... © Aprh
Actualité - 01.06.2021

Gladys des Plaines déjà en mode supersonique !

Gladys des Plaines est une guerrière qui n'aime pas perdre.
Gilles Curens

Ils sont venus, ils ont vu, elle a vaincu. Gladys des Plaines a effacé en 3 minutes 15 secondes et une poignée de dixièmes tous les doutes la concernant. Elle a survolé le Prix Victor Cavey (Gr.2), dans la nouvelle réduction kilométrique record de l'épreuve (1'12''4), comme à ses plus grands jours et lance, de la plus belle des façons, le compte à rebours vers le Prix de Normandie (Gr.1).

On se doutait qu'on allait assister à une vraie course avec la conjonction d'événements propices au scénario le plus débridé. C'est Christopher Corbineau, partenaire de Guide Moi Forgan (Neutron du Cébé), remarquable deuxième, qui résume le mieux la situation dans son debrief : « On savait, aujourd’hui, que la course allait barder et on n’a pas été déçus. » Il y avait d'un côté le fort en train, Gef de Play (Gazouillis), à la forme étincelante qui pouvait enfoncer le clou face à des rivaux à la recherche de leurs marques. De l'autre côté donc, on trouvait Gladys des Plaines (Opus Viervil), en mode déceptif depuis son échec dans le Prix de Cornulier (Gr.1) et pas du tout rassurante lors de sa rentrée à l'attelé le 9 mai dernier. Et il y avait aussi Guide Moi Forgan, de retour au monté après avoir peaufiné sa condition à l'attelé. Un vrai test pour lui également. Bref, cela a été vite, comme prévu.

Les avaleurs de cendrée ont animé en concertation
Gladys des Plaines a montré d'emblée ses bonnes dispositions en prenant le train à son compte. Puis elle a laissé dans la descente, à deux kilomètres du but, Gef de Play prendre le relais et entrer dans sa course préférée, celle qu'il effectue en avant. Derrière chacun fait ce qu'il peut pour limiter les dégâts. Granvillaise Bleue (Jag de Bellouet) est celle qui ouvre le wagon de deuxième épaisseur. À l'intersection des pistes, la championne de poche de Gilles Curens accélère et sert un moment de classe pour prendre le meilleur. Elle ne sera jamais rejointe, comme volant devant les autres. En réalisant 1'12''4, elle explose la référence d'Eolia de Houelle (Goetmals Wood) fixée à 1'13''5 en 2019 (sur le parcours des 2 850 mètres de la grande piste contre celui des 2 700 mètres cette fois). C'est un temps de référence pour un 5 ans même si Draft Life, avec sa performance dans le Prix de Cornulier 2018, à cet âge, en 1'11''5, occulte un peu ce chrono.

La vérité est dans les pieds
Pour Gilles Curens, tout se remet dans l'ordre. Tout reprend le cours normal des choses de 2020. Ce succès efface aussi tous les doutes. Et c'est du côté de la ferrure qu'il faut trouver les bonnes explications. Déferrée dans les Prix de Cornulier et Paul Bastard alors qu'elle avait sans doute les pieds sensibles à l'époque, Gladys des Plaines était cette fois protégée. L'entraîneur a tiré les leçons de ses échecs.

Les explications de Gilles Curens sur la ferrure
L'entraîneur commence par ce point dans son analyse de l'épreuve : « Cela a été une erreur de l’entraîneur de la déferrer dans le Prix de Cornulier et sa sortie suivante. En cette occasion, j’avais pris un uppercut car je la savais parfaite au travail dans ses allures et, en course, elle ne trottait pas. Surtout qu’en plus, au heat, en étant ferrée, elle était bien. Il ne pouvait y avoir qu’un problème avec la ferrure. Aujourd’hui, on lui a collé des "top gum" devant (« ils sont hyper légers » rajoute Gilles Curens) et des petits alus de trente grammes derrière. Aujourd’hui, après la course, Mathieu [Mottier] m’a dit : « Il ne faut rien toucher ». On n’aura pas besoin de la déferrer. On peut dire qu’au moins jusqu’au Prix de Normandie, elle ne sera pas déferrée. »

Un temps canon sans être au top
Cette victoire va faire mal aussi dans les camps adverses car Gladys des Plaines n'est pas encore au top explique Gilles Curens : « Aujourd’hui, je la savais bien mais pas à 100 %. Elle n’était pas affûtée. Je l’avais travaillée beaucoup plus dur en vue du meeting d’hiver quand elle avait fait sa rentrée au mois de novembre. Elle était venue travailler à Vincennes. Là, elle avait fait une rentrée à l’attelé qui était mauvaise mais avec des excuses : je lui avais mis un lasso assez court et les oreilles étaient trop bouchées. Du coup, la jument était en-dedans de la main. Pour aujourd’hui, je pensais donc qu’elle serait juste face un Gef de Play qui venait de faire trois démonstrations au monté, à un Guide Moi Forgan qui venait de bien courir à l’attelé, à Granvillaise Bleue qui venait de super bien courir. J’avais des craintes et je pensais qu’elle serait plus troisième que première. Elle m’a aussi montrée qu’elle était plus prête que je ne le pensais. C’est une guerrière. Elle a tellement de tempérament qu’elle n’aime pas perdre. Même le matin, elle est compliquée. Ce matin, son lad Eric Clouet, au retour de la promenade, m’a dit : « Elle est infecte. ». »


Le bilan des classés
Du côté des battus, peu de regrets pour tout dire. Chacun a des motifs de satisfaction et ils nous en ont fait part.
■ Christopher Corbineau associé à Guide Moi Forgan (2e) : « Je l’avais monté à l’entraînement la semaine dernière. Il avait bien travaillé mais cela faisait un an qu’il n’avait pas eu la selle sur le dos et on avait besoin de se retrouver. Il a évolué physiquement. Il n’a pas la même amplitude. Il a pris de l’épaule, a éclaté de l’avant-main et a plus de geste devant désormais. Pascal [Castel] l’a amené au top pour cette course. On est encore battus par la présidente mais il signe le même temps que dans le Prix du Président de la République [1’12’’6 contre 1’12’’5 exactement]. C’est excellent. Il avait besoin de cette course-là. C’est de bon augure. »
■ Camille Levesque, selle sur Granvillaise Bleue (3e) : « La jument court bien. On n’a pas eu la bonne course, en deuxième épaisseur. Elle était un peu plus molle que la dernière fois mais on l’avait moins travaillée sur la vitesse ici comme c’était un 2.700 mètres. Il faudrait peut-être la stimuler par la vitesse avant ses prochaines sorties, je pense. »
■ Yoann Lebourgeois, jockey de Gef de Play (4e) : « Il court bien. J’aurais pu me mettre derrière Gladys mais il a fait toutes ses bonnes courses comme cela. La jument faisait une rentrée et elle nous a laissés faire. Je n’ai aucun regret. Il en fait peut-être un petit peu de trop en descendant. S’il pouvait se gérer un petit plus, ce serait encore mieux. Il « marche » 12’’8. Quand il avait gagné de « cent mètres » sur ce parcours, il avait réalisé 13’’3 et les autres n’étaient pas là. Il est bien reparti dans la ligne d’arrivée. C’est très bien. »
■ Thierry Raffegeau, entraîneur de Grande Copine (5e) : « C’est ni bien ni mal. On voit qu’elle est en dessous de ceux-là. On va la recourir à l’attelé où elle est peut-être meilleure pour l’instant. Mais elle va recourir au monté quand même. »

Le programme à venir de Gladys des Plaines
Gilles Curens a bien voulu nous parler du programme de Gladys des Plaines jusqu’au Prix de Normandie (Gr.1), le 19 septembre prochain : « Elle a comme premier objectif le prochain semi-classique (le Prix Xavier de Saint-Palais, le 26 juin). En août/septembre, elle participera au semi-classique sur 2.700 mètres, à peu près un mois avec le Prix de Normandie, et on ira ensuite sur le Groupe 1 directement. »

D'où vient-elle ?

Fille d'Opus Viervil 1'11'', Gladys des Plaines, élevée par l'ex-entraîneur Stéphane Rouxel (Écurie des Plaines) -qui s'est recyclé aujourd'hui, pour raisons de santé, dans le commerce d'aliments pour chevaux-, est le premier produit de Thétis de Vaujours 1'13'' (210.970 €), lauréate de sept tournois provinciaux. La troisième mère est la classique montée Comme Elle 1'15'' (181 308 €), gagnante de dix courses et placée du Prix d'Essai. Le meilleur produit de Comme Elle fut Nina de Bootz 1'14'' a.-m. (treize victoires et 217.230 €). Rappelons que Gladys des Plaines provient de la vente mixte d'été d'Arqana Trot, à Deauville, où elle fut adjugée 23.000 €, à l'âge de 2 ans, qualifiée, inédite, en septembre 2018. Son frère cadet, Indigo des Plaines 1'17'' (Qualypso Jiel), a débuté deuxième, sur l'hippodrome de Reims, au mois de septembre, pour le même tandem Radu-Curens, et n'a, pour l'heure, pas été revu.

5e | ETRIER 5 ANS QUALIF 2 - PRIX V. CAVEY
M - 2700 m - Groupe 2 - 100 000 €
GLADYS DES PLAINES 1'12"4
Opus Viervil x Thetis de Vaujours (Hernani)
Jockey : M. Mottier - Entraîneur : G. Curens
Propriétaire : A. Radu - Eleveur : E. d. Plaines
2e Guide Moi Forgan 1'12"6
3e Granvillaise Bleue 1'12"6
4e : Gef de Play - 5e : Grande Copine - 6e : Gainsborough - 7e : Girly Beco
Jag de Bellouet 1'09''9 Viking's Way 1'15''6
Opus Viervil 1'11''4 Vaunoise 1'26''0
Envoutante 1'21''0 Passionnant 1'15''1
GLADYS DES PLAINES 1'11''3 Uranie Mesloise 1'22''6
Hernani 1'14''0 Blue Dream 1'14''9
Thetis de Vaujours 1'13''0 Source 1'16''1
Mexicaine de Bootz Caballio In Blue 1'16''2
Comme Elle 1'15''1
A voir aussi :
...
Who's Who,
un coup de maître sur le mile

Who's Who a inscrit son nom sur le glorieux palmarès du Hugo Åbergs Memorial ce mardi. Le 7 ans en est maintenant à quatre titres de Groupe 1. Ce qui est nettement plus singulier, c'est qu'il participait à son première épreuve sur ...

Lire la suite
...
Le Grand Prix de Wallonie avec Face Time Bourbon

Ils sont 21 sur la liste des engagés au Grand Prix de Wallonie (Gr.1), dimanche à Mons. Une liste bien sûr emmenée par le crack Face Time Bourbon (Ready Cash), le tenant du titre. Jean-Michel Bazire ne confirmera pas ...

Lire la suite
...
Gétéhi du Noyer, la bonne injection

On n'a vu que lui dans le dernier tour de piste du Prix des Jonquilles. Gétéhi du Noyer (Ulf du Noyer) a produit un premier effort devant les tribunes pour s'emparer de la tête puis s'est imposé ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite