... © DR
Actualité - 11.05.2021

Ceux qui ont marqué le week-end

Que faut-il retenir des 24 réunions au trot du week-end ? Comme chaque lundi, nous vous proposons une revue des deux jours, avec les faits notables et les différents impacts sur les classements. Ce week-end férié du 8 mai s’est essentiellement concrétisé par plusieurs premières victoires dans les différents rangs, ceux des pilotes et entraîneurs.

L’évènement sportif et médiatique a sans doute eu lieu hors de nos frontières samedi, avec le triomphe de Délia du Pommereux (Niky) dans la Paralympiatravet (Gr.1) à Åby. Les sanctions qu’a reçues en retour Eric Raffin font aussi partie d’une revue des deux jours [lire notre précédente édition et notre brève en page 3 du jour]. Absent du programme français samedi, tout comme Gabriele Gelormini, Eric Raffin ne verra pas comptabilisé son titre suédois dans notre décompte des marques uniquement françaises.
Chez les pilotes, aucun nom n’a vraiment performé plus que les autres. Ils sont sept à avoir signé trois succès (lire ci-dessous).

Tous les pilotes qui ont gagné 3 fois ce week-end
Driver-jockey : Courses / Vict. / Places / (% vict)
David Thomain : 17 / 3 / 4 / 18
Yoann Lebourgeois : 16 / 3 / 3 / 19
Matthieu Abrivard : 12 / 3 / 2 / 25
Romain Le Creps : 7 / 3 / 1 / 43
Christophe Feyte : 7 / 3 / 1 / 43
Clément Duvaldestin : 11 / 3 / 2 / 27
Jean-François Senet : 9 / 3 / 2 / 33


Thierry Guillaume, Monsieur 100 % du week-end
Deux partants et deux victoires pour Thierry Guillaume dimanche à Ajaccio. Le professionnel de 63 ans a drivé au succès Farandole du Lilas (Oiseau de Feux) et Droit d’Auteur (Prodigious), le premier pour le compte d’Antoine Raffini et le second pour celui de Laurent Gout. Thierry Guillaume a été le seul vainqueur de la réunion dominicale corse au trot puisque deux seules épreuves étaient au programme d’une réunion mixte et que le driver les a remportées toutes les deux. Vainqueur au monté à Vincennes au début des années 1980, notamment avec Moscova du Pont (Nonant le Pin), devenue par la suite, la mère de Baccarat du Pont (363 362 €), Thierry Guillaume règne ces dernières années sur l’île de beauté où il a accroché à son palmarès quelques-unes des plus belles épreuves du programme comme le Prix de Solenzara, en 2014 et 2017. Le driver reste sur une série de trois succès et compte cinq victoires lors de ses dix dernières tentatives.

Statu quo dans les classements des Sulky et Etrier d'Or
Si Yoann Lebourgeois a enregistré trois succès durant le week-end, il n'en a signé "que" deux à l'attelé. Sachant qu'Eric Raffin a marqué un point dimanche à Vincennes avec Goût Baroque (Offshore Dream), on ne peut pas dire que les choses évoluent en tête du Sulky d'Or (92 titres pour Eric Raffin devant Yoann Lebourgeois à 66). De son côté, Mathieu Mottier a engrangé un point au monté et pointe désormais à 35 victoires depuis le 1er janvier dans le tableau de l'Etrier d'Or, devant Eric Raffin à 22.

Entraîneurs : un duo normand en tête des charts
Thierry Duvaldestin et Jean-Pierre Thomain ont engrangé quatre succès chacun durant le week-end. Ils dominent en nombre de succès leurs collègues mais néanmoins opposants. Avec trois victoires, dont le Prix Kerjacques (Gr.2) avec Davidson du Pont, Jean-Michel Bazire est l’entraîneur qui a collecté le plus de gains durant les deux jours : 103 830 €.
Cinq entraîneurs affichent un taux de réussite maximal de 100 % lors du week-end. Si trois d'entre eux l'ont avec leur seul partant, deux d'entre eux ont compliqué les choses. Il s'agit de Thierry Raffegeau, dont les deux candidats se sont imposés (Goût Baroque et Hold Up du Digeon), permettant par ailleurs à son propriétaire Jean-Yves Rozé de conclure en tête des propriétaires. Il y a aussi Benoît Robin, auteur d'un doublé à Alençon dimanche avec Ivaljo (Réal de Lou) et Hélios du Conroy (Un Amour d'Haufor).
L'effectif de Tanguy Devouassoux s'est aussi montré particulièrement percutant avec deux victoires obtenues à partir de quatre courses (50 %). Parmi les autres scores importants, citons le coup de trois d'Alain et Arnaud Chavatte (avec 9 partants, soit 33 % de réussite gagnante). Jean-François Senet affiche les mêmes données et fait encore mieux avec 4 places en complément de ses 3 succès.


Les premières du week-end et autres chiffres marquants
■ Perrine Douillet : première victoire comme propriétaire samedi à La Capelle avec Harvester (Vanishing Point) [lire notre édition du 8 mai].
■ Océane Herbinière : première victoire comme entraîneur et propriétaire samedi au Mont-Saint-Michel avec Icône du Garden (Ni Ho Ped d’Ombrée).
■ Kevin Lebeau : première victoire comme entraîneur samedi à Cluny avec Héra de la Vallée (Twist de la Vallée).
■ Pierrick Roulleau : première victoire comme entraîneur et propriétaire samedi à Landivisiau avec Henri de Jautais (Redlight Jet).
■ Maxence Péan : 50e victoire samedi à Landivisiau avec Etrave du Moulinet (Othello Burbon) [lire notre édition du 9 mai].
■ Cédric Lefebvre : première victoire comme propriétaire dimanche à Strasbourg avec I Love Igny (Cyprien des Bordes).
■ Séréna Auvrai : première victoire comme driver dimanche à Blain-Bouvron-Le Gavre avec Island Gis (Prince d’Espace).
■ Christophe Lazerges : première victoire comme propriétaire dimanche à Strasbourg avec Hicarios Game (Alberic).
■ Geoffrey Lemaitre : première victoire comme driver dimanche à Vire avec Etoile d’Eté (Prince Gédé).
■ Philippe Beine : première victoire comme propriétaire dimanche à Arras avec Hors Bord (Che Jenilou).

Le propriétaire du week-end : Jean-Yves Rozé
Non seulement, Jean-Yves Rozé a remporté l'une des belles épreuves dominicale de Vincennes avec Goût Baroque mais il a vu son autre partant, Hold Up du Digeon (Bold Eagle), s'imposer à Vire dimanche. Il conclut en tête du tableau propriétaires par les gains avec 50 850 € devant Franck Leblanc (47 980 €). 23 propriétaires affichent 100 % de réussite à la gagne lors des deux jours, souvent avec leur unique partant qui s'impose. Mais parmi eux, outre Jean-Yves Rozé donc (2 partants, 2 victoires), il y a aussi l'Ecurie d'Embeli (3 partants, 3 victoires).
Parmi les autres belles réussites, il faut citer Matthieu Varin. Dans le tableau des propriétaires, il affiche 67 % de réussite gagnante (2 victoires avec 3 partants) et dans les rangs des entraîneurs, il en est à 40 % (2 victoires pour 5 partants).

A voir aussi :
...
Harmoniously confirme à un échelon supérieur

De bons 4 ans étaient au départ du Prix du Palais-Royal, où les deux favoris He And Me (Bird Parker) et Hatha Josselyn (Charly du Noyer) se sont montrés fautifs. La sagesse, c'est l'une des principales qualités d'Harmoniously (...

Lire la suite
...
Jina de l'Ormerie, une 2 ans qui a du talent

Dans l'épreuve réservée aux pouliches de 2 ans, ce mercredi à Enghien, il y a eu un beau match final. Jina de l'Ormerie (Amiral Sacha) a su venir à bout de la la pouliche de Philippe Allaire Jélica Vé...

Lire la suite
...
Fin de carrière pour Eagle Eye Sherry

Meilleure pouliche de 3 ans suédoise l'an dernier, Eagle Eye Sherry (Bold Eagle) ne courra plus a annoncé Björn Goop son entraîneur sur son site internet. Elle a été éliminée en demi-finale de la Breeders Crown dimanche à ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite