... ©HippodromeDeVichy
Actualité - 05.07.2021

Vichy et le Festival du Trot inaugurent la Speed Cup

Tout est mis en œuvre pour que chacun se dise, en partant, qu’il reviendra la fois prochaine
Philippe Bouchara

Grande semaine en perspective sur l’hippodrome de Bellerive, à Vichy, et, plus généralement, dans le Centre-Est, avec le Festival du Trot, qui s’articule autour d’une demi-douzaine de réunions, à compter de ce dimanche et jusqu’à samedi. Deux temps forts au cours de la présente édition de ce Festival : le traditionnel Grand Prix du Conseil Municipal de Vichy, qui clôture la semaine, et une grande innovation avec la Speed Cup, qui propose, pour la première fois en France depuis fort longtemps, des courses en batteries, sur le mile, sur le modèle scandinave.

De longue date, Vichy a été à la pointe et a su faire de ses courses, l’été, un événement dans le calendrier. On se souvient, notamment, des présidents Jacques Bouchara et Bernard Ferrand, aux projets toujours innovants, qui ont progressivement fait de Vichy, en juillet, « the place to be », comme l’on dit. En d’autres termes, que ce soit au trot ou au galop, Vichy est un incontournable du paysage hippique estival, comme peuvent l’être, en Normandie, Cabourg, pour les seuls trotteurs, et Deauville, pour les seuls pur-sang. Vichy, lui, allie les deux et ce n’est pas le moindre de ses attraits. Dans l’esprit de ses prédécesseurs, Philippe Bouchara, l’actuel président de la Société des Courses, tire parti de cette pluridisciplinarité, spécialement prisée du public. De la sorte, à Vichy, il y a la grande semaine du trot, puis celle du galop, deux festivals qui se succèdent et se complètent, avec pour trait d’union la même idée de joindre l’utile à l’agréable : "Pour le trot comme pour le galop, explique, en substance, Philippe Bouchara, le principe est le même : rassembler, pour quelques jours, dans un même lieu, sur un même site, la grande famille des courses en associant travail et loisir. Ce sont des semaines où l’ambiance est aux vacances et le lieu s’y prête, comme il se prête à la compétition et aux exercices du matin, sachant que nous pouvons accueillir, dans nos boxes, jusqu’à 365 chevaux.
Un entraîneur pourra ainsi, par exemple, travailler ses pensionnaires, le matin, puis aller piquer une tête à la piscine, avant de déjeuner en famille ou entre amis et de se rendre aux courses l’après-midi. C’est l’idée et l’esprit. Pour le public, ce sont, bien sûr, les festivités qui priment : les courses, les paris, les animations… Tout est mis en œuvre pour que chacun se dise, en partant, qu’il reviendra la fois prochaine."

Le défi des courses en batteries
Au programme de la réunion de jeudi soir, la Speed Cup est la grande innovation de ce Festival 2021. C’est une première, en France, dans le cadre d’une affiche P.M.U., que l’organisation de ces courses en batteries, sur le mile, avec deux éliminatoires et une finale. En début de soirée se disputeront donc les deux éliminatoires, prévues pour douze partants, dont huit s’élanceront en première ligne derrière l’autostart. Les six premiers de chaque éliminatoire seront qualifiés pour la finale, programmée en fin de réunion. A tour de rôle, dans l’ordre des classements obtenus dans les batteries, les entraîneurs des chevaux qualifiés pourront choisir la place derrière la voiture qu’ils veulent voir occupée par leurs protégés. Le bien-être animal n’a pas été oublié, dans la mesure où, à l’image de ce qui se pratique dans la discipline des sports équestres, tous les chevaux qualifiés pour la finale seront inspectés par un vétérinaire, qui s’assurera qu’ils sont physiquement aptes à prendre part à cette seconde compétition, quelques heures, seulement, après la première. L’allocation des deux éliminatoires a été fixée à 17.000 euros et celle de la finale à 46.000 euros. Quant aux chevaux répondant aux conditions de la course, il s’agit de concurrents âgés de 7 à 9 ans, n’ayant pas gagné 210.000 euros. Philippe Bouchara est impatient de voir l’accueil qui sera réservé à l’événement : "C’est une idée qui a vu le jour lors des Assises du Trot et sur laquelle nous avons rebondi, à Vichy, ayant tôt fait de nous porter candidats pour la mettre en pratique. Les professionnels semblent l’avoir bien accueillie, d’autant que les courses sur le mile, en France, ne sont pas très nombreuses et que l’occasion est belle, pour eux, de faire prendre un record intéressant à leurs chevaux. Reste à savoir, maintenant, comment les parieurs vont réagir, surtout quant à la finale, dont, par définition, les partants ne seront connus qu’au dernier moment, ou presque. Nous allons essayer de théâtraliser un peu la chose, en communiquant la liste des partants assez vite après la seconde éliminatoire et en dévoilant simultanément le tirage au sort des places derrière l’autostart. En outre, si le public apprécie les courses sur longues distances, comme le Grand Prix du Conseil Municipal, au cours duquel il voit passer les chevaux à plusieurs reprises devant les tribunes, il aime aussi les courses de vitesse, qui sont spectaculaires à souhait. S’il s’avère que cela fonctionne, il est possible que cette Speed Cup s’étende à d’autres hippodromes, comme Cagnes-sur-Mer, Caen, Laval ou La Capelle, mais on ne va pas non plus multiplier ce type de courses. Ce n’est pas le but."

Jauge à 5.000 personnes pour les Grands Prix
Les problèmes de jauge, inhérents à la crise sanitaire, ne sont évidemment pas sans toucher Vichy et son public. Eu égard aux contraintes, pratiques et financières, que suppose la jauge à 5.000 personnes – contrôle des « pass », tests à faire, éventuellement, aux soins d’une infirmière ou d’un infirmier…–, celle-ci ne sera, a priori, en vigueur, cette semaine, que pour le Grand Prix de samedi, où sont attendues, si tout va bien, hors professionnels, 2.000 à 3.000 personnes.


Plus tard, le Grand Prix de plat –5.000 à 6.000 spectateurs, en moyenne– devrait être également concerné, tout comme la très fréquentée réunion du 15 août. A cet égard, Philippe Bouchara s’étonne que les hippodromes soient traités, par les autorités, à la même enseigne que les stades : "Un hippodrome n’a rien d’un stade de football. Il s’étend sur plusieurs dizaines d’hectares. Nous n’y sommes pas assis les uns à côté des autres. On y bouge, en un incessant va-et-vient, on y respire. Il va venir un moment où il va falloir lâcher un peu de lest en la matière. Sans quoi, les choses vont devenir compliquées…"

Le programme
Le Festival du Trot commençait ce dimanche, avec la réunion de Saint-Galmier. Il se poursuit demain, avec celle de Vichy (début des opérations à 16h25). Mardi, toujours à Vichy, ce sera jour de quinté + (début des opérations à 11h35), tandis que, jeudi, ce sera la soirée Speed Cup (début des opérations à 18h20). Vendredi, l’hippodrome de Feurs prendra le relais pour une réunion (début des opérations à 13h05), tandis que, samedi, on clôturera en beauté, à Vichy, avec la soirée du Grand Prix du Conseil Municipal (début des opérations à 18h55).





Le Grand Prix du Conseil Municipal, en point d’orgue
Epreuve phare du Festival du Trot, disputée lors de la soirée de clôture, le Grand Prix du Conseil Municipal de Vichy est labellisé Groupe II depuis une dizaine d’années. Course internationale, il a souvent souri, au cours de la décennie, aux protégés de Jean-Michel Bazire, qui s’y sont imposés à six reprises, avec leur mentor à leur sulky, de Radjah de l’Abbaye, en 2012, à Cleangame, en 2019 et en 2020, en passant par United Back , en 2015, et par le regretté Aubrion du Gers, en 2017 et en 2018. C’est d’ailleurs ce dernier qui détient le record de l’épreuve, ayant trotté les 3.000 mètres du parcours sur le pied de 1’10’’9 au kilomètre, lors du second de ses succès. Les conditions de la course sont ouvertes, pour 4 à 10 ans inclus, sans plafond de gains, avec un recul de vingt-cinq mètres à 450.000 euros. Son allocation s’élève à 90.000 euros. La distance présentement proposée est de 2.950 mètres.


Vichy, en bref et en chiffres
63 hectares de superficie.
1 piste au trot, en pouzzolane, de 1.325 mètres.
1 piste de galop, en herbe, de 2.000 mètres.
1 parcours de haies et de cross-country.
365 boxes à disposition.
40 réunions, 22 au trot et 18 au galop.
7 quintés +, 5 au trot et 2 au galop.

A voir aussi :
...
Grégor impressionne Charley Mottier

Auteur d’une année 2021 remarquable avec six victoires à la clé avant sa course de ce mercredi aux Sables-d’Olonne dans le Trot Open des Régions – Ouest réservé aux chevaux de 5 ans, Grégor (Rolling d'Héripré) a ...

Lire la suite
...
Izoard Védaquais reçu 10/10

Démonstration, c'est le mot juste pour qualifier la nouvelle victoire de l'impressionnant Izoard Védaquais (Bird Parker) ce mercredi aux Sables-D'Olonne. Pour sa rentrée après plus de deux mois sans compétition, le représentant de Philippe ...

Lire la suite
...
Imoko Atout confirme ses constants progrès

Dans l'épreuve qualificative à Le Trot Open des Régions - Grand Nord réservée aux 3 ans, Imoko Atout (Timoko) a facilement dicté sa loi. Le pensionnaire de Guillaume Jouve montre un nouveau visage depuis sa castration. Ce mercredi, ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite