... © Aprh
Actualité - 26.06.2021

Est-on bien dans la peau du favori ?

Je suis serein. C’est de la bonne pression.
Christopher Corbineau

Moments intenses ce dimanche à Vincennes. Ce sera même le jour le plus long du trot. Pour certains, c’est le plus beau dimanche de l'année. Quatre Groupes 1, deux Groupes 3 aux allures de Groupes 2, vont jouer la mélodie du bonheur. Les affiches sont riches et denses et ne laissent pas, peu, et de toutes les façons de manière marginale, de champions sur le bord du chemin. Tous sont là pour transformer le grand banquet du début d'été en festin sportif, avec des clashs, des défis, des exploits. La journée des champions porte décidemment bien son nom. Journée de plaisir, de défi(s) pour beaucoup, passionnés, turfistes et bien sûr les entourages des participants. La pression sera aussi sur les épaules de certains. Comment vit-on de telles rencontres ? Qu’est-ce que cela change d’être dans la peau d’un favori ?

To be or not to be… un favori ? Le statut de favori catalyse-t-il les plaisirs, sublime-t-il les bonheurs et les joies à venir ou, au contraire, ne se transforme-t-il pas en fardeau à l’approche de événements dominicaux ? Libère-t-il par la toute puissance et la forme de logique qu’il représente – le favori doit gagner en théorie – ou n’écrase-t-il pas par le poids des obligations ? C’est un peu l’histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein.
Pierre Pilarski connaît la question. Et pour cause. Il est copropriétaire de Face Time Bourbon (Ready Cash), par définition archi-favori du Prix René Ballière. Et il a été le propriétaire majoritaire de Bold Eagle (Ready Cash), celui qui a justement le record de victoires dans le même René Ballière (quatre). Et il nous apprend que la position de grand favori n’est pas toujours facile à vivre : « Les courses de Bold Eagle, cela n’a jamais été des moments de plaisir pendant la course. On était souvent tendus car on savait que, si il ne gagnait pas, il allait avoir beaucoup de déçus. Nous, évidemment, son premier entourage, mais pas que nous. Cela ne laisse pas que des grands souvenirs. Après oui avec la joie entre amis. Avec les supporters, cela a toujours été très agréable mais, quand on a la victoire presque obligatoire, il y a un poids qui s’installe. »
Cette sensation d'oppression, que Baudelaire a disséquée dans son spleen des Fleurs du Mal avec un vers comme « Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle », Pierre Pilarski l’a retrouvée récemment : « J’ai revécu cela dimanche dernier avec un cheval d’obstacle qui courait de façon très déclassée et cela m’a fait penser à ce que je vivais, et ce qu’on partageait à plusieurs parce que je n’étais pas seul, à l’époque avec Bold. »

Une plus grande exposition avec ses propres couleurs
Pour vivre sereinement la pression de l’ultra favori, mieux vaut être dans l’ombre, comme copropriétaire invisible sur les programmes, que comme le propriétaire exposé, celui sous les couleurs duquel court le favori. Pierre Pilarski continue à ce sujet : « Quand je suis associé sans que ce soit ma casaque, c’est complètement différent parce que le regard des supporters et des journalistes n’est pas le même. On n’a pas du tout la même pression. Ce qui met la pression en vérité, c’est tout ce qu’il y autour de la course, ce qu’il y a avant, les supporters, les joueurs, les journalistes. Les couleurs donnent la légitimité, le droit d’en parler. On est toujours exposé et en première ligne. »

Moins de pression avec Face Time qu’avec Bold Eagle pour Pierre Pilarski
Copropriétaire minoritaire de Face Time Bourbon, Pierre Pilarski la pression est moins forte, plus légère en quelque sorte, que ce qu’il a connu avec la sage Bold Eagle : « Avec Face Time Bourbon, cela n’a rien à voir. Avec Bold, j’avais l’impression d’avoir le poids de mes propres interrogations et tout le poids du monde sur les épaules. Je me souviens quand il a été battu à 5 ans dans le Prix de Paris pour la Triple Couronne. Tout Vincennes attendait l’exploit. Je pense que j’étais un des moins déçus mais j’ai été affecté et touché par cette déception collective. Je n’avais pas envie de revivre cela. Avec Face Time, quand il est battu dans les Prix de France, cela fait mal mais c’est différent parce que j’ai appris avec Bold. Je sais aussi que la déception d’un jour, ce n’est pas la déception de toujours. C’est déjà une tellement grande joie d’être associé à des chevaux de ce niveau là qu’on n’a pas le droit de se plaindre. »

Ne pas montrer la pression pour Franck Nivard
Franck Nivard fait partie de ces drivers les plus exposés aux grands enjeux. Ses grandes et glorieuses campagnes avec Ready Cash et Bold Eagle notamment ont bien sûr nourri plus qu'à son tour son expérience des échéances et de la pression qui va avec. Il nous a confié à ce sujet : « Quand on a le très bon cheval, cela donne un peu plus de pression. Avec des chevaux comme Ready Cash ou Bold Eagle, je n’avais pas trop droit de me louper. J’étais un peu plus tendu évidemment. Pour moi, c’était vraiment à l’approche de la course que cela pouvait se manifester avec une tension intérieure qui montait. Mais j’essayais de ne pas le faire voir. »

Le rôle des inconnues dans la pression
Il y a aussi dans le statut de favori ces petits changements qui peuvent fomenter ensemble suffisamment d'inconnues pour troubler la sérénité habituelle. C'est aussi ce que dit Pierre Pilarski à propos de son expérience avec Bold Eagle : « Le premier Prix René Ballière reste particulier pour moi car Bold Eagle affrontait une très, très bonne pouliche suédoise qui s’appelait Your Highness. Elle restait sur plusieurs victoires à Vincennes et je l’avais vue gagner Groupe 1 au Danemark et elle était vraiment à un très haut niveau. Et puis ce jour-là, on n’avait pas Franck Nivard au sulky – il était à pied. C’était la première fois qu’Eric Raffin était associé au cheval. Inutile de dire qu’il était un peu tendu. Cela a été un soulagement ce jour-là car il y avait plus d’inconnues que d’habitude. »


UNE JOURNÉE IMPORTANTE POUR LES ENJEUX

Riche de neuf courses, dont quatre Groupes 1, deux Groupes 3 et un Quinté+ dans une épreuve européenne, la réunion dominicale de Vincennes devrait générer d’importants enjeux. Comment pourrait-il en être autrement, compte tenu la qualité de l’affiche ? Benoît Fabrega, de la Direction technique de LeTROT, travaille à l’optimisation des programmes. Il nous précise sur l'attractivité d'une épreuve en termes d'enjeux : « Plus la course est lisible, c’est-à-dire plus des chevaux représentent un niveau de certitude élevé, et plus le potentiel d’enjeux est important. Et ceci, hors de tout critère contextuel. Le potentiel d’enjeux grimpe d’environ 7,5 % si on a un cheval dans la course qui est à 1,5/1 ou moins comme c'est notamment le cas avec Face Time Bourbon. » Mais la réussite des enjeux pour l'ensemble d'une réunion ne peut se résumer à la présence d'un ou deux chevaux attractifs. Il faut aussi que l'ensemble du programme se mette au service de la génération d'enjeux. Benoît Fabrega complète ainsi : « Ce qui va jouer en faveur des enjeux ce dimanche, c’est le regroupement des grands événements. C’est la tendance exprimée par les parieurs : offrir des très belles courses au sein d’une même réunion permet de générer des enjeux largement supérieurs à des affiches dispersées. Le nombre de partants est important aussi. L’optimum est 16. À partir de 17 ou 18, on perd en enjeux car les parieurs trouvent la course moins lisible. Mais, évidemment, il vaut mieux 18 partants que 8. » L'ordonnancement des épreuves, la composition donc du menu dans la succession des plats qu'il propose, est également importante. « On s’aperçoit que quand on met un rendez-vous sportif assez tard en journée, on maintient la présence des parieurs en points de vente, analyse le représentant de LeTROT. Une fois que l’événement sportif est passé, on a une vraie chute derrière. Les courses placées devant le René Ballière vont profiter de ce dernier qui est positionné assez tard pour étirer l’intérêt de la journée le plus loin possible. »
Selon les différentes projections, une journée comme dimanche pourrait générer entre 17 et 22 millions d’euros. C’est +6 à +7 % sur un dimanche « classique » de Vincennes. Cela dépendra aussi du recyclage. Si quelques favoris répondent présent en début de réunion, comme Italiano Véro, Ici C’est Paris ou Domingo d’Ela, le recyclage sera important et favorable à la génération d'un volume d’enjeux.








La bonne pression pour Christopher Corbineau avec Ici C’est Paris
Partenaire attitré d’Ici C’est Paris (Dollar Macker), Christopher Corbineau aborde l’échéance de dimanche, le Prix d’Essai – Finale des Etrier Summer Races des 3 ans, avec une certaine sérénité. Il sera, avec Ici C’est Paris, l’un des favoris de l’épreuve : « Je suis serein. C’est de la bonne pression. Mon cheval est bien. Tous les feux sont au vert. La pression va peut-être monter dans les dernières heures mais, jusque là, je le vis très bien. J’ai un rôle de favori à assumer. Je suis un bon dormeur et je dors bien. Peut-être que cela apparaîtra au moment d’arriver à Vincennes. En fait, pour l’instant, je n’en sais rien. Pour le Saint-Léger des Trotteurs, j’avais eu un pic de stress huit jours avant puis tout était rentré dans l’ordre dans la dernière semaine. En fait, cela arrive quand on se pose de mauvaises questions, on se fait de mauvais scénarios, on s’imagine les choses en noir. Avant ce Prix d’Essai, j’ai une tactique de course bien établie, claire et, après, on improvisera au moment de la course. »

A voir aussi :
...
Cleangame débute sa tournée des régions

La brillante démonstration de Cleangame (Ouragan de Celland) dans le Prix d'Eté (Gr.2), dimanche 11 septembre, prouve que le champion de Jean-Michel Bazire a retrouvé toutes ses sensations. Son entraîneur avait, à chaud, évoqué le Grand Prix de la Fé...

Lire la suite
...
Imhotep Madrik de plus en plus fort

Après un premier succès à Vincennes décroché le 1er septembre au prix d'un extrême courage, Imhotep Madrik (Prodigious) a réitéré mais avec une marge nettement plus confortable. Le parcours du jour, les 2.175 mètres de ...

Lire la suite
...
100e victoire d'Emilie Le Beller,
ce mardi à Vincennes

Cela faisait presque dix mois qu'Emilie Le Beller n'avait pas franchi le poteau d'arrivée en tête à Vincennes. La dernière fois, c'était le 30 novembre dernier, en selle sur Héros du Pré (Rieussec) qui se permettait de ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite