... (© APRH)
Actualité - 15.05.2021

Les secrets du secret Thierry Raffegeau

Si sa grande silhouette est facilement identifiable, Thierry Raffegeau est un homme discret au premier abord, qui pourrait même passer pour secret aux yeux de certains. Mais les résultats de ses chevaux parlent pour lui, à commencer bien sûr par le nouveau millionnaire Clegs des Champs, vainqueur aujourd'hui du Prix Guillaume de Bellaigue.

De par sa taille, Thierry Raffegeau n'a jamais pu vraiment passer inaperçu dès ses premières années dans les pelotons des hippodromes du Grand Ouest après avoir appris le métier au côté de son père, Guy-Gilbert. Pourtant, ce Breton, qui fêtera ses 47 ans au mois de juin prochain, n'est pas du genre à rechercher la lumière. Si sa devise n'est pas « pour être heureux, vivons cachés », il ne peut pas nier une certaine discrétion. « D'aucuns peuvent peut-être penser que je suis secret, que je suis une espèce de grand ours, avance-t-il, mais je ne pense pas que cela soit le cas. C'est d'ailleurs souvent ce que me disent les gens qui me connaissent. C'est plus une forme de discrétion. C'est sûr que je ne suis pas une grande gueule. »
Ne comptez sur lui en effet pour élever la voix sur les hippodromes, ce qui ne l'empêche pas dire ce qu'il pense. Il avait ainsi exprimé son point de vue sur le maintien, à la suite du vote des membres du Comité en septembre dernier, de l'interdiction faite aux hongres de disputer le Prix de Cornulier et donc l'impossibilité faite à « son » Clegs des Champs (Legs du Clos), le meilleur d'entre eux, de s'aligner au départ l'hiver dernier.
La créneau de Thierry Raffegeau serait plutôt du genre : « Fais ton boulot et tout ira bien. ». Et de ce côté-là, tout va effectivement bien ! Depuis le 27 avril, ses huit derniers partants ont fini dans les trois premiers. Mieux encore les quatre derniers ont tous les quatre passé le poteau en tête dont Goût Baroque (Offshore Dream) dans le récent Sulky 5 Ans Qualif #3. Il offrait ainsi à son entraîneur son 14ème succès dans un Groupe 2 depuis 2014, auxquels il faut bien ajouter 23 succès dans des Groupes 3 et le Graal atteint en 2017 avec Discours Joyeux dans le Prix de Sélection (Groupe 1). Des résultats qui sont le fruit d'un travail et d'une organisation que Thierry Raffegeau a mis en place année après année depuis son premier partant - première victoire ! - pour Jean-Yves Rozé à l'été 2004.

Des rencontres déterminantes
Si son père, Guy-Gilbert Raffegeau, dont le meilleur cheval fut Quito des Bordes, lui a transmis sa passion, il a aussi trouvé à son fils une place chez Paul Billon à Grosbois le temps d'un meeting d'hiver. Paul Billon allait ensuite le faire embaucher chez Bernard Desmontils. « J'ai tout appris chez lui, l'entraînement à Grosbois comme le travail à la campagne. Le jour où je suis allé le trouver pour lui dire que j'avais une proposition de Jean-Yves Rozé, il le savait déjà (rires) ! Il connaissait bien sûr M. Rozé qui s'était sûrement renseigné à mon sujet. Bernard Desmontils m'a dit : "Je pense que c'est une bonne chose pour toi". »

S'il est un secret dans sa réussite, c'est bien dans le travail qu'il faut le chercher. « Ça commence toujours la veille au soir quand je me plonge dans mon cahier pour préparer la journée de travail du lendemain, décrit-il. Ma femme sait qu'à ce moment-là, il ne faut pas me déranger. Ce travail de préparation est primordial à mes yeux. Quand je me lève le lendemain, tout est déjà réglé. Je n'aime pas l'à-peu-près. Les gars savent ce qu'ils ont à faire. Ce qui est prévu tel jour doit être fait ce jour-là. J'ai toujours fonctionné ainsi. »
Seul d'abord quand il a répondu favorablement à la proposition de Jean-Yves Rozé, puis à deux, puis à trois, puis à quatre aujourd'hui. Le moins de place possible pour l'imprévu et une vigilance au quotidien. « Avoir l’œil partout est une qualité et une force mais c'est surtout une obligation. Je suis là pour ça ! Je veux que les choses soient faites quand je le dis. Quand je hausse la voix, les gars comprennent tout de suite. Ça doit être mon côté breton », sourit-il. Vous savez l'ours... La conséquence d'une pression qu'exercerait Jean-Yves Rozé : « Non, mais c'est sûr que c'est quelqu'un qui aime gagné et qu'il faut donc qu'il y ait des résultats ». Puis il enchaîne : « La réussite de l'écurie repose sur le respect réciproque entre le personnel et l'entraîneur ». Une équipe qui gère un effectif d'une petite vingtaine d'éléments à courir et autant de « J » parmi lesquels des produits de Discours Joyeux et Bon Copain, deux étalons-maison. Une équipe qui peut fêter un nouveau millionnaire avec Clegs des Champs, le second après Uppercut de Manche (Neutron du Cébé), alors que Rapide du Digeon (Urfist des Prés) avait lui amassé plus de 880 000 € sur les pistes. « Des trois, "Clegs" est celui qui a le plus de classe. Il tire sa force de son caractère, lui qui est tellement autoritaire, juge Thierry Raffegeau qui attend avec impatience le retour du public sur les hippodromes pour partager sa passion. Aujourd'hui, il est si endurci que je ne pense pas que ses problèmes puissent revenir mais il vit avec des bandages vingt-quatre heures sur vingt-quatre. »
Clegs des Champs : encore une rencontre
Clegs des Champs a été élevé par les époux Vallée à Bruc-sur-Aff, en Ille-et-Vilaine, des cousins éloignés de Guy-Gilbert Raffegeau. C'est comme cela qu'ils ont demandé à Thierry de venir voir leur poulain de Legs du Clos. « C'était un chic poulain, avec de l'épaule, se souvient parfaitement l'entraîneur. Il n'avait aucun défaut. M. Rozé était associé sur Legs du Clos et a donc accepté de louer le poulain. »

Quand je me lève le lendemain, tout est réglé. Je n'aime pas l'à-peu-près.
Thierry Raffegeau

La nouvelle démonstration de Clegs des Champs
Les cinq derniers partants de Thierry Raffegeau sont cinq vainqueurs puisque Clegs des Champs (Legs du Clos) a apporté sa contribution ce samedi en survolant le Prix Guillaume de Bellaigue. Lançant son effort dans la montée pour revenir sur Boss du Meleuc (Lucky Blue), le champion français actuel du trot monté s'est littéralement envolé en plein coeur d'une mini-tempête qui s'est abattue simultanément sur Vincennes. Pas de quoi perturber Clegs des Champs, vainqueur très impressionnant de son 14ème Groupe et désormais plus que millionnaire en gains !
David Thomain est forcément lui aussi sous le charme et nous a dit quelques minutes après la course : "Il a un coeur immense et il a pour lui de se préserver en début de course, ce qui lui permet d'enclencher lors du dernier kilomètre. Difficile de dire qui serait capable de le battre à part peut-être Freeman de Houelle."
©Aprh
Sous une averse intense, Clegs des Champs offre un rayon de soleil lumineux de classe sur la piste de Vincennes.
4e | PRIX GUILLAUME DE BELLAIGUE
M - 2700 m - Groupe 3 - 90 000 €
CLEGS DES CHAMPS 1'12"4
Legs du Clos x Proserpine (Fortuna Fant)
Jockey : D. Thomain - Entraîneur : Th. Raffegeau
Propriétaire : J. Y. Roze - Eleveur : J. B. Vallee
2e Boss du Meleuc 1'12"9 Lucky Blue x Rafale du Meleuc
3e Daida de Vandel 1'13"3 Real de Lou x Gallia de Vandel
4e : Corail d'Aure - 5e : Dreambreaker - 6e : Delicieux du Cebe

D'où vient-il ?

Il s’agit d’un fils de Legs du Clos 1’13’’, gagnant de l’édition 2003 du Prix du Président de la République et de Proserpine 1’22’’ (Fortuna Fant) qui a engendré trois gagnants : Clegs des Champs, mais également Val des Champs 1’15’’ (Hello Jo), vainqueur de deux courses y compris à Vincennes, et de plus de 55 000 €. Proserpine est issue de Quabrina d’Arc (Patara), sœur utérine du classique Pontcaral 1’17’’ (Chambon P), gagnant du Critérium des Jeunes 1984 mais également du Prix de l’Etoile la même année. Le petit frère de Clegs des Champs, Jefs des Champs, s'est qualifié en août à Meslay-du-Maine (1'20''4).

A voir aussi :
...
Le Prix Roland Jaffrelot marqué par le succès de Douceur du Chêne et l'émotion de Jean-Charles Féron

Au service de Roland Jaffrelot lorsqu'il était apprenti, Jean-Charles Féron était très ému ce lundi sur la Riviera lorsqu'il a triomphé avec Douceur du Chêne (Quif de Villeneuve) dans le Prix Roland Jaffrelot (course A). Décé...

Lire la suite
...
Ghost poursuit sa belle moisson

Son année 2022 est tout simplement remarquable. Lauréat au courage ce lundi aux Sables-d'Olonne pour la cinquième fois depuis le 1er janvier, Ghost (Royal Dream) ne cesse d'apporter des satisfactions à sa propriétaire Mauricette De Sousa, aussi bien ...

Lire la suite
...
Sécheresse : Cherbourg prend les devants

Àdeux semaines de son rendez-vous estival, l'hippodrome de Cherbourg a préféré prendre le temps de bien s'organiser afin d'offrir aux professionnels et à son public les meilleures conditions possibles d'une réunion de courses. Dès dimanche soir, Jea-Philippe ...

Lire la suite
...
Kocktail Love offre un premier succès à Yann Barberot à Bréhal

Pour son premier partant en tant que propriétaire d'un trotteur, Yann Barberot (entraîneur de plat installé à Deauville) a vu ses couleurs briller d'entrée de jeu ce lundi à Bréhal avec Kocktail Love (Love You), un poulain entraî...

Lire la suite