... © DR
Actualité - 07.07.2021

Joakim Lövgren privé de cravache pendant un an : courses en danger ?

L'information fait la une du quotidien américain du trot HRU (Harness Racing Update). Le Suédois Joakim Lövgren vient de se faire interdire l'usage de la cravache par le Conseil de la commune où il réside. Une décision prise à l'extérieur des institutions des courses et qui soulève pas mal de questions. Qui pourrait aussi faire jurisprudence en faveur de l'interdiction totale de la cravache.

L'affaire n'est pas banale et pourrait sonner l'entrée dans une nouvelle ère. Ce mardi, le conseil du comté (disons la communauté de communes) où vit Joakim Lövgren l'a condamné à une interdiction d'usage de la cravache pendant un an dans toute la Suède. La sanction est donc délivrée par une juridiction territoriale qui place sa décision au-dessus de celles des instances en charge du trot, Svensk Travsport. Tout est parti du signalement effectué par le vétérinaire en charge du contrôle antidopage d'un pensionnaire du professionnel lors d'une réunion en avril à Jägersro. Le praticien découvre des marques dus à la cravache sur le trotteur Piccadilly. La règle en vigueur veut que les actes de maltraitance animale soient déclarées auprès du Conseil du comté où ont été constatés ces faits. On est donc bien ici hors du cadre de la régulation des courses. Dans son rendu, le Conseil d'administration du comté pour la juridiction de Skåne, près de Malmö dans le sud de la Suède, la région à laquelle est rattaché l'hippodrome de Jägersro, déclare : « Vous [Joakim Lövgren] avez intentionnellement infligé des souffrances physiques et mentales inutiles à un animal afin de gagner une course et l'argent qui va avec. Le conseil administratif du comté a envisagé de vous notifier une interdiction de travailler avec des animaux parce que vous avez gravement enfreint la surveillance et les soins dûs à un cheval et parce que ce qui s'est passé relève de la maltraitance des animaux. Cependant, à la lumière des circonstances de l'affaire, le conseil administratif du comté considère qu'une telle décision pourrait être disproportionnée et qu'une décision moins intrusive peut suffire à garantir que ce qui s'est passé ne se reproduise pas. »
Joakim Lövgren a donc tout simplement échappé à une interdiction de pratique de son métier pour ne recevoir « qu'une interdiction » d'un an de l'utilisation de la cravache.

Un précédent aux conséquences incalculables
Joakim Lövgren n'est pas n'importe qui. Il compte plus de 1.500 victoires comme entraîneur, à peine moins comme driver et figure au palmarès de l'Elitloppet (Gr.1) avec Brioni en 2011. Qu'une telle décision soit prise par une juridiction extérieure au courses confirme l'entrée en force de la société civile dans l'univers hippique. Et surtout, elle pourrait faire jurisprudence et être élargie à d'autres pays. Le correspondant suédois du site américain qui relaie cette affaire, Thomas Hedlund, titre d'ailleurs par « L'affaire suédoise pourrait créer un précédent dangereux dans le monde ». Le même journaliste remarque que ce cas est une première et déroge aux règles habituelles : « Des cas similaires à celui de Lövgren ont déjà été traités différemment en Suède. Si un conseil de comté a reçu des plaintes concernant des drivers utilisant leurs cravaches de manière inappropriée, les affaires ont été transmises à un procureur civil pour jugement. Et les amendes ont été la sanction la plus courante. » On passe donc bien ici à un stade supérieur. Et on change le référentiel ou le paradigme de société.
Cette décision a aussi des conséquences sur la pratique des courses en Suède : Joakim Lövgren va se retrouver pendant un an en situation de désavantage concurrentiel. Est-ce possible sous l'angle de l'égalité des chances et de la libre concurrence ? Dans le registre de la sécurité cette fois, le pilote sera aussi - et seul dans ce cas - dépourvu d'un levier d'action.
Cette décision marque dans tous les cas un tournant en Suède avec l'intervention des juridictions locales ou territoriales comme capables d'imposer leurs propres sanctions aux courses. Elle fait entrer les courses dans un nouvel environnement et soulève beaucoup d'interrogations. Dont celle-ci : Joakim Lövgren peut-il faire appel de cette sanction et auprès de qui ? Affaire à suivre en tout cas.

A voir aussi :
...
Joudjie frappe fort au monté

Sorte de journée de transition après la "journée des Champions" dans une période qui précède l'ouverture du meeting d'été d'Enghien, samedi prochain, la réunion organisée à Caen ce lundi a fait la ...

Lire la suite
...
Debrief du week-end en province : R. Derieux et S. Ernault à égalité

Avec plus de cent courses entre samedi et dimanche, le programme était fourni en région en parallèle à la réunion de la Journée des Champions à Vincennes. Chez les pilotes, Romain Derieux, auteur notamment d'un coup de deux à ...

Lire la suite
...
Franck Nivard hospitalisé depuis le week-end

Pris de douleur en dessous du cœur, au niveau du sternum, vendredi au petit matin, Franck Nivard a été transféré par le Samu au CHU de Caen dans la foulée. Hospitalisé tout le week-end et toujours en ...

Lire la suite
...
Django Riff, désormais sous la menace de Boccador de Simm

Deux pères de vainqueurs ont tiré la couverture à eux dimanche dans les rangs des 3 ans : Timoko (Imoko), père de Jelyson (Prix d'Essai), et Boccador de Simm (Rieussec), à l'origine de Just a Gigolo (Prix Albert Viel). Le premier a ...

Lire la suite