...
Actualité - 20.07.2021

Mercredi 21 juillet 2021 : le pass sanitaire comme sésame

toute personne entrant sur l’hippodrome doit disposer d’un masque.
À porter en intérieur dans tous les cas et en extérieur au cas échéant

Huit jours après l'allocution présidentielle, le très attendu nouveau décret d'application des mesures annoncées a été publié dans la nuit de lundi à mardi. Les deux sociétés-mères dans les pas de la FNCH ont donc publié un nouveau cahier des charges concernant l'accueil du public et des professionnels sur les hippodromes.

Depuis ce matin (lire mardi), les déclarations, que l'on peut qualifier si ce n'est alarmistes, en tout cas inquiétantes, se multiplient. Le Premier Ministre Jean Castex prévient que la France doit s'apprêter "à vivre des moments difficiles". Son ministre de la Santé, Olivier Véran, décrit désormais clairement la situation sanitaire comme une 4ème vague virale, comme inéluctable, parlant même d'une configuration inédite avec 18 000 nouvelles contaminations en 24 heures : "Nous n'avions jamais connu cela".
C'est donc dans ce contexte que la date du 21 juillet, c'est-à-dire ce mercredi, sonne comme une nouvelle étape dans la crise de la COVID-19. Le pass sanitaire qui devient le sésame indispensable pour se rendre dans de nombreux lieux de consommation, de culture ou de loisirs rassemblant plus de 50 personnes en est le symbole le plus fort.
Nos hippodromes français sont donc amenés à suivre une nouvelle fois les directives avec toujours la même équation à résoudre : l'accueil simultané de personnes venues pour travailler et celui du public venu s'amuser.
La Fédération Nationale des Courses Hippiques a donc publié ce mardi après-midi un nouveau cahier des charges dans lequel est précisé : "le « pass sanitaire » n’est pas exigé pour les personnes intervenant dans l’organisation de la réunion de courses : organisateurs, bénévoles, salariés, prestataires et socioprofessionnels. Pour ces catégories de personnes, le pass sanitaire entrera en vigueur le 1er septembre 2021".
Ce qui laisse donc le temps à chacun de s'organiser d'ici là afin d'être vacciné, le timing étant encore possible. Une remarque valable pour tous les acteurs des courses.
D'ici le 1er septembre, les drivers-jockeys pourront quant à eux encore présenter un test négatif de moins de dix jours pour pouvoir exercer leur métier, voire bien sûr un certificat vaccinal valide.
Le pass est bien exigé en revanche pour les propriétaires comme pour le public.

PASS SANITAIRE - définition
test PCR ou antigénique négatif d’au plus 48 heures
ou justificatif de schéma vaccinal complet
ou certificat de rétablissement suite à une contamination
ET présentation d'une pièce d'identité

Les gestes barrière dans leur globalité restent d'actualité et même imposés en ce qui concerne le port du masque en intérieur. Il a ainsi été rappelé : "Afin de respecter les dispositions en vigueur, toute personne entrant sur l’hippodrome doit disposer d’un masque. Le port du masque, couvrant le nez et la bouche, reste obligatoire à tous moments dans les locaux intérieurs. Le port du masque n’est pas obligatoire dans les zones en plein air lorsqu’une distance de 2 mètres entre les groupes est respectée. En revanche, un masque doit être porté en extérieur dans les situations où les règles de distanciation ne peuvent s’appliquer. A la demande des Préfets, ces règles pourront être localement adaptées".

Retrouvez l'intégralité de la nouvelle version du cahier des charges en cliquant ICI.
Il y est notamment précisé les procédures de contrôles et les différentes questions qui peuvent se poser autour du contrôle des pass sanitaires.

Soulignons enfin que ces annonces sont à considérer "à l'instant T" dans la mesure où celles évoquées en début d'article n'ont rien d'optimiste et que de nouvelles mesures pourraient bientôt intervenir. Mais nous n'en sommes pas là.

Sur le terrain, ces nouvelles mesures sont prises en compte et le président de la Société des courses de Saint-Galmier, François-Xavier Jay, élu au printemps, ne cache pas quelques inquiétudes à 48 heures de la réunion Premium qui va se dérouler jeudi en fin de journée sur son hippodrome : « On fait partie de ceux qui vont essuyer les plâtres. Dans notre région un peu rurale avec une population un peu âgée, je ne sais pas où en sont les gens de la vaccination, ni de leur connaissance des nouvelles mesures à compter du 21 juillet. Depuis la semaine dernière, nous avons anticipé dans notre communication sur cette réunion en faisant savoir que le pass sanitaire serait nécessaire pour pénétrer sur l’hippodrome. Maintenant, je m’attends à une perte de clientèle très significative, de l’ordre de 30 à 40 % alors que nous avons d’habitude environ mille personnes pour une réunion de ce type. Il ne faut pas rêver, si, dans un groupe familial, certains ne peuvent pas présenter le pass sanitaire, c’est tout le groupe qui va faire demi-tour. C’est une société de gardiennage qui gère les entrées, ce qui me rassure. Mais faut-il encore que ces entreprises actuellement très sollicitées soient complètement opérationnelles. On va faire pour le mieux. Cela fait des mois que l’on est contraints de s’adapter. »

A voir aussi :
...
Who's Who,
un coup de maître sur le mile

Who's Who a inscrit son nom sur le glorieux palmarès du Hugo Åbergs Memorial ce mardi. Le 7 ans en est maintenant à quatre titres de Groupe 1. Ce qui est nettement plus singulier, c'est qu'il participait à son première épreuve sur ...

Lire la suite
...
Le Grand Prix de Wallonie avec Face Time Bourbon

Ils sont 21 sur la liste des engagés au Grand Prix de Wallonie (Gr.1), dimanche à Mons. Une liste bien sûr emmenée par le crack Face Time Bourbon (Ready Cash), le tenant du titre. Jean-Michel Bazire ne confirmera pas ...

Lire la suite
...
Gétéhi du Noyer, la bonne injection

On n'a vu que lui dans le dernier tour de piste du Prix des Jonquilles. Gétéhi du Noyer (Ulf du Noyer) a produit un premier effort devant les tribunes pour s'emparer de la tête puis s'est imposé ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite