... © Aprh
Actualité - 26.05.2021

Impressionist et Inoubliable : la loi des attentistes

Pour l’instant, Impressionist n’a pas eu les mêmes combats que les autres.
Eric Raffin

Deux épreuves et deux ambiances différentes. Les Sulky Summer Races de 3 ans Qualif#3 pour les mâles et Qualif#4 pour les pouliches ont été remportées par deux concurrents qui ont d'abord laissé les autres travailler : Impressionist et Inoubliable. Pour le reste, les comparaisons sont difficiles.

Les scénarios des épreuves, le Prix Kalmia (Gr.2) pour les mâles et Ozo (Gr.2) pour les pouliches, n'aident pas à établir de parallèle. Le premier s'est déroulé à un rythme élevé et permet à Impressionist (Ready Cash) de revendiquer dorénavant son record depuis qu'il se dispute sur le parcours classique de 2700m (en 1'13''6). Le second a été en mode contrôle total et s'est joué dans les mille derniers mètres uniquement, d'où les 1'15''3 pour Inoubliable (Prodigious).
Le Prix Kalmia a aussi laissé une impression (qui n'est pas nouvelle dans les rangs des mâles) d'une belle densité des participants avec les trois premiers (Impressionist, Italiano Véro et Invincible Cash) déjà certifiés comme des premiers plans, sans oublier In The Money et Idéal Ligneries, rangés dans la colonne des disqualifiés ce mardi.
Le Prix Ozo a surtout donné à voir une pouliche au-dessus de la mêlée, sans vraie garantie sur le reste du champs de partantes. Telle est d'ailleurs l'analyse de Jean-Philippe Dubois après avoir conduit sa représentante Inoubliable au succès : « Dans le Prix Albert Viel, cela va être dur contre les mâles car il n’y a pas un mâle mais quatre ou cinq qui sont vraiment bons. Si tout se passe bien, elle est capable de prendre une petite place. »

SULKY 3 ANS QUALIF#3 - PRIX KALMIA

Impressionist, le chef de file de la deuxième vague

La Sulky Summer Races Qualif#3 – Prix Kalmia (Gr.2) a consacré Impressionist. Ce représentant de l’Ecurie Hunter Valley (qui enregistre du même coup son premier succès semi-classique) a dominé ses rivaux avec une vraie maestria. Le vainqueur enregistre son premier titre à ce niveau et s’impose dorénavant comme le chef de file de la deuxième vague, devenant du même coup aspirant naturel au sacre dans le Prix Albert Viel (Gr.1).

Il y a d’abord eu deux courses en une avec, parti sur les chapeaux de roues, un trio composé d’Italiano Véro (Ready Cash), In The Money (Cristal Money) et Idéal Ligneries (Repeat Love). À ces avant-gardistes, il convient d’adjoindre Infant Perrine (Atlas de Joudes) dans le rôle du passager clandestin. Dans la montée Impressionist (Ready Cash) a fait la jonction et a entrepris de rejoindre le leader Italiano Véro, débarrassé sur faute d’Idéal Ligneries. Dans le final, la suprématie d’Impressionist a été nette. Il s’agit d’un nouvelle réalisation d’Eric Raffin, le pilote du vainqueur, qui a commenté sur Equidia son succès en ces mots : « Ils ont démarré assez fort et je ne me suis pas trop occupé de la course au début. Je suis venu à ma main et, à l’intersection des pistes, je n’avais peur que de David [Bekaert, au sulky d’Invincible Cash] qui était dans mon dos. Les autres, je pensais bien les avoir à ma main. Après, il s’est bien allongé une nouvelle fois. J’avais des ressources dans le le dernier tournant. Quand le cheval de Théo Duvaldestin s’est désuni, j’ai dit on y va. » En signant 1’13’’6, le gagnant réalise le meilleur chrono de l’épreuve depuis son retour, en 2017, sur la distance de 2 700 mètres. Sur ce point, le driver ajoute : « 1’13’’6, ce n’est pas rien. Ce sont des sacrés chevaux. »
Impressionist : la deuxième vague
Le vainqueur du Prix Kalmia ne compte que dix sorties à ce jour et, surtout, n'avait été vu qu'une fois dans le club d'élite (disqualifié dans le Prix Paul Karle le 27 avril dernier). Son titre de gloire était jusqu'à ce jour son dernier succès dans le Prix de Faulquemont (Gr.3). Il est donc encore neuf et bénéficie du bonus découverte à ce niveau. Ce qui est sûr, c'est qu'il constitue une forme de renouvellement (ou enrichissement) du premier cercle historique des meilleurs "I" composé d'Italiano Véro, In The Money, Idéal Ligneries et Infant Perrine dans leur suite. Sur son partenaire, Eric Raffin a ajouté, comme pour s'excuser de bousculer la hiérarchie préexistante : « Pour l’instant, Impressionist n’a pas eu les mêmes combats que les autres. Mais ici, les autres ont travaillé pour nous en début de parcours et on en a profité. »

Une victoire importante pour Hunter Valley
Avec ce Prix Kalmia, on peut parler de victoire fondatrice pour l’organisation hippique lancée par Matthieu Millet sous le label Ecurie Hunter Valley. Les investissements massifs consentis, incluant l’achat du Haras de la Perrière à Jean-Etienne Dubois, et des éléments au très grand capital génétique, comme Hunter Valley, la sœur de Bold Eagle, ou des représentants déjà titrés comme Drôle de Jet (Coktail Jet), trouvent ici un premier grand succès dans la logique de la sélection et la valorisation attenante. Les victoires de Drôle de Jet l'an dernier (comme son titre dans le Prix de Washington, Gr.2) n'étaient pas tout à fait dans ce même registre. Ce Prix Kalmia agit aussi comme un premier retour concret des initiatives lancées par Hunter Valley, comme l’association sous forme de pré-syndication - avec intérêt sur la carrière de courses - de deux foals bien nés, dont le… propre-frère de Bold Eagle, baptisé Light My Fire !

Ready Cash chez les quatre classés
Après les disqualifications, il ne reste que quatre candidats classés dans ce Prix Kalmia. Ready Cash est le père des trois premiers et le père du père (Atlas de Joudes) du quatrième Infant Perrine. Qui dit mieux ?





Du côté des battus
Principal animateur de l'épreuve et grand favori, Italiano Véro ne s'est toujours pas imposé en trois tentatives sur le parcours des 2700m de la grande piste. Philippe Allaire a analysé sur Equidia : « Il y a encore quelques réglages à réaliser sur Italiano Véro et, peut-être, a-t-il trop travaillé dans la montée avec le vent de face. Il n’a pas fait la ligne d’arrivée, il n’ouvrait pas les narines. On est à quatre semaines du Groupe 1 : tout va bien. Pour la belle, on va peut-être aussi le faire travailler derrière en lui mettant un leader. »
Encore des réglages du côté d'Invincible Cash
Emmené par Impressionist depuis la montée, Invincible Cash a conclu troisième mais s'est encore montré trop brillant au goût de son driver David Bekaert : « Il s’est encore montré tendu. Pourtant, cela a roulé et j’avais un peu trop de gaz dans le dos d’Eric [Raffin, aux commandes d’Impressionist, le vainqueur]. Même s’il était en bout de course à la fin, il refait du terrain dans les derniers cent mètres sur Italiano Véro. »

L'application de la "rigueur accrue et progressive" du code
Fautif dans la montée, Idéal Ligneries a subi les rigueurs (au sens propre du terme) de la disqualification pour avoir commis dix foulées dans la zone du dernier kilomètre en vertu de l'application du code qui précise : est disqualifié « (...) tout cheval qui effectue, quel que soit le nombre de fautes, quinze foulées dans l’une de ces allures avec une rigueur accrue et progressive en fin de parcours. » Un accroissement qui reste tout de même très subjectif.

SULKY 3 ANS QUALIF#4 - PRIX OZO

La victoire au moral d'Inoubliable

Battue de très peu lors de sa rentrée, après avoir connu le parcours exécrable par définition dans le Critérium de Jeunes, Inoubliable retrouve dans le Prix Ozo le goût du succès sans vraiment souffrir. Une victoire bonne pour le moral.


Emmené par Isla Bonita (Love You), le Prix Ozo n'a eu aucun caractère sélectif pendant quasiment deux kilomètres, l'animatrice faisant afficher des partiels de 1'16''8 à la marque du dernier kilomètre et 1'16''4 à celle des 500 derniers mètres. Pouliche tendue de nature, Inoubliable a pourtant réussi dans sa mission, signant un dernier kilomètre en 1'12''7 (contre 1'12''4 à Impressionist chez les mâles). Sur Equidia, son partenaire Jean-Philippe Dubois a précisé : « Il n’y avait pas assez de train pour elle au début. Quand elle est comme cela, elle se tend. J’ai eu de la chance en prenant le dos de la partenaire d’Alexis Chéradame [Idylle A Vie]. Il nous a emmenés et cela nous a bien aidés. Elle a bien fini car elle avait tiré pendant le parcours et elle l’a fait quand même facilement. » L'impression visuelle est largement en faveur de la lauréate mais il convient aussi de noter les excellents partiels finaux d'Idéale du Chêne (Singalo), quatrième, en ayant signé 1'09''4 dans ses ultimes 500 mètres.

D'où vient-elle ?

Inoubliable est un pur produit de l'élevage de Jean-Philippe Dubois, étant par deux élèves maison, Prodigious 1'11'' et Dream Life 1'12'', sachant que celle-ci est par Royal Dream 1'10'' et une fille de Password 1'14''. Il s'agit là du premier produit de Dream Life, avant Joie de la Vie, une autre fille de Prodigious, et Keep Your Dreams, un mâle de Follow You. Dream Life (quatre victoires et 162.810 € de gains) "trottait", ayant montré une valeur semi-classique et été jugée digne de prendre part au Critérium des 4 Ans. Elle est la soeur aînée de Easton of my Life 1'13'' (Texas Charm), gagnant de douze courses et de près de 170.000 €. Les inbreedings du pedigree sont frappés du sceau de la famille Dubois, ainsi qu'on peut en juger: Goetmals Wood (2x4), And Arifant (3x5x5), Buvetier d'Aunou (3x4)...

4e | SULKY 3 ANS QUALIF 4 - PRIX OZO
Att - 2700 m - Groupe 2 - 100 000 €
INOUBLIABLE 1'15"3
Prodigious x Dream Life (Royal Dream)
Driver : J. Dubois - Entraîneur : P. Moulin
Propriétaire : E. Victoria Dreams - Eleveur : J. Dubois
2e Isla Bonita 1'15"3
3e Iseult Flower 1'15"4
4e : Ideale du Chene - 5e : Ilga de l'Ormerie - 6e : Illusive Artist - 7e : Idylle A Vie
Goetmals Wood 1'11''9 And Arifant 1'16''5
Prodigious 1'11''1 Tahitienne
Imagine d'Odyssee Buvetier d'Aunou (US) 1'14''4
INOUBLIABLE Battante d'Odyssee 1'23''3
Royal Dream 1'10''7 Love You 1'10''2
Dream Life 1'12''3 Ida Bourbon
Union Of My Life Password 1'14''3
Life Is Good 1'16''9
A voir aussi :
...
Gouvernance du PMU : Philippe Augier devient président exécutif

Le Conseil d'Adminstration du GIE PMU, réuni ce mardi soir pour définir la nouvelle gouvernance du GIE après la révocation la semaine dernière de Cyril Linette, l'ex directeur général du GIE, a dé...

Lire la suite
...
Comme une rennaissance d'Ibaya des Forges

Remarquée, récemment, à Enghien - fautive dans le premier tournant, elle avait ensuite remarquablement terminé, se classant neuvième -, Ibaya des Forges (Carat Williams) était très en vue ce mardi à Vincennes et n'a pas déçu ses ...

Lire la suite
...
Un come-back attendu :
et Diable ressort de sa boîte

C'était la belle course du jour et elle a tenu toutes ses promesses, sa phase finale mettant aux prises les trois concurrents les plus en vue, avec, en fin de compte, la victoire du concurrent le plus titré dans ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite