... © Aprh
Actualité - 11.06.2021

À deux semaines du clash avec Etonnant

Face Time Bourbon peut les regarder droit dans les yeux sans trembler.
Thomas Bernereau

Il sera comme à chaque fois la véritable attraction de la réunion. Y compris dans une journée d’exception comme celles des finales du dimanche 27 juin, Face Time Bourbon aura droit à ce surplus de considération réservé aux cracks authentiques. Il effectuera sa rentrée dans le Prix René Ballière. Dans quel état d’esprit est son entourage ? Comment le double vainqueur du Prix d’Amérique a-t-il traversé ce printemps, consacré à son activité de reproducteur ? Et quels seront ses challengers les plus redoutables ? Pleins feux sur son retour avec Thomas Bernereau.

Il s’est fait discret ces derniers mois. Tout mobilisé par sa seule saison de monte, Face Time Bourbon (Ready Cash) a laissé les honneurs des pistes aux autres. Parmi ceux-ci, il y a Etonnant (Timoko) qui a pris encore du galon dans les "Ducs de Normandie" et qui sera ce samedi en piste dans le Prix Chambon P (Gr.2) à Vincennes.
Dimanche 27 juin, les deux doivent se retrouver dans le Prix René Ballière (Gr.1), pour ce qui constituera la réapparition de Face Time Bourbon. Ce pourrait, ce devrait être le clash de cette période. Le challenge n’est pas mince, ni pour l'un, ni pour l'autre mais le crack l’a déjà relevé avec succès l’an dernier, quasiment jour pour jour, dans la même épreuve. Absent depuis sa victoire dans le Prix de Sélection (Gr.1) 2020, il s’était imposé dans le "René Ballière", quatre petits mois plus tard. La séquence sera la même cette année. La raison ? Les mêmes causes produisant les mêmes effets, c’est bien la logique de la saison de monte, sa priorité en quelque sorte, qui le mène à cette rentrée de fin de printemps ou de début d'été.

Le Prix René Ballière 2020 : un chef d’œuvre du genre
Lors son succès dans le Prix René Ballière 2020, Face Time Bourbon s’était imposé quasiment en solitaire après avoir pris le train à son compte en plaine. Les partiels (1’06’’4 à 1500m ; 1’08’’2 à 1000m et 1’10’’0 à 500m) avaient produit au final un temps canon : 1’09’’4. Il s’agissait tout simplement du nouveau record général de Vincennes. C’était également la première fois que Face Time Bourbon passait sous la barre de 1’10’’. Il le fera trois fois ensuite (1’09’’4 dans le Prix de l’Etoile ; 1’09’’8 dans le Prix Marcel Laurent ; 1’09’’8 dans le Prix de France – Speed Race).

Thomas Bernereau manage la carrière d’étalon de Face Time Bourbon. Il nous donne des nouvelles du champion et de sa préparation.

24H au Trot.- Comment s’est passée la saison de monte de Face Time Bourbon ? Vous n’avez pas eu d’imprévus ?
Thomas Bernereau.- Elle s’est très bien déroulée. Il a été très sollicité, de la part des éleveurs français et étrangers. C’est aussi pourquoi les propriétaires ont décidé de laisser le cheval faire tranquillement sa saison de monte et de ne pas courir. Cela a permis au haras de gérer la saison de monte de façon optimale.

Comment est-il aujourd’hui, à deux semaines de sa rentrée ?
Il est en très bonne condition. Sébastien [Guarato] a commencé à le retravailler un peu plus sérieusement sachant que les premières échéances approchent. À moins d’un changement de dernière minute pour une course étrangère, il doit effectuer sa rentrée dans le Prix René Ballière. Le cheval est parfait, il est en pleine possession de ses moyens. Il est beau physiquement, il n’a pas souffert de sa saison de monte. Il va maintenant préparer l’été avant d’enchaîner sur l’hiver.

La gestion d’une telle période est différente du reste de l’année. Comment s’organise Sébastien Guarato ? Délègue-t-il plus l’entraînement du cheval par exemple ?
Sébastien a l’habitude de gérer de telles périodes et situations pour ses pensionnaires qui font la monte. Il avait ainsi eu un peu le même scénario avec Bold Eagle à l’âge de 5 ans qui n’avait pas couru du printemps. Face Time a été gardé à l’entraînement mais son programme a été allégé pour lui permettre d’encaisser la saison de monte sans perdre de l’état. Le cheval est resté très beau avec beaucoup d’envie. Cela se gère assez bien d’autant plus que le cheval fait la monte à quelques kilomètres de là où il stationne et s’entraîne. Ce qui fait qu’il reste dans son environnement et qu’il n’a pas été perturbé du tout. Il est resté dans son cocon. C’est vrai aussi que Sébastien aime bien garder près de lui ses meilleurs chevaux. Il ne laisse jamais les rênes de ces chevaux-là. Que ce soit pour des petits ou des gros boulots, c’est lui qui les fait. Comme il dit : « Si un pépin devait arriver, je préfère que cela m’arrive à moi qu’à un de mes gars. »

REVUE D’OPPOSITION

Une voie qui se libère
La liste des engagés à deux semaines du Prix René Ballière compte 21 noms. On n’y compte pas les noms de Délia du Pommereux (Niky), annoncée dans le Kymi Grand Prix (Gr.1) samedi prochain. C’est tout de même la tombeuse de Face Time Bourbon dans le Prix de France (et donc sur le même parcours que ce Prix René Ballière) qui devrait ainsi être tenue à l’écart. Gelati Cut (Coktail Jet), un 5 ans aux états de service européens plus que respectables, a aussi fait le choix de la Finlande. En ajoutant l’absence de Gu d’Héripré (Coktail Jet), sur la touche, c’est une partie de l’opposition qui s’allège. Drôle de Jet (Coktail Jet), dauphin de Face Time Bourbon l’an dernier dans ce Groupe 1, est déjà rangé parmi les forfaits sachant qu’il n’a pas couru depuis janvier. Restent évidemment Etonnant, Davidson du Pont (de retour à de meilleures intentions), Bahia Quesnot (sous réserve qu’elle ne soit plus engagée dans sa campagne scandinave), Détroit Castelets (remarquable troisième dans cette course en 2019), voire Jerry Mom (de retour de Suède).


Thomas Bernereau : « Etonnant est vraiment très fort »

24H au Trot.- À deux semaines de la rentrée de Face Time Bourbon, que pensez-vous de l’opposition qui se profile ?
Thomas Bernereau.- Je pense qu’Etonnant est le cheval le plus performant à l’heure actuelle sur le parcours des 2 100 mètres, celui du Prix René Ballière. Il est vraiment très fort. Sur la distance supérieure, vu ce qu’il a fait à Caen dans le Prix des Ducs de Normandie et cet hiver dans le Prix de Paris, il est également très compétitif. C’est un drôle de challenger. On connaît tous les opposants : Davidson du Pont et les autres. Mais Face Time Bourbon en pleine possession de ses moyens, je pense qu’il peut les regarder droit dans les yeux sans trembler.

La problématique de la rentrée
Face Time Bourbon n’a jamais trébuché lors d’une rentrée. À 3 ans, après sept mois d’absence, il s’impose d’emblée dans ce qui constitue sa première victoire à Vincennes. L’an dernier, à 5 ans, il effectue sa rentrée dans le Prix René Ballière, dans l’exacte et même configuration que cette année, et gagne en temps record. Sur ce sujet, Thomas Bernereau nous apprend : « Face Time est un cheval qui aime bien avoir un peu de fraîcheur pour être au top et c’est aussi pour cela que Sébastien a toujours fait en sorte de le courir de manière espacée. S’il n’est pas à 100 % lors de sa rentrée, il ne sera pas loin quand même du 100 %. C’est un cheval qui se prépare très vite. »

Face Time Bourbon sur le parcours de 2 100 mètres autostart de Vincennes
■ 10 courses : 8 victoires – 2 places (2e)
■ record : 1’09’’4 / record général : 1’09’’4

Etonnant sur le parcours de 2 100 mètres autostart de Vincennes
■ 1 course : 5e (Prix de Bourgogne 2021)
■ record : 1’10’’7 / record général : 1’10’’0m (Vin) et 1’10’’4a (Caen)

A voir aussi :
...
Des victoires avec
l'Amérique en toile de fond

Cette journée de samedi était résolument européenne au trot avec le Grand Prix des Nations à Milan en Italie, le Prix de la Ville de Caen chez nous en Normandie et la Finale du Tour Européen du ...

Lire la suite
...
Réunion très européenne dimanche à Enghien

À l'instar de ce samedi qui nous aura menés à travers l'Europe, la réunion de ce dimanche à Enghien est très continentale avec trois courses au label européen pour la moitié des courses. La plus dotée d'entre elles ...

Lire la suite
...
Des ténors dans le Prix Isara mardi soir à Vincennes

Il y aura du beau monde mardi soir au départ du Prix Isara à Vincennes, course qui permet à des chevaux n'ayant pas gagné 30 000€ depuis le 1er avril et en vue de monter en puissance pour le meeting d'hiver. On retrouvera ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite