (1'14'' avec un rendement de distance de 25 mètres) mais moins bien qu'en 2019 lorsqu'il réalisait 1'12''9 contre 1'12''8 au lauréat Aubrion du Gers. Bref, on est là dans les mêmes eaux sur un parcours dont le record est toujours détenu par Bird Parker (1'12''6 en 2017).

Premier grand objectif : le Prix des Ducs de Normandie
L'entourage du vainqueur nous avait déclaré il y a peu à Vincennes que le grand objectif à venir de Bugsy Malone était le Prix des Ducs de Normandie (Gr.2), le 19 mai à Caen.

Echo de Chanlecy toujours impeccable
Il n’est jamais sorti des quatre premiers lorsqu’il se présente pieds nus. Echo de Chanlecy s’est une nouvelle fois montré fidèle à lui-même, produisant une belle fin de course, sans néanmoins pouvoir vraiment inquiéter Bugsy Malone. Les 25 mètres d’avantage supplémentaire qu’il possédait sur Bugsy Malone, alors même qu’il venait de le battre à Caen, n’auront pas suffi pour répéter. La faute à une montée en condition du vainqueur et à un parcours angevin de longue haleine plus favorable au rendement de distance. Pour Eric Blot, son représentant n’a rien à se reprocher [sur Equidia Racing] : « Mon cheval court encore de première. Bugsy Malone était monté en condition sur sa course de rentrée de Caen. Aujourd’hui, nous sommes battus par un champion tout simplement. Toutes les courses de mon cheval sont bonnes en ce moment. J’espère qu’il va rester dans cette période de forme un moment. On va peut être le présenter dans une étape du Trophée Vert. Cela pourrait lui faire du bien de changer de surface car il a les pieds fragiles. »

La résistance des « B »
Au-delà du fait que les autres générations contemporaines n’ont pas produit autant de millionnaires par année [lire les 10 millionnaires dans la promotion née en 2001 en page 1], les « B » montrent aussi une rare capacité à durée. Dans le top-10 de la génération, quatre éléments sont toujours sur le circuit : Billie de Montfort, Bahia Quesnot, Blé du Gers et donc Bugsy Malone.


Davidson du Pont ne rassure pas
Davidson du Pont (Pacha du Pont) était annoncé en mode préparation, ferré et confié à Nicolas Bazire. Le tombeur de Face Time Bourbon dans le Prix de France 2020 devait surtout produire une prestation rassurante après trois disqualifications consécutives. Cela n’a pas été le cas. Dernier tout le parcours, sans donner l’impression de pouvoir gicler à tout moment, le 8 ans s’est révélé tendu en course et dans l’après-course, a conclu 12e et a fait dire à Nicolas Bazire (propos rapportés sur Equidia Racing) : « Je n’ai pas pris de plaisir aujourd’hui avec lui parce qu’il était nerveux et même anormalement nerveux. » Les dispositions et surtout l’envie actuelle du pensionnaire de Jean-Michel Bazire sont toujours sujets à questionnement.

D'où vient-il ?

Bugsy Malone est le deuxième produit de Night Captain qui avait passé la barre des 100 000 € de gains dans sa carrière de course. Cette fille de Goetmals Wood et la plus riche de sa fratrie. Sa mère Taorestane Captain est, quant à elle, à la base de nombre de très bons trotteurs au premier rang desquels la championne Elitloppa (377 488 €) mais aussi la semi-classique Genoa's Pride (209 758 €) d'où Rhéa Pride (339 740 €). C'est la famille d'Ever Pride (220 900 €) et d'Heaven's Pride (207 070 €).

1ère | GRAND PRIX ANGERS LOIRE METROPOLE
Att - 3100 m - Groupe 3 - 60 000 €
BUGSY MALONE 1'13"5
Ready Cash x Night Captain (Goetmals Wood)
Driver : F. Nivard - Entraîneur : P. Allaire
Propriétaire : P. Allaire - Eleveur : C. Simon
2e Echo de Chanlecy 1'14"8
3e Favorite Fligny 1'15"
4e : Dreambreaker - 5e : Duc du Lupin - 6e : Beau de Grimoult - 7e : Belle Louise Mabon
A voir aussi :
...
Dragon des Racques 1'11''
Haras d'Avireau

Notre série "Leurs premiers produits arrivent aux qualifs" vous présente tous les étalons dont les produits initiaux ont 2 ans et sont attendus dans les prochains mois aux qualifications. SA CARRIERE Dragon des Racques 1’11’’ a été l’un des ...

Lire la suite
...
Isocrate d'Ela et Hamandina montrent de beaux moyens

Deux éléments des jeunes générations ont prouvé ce dimanche à Chartres qu'ils n'évoluaient en l'occasion pas dans leur véritable catégorie. Le 3 ans Isocrate d'Ela et la 4 ans Hamandina vont continuer leur marche en avant dans ...

Lire la suite
...
Ilya du Goutier et Indica
débutent victorieusement

Deux débutantes, dans un style différent chacune, ont remporté les épreuves réservées aux pouliches de 3 ans, à savoir Ilya du Goutier et Indica, respectivement pour les entraînements de Thierry Duvaldestin et Laurent Abrivard.

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite