... © Adam Ström stalltz
Actualité - 08.05.2021

Délia du Pommereux : exploit !

Grandiose pour un exploit. Délia du Pommeureux a remporté la Paralympiatravet ce samedi à Åby. La représentante de Noël Lolic a utilisé au mieux son arme favorite : une fin de course exceptionnelle pour prendre le meilleur dans les cent derniers mètres sur Aetos Kronos, celui qui avait lancé les affaires dans le dernier tournant. Gelati Cut est un excellent quatrième. L'épreuve consacre aussi le sang français avec les quatre premiers issus d'étalons tricolores.

La championne a parfaitement réussi son premier déplacement à l'étranger. Délia du Pommereux (Niky) a couru comme à domicile dans une épreuve qui s'est déroulée pour elle : rythme élevé et régulier, une première partie où elle a joué la pisteuse avant de prendre les bonnes roues, celles d'Aetos Kronos (Bold Eagle) qui l'a ramenée comme sur un plateau. Voici donc une véritable leçon de drive d'Eric Raffin pourtant en terres inconnues. Parti comme une balle, Gelati Cut (Coktail Jet) a, pour sa part, fait partie des concurrents les plus offensifs du peloton, à l'instar de Who's Who (Maharajah) et Ecurie D. (Infinitif). Les 250 premiers mètres ont fait afficher 1'03''8, les 500 mètres initiaux ont été bouclés en 1'06''7 et, de ces trois-là, Gelati Cut est le seul à avoir pu s'immiscer à l'arrivée, les deux autres baissant pavillon tôt, notamment Ecurie D.
La sélection a donc été sans merci dans une course remportée en 1'10''9 par Délia du Pommereux. C'est un bon temps mais aussi un standard dans cette épreuve : pas moins de cinq des huit dernières éditions (celle de l'année comprise) se sont finalisées par cette réduction kilométrique.

Le chrono de 1'10''9 mis en perspective dans le palmarès de l'épreuve
1'10''9 : en fait deux seuls vainqueurs ont été plus vite à Åby dans ce Groupe 1 : B.B.S. Sugarflight (Super Light) en 2015 lorsqu'il a établi le record de l'époque en 1'10''7 et Ringostarr Treb (Classic Photo) en 2018, toujours détenteur du record en 1'10''0.

Le bon lièvre avec Aetos Kronos pour Délia du Pommereux
En calquant sa course sur celle d'Aetos Kronos (Bold Eagle), Eric Raffin a eu la bonne inspiration. Le pensionnaire de Jerry Riordan, piloté par Johan Untersteiner, a séquencé son effort de manière idéale pour Délia du Pommereux. Il a pris un peu de temps pour s'équilibrer au départ et entrer dans sa course. Il s'est installé en bonne place avant la fin du premier kilomètre puis a lancé l'épreuve de loin, à 700 mètres du but, avant d'entrer dans le dernier tournant. Tout bon donc pour Délia qui a fini encore plus vite que lui pour s'imposer nettement. C'est l'attentiste Very Kronos (Ready Cash) qui a subtilisé le premier accessit à Aetos Kronos à la fin sans jamais vraiment mettre en doute la supériorité de la gagnante.

Gelati Cut pris dans la nasse
Quand tout se jouait en pleine piste, à l'entrée de la ligne d'arrivée, Gelati Cut devait attendre l'ouverture providentielle de l'open-stretch pour se débarrasser de Who's Who devenu un mur qui recule devant lui. Il a eu beau refaire une bonne longueur dans le final sur Aetos Kronos, il ne pouvait complètement le remonter et accéder ainsi au podium. Romain Larue a commenté sur les réseaux sociaux : « Mon cheval est parti très vite, en 1’06. Ceux qui sont partis comme lui, Who’s Who et Ecurie D., n’ont pas pu finir alors que lui si. Les autres sont arrivés lancés sur lui à l’entrée de la ligne d’arrivée. Dommage qu’il n’a pas trouvé l’ouverture avant. Il n’y a pas à rugir de sa quatrième place. Je suis très content de lui. »

Une arrivée marquée par les étalons français
Niky (Délia du Pommereux), Ready Cash (Very Kronos), Bold Eagle (Aetos Kronos) et Coktail Jet (Gelati Cut). Une arrivée composée d'étalons français telle qu'on peut l'imaginer à Vincennes. Mais non, il s'agit bien de la séquence des pères des quatre premiers de la Paralympiatravet 2021.

La deuxième gagnante française de l'histoire du Groupe 1
On l'avait dit : le seul vainqueur tricolore (au sens du stud-book) était Etain Royal (Ulf d'Ombrée) en 2001 [lire notre présentation dans notre édition datée jeudi]. Cela permet de situer la difficulté de la tâche qui se proposait à Délia du Pommereux et de la hauteur de son exploit. Elle fait mieux que des champions comme Général du Pommeau, Ogorek, Mon Tourbillon qui ont dû de contenter d'accessits.

La jument des grands titres pour Eric Raffin
Après avoir offert la plus grande victoire de sa carrière à l'attelé en France en février dans le Prix de France (Gr.1) [une victoire qu'il commentera à chaud comme « un cadeau du ciel, un rêve qui se réalise »], Délia du Pommereux donne aujourd'hui à Eric Raffin son premier grand titre étranger, en Scandinavie (nonobstant une victoire dans le Grand Prix de Wallonie en 2011 avec Rapide Lebel).

ET L'ELITLOPPET DANS TOUT CELA ?

Contacté par téléphone en début de soirée, Sylvain Roger nous livre son état d'esprit concerant une éventuelle tentative dans l'Elitloppet de sa pensionnaire (une tentative dorénavant évoquée par les médias suédois) : « Pour moi, elle est maintenant meilleure sur 2 100 mètres que sur 2 700 mètres. C’est une jument qui peut faire une très belle carrière internationale. Avant cette course, c’était 90 % non et 10 % oui pour l’Elitloppet. Cela ferait deux voyages en Suède en peu de temps. Mine de rien, elle vient de faire seize heures de route. Evidemment, pour l’Elitloppet, elle prendrait l’avion. 1 600 mètres, c’est spécial. C’est encore autre chose avec les batteries également. C’est à voir. Je vais en discuter dans la semaine avec le propriétaire (Noël Lolic). »

Une invitation dans l’Elitloppet ? C'est à son entraîneur de décider. (...) Personnellement, pour moi, c’est dur à refuser.
Eric Raffin

© Adam Ström stalltz

A voir aussi :
...
Joudjie frappe fort au monté

Sorte de journée de transition après la "journée des Champions" dans une période qui précède l'ouverture du meeting d'été d'Enghien, samedi prochain, la réunion organisée à Caen ce lundi a fait la ...

Lire la suite
...
Debrief du week-end en province : R. Derieux et S. Ernault à égalité

Avec plus de cent courses entre samedi et dimanche, le programme était fourni en région en parallèle à la réunion de la Journée des Champions à Vincennes. Chez les pilotes, Romain Derieux, auteur notamment d'un coup de deux à ...

Lire la suite
...
Franck Nivard hospitalisé depuis le week-end

Pris de douleur en dessous du cœur, au niveau du sternum, vendredi au petit matin, Franck Nivard a été transféré par le Samu au CHU de Caen dans la foulée. Hospitalisé tout le week-end et toujours en ...

Lire la suite
...
Django Riff, désormais sous la menace de Boccador de Simm

Deux pères de vainqueurs ont tiré la couverture à eux dimanche dans les rangs des 3 ans : Timoko (Imoko), père de Jelyson (Prix d'Essai), et Boccador de Simm (Rieussec), à l'origine de Just a Gigolo (Prix Albert Viel). Le premier a ...

Lire la suite