...
Actualité - 30.08.2020

Marie Touraine et Nicolas Menand : penser positif

Comme chaque été, le Haras d’Ecouché, spécialisé dans la préparation aux ventes, allie qualité et quantité, déplaçant 40 yearlings à Deauville, aux origines souvent huppées. Tour d’horizon avec son animatrice, Marie Touraine.
La structure
Marie Touraine et Nicolas Menand ont repris le haras de Gilbert Gallot – qui fut un grand propriétaire-éleveur, en obstacle –, à Ecouché, dans l’Orne, en 2011. Ils y exploitent quatre-vingt-dix hectares et ont une trentaine de poulinières en pension à l’année, principalement trotteuses, accompagnées de quelques pur-sang.

Les succès aux ventes
Marie Touraine : « Nous sommes présents aux ventes de yearlings d’Arqana Trot depuis la génération des « B ». L’année dernière, nous avons été tête de liste des vendeurs, à la fois en termes de chiffre d’affaires et de moyenne. Il y a deux ans, nous avions eu deux "tops" à 240.000 euros, pour Haut Brion et Heroe Winner. L’un et l’autre sont devenus des chevaux de qualité, qui plus est, venant de faire l’arrivée de la Yearling Cup. Cet été-là, il y avait aussi Havilah, que nous avions vendue 180.000 euros et qui a gagné ses trois premières courses, frappant maintenant à la porte des semi-classiques. »

Les présents espoirs
Marie Touraine : « Nous avons, en particulier, de prometteuses femelles : une fille de Love You et Axelle Dark (lot 124), la sœur d’Axelle Dark et Briac Dark par Charly du Noyer (lot 82), la sœur d’Helgafell par Briac Dark (lot 113), une fille de Ready Cash de la famille des « Vandel » (lot 70), une fille de Django Riff, proche parente d’Heaven’s Pride, qui vient de gagner la Yearling Cup (lot 475)… Dans les rangs des mâles, il y a les deux « Perrine », à savoir le frère de Gatsby Perrine par Love You (lot 85) et le propre frère de Django Riff (lot 86), mais aussi deux fils de Prodigious, dont l’un est le frère de Booster Winner (lot 120). Nous sommes bien armés également chez les jeunes étalons, avec des produits de Carat Williams, Cash and Go, Django Riff, Eridan… »


La méthode de préparation et de travail
Marie Touraine : « La phase de préparation commence vers le 15 juin, car deux mois sont nécessaires pour qu’elle porte ses fruits. Or, il faut être prêt pour la mi-août, du fait que les visites commencent à ce moment-là. Quoi qu’il arrive, les yearlings vont tous les jours au paddock, les mâles séparément, les femelles par lots. Il faut continuer à les sortir, car cela les délasse et il importe qu’ils gardent le moral. Par ailleurs, la préparation est classique : marche en main, ainsi qu’au marcheur circulaire et sur tapis roulant ; travail à la longe et en liberté, sur une ligne droite encadrée, où on les laisse trotter ; sans oublier des brossages et pansages réguliers, des shampooings ; en résumé, beaucoup d’huile de coude ! »

Le contexte
Marie Touraine : « En ce qui nous concerne, nous avons eu plus de visites que l’an dernier. C’est plutôt bon signe. Sincèrement, je pense que les sujets « haut de gamme » vont bien se vendre, de même que ceux qui ont un peu moins de papier, mais peuvent compter sur leur physique. Pour les autres, ce sera, sans doute, plus difficile. Notez que c’est un peu tous les ans pareil. Il n’y aura pas de folie. On restera dans un marché rationnel. A nos yeux, le pourcentage de vendus est ce qui compte le plus. En principe, nous dépassons les 80 %. C’est encore notre objectif cette année. Un top fait toujours plaisir, bien sûr ; c’est la cerise sur le gâteau, mais une vente réussie, c’est, surtout, une bonne proportion de sujets adjugés et un prix moyen à l’avenant.»

C’est dit !
Marie Touraine : « Il y a, au sein de l’Institution, de plus en plus de gens dynamiques, qui essaient de faire bouger les choses, d’avancer ; des éleveurs et des entraîneurs, des écuries de groupe, qui communiquent via les réseaux sociaux. C’est très positif. On ne doit pas voir tout en noir, y compris quant au déroulé des ventes. Celles-ci sont un curseur révélateur de la santé de la filière et on fera le point jeudi soir, mais il ne faut pas être trop pessimiste avant l’heure.»

A voir aussi :
...
I Love Me, candidate à la succession d'Hohneck

En l'absence des meilleurs 3 ans attelé, le Prix Timocharis (Groupe 3) regroupe un lot de qualité. Quatrième du Prix de l'Etoile (Groupe 1) le 19 septembre, I Love Me (Love You) trouve une très belle occasion de renouer avec le succè...

Lire la suite
...
Formalité pour Farrel Seven

Triple lauréat lors du dernier meeting d'hiver sur la cendrée parisienne, Farrel Seven (Rédéo Josselyn) a ridiculisé ses adversaires ce lundi à Enghien avec Nicolas Bazire à son sulky. Ménagé par Jean-Michel Bazire en vue du meeting ...

Lire la suite
...
Joker des Molles commence à dévoiler ses atouts

Seulement devancé par un certain Just A Gigolo (Boccador de Simm) le jour de ses débuts à Vincennes (le 14 septembre), Joker des Molles (Eridan) a confirmé son potentiel en s'imposant cette fois-ci avec brio ce mardi sur le plateau de ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite