... © ScoopDyga
Actualité - 28.05.2021

Le week-end de l'Elitloppet : lâchez les chevaux !

Ecurie D. en octobre dernier à Vincennes

C’est le grand moment du trot suédois et, au-delà, de la Scandinavie. En dépit des rivalités fort légitimes entre pays nordiques, le week-end de l’Elitloppet fédère. Il est bien la grande fête hippique de l’année du Nord de l’Europe et se donne à voir comme le pendant de notre week-end du Prix d’Amérique. Dans une édition disputée, pour la deuxième année, sous la bulle imposée par la crise sanitaire, le camp tricolore aura deux ambassadeurs. Et vu un contexte concurrentiel finalement assez commun, Bahia Quesnot et Gelati Cut ont à coup sûr de belles cartes à jouer. Notre revue de détail.

Ils sont seize pour former les deux batteries. Bahia Quesnot (Scipion du Goutier) ouvrira le bal, dans la première des deux épreuves qualificatives (avec le 6), avant que Gelati Cut (Coktail Jet) n’entre en scène (avec le 4). Cette édition 2021 a été marquée par une phase amont agitée, voire dispersée. L’impression générale est qu’il n’y a pas de cheval/chevaux au-dessus des autres comme lors des années Victory Tilly/Général du Pommeau, Varenne, Timoko/Nuncio. Comme l'annoncent les médias scandinaves, c'est une « édition extrêmement ouverte ».
Mais l’Elitloppet reste l’Elitloppet. Il n’y a pas de petite édition. Et les professionnels français, Junior Guelpa, pour Bahia Quesnot, et Romain Larue, pour Gelati Cut, sont les premiers à le clamer. Dans la bouche de Romain Larue, cela donne : « Pour moi, jeune entraîneur, c’est quand même un truc de fou de vivre cela, de se faire inviter, de défendre le drapeau français. C’est l’une des plus belles et des plus dures à gagner avec le Prix d’Amérique. En Suède, les courses sont la passion n°1 avec le hockey comme chez nous le foot. »
Pour Junior Guelpa, l'honneur est le même : « Ce qui m’importait absolument et plus que tout, c’était de disputer cette course. Le plus dommageable pour moi aurait été de ne pas y être. C’est vraiment un privilège de courir cette épreuve si importante là-bas. C’est l’une des courses les plus prestigieuses au monde. »

Du côté des manquants que l'on connaît bien
Il manque notamment à l’appel Face Time Bourbon (Ready Cash) et Zacon Gio (Ruty Grif), déclarés forfaits pour l’épreuve il y a longtemps. Il y a quelques semaines encore, les noms des français Davidson du Pont (Pacha du Pont), Délia du Pommereux (Niky), Dorgos de Guez (Romcok de Guez) faisaient partie des possibles. Mais pour différentes raisons, notamment celles de l’imbroglio Eric Raffin dans la Paralympiatravet (Gr.1), le camp français a fait en partie défection. Ajoutons la défection Who's Who (Maharajah) parti vers d'autres horizons (le Harper Hanovers).
Cette édition 2021 est aussi la première après l’affaire Propulsion. Le tenant du titre Cokstile (Quite Easy) n’a pas l’aura du premier et vient d’être battu par notre représentant Digne et Droit (The Best Madrik), nourrissant d’ailleurs quelques regrets dans le camp tricolore de ne pas avoir intégré la liste principale. Il sera en piste dimanche, cinquante minute avant la finale dans l’Elitsprintern avec une belle chance.

REVUE DES PARTANTS

Batterie 1

# Cheval / Driver
1. Vivid Wise As / A. Gocciadoro
2. Moni Viking / B. Goop
3. Milliondollarrhyme / Fr. B. Larsson
4. Aetos Kronos / M. A. Djuse
5. Hickothepooh / V. Hop
6. Bahia Quesnot / J. Guelpa
7. Cyber Lane / Ö. Kihlström

1. VIVID WISE AS (IT) : ce champion italien a montré sa forme lors de sa dernière répétition dans le Prix de l’Atlantique. A une revanche à prendre sur l'année dernière.
L’an dernier, quand il a gagné le Critérium de Vitesse – l'Elitloppet français ? –, il était devenu l’un des favoris de l'Elitloppet. Confié à Björn Goop, il n’avait pas été à la hauteur de sa réputation. Il a réalisé une grande performance l’hiver dernier à Vincennes dans le Prix de Bourgogne en défiant et inquiétant Face Time Bourbon dont il a terminé deuxième. Il s'est à nouveau illustré dans le Criterium de Vitesse de la Côte d’Azur en mars dernier et sera cette fois associé à son entraîneur Alessandro Gocciadoro. Sa victoire dans le Prix de l’Atlantique conforte encore sa position de prétendant au succès.

2. MONI VIKING (NO) : il est très confirmé dans les courses de tenue mais possède aussi de la vitesse. Est devenu le choix de Björn Goop qui l’a reçu dans ses boxes il y a quelques semaines.
Il a remporté l’épreuve classique de tenue suédoise, le Harper Hanovers, l'année dernière, puis a remporté le Åby Stora Pris. Ce candidat norvégien de 8 ans s'est amélioré au fil des saisons. Il s’est testé contre l'élite du sprint en Finlande, à Mikkeli l'an dernier, où il a conclu quatrième avec son record de 1’09’’4 à la clé. Excellent durant l'hiver alors qu'il était confié à Pierre Vercruysse, il est dorénavant chez Björn Goop, lequel a eu la possibilité de le préparer à sa façon pour l'Elitloppet. Moni Viking est devenu, en Suède, l’un des favoris de l’épreuve. Selon nos confrères scandinaves, comme beaucoup d'autres chevaux plus âgés, Moni Viking a gagné en vitesse avec l'âge. Il est en forme certaine et a bénéficié d’un bon tirage au sort.

L'éclairage de Junior Guelpa (Bahia Quesnot) : « C’est une jument qui a une faculté de récupération incroyable. Cinq minutes après son Cornulier, elle ne soufflait plus du tout alors qu’elle s’était donnée à fond. Après le Prix d'Amérique, c’était pareil. Quand elle est prête, je suis sûr qu’elle est capable de refaire un effort une heure après. Le plus dur va être de la qualifier avec ce numéro là (le 6). Si jamais, elle est qualifiée, elle fera une meilleure performance dans la finale que dans sa batterie. Ce que j’espère, c’est qu’elle ne soit pas en chaleur comme il y a deux ans. Cette fois-là, si on avait été à la maison, elle n’aurait pas couru. C’était déjà joué avant même de courir. »
Retrouvez l'intégralité des propos de Junior Guelpa par ce lien.

3. MILLIONDOLLARRHYME (SW) : ce 7 ans très rapide s’est montré trop brillant en tête lors de sa dernière sortie en Finlande. Pour cette course, il jouera à domicile.
La piste de Solvalla lui convient parfaitement en cette période de l'année où il peut montrer toute sa vélocité. Il est déjà arrivé deux fois en finale de l'Elitloppet où il s'est classé une fois quatrième l’an dernier. Dans la dernière Finlandia-Ajo, Fredrik B. Larsson a pris la tête très vite mais son partenaire est devenu trop brillant et, après un premier tour incroyablement rapide, il n’a pu rivaliser avec les premiers dans le final, concluant néanmoins quatrième. Il fait partie des meilleurs « démarreurs » d’Europe. Comme il semble en grande forme et qu’il dispose d’un bon numéro, son pilote devrait vite l’installer en tête ou dans les premiers rangs.

4. AETOS KRONOS (SW) : il fera son baptême du feu contre les meilleurs sur le sprint européen. Il est régulier, courageux et capable de toutes les tactiques.
À l'âge de 3 ans, il a remporté trois Groupes 1 en Suède, puis deux à l’âge de 4 ans, tout en finissant son année sur un succès au détriment d’Ecurie D. Capable de battre Gelati Cut durant l’hiver dans le Prix Bold Eagle (Gr.2), puis de conclure troisième du Prix de France (Gr.1), à 5 ans seulement, il n’aura contre lui que son inexpérience sur le mile au top niveau. Il vient de se montrer une nouvelle fois impeccable dans la Paralympiatravet (Gr.1), troisième derrière Délia du Pommereux et Very Kronos. Ajoutons que Jerry Riordan est un maître dans la préparation des grandes courses.

5. HICKOTHEPOOH (NO) : il vient de remporter la Finlandia-Ajo, décrochant du même coup son billet pour l’Elitloppet.
Ce concurrent norvégien de 9 ans n’avait, avant son dernier succès dans le Groupe finlandais, jamais concouru avec les meilleurs. Le 26 décembre dernier, il a remporté une finale de Silverdivision à Solvalla sur 2.140 mètres autostart. Il est catalogué comme candidat doté d’une bonne pointe de vitesse finale.

6. BAHIA QUESNOT (FR) : désormais âgée de 10 ans, Bahia Quesnot prend part à l’épreuve pour la deuxième fois après une tentative manquée en 2019 [lire déclaration de Junier Guelpa]. C'est la candidate la plus riche au départ.
Troisième dernièrement dans la Copenhagen Cup (Gr.2) remportée par Cyber Lane, Bahia Quesnot est une mère courage capable d’authentiques exploit lorsqu’elle est au mieux. Elle sera la seule au départ à avoir pris part cette année aux trois plus riches épreuves du calendrier européen pour chevaux d’âge : le Prix de Cornulier (1re), le Prix d’Amérique (5e) et donc l’Elitloppet. Son record de 1’08’’7 la place au troisième rang des concurrents 2021 derrière Seismic Wave (1'08''5) et Vivid Wise As (1’08’’6). Elle portera les espoirs tricolores.

7. CYBER LANE (SW) : il vient de décrocher son invitation en s’imposant dans la Copenhagen Cup. Il participe à 8 ans à son premier Elitlopp.
Il s’est révélé à l'âge de 4 ans et a été couronné cette saison-là par une victoire dans le Derby suédois. Il fait depuis partie de l'élite scandinave. Il a été troisième dans Jubileumspokalen à Solvalla et également dans Hugo Åbergs Memorial, à Jägersro en 2019. Son récent succès dans la Copenhagen Cup l’ai fait rentrer dans la « final list ». Il est complet et capable de s’élancer très vite mais, en raison de son mauvais numéro, il aura besoin d’un parcours favorable pour accéder à la finale.

8. DON FANUCCI ZET (SW) : un 5 ans suédois de grand talent. Etait le favori de beaucoup d’observateurs scandinaves avant d’obtenir le 8 derrière l’autostart.
Ce 5 ans a peu couru (20 fois contre 32 fois par exemple à Aetos Kronos, autre 5 ans en lice dans cette batterie 1). Son titre de gloire, l’an dernier à 4 ans, est son succès dans le Sprintermästaren, baptisé par les Suédois l'Elitloppet des 4 ans, prouvant en l’occasion qu’il pouvait gérer batterie et finale dans la journée (il s’était imposé dans sa batterie avant la finale). En septembre dernier, dans le Derby suédois (Gr.1), il a conclu deuxième, précédant Aetos Kronos. Avant le tirage au sort qui l’a desservi, Don Fanucci Zet était le favori de nombreux Scandinaves de cette Elitloppet.

REVUE DES PARTANTS

Batterie 2

# Cheval / Driver
1. Cokstile / V. Gallo
2. Heavy Sound / K. Haugstad
3. Seismic Wave / C. Sjöström
4. Gelati Cut / G. Gelormini
5. Gareth Boko / M. E Djuse
6. Ecurie D. / U. Ohlsson
7. Click Bait / P. Lennartsson
8. Very Kronos / E. Adielsson

1. COKSTILE (NO/IT) : c’est le tenant du titre (après disqualification de Propulsion). Il a une course à son actif après une longue pause. Où en est-il vraiment ?
C’est évidemment un cheval de classe international. Ce 8 ans né en Norvège a remporté le Derby dans son pays d'origine puis a été vendu en Italie et a connu de grands succès internationaux au cours des deux dernières saisons. L'année dernière, il a été consacré dans l’Elitloppet et a conclu sa saison par une victoire dans le Gran Premio Costa Azzurra (Gr.1) à Turin. Il prend part ici à son troisième Elitloppet et, cette fois, avec un nouveau pilote et un nouvel entraîneur. Il vient de conclure lors de sa rentrée, dans un bon chrono (1’10’’0) au Danemark, battu par le français Digne et Droit. Il peut encore être à court de préparation pour un sommet comme l’Elitlopp.

2. HEAVY SOUND (SW) : ce 9 ans qui a été blessé est de nouveau prêt à se battre. Préfère courir en tête.
Bon élément de sa génération à 3 ans, il a remporté une finale E3 (Gr.1) à cet âge-là, il a été deuxième du Derby (Gr.1) à 4 ans. Très peu vu à 5 ans, il a remporté Groupe 1 à 6 ans dans le Saint-Michel à Mikkeli, en Finlande, en 2018. Il traverse une belle période de forme (trois victoires en quatre sorties) et vient de s’imposer « tête et corde » à Solvalla. Kenneth Haugstad a été le driver de toute sa carrière et lui reste associé ce dimanche.

3. SEISMIC WAVE (US/SW) : ce trotteur américain est arrivé en Europe à 4 ans. A fait un splendide dernier tour dans sa dernière course malgré un numéro compliqué.
Sur le circuit américain en début de carrière, il détient un record mondial de vitesse (pour un hongre de 3 ans) avec un chrono de 1’08’’5 sur 1.609 mètres. Acheté ensuite par Timo Nurmos, il compte dix victoires en quatorze courses en Suède mais n’a jamais réussi à percer dans la Golden Division. Il vient de se faire remarquer par un beau dernier tour à Solvalla malgré un mauvais numéro au départ (le 8).

4. GELATI CUT (FR) : c’est un modèle de régularité, capable de s’imposer dans tous les exercices, de vitesse comme de tenue. C’est le rival de Gu d’Héripré dans l’hexagone. Remarquable dans toutes ses prestations étrangères (Italie et Suède).
Vainqueur à 2 ans à Vincennes, il a été protégé de l’élite jusqu’à ses 4 ans, effectuant une première apparition dans un Groupe 2 en juin dans le Prix Phaéton (deuxième de Gu d’Héripré). Troisième de deux Groupes 1 italiens en fin d’année dernière, il a pris une autre dimension cette année (deux succès semi-classiques) et vient de conclure quatrième de la Paralympiatravet (Gr.1) contre ses aînés en Suède. Ses limites sont actuellement difficiles à cerner.


L'éclairage de Romain Larue (Gelati Cut) : « On ne fait pas la monte pour faire en même temps une course en Suède de ce niveau. C'est pour cela qu'il n'est pas entré au haras cette année. Quant au programme français, il ne me plaisait pas du tout : on devait se bagarrer contre Gu d’Héripré. C’est pourquoi, on a décidé cette campagne européenne pour Gelati Cut avec ses propriétaires, M. et Mme Karsenti. Ils sont éleveurs et propriétaires et passionnés par les couses. Ce qu’ils veulent, c’est voir leur cheval courir. Ce n’est pas de l’investissement ou essayer de gagner de l’argent. Alors là, on est invités à l’étranger, on y va ! C’est quand même génial. On fait des courses de chevaux. Quant à l’Elitloppet, il s’agit évidemment d’une des courses les plus dures à gagner avec le Prix d’Amérique. C’est toute une organisation parce que cela se court en deux fois. C’est assez compliqué à gérer. Il a travaillé un peu fort en fin de semaine dernière. Cette semaine, il n’a fait que de l’entretien sachant que les pistes sont inondées depuis mercredi. Le cheval est bien, et bien dans sa tête. On a tiré un super numéro, le 4. Ce qui serait magnifique, ce serait de se qualifier. Après, pour la finale, tout sera ouvert. »


REVUE DES PARTANTS

Batterie 2

# Cheval / Driver
1. Cokstile / V. Gallo
2. Heavy Sound / K. Haugstad
3. Seismic Wave / C. Sjöström
4. Gelati Cut / G. Gelormini
5. Gareth Boko / M. E Djuse
6. Ecurie D. / U. Ohlsson
7. Click Bait / P. Lennartsson
8. Very Kronos / E. Adielsson

5. GARETH BOKO (NL) : il s'est amélioré de façon spectaculaire pour son nouvel entraîneur Jerry Riordan cette année.
C’est un talent précoce qui a remporté le Swedish Uppfödningslöpning à l'âge de 2 ans. Le cheval était alors entraîné par Per Lennartsson. À 4 ans, il est passé chez Conrad Lugauer et a remporté une manche éliminatoire du Derby suédois et une du Grand Prix de l’UET avant de conclure quatrième en finale. Absent à l’âge de 5 ans, il a, par la suite, remporté plusieurs victoires de Golden Division. Passé dans les boxes de Jerry Riordan en fin d’hiver, il vient de s’imposer deux fois pour son nouvel entraîneur, la dernière dans la réduction de 1’09’’6.

6. ECURIE D. (DK/SW) : il n’a que 5 ans mais est déjà une star en Suède. Il a vite rendu les armes la dernière fois et doit maintenant rassurer.
Invaincu lors de ses onze premières sorties, il est vite devenu une vedette en Scandinavie. Ce trotteur inscrit au stud-book danois et élevé par Jean-Pierre Dubois a remporté sept victoires à 3 ans mais n'a pas rencontré les meilleurs chevaux de son année à l'époque. A gagné à 4 ans à Solvalla dans la réduction kilométrique de 1’09’’2 (1.640 mètres) malgré le 8 derrière l’autostart. Quatrième l’été dernier contre ses aînés, lors de sa première tentative de Groupe 1, dans le Hugo Åbergs, il a connu quelques échecs depuis dont la dernière fois dans la Paralympiatravet (Gr.1). Il perd Björn Goop et aura Ulf Ohlsson aux commandes.

7. CLICK BAIT (SW) : il n’a encore jamais disputé de Groupe 1 et fait figure, à 5 ans, de petit poucet de l’épreuve. Mais il représente aussi la signature de Stefan Melander.
Son titre de gloire cette année est une victoire à Färjestad en battant Don Fanucci Zet, lequel effectuait sa rentrée et qui a été propulsé par la suite favori de cette édition de l’Elitloppet avant de recevoir le 8 dans la première batterie. Stefan Melander en est à deux victoires dans l’Elitloppet : avec Iceland en 2010 et Nuncio en 2016.

8. VERY KRONOS (SW) : s’est pleinement révélé en fin d’année 2020 et a obtenu son ticket grâce à sa deuxième place dans la Paralympiatravet.
Pas toujours sage dans sa jeunesse, il a a vraiment « explosé » au second semestre 2020, obtenant plusieurs victoires dans la Golden Division, quelquefois dans des épreuves nantis du statut Groupe. Cette saison, à 7 ans, il a déjà produit deux performances de choix, comme sa deuxième place dans la Paralympiatravet (Gr.1), derrière Délia du Pommereux, ou une autre deuxième place peu avant derrière Who’s Who, l’un des absents du plateau 2021.

A voir aussi :
...
Gazoline du Seux carbure au succès

Déjà lauréate sur le mâchefer parisien il y a deux semaines, Gazoline du Seux (Opium) a doublé la mise de bonne manière dans la première course de cette nocturne. Après un faux départ ...

Lire la suite
...
Pour un peu, c'était deux "Rib" !

Il y avait deux courses intéressantes, à l'attelage, pour les 3 ans, version pouliches et version poulains, ce vendredi à Caen. Dans les rangs des femelles, c'est l'élève et partenaire de Joël Hallais, Idole du Rib (Love You), qui, ...

Lire la suite
...
Un week-end de Groupes 1 en Europe

Ce sont pas moins de cinq Groupes qui se disputeront ce week-end sur le vieux continent. Samedi à Solvalla, les Kriterium et Oaks sacreront les meilleurs poulains et pouliches de 3 ans suédois. Dimanche à Vincennes, le Prix des Elites (Gr.1) sera ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite