... (© ScoopDyga)
Résultat de course - 04.06.2021

Féerie Wood avec un suppléant de luxe

Une jument comme elle, c'est du velours ! Avant, pendant et après la course.
Matthieu Abrivard

Idéalement placée à 1 300 € du plafond des gains dans cette course européenne, la classique Féerie Wood n'a pas laissé passer cet engagement ce vendredi. Même si Alexandre Abrivard a dû céder en dernière minute sa place au sulky de sa jument à son cousin, Matthieu.

Un test Covid qui ne peut être lu à son arrivée à Vincennes a conduit Alexandre Abrivard à quitter précipitamment l'hippodrome pour aller en passer un nouveau (négatif), ce qui l'a privé de sa meilleure chance de la soirée au sulky de Féerie Wood (Rockfeller Center). Après la victoire de sa jument avec son cousin Matthieu, Alexandre Abrivard n'avait peut-être pas retrouvé complètement le sourire mais faisait contre mauvaise fortune bon cœur. "J'avais confiance en la jument et en son driver, a-t-il réagi. Matthieu la découvrait mais elle est tellement facile que je n'avais aucune inquiétude." C'est cette qualité que le partenaire d'un jour de Féerie Wood mettait aussi en avant : "Quand tu es premier favori avec un cheval que tu ne connais et que tu n'as pas fait le heat, tu te poses des questions. Avec elle, pas de souci. J'ai couru de nombreuses fois contre elle, je l'ai vue faire, elle est vraiment facile et très agréable ; c'est un gros avantage. J'ai pris du plaisir et je n'ai jamais tremblé. Je ne lui ai pas vu de défaut. Je pourrai dire que j'ai au moins gagné une fois avec". Pas besoin de gagner avec beaucoup de mètres d'avance pour signifier une supériorité. "La jument de Matthieu a eu un éclair de classe à l'entrée de la ligne droite où le mien a été un peu pris de vitesse. Je suis revenu sur elle mais je pense que je n'aurais fait que de la pousser si cela s'était prolongé", jugeait ainsi Benoît Robin, driver de For You Madrik (Up And Quick).

D'où vient-elle ?

Née du semi-classique sous la selle Rockfeller Center 1'13'' a.-m. (Jag de Bellouet), Féerie Wood a pour mère Vive Fée, une fille de Love You 1'10'' qui n'a pas couru, ni ne s'est qualifiée, mais est une sœur utérine d'Olitro 1'11'' (Ganymède), deuxième du Critérium des 4 Ans et du Prix Albert Viel. Au haras, Vive Fée donne toute sa mesure, ayant non seulement procuré Féerie Wood, mais le tout bon Eclat de Gloire 1'11'' (Tiégo d'Etang), qui, moins d'une heure après la victoire de sa soeur cadette, à Vincennes, s'est octroyé le Grand Prix de Noël (Groupe III), sur l'hippodrome de Cagnes-sur-Mer, signant, ce faisant, son quinzième succès, pour, pratiquement, 500.000 € de gains. En 2019, elle a eu une propre soeur de Féerie Wood, baptisée Jolie Fée, et, en 2020, un mâle de Follow You, nommé Kentucky Express.

2e | PRIX PYTHIA
Att - 2850 m - Course B - 67 000 €
FEERIE WOOD 1'13"9
Rockfeller Center x Vive Fee (Love You)
Driver : M. Abrivard - Entraîneur : L. Cl. Abrivard
Propriétaire : Ec. A. Abrivard - Eleveur : Ec. D
2e For You Madrik 1'14" Up And Quick x Quelea Madrik
3e Fleche du Yucca 1'14"3 Prodigious x Vincenza
4e : Diva du Granit - 5e : Ecureuil Jenilou
A voir aussi :
...
Renaud Lavillenie et Pierre Pilarski remportent un Groupe ce samedi à Auteuil

La casaque de Hugo et Pierre Pilarski, celle de Bold Eagle (Ready Cash) au trot, paraîtra deux fois lors du grand week-end de l'obstacle français, à Auteuil. Ce samedi, elle était portée par Villa Rica (Cokoriko) dans le ...

Lire la suite
...
Insolent Somolli nominé chez les espoirs

Pieds nus pour la première fois de sa carrière, Insolent Somolli (Booster Winner) a triomphé sans être encore à 100 % de ses moyens. Voilà l'enseignement du Prix de Banville, avec l'analyse de Mathias Dudouit, son driver, au micro d'Equidia Racing. "...

Lire la suite
...
Jolie Baraka a trouvé ses marques

Entraînée par Philippe Allaire, Jolie Baraka (Love You) n'est plus la même depuis la réunion deux facteurs : Caen d'une part et le monté d'autre part. Difficile en début de carrière à l'attelé, cette nièce ...

Lire la suite
...
Richard Westerink inscrit
Étonnant dans les traces de Timoko

Richard Westerink et l’Eliloppet, c’est une histoire de fascination. Celle d’un gamin hollandais pour la plus grande course scandinave, celle qui se rapprochait le plus de sa référence, le Prix des Géants, disputé dans ...

Lire la suite