... © ScoopDyga
Résultat de course - 27.06.2021

Face Time Bourbon en 1'09''1 : le crack sublime et atroce

Avec Face Time Bourbon, les choses se répètent d'une année sur l'autre. L'archi champion a remporté le Prix René Ballière avec une facilité dérisoire, condamnant aux rôles de lointain "sparring partners" ses colistiers du jour. Et comme l'an dernier, il a profité de l'épreuve pour améliorer le record général de Vincennes. En signant la réduction kilométrique de 1'09''1, il inaugure même une autre ère, celle où le mur du "9" est à portée de sabots.

Il faut commencer par un fait de course qui aurait pu bouleverser la démonstration de Face Time Bourbon (Ready Cash). D'abord emmenée par Express Jet (Goetmals Wood), l'épreuve a changé de physionomie juste avant la marque du dernier kilomètre quand Etonnant (Timoko) a lancé les hostilités pour contourner Davidson du Pont (Pacha du Pont), qui ouvrait le wagon de la deuxième épaisseur avec, dans son dos, Face Time Bourbon. À ce moment précis, le partenaire de Jean-Michel Bazire a trébuché avant de prendre le galop. Repris, avant de se dégager par l'extérieur, il aurait pu emmener dans son geste celui que le suivait. Mais, le champion est resté impassible, bien dans ses allures. Par la suite, Face Time Bourbon s'est hissé au niveau d'Etonnant sans chercher à lui mettre la pression immédiatement. C'est en revanche ce qu'il a fait dans le tournant final, produisant un moment de classe, incroyable même, dont il a le secret pour entrer dans son monde à lui seul, détaché des autres. Eric Raffin a ensuite demandé à Face Time Bourbon de continuer sur sa lancée, se permettant même dès la mi-ligne d'arrivée, de lever les bras et de haranguer le public de Vincennes. C'est dire si sa réduction kilométrique de 1'09''1 ne représente absolument pas son réel potentiel. Celui par exemple qu'il aurait dû déployer lors d'une lutte à couteaux tirés. Il efface du même coup son précédent record de 1'09''4 établi l'an dernier dans cette même épreuve (puis égalé dans le Prix de l'Etoile, cette fois avec départ volté).

Admiration et empathie chez Sébastien Guarato
Quand on fait réagir Sébastien Guarato sur le niveau de performance produit par son pensionnaire lors de ce qui constitue une rentrée, le professionnel mêle admiration et empathie envers les battus : « Je ne peux pas dire que je suis surpris. C’est un crack. Ce n’est pas d’aujourd’hui qu’il montre des choses extraordinaires. Lors de ses courses de rentrée, il a toujours été bon. C’est un super, super phénomène. Dans le dernier tournant, il est atroce [pour les autres évidemment] quand il part comme cela. On voit que, dans les dos, il est quand même très, très bien. »Passer sous les 1'09'' : c'est possible
Sébastien Guarato continue sur l'analyse de l'épreuve : « Eric [Raffin] aurait pu rester plus longtemps à attendre mais il a vu qu’Etonnant était sur ses fins alors il a dit « j’y vais ». Quand il est comme cela aux 500 mètres dans un dos, il est atroce dans sa capacité d’accélération. À mi-ligne droite, il salue le public. Si Eric s’occupe de Face Time ou s’il avait eu à lutter, il aurait pu marcher 1’08’’8, 1’08’’9. »

La volonté de partage d'Eric Raffin
Sa supériorité de Face Time Bourbon était telle et la pression emmagasinée par Eric Raffin si importante que le catch-driver a transformé la fin de course du crack en communion avec le public. « Aujourd’hui, il était très calme et je me suis régalé. Quand Davidson a fait la faute, j’ai encore attendu. Je me suis dit : « Je ne vais pas faire le fou ». C’est super, que du rêve. C’est tellement bon de revoir le public aux courses et à Vincennes que j’ai voulu le saluer dans la ligne d’arrivée. »

Les réactions des suivants
■ Jean-Luc Dersoir (Détroit Castelets – 2e) : « Avant le coup, on aurait signé pour une troisième ou quatrième place. Mais quand on le court comme cela, en attentiste, il est toujours capable de belles choses. Je ne suis pas spécialement surpris. Il y a deux ans, il avait fini deuxième de Bold Eagle dans cette même course. Il est bien en ce moment et il affectionne cette distance. »
■ Franck Nivard (Violetto Jet – 3e) : « C’est très bien. On aurait signé avant le coup pour être troisième. Il est à sa place. En signant 1’09’’7, je disais à Fabrice [Souloy] en arrivant : « On a battu le record de Kool du Caux qui avait tenu pendant quinze ans. En plus, il est meilleur en étant déferré. »
■ Anthony Barrier (Etonnant – 4e) : « Le cheval court très bien, il n’y a rien à redire. On a couru comme on a voulu. On avait prévu de ne faire que le dernier kilomètre à fond sans forcément trop envoyer dans les premiers mille mètres. On est tombés sur le champion qu’on connaît. Etonnant bat son record et on est battus pour la deuxième place dans les derniers mètres. »
■ Romain Derieux (Go On Boy – 5e) : « Il signe un chrono de moins de 1’10 en jouant « petit bras ». Si je sors du dos d’Alain Laurent (au sulky de Chica de Joudes) dans le dernier tournant, il est deuxième sans problème. Il fait voir qu’il peut aller avec ceux-là. »












D'où vient-il ?

Dimitria 1'15'' (1969-Mario), la cinquième mère de Face Time Bourbon, fut, en son temps, une championne, dont le fils de Ready Cash 1'10'' tient beaucoup. Douée de vitesse, particulièrement à son aise sur piste plate et sur le tracé court de Vincennes, Dimitria sera ensuite vendue en Suède, à la même vente, "Goulandris" où Jean-Pierre Dubois acheta son futur champion, High Echelon. Après quoi, sa fille, par Speedy Crown 1'12'', Une Crown 1'19'', fit le chemin inverse et se trouve être, aujourd'hui, la quatrième mère du crack, par l'entremise, successivement, d'Etta Extra 1'18'' (Florestan) -d'où les championnes Mara Bourbon 1'10'' et Qualita Bourbon 1'12''-, de Kaméra Bourbon 1'13'' (Cézio Josselyn) et de Vita Bourbon 1'12'' (Love You).

7e | PRIX RENE BALLIERE
Att - 2100 m - Groupe 1 - 170 000 €
FACE TIME BOURBON 1'09"1
Ready Cash x Vita Bourbon (Love You)
Driver : E. Raffin - Entraîneur : S. Guarato
Propriétaire : Sc. Bivans Srl - Eleveur : S.A.R.L. Hs. Saint Martin
2e Detroit Castelets 1'09"6
3e Violetto Jet 1'09"7
4e : Etonnant - 5e : Go On Boy - 6e : Chica de Joudes - 7e : Valokaja Hindo

C'est tellement bon de revoir le public à Vincennes.
Eric Raffin

Indy de Vive 1'11''9 Viking's Way 1'15''6
Ready Cash 1'10''3 Tekiflore 1'19''8
Kidea 1'18''2 Extreme Dream 1'14''7
FACE TIME BOURBON Doceanide du Lilas 1'16''8
Love You 1'10''2 Coktail Jet 1'11''2
Vita Bourbon 1'12''7 Guilty Of Love 1'17''1
Kamera Bourbon 1'13''7 Cezio Josselyn (US) 1'12''2
Etta Extra 1'18''0
A voir aussi :
...
Tony Parker au sulky à Vincennes !

Invité par l'opérateur ZEturf dont il est l'ambassadeur et partenaire via son entreprise hippique Infinity Nine Horses, Tony Parker était ce mardi soir à Vincennes. Une immersion totale puisque l'ancien champion de NBA est allé jusqu'à s'installer dans un sulky ...

Lire la suite
...
Jérusalem : Diablo du Noyer ouvre son score

Parée de la casaque de Claude Guedj, Jerusalem (Diablo du Noyer) a offert une première victoire en tant qu'étalon à son géniteur Diablo du Noyer (Jasmin de Flore) ce mardi. Avec 60 produits enregistrés au SIRE (8 d'entre ...

Lire la suite
...
Tout sur le programme
Premium de 2022

C’est au cours d’une conférence commune que les directions techniques de LeTROT et France Galop ont présenté ce mardi le calendrier des réunions PREMIUM de 2022. Le fait que les deux maisons-mères présentent dans ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite