... © Solvalla
Actualité - 29.05.2021

Une entrée en matière parfaitement réussie

Avec elle maintenant, nous visons le Prix d'Amérique l'hiver prochain.
Anders Lindqvist

Le premier des deux volets du week-end de l’Elitloppet se termine sur un bilan élogieux. La grande vitrine des courses suédoises, aux accents très européens, a donné un grand spectacle. Les acteurs français se sont très bien comportés dans ce concert. L’inoxydable Billie de Montfort a, une nouvelle fois, montré la voie aux tricolores en s’imposant dans son épreuve avec style et envie. Quant au Groupe 1 du jour, le Harper Hanovers, il a été la proie de Wild Love, une fille de Love You entraînée en France par Anders Lindqvist.

C’est une drôle de dame. Ce samedi plus que jamais. La deuxième victoire suédoise de Billie de Montfort (Jasmin de Flore), dans l’excellente réduction kilométrique de 1’09’’5, six ans après son premier succès à l’étranger, à l’âge de 4 ans et sur la même piste de Solvalla, ajoute une ligne de plus à son incroyable curriculum vitae. Et ajoute aussi de nouveaux louanges à son endroit, notamment dans la bouche de celui qui est devenu son partenaire attitré, l’italien au cœur français Gabriele Gelormini. Lequel évoque justement le cœur et l’envie quand il s’agit de parler de sa partenaire de 10 ans : « C’est ma jument de cœur. Elle n’a peut-être jamais été aussi bien. Elle était vraiment top. On a un peu changé la façon de la préparer en la laissant pas mal en liberté. Tout cela pour lui redonner encore de l’envie. Elle répond présent à chaque fois. Sur ce genre de piste, elle est vraiment formidable. À Vincennes, c’est trop dur pour elle maintenant. Elle avait gagné ici à 4 ans, elle s’impose encore à 10 ans. C’est une jument qui va rester dans l’histoire. »


Partie comme une fusée et tout de suite en tête, Billie de Monfort a fait le trou à la sortie du tournant final, jetant toutes ses forces dans la bataille à l'entrée de la ligne d'arrivée. Son cœur a fait le reste pour l'emmener jusqu'au poteau et résister à des cadets, des "jeunots" de 7 et 8 ans : Hevin Boko (Going Kronos) et Willow Pride (Love You). Sa victoire suscite l'admiration évidemment, et rappelle les déclarations de Jean-Luc Lagardère quand il parlait de son champion Linamix, devenu un très grand étalon : « Un cheval court avec ses jambes et ses poumons mais gagne avec sa tête et son cœur. » En réalisant 1'09''5 en réduction kilométrique, Billie de Montfort signe la quatrième meilleure réduction de sa carrière, après ses trois chronos cagnois de 1'09''2 (deux fois) et de 1'09''3. Chapeau l'artiste !

Les belles images suédoises
Entre-temps, Billie de Montfort a donné à voir de magnifiques images, dans la dernière ligne opposée, quand l’amplitude de son geste était énorme, aérien et ample à la fois. Car le succès de ce samedi suédois tient aussi aux images. Chaque course a donné lieu à de multiples rediffusions, sous tous les angles, comme si chaque séquence tournait de quelques degrés par rapport à la séquence précédente. Les images se sont toutes conclues sur des gros-plans expressifs, révélant et l’effort et le bonheur du succès.

Wild Love lance l'ère Groupe 1 du Harper Hanover
Douze mois après Moni Viking (Maharajah), c'est une candidate au profil approchant qui inscrit son nom au palmarès de l'épreuve. Wild Love (Love You) est en effet entraînée en France, à Grosbois, depuis le début de l'année par Anders Lindqvist, l'un des plus français des Suédois. Moni Viking avait aussi à l'époque - et a renouvelé l'expérience l'hiver dernier - fréquenté l'entraînement hexagonal, aux bons soins de Pierre Vercruysse, sur le même centre d'entraînement de Grosbois. Voici donc un début de recette pour remporter le "Prix de Paris suédois" : présenter un candidat scandinave (Moni Viking est norvégien quand Wild Love est suédoise) qui a été entraîné en France, à Grosbois qui plus est.
La jument de 7 ans, qui s'est imposée trois fois à Vincennes depuis le début de l'année, dont une sur le parcours de tenue des 2 850 mètres de la grande piste, a, une nouvelle fois, fait exhibition de son exceptionnelle pointe de vitesse finale pour venir prendre le meilleur aux abords du poteau à Who's Who (Maharajah). Son driver Kevin Oscarsson a fait le bon choix en utilisant comme poisson pilote Who's Who dans le dernier tour de piste. C'est ce dernier qui l'a ramenée avant de la voir le déborder.
Wild Love égale au passage le record de l'épreuve fixé l'an dernier à 1'11''9 par Moni Viking (sur exactement la même distance de 3 180 mètres puisque ces deux vainqueurs se sont élancés au troisième poteau de départ dans chacune de leur victoire).
Il existe une différence de taille néanmoins : Wild Love obtient ici un titre de Groupe 1 - le premier de sa carrière - puisque le Harper Hanovers a été élevé au rang le plus élevé cette année après avoir été Groupe 2. Parmi les belles prestations, il faut signaler la fin de course incisive de Jerry Mom (Ready Cash), quatrième), après avoir fait le parcours intérieur.

Un Groupe 1 douze ans après Louise Laukko
Pour Anders Lindqvist, il s'agit d'un premier Groupe 1 depuis l'époque du milieu des années 1990 où il avait la responsabilité de plusieurs vainqueurs majeurs comme Huxtable Hornline, Louise Laukko et Activity. Son dernier titre à ce niveau est le Saint-Michel, à Mikkeli en Finlande en 1999, avec Louise Laukko. L'entraîneur a déclaré à Sulkysport après ce succès : « C'est une jument absolument fantastique. Elle a eu une course difficile la dernière fois à Vincennes mais, comme tous les bons chevaux, elle a été capable de rebondir. Avec elle maintenant, nous visons le Prix d'Amérique l'hiver prochain. »

Une grande présence française
Nulle question d'être "franchouillard" ou de tirer la couverture du chauvinisme à soi. Il reste que, dans un contexte concurrentiel international, certains pointages sont évidemment naturels. Billie de Montfort a ouvert le compteur hexagonal ce samedi. Wild Love a porté avec elle un petit bout tricolore également. Du côté des étalons, la présence est forte avec pas moins de six vainqueurs, des douze épreuves de la réunion, rattachés à notre stud-book. Il faut citer :
Offshore Dream, père de M.T.Insider, le gagnant de la première course,
Password, père de Balboa Lux (IT), gagnant de la course 2,
Ready Cash, père de Zorro Wind (IT), gagnant de la course 4,
Love You, père de Jaguar Dream, gagnant de la course 7, et de Wild Love, gagnante du Harper Hanovers (Gr.1),
■ et Jasmin de Flore, père de Billie de Montfort, gagnante de la course 10.
On peut ajouter à cela des places sur le podium obtenues par des produits de Ready Cash (trois fois), de Love You, de Bold Eagle et d'Orlando Vici.

L'efficacité italienne
Les ressortissants italiens ont, pour leur part, remporté trois épreuves ce samedi. Il s'agit de Balboa Lux (Password), Zorro Wind (Ready Cash) et Arquana As (Chapter Seven).

A voir aussi :
...
Gouvernance du PMU : Philippe Augier devient président exécutif

Le Conseil d'Adminstration du GIE PMU, réuni ce mardi soir pour définir la nouvelle gouvernance du GIE après la révocation la semaine dernière de Cyril Linette, l'ex directeur général du GIE, a dé...

Lire la suite
...
Comme une rennaissance d'Ibaya des Forges

Remarquée, récemment, à Enghien - fautive dans le premier tournant, elle avait ensuite remarquablement terminé, se classant neuvième -, Ibaya des Forges (Carat Williams) était très en vue ce mardi à Vincennes et n'a pas déçu ses ...

Lire la suite
...
Un come-back attendu :
et Diable ressort de sa boîte

C'était la belle course du jour et elle a tenu toutes ses promesses, sa phase finale mettant aux prises les trois concurrents les plus en vue, avec, en fin de compte, la victoire du concurrent le plus titré dans ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite