... ©Solvalla
Actualité - 02.06.2021

De Jamin, le "galopeur" d’hier, à Don Fanucci Zet, l’ambleur de 2021

Un petit coup de Northern Dancer, injecté dans notre cheptel trotteur, n’aurait sûrement pas été nuisible…
Paul Viel

La retentissante victoire de Don Fanucci Zet 1’08’’, dimanche, dans l’Elitloppet, met l’accent sur le grandissant attrait de l’élevage trotteur suédois pour les lignées ambleuses, sachant que le fils de Hard Livin est issu d’une mère ambleuse. Similairement, Power 1’11’’, autre champion scandinave, vainqueur du Grand Prix de l’U.E.T, l’automne dernier, à Vincennes, appartient à une lignée mâle ambleuse, son père, Googoo Gaagaa, étant par l’étalon « pacer » Cam’s Rocket. La présente démarche de nos voisins d’Europe du Nord n’est pas sans rappeler celle qui fut la nôtre, dans les années 1950 et 1960, lorsque nous allions chercher des pur-sang pour obtenir quelques-uns de nos meilleurs trotteurs.

Peu avant l’an 2000, Paul Viel, dans un entretien qu’il avait accordé à la revue « Trot Informations », déplorait l’interdiction prononcée à l’encontre des « mariages mixtes », entre pur-sang et trotteurs, lançant alors, à la cantonade : « Un petit coup de Northern Dancer, injecté dans notre cheptel trotteur, n’aurait sûrement pas été nuisible… » Faire saillir une jument trotteuse par un étalon pur-sang ou bien une jument pur-sang par un étalon trotteur : voilà qui paraît, aujourd’hui, bien incongru.
Et, pourtant, ce sont des croisements comme ceux-là qui ont contribué, d’abord, à fonder la race, au XIXe siècle –où le recours aux pur-sang anglais allégea, affina et, au bout du compte, améliora celle-ci–, puis lui ont procuré quelques-uns de ses fleurons, au vingtième siècle, à commencer par un certain Jamin, crack absolu, le premier à battre les Américains chez eux, sur le mile, étant surnommé là-bas « death’s creeping », autrement dit « la mort qui rampe », en référence à ses grandes allures, rampantes, telles celles d’un félin fondant sur sa proie. Jamin était doté d’une vitesse exceptionnelle, ayant trotté 1’14’’ dans les années 1950, voire 1’13’’, dans une tentative de record en solitaire.
Or, tout laisse à penser qu’il tenait cette vélocité, pour l’essentiel, de sa grand-mère, la jument pur-sang Gladys (1931-Craig An Eran), qui avait gagné sur l’hippodrome de galop de Saint-Cloud, avant-guerre !
Donner un coup de jeune aux souches
Il faut replacer les choses dans leur contexte. A l’époque de Jamin, le « sang neuf » ne pouvait être américain, puisque le stud-book français était fermé. Pour les éleveurs souhaitant donner un coup de jeune à leur souche, la solution était donc d’introduire une jument pur-sang dans leur effectif, ce que firent les Olry-Roederer avec Gladys, qu’ils marièrent à leur chef de race, Hernani III, pour en obtenir Dladys. Celle-ci fut essayée au trot, mais cela ne donna rien. En revanche, comme poulinière, quelle réussite !
Jamin, donc (deux Prix d’Amérique, trois Prix de France, deux Prix de Paris, trois Critériums, trois Prix de Sélection, un Prix de l’Etoile, un Grand Critérium de Vitesse de la Côte d’Azur, un Critérium International d’Enghien, un Elitloppet, un Championnat du Monde, un American Trotting Championship, qu’il est le seul trotteur français à avoir gagné…), mais aussi Odysner (trois semi-classiques, triple placé de Groupe I) et, plus encore, Quérido II (deux « Cornulier », deux Prix de France, deux Prix de Paris, le « Président », un Prix des Elites, troisième du Prix d’Amérique), sans oublier la pouliche Ninia (Abner), propre sœur de Jamin et d’Odysner, là où Quérido II était par Fandango, et future mère des propres frères, par Feu Follet X, Tabriz (deux « Cornulier », un Prix de l’Ile-de-France, un Prix des Centaures, le Prix de Vincennes, le « Président », le Prix de Normandie, troisième du Prix d’Amérique) et Caprior, qui allait faire le bonheur d’éleveur de Jean-Pierre Dubois.

Une recette qui donne des résultats
En deux générations, on faisait ainsi d’une lignée pur-sang une fameuse famille trotteuse ! A partir d’une jument bien née, cela étant, petite-fille du champion et étalon de premier ordre Gainsborough (Triple Couronne britannique ; Gold Cup d’Ascot ; père du chef de race Hyperion). Un Gainsborough qui se trouve être également le grand-père de Missoulette (1950-Winterhalter), autre jument pur-sang s’étant tournée vers les trotteurs, pour le compte des Ballière, cette fois, qui en eurent, des œuvres de leur crack étalon Fandango, une nommée Nubie, appelée à devenir la mère de leur championne Vismie (Nivôse), multiple gagnante de Groupe II et placée de Groupe I, notamment du Prix d’Amérique, d’où les semi-classiques Milliard, Fetch, etc.

Ambleurs ou pur-sang, l’idée est la même : rechercher la vélocité et l’explosivité

D’autres exemples pourraient être cités de cet intérêt trotteur pour les pur-sang, depuis les années 1950 jusqu’aux années 1970, avant la réouverture, ponctuelle, du stud-book, fermé, rappelons-le, à la veille de la guerre. L’idée était toujours la même : ouvrir les pedigrees à des influences nouvelles, en quête d’origine, de qualité et de vitesse. La démarche de Daniel Redén n’est pas tellement différente ; elle est même très proche. En allant chercher Kissed by the West (Western Terror), la mère, ambleuse, de son actuel champion, aux Etats-Unis, il apportait la vélocité et l’explosivité propres aux
« pacers », réputés moins fautifs, qui plus est, que les trotteurs, car davantage entravés dans leurs allures. Kissed by the West appartient, en outre, à une brillante famille d’ambleurs ; Redén ne s’est, bien sûr, pas trompé.
La perspective était, pour lui, d’en obtenir une femelle à l’élevage et de faire produire à celle-ci des trotteurs de premier plan. Mais Kissed by the West est allée encore plus vite en besogne, donnant elle-même, en production directe, un trotteur sortant de l’ordinaire.
Dans le cadre des croisements entre trotteurs et pur-sang de la seconde moitié du siècle écoulé, il y eut un cas semblable, celui de Roc Wilkes, fils du trotteur Eboué Wilkes et de la jument pur-sang Féline (1948-Blue Moon), celle-ci placée à… Auteuil ! Or, Roc Wilkes, très beau cheval alezan, racé à souhait, fut un tout bon sujet, gagnant de deux Prix de Bretagne, du Prix de Bruxelles, à Enghien, du Prix du Conseil Municipal, à Vichy, et placé du Prix de Paris, ainsi que du Critérium des 5 Ans. Même s’il commit un certain nombre d’incartades dans sa carrière – confondant parfois, selon le joli mot d’un de nos confrères, la descente de Vincennes avec celle de Longchamp !–, qui pénalisèrent sa carrière, Roc Wilkes n’en laisse pas moins le souvenir d’un « seigneur », rarissime trotteur fils de pur-sang à avoir brillé au plus haut niveau à l’ère moderne. Il connut, hélas, un destin tragique, mourant d’épuisement au retour d’un terrible voyage en train en Italie, épreuve à laquelle parvint à survivre son cadet et compagnon d’infortune, le crack Tidalium Pélo.

Un accord facile, sinon toujours parfait
Un peu d’histoire pour (ré)concilier pur-sang, trotteurs et ambleurs. Ainsi sont-ce les lignées « pures » de The Darley Arabian (né en 1700) et The Godolphin Arabian (1724) qui se trouvent à l’origine tant des souches ambleuses que des souches trotteuses, que celles-ci soient françaises ou américaines. Et, aux Etats-Unis, c’est du même Hambletonian (1849), qui a pour ancêtre The Darley Arabian, que descendent trotteurs et ambleurs. Dès lors, rien d’étonnant, somme toute, à ce que les unes et les autres puissent facilement s’accorder.

A voir aussi :
...
Who's Who,
un coup de maître sur le mile

Who's Who a inscrit son nom sur le glorieux palmarès du Hugo Åbergs Memorial ce mardi. Le 7 ans en est maintenant à quatre titres de Groupe 1. Ce qui est nettement plus singulier, c'est qu'il participait à son première épreuve sur ...

Lire la suite
...
Le Grand Prix de Wallonie avec Face Time Bourbon

Ils sont 21 sur la liste des engagés au Grand Prix de Wallonie (Gr.1), dimanche à Mons. Une liste bien sûr emmenée par le crack Face Time Bourbon (Ready Cash), le tenant du titre. Jean-Michel Bazire ne confirmera pas ...

Lire la suite
...
Gétéhi du Noyer, la bonne injection

On n'a vu que lui dans le dernier tour de piste du Prix des Jonquilles. Gétéhi du Noyer (Ulf du Noyer) a produit un premier effort devant les tribunes pour s'emparer de la tête puis s'est imposé ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite