... ©JCBriens
Actualité - 03.07.2021

Alexis Collette, cartes sur table

La pratique du poker m'a permis de prendre du recul et de me poser. Cela m'aide mentalement.
Alexis Collette

Un premier coup de trois ponctué par une place de leader dans le Trophée Vert avec Détroit Ace, avec lequel il sera au départ dimanche de la 9ème étape à Agon-Coutainville, Alexis Collette est l’un des hommes dont on parle (il a encore gagné aujourd'hui à Enghien). L’ancien apprenti de Joël Hallais a su se remettre en question après quelques saisons difficiles comme en connaissent beaucoup de néo-professionnels et l'amateur de poker qu'il est apprécie jouer avec une paire d'as entre les mains.

Il y a des sourires qui disent beaucoup. Celui d’Alexis Collete sur la piste de La Roche-Posay quand Détroit Ace (Texas Charm) a remporté la 6ème étape du Trophée Vert le premier dimanche de juin n’était pas forcé sous le masque. Encore moins feint. Il traduisait la satisfaction d’un garçon de 24 ans récompensé par ce succès mais aussi par deux autres au cours de la même après-midi de ce qu’il a mis en place afin d’impulser à sa carrière un nouvel élan. C’était indispensable après des saisons post-passage chez les professionnels dont les résultats ne répondaient plus à ses attentes. « J’avais perdu confiance en moi. Je doutais beaucoup, ne cherche pas à éluder le fils de Fabrice Collette. Cette période m’a appris qu’il ne faut jamais perdre espoir et que cela revient toujours même si cela peut être plus long qu’on le voudrait. »
A l’école Joël Hallais
S’accrocher, le fils de Fabrice Collette l’avait déjà fait quand il était arrivé à 14 ans dans l’écurie de son maître formateur Joël Hallais. « Quand j’ai commencé à monter chez lui, on aurait dit un crapaud sur une boîte d’allumettes !, en rigole-t-il des années plus tard. J’avais dû juste monter deux ou trois fois chez mon père, qui avait fait en sorte que je puisse être apprenti chez M. Hallais. Pourtant jusqu’à 12 ou 13 ans, je n’en avais qu’après le foot, je ne voyais que par le foot ! J’allais aux courses le week-end mais c’était juste pour me promener. Et puis, un jour, sans que je puisse vraiment dire pourquoi, j’ai eu un déclic et j’ai voulu travailler dans les chevaux. Au foot, j’étais barré, l’école ce n’était pas trop pour moi, il fallait que je fasse quelque chose de manuel. »
Les débuts n’ont pas été innés pour autant. « La première année d’apprentissage a été dure. J’avais quitté ma famille même si elle n’était pas très loin. A cet âge, il faut encaisser ce que vous dit Joël Hallais. C’est dur même si c’est pour votre bien. Et puis quand vous savez tous ceux qu’il a formés et là où ils en sont des années après, ça vous motive pour s’accrocher. » A cette époque, David Thomain est le pilote de l’écurie normande et un exemple pour l’adolescent qu’est Alexis Collette dont les progrès vont être réguliers. « Quand vous avez un maître d’apprentissage comme Joël Hallais, il faut l’écouter. S’il y a un secret, je pense que c’est celui-ci. Les chevaux sont mis remarquablement, vous n’avez plus qu’à vous servir de votre tête quand vous les montez », juge le jeune normand. C’est à partir de 2014 et plus encore les deux saisons suivantes qu’Alexis Collette se fait petit à petit sa place dans les pelotons d’apprentis. « De toutes ces années, je retiens ma victoire avec Umika Green, alors que j’avais été six mois sur la touche après un accident à l’entraînement, celles avec Un Gars du Large, avec lequel j’ai gagné mes premières courses à Paris, et mes courses avec Dahlia du Rib et Darlhey du Rib dans les Groupes. »


Alexis Collette en chiffres
■ 24 ans
■ 1 680 courses
■ 131 victoires
■ en 2021 : 284 courses / 16 victoires

En août 2016 à Ecommoy, il passe professionnel en selle sur Arno de Bossens, pour l’entraînement de Joël Hallais bien sûr. Dix mois plus tard, il dispute son premier Groupe 1, avec Darlhey du Rib, dans le Prix du Président de la République. « La continuité du passage chez les pros s’est plutôt bien passée », rappelle Alexis Collette, qui remporta en effet entre ces deux temps forts 21 victoires. C’est la suite qui va s’avérer plus compliquée. « J’ai connu un passage à vide, j’ai moins mené pour l’écurie de M. Hallais, ce dont il m’avait prévenu. On a eu deux ou trois différents mais cela ne nous empêche pas aujourd’hui de se dire bonjour quand on se croise. »

Le creux de la vague
Après plus de cinq ans chez Joël Hallais, Alexis Collette décide de tourner la page. Alors qu’il a dans l’idée de s’installer prestataire pour différentes écuries, il entre au service de Sébastien Hardy. « Sans la même qualité de chevaux, cela a été une autre expérience, j’ai appris d’autres choses auprès de Sébastien », juge-t-il. Mais son bilan personnel de huit victoires de l’année 2018 est loin de le satisfaire. Le moral du jeune professionnel est atteint, sa confiance très largement entamée.
A tel point qu’il envisage alors une fin de carrière prématurée à un peu plus de 20 ans. Il va alors se remettre en question et surtout se poser les bonnes (les questions). Il revient à sa première idée quand il a quitté l’écurie de Joël Hallais : être prestataire. « C’est un rythme qui me convient. Il n’y a jamais de routine. Avec ce système, j’essaye des chevaux, avec lesquels pour certains je vais aux courses ensuite, décrit Alexis Collette. Je suis compétiteur même si je ne néglige pas le travail du matin qui est complémentaire. »
La première sollicitation viendra de Damien Lecroq. « A l’époque, je cherchais un jockey car j’avais pas mal de chevaux montés, explique celui-ci. On ne se connaissait pas particulièrement mais je pensais qu’on allait bien s’entendre. Surtout je me doutais qu’il aurait faim et c’est ce que je recherchais en priorité. » Clin d’œil, le premier partant de la nouvelle « association » se nomme… Gangster du Wallon en décembre 2018 à Argentan, un an avant sa victoire dans le Prix de Vincennes. Si les débuts se soldent par une disqualification et que le jockey ne lui sera plus associé ensuite - « Benjamin Rochard m’avait fait faux bond ce jour-là et le poulain était alors compliqué », précise Damien Lecroq -, c’est un nouveau départ et le début du rebond d’Alexis Collette.

Se poser les bonnes questions
Pour parvenir à ses fins, c’est-à-dire retrouver plus régulièrement le chemin de la victoire, le jeune homme doit toutefois gagner d’abord la confiance de celui chez lequel il vient travailler deux matinées par semaine, comme il le fait chez Julien Dubois et Laurent David depuis que celui-ci s’est accidenté. « Avec le recul, je m'aperçois qu'il ne faut jamais baisser les bras. Le travail paye toujours même ça met plus ou moins de temps, estime-t-il. Damien (Lecroq) a mis du temps avant de me faire confiance en course mais c'est lui qui m'a remis sur le droit chemin. Il a su me parler et me redonner confiance. » « Cela lui a peut-être paru long mais c'est normal, réagit Damien Lecroq. Il fallait qu'il fasse ses preuves. Il était important qu'il gagne ma confiance. Je sais ce que je veux pour mes chevaux. » Cette année, l'entraîneur lui a confié environ un quart de ses partants (aux environs de 200 au total) et voit dans son pilote des qualités qu'il apprécie : « Ce qui est important à mes yeux, c'est qu'il ne fait jamais mal aux chevaux, au risque d'être trop fin parfois. Il est assez froid et c'est pour moi l'une de ses plus grandes qualités. Par ailleurs, il ne se met pas de pression. Au moment d'entrer en piste, je trouve qu'il met la pression de côté, ce qui l'aide.il peut donner l'impression qu'il n'écoute pas ce qu'on lui dit mais, en fait, il écoute. ». Le jeune homme de 24 ans n'aurait-il pas quelques défauts ? « Il est assez têtu, note Damien Lecroq. Il m'arrive d'avoir du mal à lui faire comprendre que son idée n'est pas forcément la bonne. »
Dans son rebond et sa remise en confiance, un élément extérieur plutôt surprenant au premier abord a été déterminant selon Alexis Collette. « La pratique du poker m'a permis de prendre du recul et de me poser. Cela m'aide mentalement, avance-t-il. C'est un jeu de stratégie et de réflexion. Il y a des similitudes avec les courses. Quand on perd au poker, c'est hyper frustrant comme aux courses. Et puis bien sûr, on retrouve l'esprit de compétition dans les deux. » Pour se relancer, le compétiteur a toutefois décidé de ne plus se fixer d'objectif. « Je prends les courses comme elles viennent. Quand je me fixe des objectifs, j'y pense trop, je me mets trop de pression. » Cela ne l'empêche pas de s'être attaché les services d'un agent (Julien Pichonneau) depuis plus de six mois et de ne pas cacher que ses succès dans le Trophée Vert avec Détroit Ace, avec lequel ils défendront leur place de leader dimanche à Agon-Coutainville, ou encore sa 3ème place dans l'étape du G.N.T. à Toulouse avec Gangster du Wallon sont une excellente mise en avant de ses capacités.

La 9ème étape du Trophée Vert se dispute ce dimanche dans la Manche et plus précisément sur l'hippodrome d'Agon-Coutainville. Maillot jaune du classement général édition 2021, Détroit Ace est au départ de cette étape avec un handicap de 25 mètres mais aussi avec la grande confiance de son driver, Alexis Collette.

Déjà double lauréat d'étape dans le Trophée Vert 2021, Détroit Ace (Texas Charm) vient de conclure au quatrième rang dimanche dernier dans la huitième étape du Trophée Vert sur l'hippodrome de Montluçon - Néris-les-Bains. Rencontré ce mardi à Vincennes, Alexis Collette, driver de Détroit Ace, s'est confié avant de prendre part à ce rendez-vous : "Le cheval a très bien couru dans l'étape de Montluçon. Il a été un peu malchanceux car il a "sauté" le passage de route peu de temps après le départ, me faisant une faute. Je me suis donc retrouvé assez loin. En fin de parcours, je ne lui ai pas demandé le maximum puisque je ne lui ai pas débouché les oreilles. Ce qui m'a plu, c'est que le cheval ne m'a pas embêté à prendre les virages corde à droite. Il est meilleur gaucher. C'est donc de
bonne augure pour la suite du Trophée Vert. Pour moi, cela n'est pas un problème pour Détroit Ace de courir à une semaine d'intervalle. Sachant que je ne lui ai pas demandé l'impossible dans la phase finale dimanche dernier, il n'a pas eu une course éprouvante. Certes, le cheval est le moins riche du deuxième poteau, mais franchement vu ce qu'il a montré dans les étapes précédentes, cela ne fait pas du tout peur. Il faudra juste faire attention aux passages de route car il y en a sur l'hippodrome d'Agon-Coutainville. C'est un peu prétentieux de ma part mais je pense qu'il va falloir que ses adversaires soient forts pour le battre".

Le classement du Trophée Vert 2021
Détroit Ace - 38 pts
By And By - 30 pts
Brillant Madrik - 19 pts

Les costauds des 25m
Sur le parcours des 3450 mètres, les chevaux du deuxième poteau auront largement les moyens de rendre la distance. Lauréat de l'étape de Vitré le 16 mai, El Tigre Segah (Kool du Caux) s'annonce lui aussi compétitif malgré son handicap de 25 mètres. Après son succès breton à Vitré dans le Trophée Vert, le protégé de Sébastien Houyvet a regagné deux fois et à chaque fois sur piste en here. Il est incontournable tout comme pour Etoile de Quesny (Legs du Clos) qui affiche une forme euphorique cette année. La protégée de Jean-Pierre Thomain a déjà brillé à quatre reprises en 2021 et jouera à domicile ce dimanche. Ses deux derniers succès parisiens prouvent son niveau de compétitivité actuelle mais a contre elle une efficacité moyenne sur herbe : son meilleur classement est une troisième place (par deux fois) en quatre sorties.
À ce jeu, toujours primordial dans le Trophée Vert, de l'aptitude, un nom ressort de façon spectaculaire : Baby One Desbois (Ni Ho Ped d'Ombrée), lequel a glané plus de 90% de ses gains sur l'herbe depuis le début de sa carrière !

Les meilleures réussites sur herbe
Baby One Desbois - 13 victoires
El Tigre Segah - 11 vict.
Carioca - 6 vict.
Detroit Ace - 2 vict.

Carioca avec la grande confiance de Thomas Levesque

Auteur du meilleur dernier kilomètre au tracking en 1'11''8 le 28 mai à Vincennes sur les 2700m. de la grande piste dans une course remportée par Domingo d'Ela (Opium), Carioca (Jag de Bellouet) a ce jour-là donné son maximum en s'octroyant la cinquième place. A la déclaration des partants de cette neuvième étape du Trophée Vert, on s'aperçoit que Thomas Levesque a mis un émoji vert sur le site du Trot concernant les chances de son élève, qui porte la casaque de sa soeur, Camille. Déferré des quatre pieds contrairement à ses deux dernières sorties où il était plaqué des antérieurs et déferré des postérieurs, Carioca aura pour lui d'être très performant sur le gazon d'Agon-Coutainville, et surtout sur le parcours du Trophée Vert. Sur ce tracé, le hongre de 9 ans s'est déjà imposé en juillet 2018. Avec lui, c'est simple comme une lettre à la poste, il doit patienter le plus longtemps possible sans faire d'effort afin qu'il puisse placer sa bonne pointe de vitesse finale au moment opportun. Au deuxième poteau, sa chance est donc réelle. Plus l'épreuve sera rythmée, plus il bouclera vite son parcours sur la longue ligne droite d'arrivée d'Agon-Coutainville.

PARTANTS AGON-COUTAINVILLE - Dimanche 04 Juillet
4 GRAND PRIX D'AGON-COUTAINVILLE - (15H32)
Course Premium - Attelé - Course A - 45 000 € - 3 425 m
1BABY ONE DESBOISR. Corbin
2DORUN BEAMD4L. Gelormini
3DAME DE TILLARDD4S. Baude
4ECLAIR GOLDD4T. Ouvrie
5FIONA GENDREENNEA. Popot
6CAFTAN BESPDPF. Lecanu
7FABLE DU PLESSISD4P. P. Ploquin
8DIANE DE FREDLAUD4P. Y. Verva
9DETROIT ACE (+25 m)D4A. Collette
10EL TIGRE SEGAH (+25 m)S. Houyvet
11ETOILE DE QUESNY (+25 m)D4D. Thomain
12BELPHEGOR DU PAJ (+25 m)D4H. Lecoq
13CASH DE L'ALBA (+25 m)D4S. Ernault
14CADEL DE CAHOT (+25 m)F. Prioul
15CARIOCA (+25 m)D4T. Levesque
16DEESSE DE GUERON (+25 m)D4F. Lagadeuc
17DAYAN WINNER (+25 m)D4H. Monthule
18BLACK JACK FROM (+50 m)D4G. Gillot
A voir aussi :
...
Cleangame débute sa tournée des régions

La brillante démonstration de Cleangame (Ouragan de Celland) dans le Prix d'Eté (Gr.2), dimanche 11 septembre, prouve que le champion de Jean-Michel Bazire a retrouvé toutes ses sensations. Son entraîneur avait, à chaud, évoqué le Grand Prix de la Fé...

Lire la suite
...
Imhotep Madrik de plus en plus fort

Après un premier succès à Vincennes décroché le 1er septembre au prix d'un extrême courage, Imhotep Madrik (Prodigious) a réitéré mais avec une marge nettement plus confortable. Le parcours du jour, les 2.175 mètres de ...

Lire la suite
...
100e victoire d'Emilie Le Beller,
ce mardi à Vincennes

Cela faisait presque dix mois qu'Emilie Le Beller n'avait pas franchi le poteau d'arrivée en tête à Vincennes. La dernière fois, c'était le 30 novembre dernier, en selle sur Héros du Pré (Rieussec) qui se permettait de ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite