... ©DR
Actualité - 22.07.2021

Au coeur des catalogues de ventes Entre qualité et quantité

Il est normal que tout acheteur se fixe un plafond, même Mickaël Cormy délégué par Antoine Griezmann
Fabien Mégie

Plus de 1.500 yearlings trotteurs s’apprêtent à passer en vente publique, à partir du mois prochain. C’est plus que l’an dernier, où ils étaient à peine 1.300 et où les résultats avaient été plutôt bons, en dépit de la crise sanitaire. Celle-ci perdure, hélas, cette année, mais on y est davantage préparé. Tour d’horizon des différents catalogues en cours d’édition.

A

rqana Trot : Ready Cash et l’Ecurie des Charmes en têtes de pont

Avec 556 inscrits, le catalogue de la vente de yearlings sélectionnés d’Arqana Trot, qui se déroulera les mercredi 1er, jeudi 2 et vendredi 3 septembre, pèse sensiblement plus lourd que celui de l’an passé, qui ne contenait que 497 numéros. Le nombre de poulains et de pouliches visités par les organisateurs n’a pourtant pas été plus important que d’habitude, mais davantage de vendeurs potentiels ont voulu aller au bout de leur démarche et ont maintenu leur candidature : « Les autres années, remarque Fabien Mégie, l’un des rouages d’Arqana Trot, on était habitué à des défections dans la dernière ligne droite, avant la mise en ligne du catalogue, soit que les yearlings en question aient été vendus à l’amiable, soit que leurs propriétaires aient finalement décidé, pour une raison ou pour une autre, de ne pas les présenter en ventes publiques. Cette année, il y en a eu, certes, mais moins qu’à l’accoutumée. Et puis nous avons de nouveaux vendeurs, à commencer par l’Ecurie des Charmes de Lucien Urano. » Présente pour la première fois sur le marché du yearling, l’Ecurie des Charmes délègue, en effet, 17 lots, soit uniquement des femelles, parmi lesquelles 7 filles de Ready Cash. En prolongement, soulignons que ce dernier verra 27 de ses produits passer sur le ring, ce qui n’est pas une mince affaire, comparée aux 11 inscrits de l’an dernier, ce que confirme Fabien Mégie : « C’est, effectivement, une forte hausse. Nous avons dû visiter, au total, 35 « Ready Cash ».
Une pouliche a été refusée, en raison d’un modèle jugé insuffisant. Quant aux sept autres qui ne sont pas là, leurs propriétaires ont, en fin de compte, choisi de les garder ou de les négocier à l’amiable. »

A l’image d’un Jean-Pierre Dubois, qui emmènera 8 yearlings à Deauville, en provenance de son haras de la Beauvoisinière –mais qui en aura aussi une dizaine d’autres chez son petit-fils, Louis Baudron, au Haras des Rouges-Terres (N.D.L.R. : voir ci-après)–, Lucien Urano est un vendeur à la double casquette, avec une porte de sortie le cas échéant, sachant qu’il a pour habitude d’exploiter ses chevaux. Un certain nombre d’autres lots de la présente édition proviennent également de maisons qui font courir. On les reconnaît au fil des pages, même s’ils arrivent sous la bannière de haras consigneurs. Dès lors, il leur faudra, pour transformer l’essai, s’adapter, sans trop barguigner, au prix du marché, ce dont convient Fabien Mégie : « Nous avons un très bon catalogue, meilleur que celui de l’an dernier par exemple, mais il va falloir que les vendeurs soient en adéquation avec le marché. Cela fait partie de notre travail que de les en convaincre, car il n’existe pas de vente réussie sans la prise en compte de cet élément. Il est normal que tout acheteur se fixe un plafond, qui conditionne le prix du marché, y compris lorsqu’un Mickaël Cormy est délégué par Antoine Griezmann. Or, si l’on veut vendre, il va de soi qu’il faut être en phase avec le climat ambiant. »

L’étalement de la qualité

La qualité du catalogue fait qu’il y a un étalement de celle-ci, allant de la première journée à la deuxième, cette dernière se densifiant un peu plus chaque année, aux dires mêmes de Fabien Mégie : « Le deuxième jour s’inscrit maintenant dans la continuité du premier. A l’origine, il y avait une vraie segmentation entre les deux journées. Cela s’estompe aujourd’hui, dans la mesure où certains lots du deuxième jour auraient tout aussi bien pu figurer le premier jour. Certains vendeurs ont même fait le choix de la deuxième session, au lieu de la première, pour être un peu moins concurrencés. » Quant au troisième jour, on le sait, c’est celui des jeunes étalons et il a toujours très bien fonctionné, notamment grâce au soutien des propriétaires et étalonniers envers la progéniture de leurs chevaux.

Cela devrait être encore le cas cette année, avec les premiers produits de la star, Face Time Bourbon, au nombre de 26, ou encore ceux, pareillement attendus, de Fabulous Wood (18), Feeling Cash (15), Enino du Pommereux (14), Follow You (13), Earl Simon (12), Express Jet (11) ou bien Davidson du Pont (6). A cet égard, c’est une année qui rappelle l’exercice 2017, lequel avait été spécialement fructueux, avec l’arrivée sur le marché des premiers Bold Eagle, Bird Parker, Brillantissime, Booster Winner et autres Boccador de Simm.
En outre, les résultats des ventes de yearlings d’Arqana Trot, en matière de performances sur les pistes, sont au beau fixe, avec, au premier chef, la récente victoire d’Ibra du Loisir dans le Prix d’Essai ou encore les succès des premiers 2 ans de la saison, Jéridia Menuet, à Beaumont-de-Lomagne, et Jazzy Perrine, aux Sables-d’Olonne. « A priori, les choses s’annoncent bien, conclut Fabien Mégie. Le marché du yearling trotteur a pour habitude de rester assez stable d’une année sur l’autre. Il est un moyen avéré d’acheter de bons chevaux. Les visites ont déjà commencé chez les préparateurs. C’est un signe. On pressent une certaine activité. Disons que l’on est en droit d’être raisonnablement confiant. »
Le catalogue de la vente est en ligne (cliquez ici) et son équivalent papier est en cours d’acheminement.


Osarus Trot, en tête de gondole / CATALOGUE EN CLIQUANT ICI

La vente de yearlings sélectionnés d’Osarus Trot aura lieu le jeudi 26 août, sur l’hippodrome d’Argentan. Elle rassemble, pour l’heure, 89 lots, auxquels pourraient venir s’ajouter quelques suppléments. L’année dernière, à la même vente, programmée un mois plus tard, il n’y avait que 44 yearlings, complétés, cependant, d’un conséquent lot de foals, qui avait, du reste, volé la vedette à celui des yearlings. Cette saison, le contexte est différent, comme le souligne Franck Bézier, nouveau bras droit d’Emmanuel Viaud, au sein d’Osarus : « En 2020, du fait des circonstances liées à la crise sanitaire, Osarus Trot était passé après tout le monde, ou quasiment, la vente ayant été reculée au 1er octobre. Cette fois, c’est exactement le contraire, nous ouvrons le bal. C’est mieux. En outre, nous pourrons, à nouveau, dresser un barnum et servir des repas dans l’espace des ventes, à la différence de l’an dernier. L’ambiance sera meilleure. Nous avons un catalogue étoffé, uniquement constitué de yearlings (N.D.L.R. : plus quelques juments, en prolongement de la dispersion des yearlings), les foals se réservant pour notre nouvelle vente de Laval, au mois d’octobre. Nous avons des têtes de pont, avec des produits de Face Time Bourbon, Love You, Prodigious et autres étalons de pointe, mais nous voulons, surtout, une vente pour tout le monde. Je suis dans le métier depuis suffisamment longtemps pour savoir que toutes les bourses peuvent avoir accès à un futur bon cheval, en particulier lors des ventes de yearlings. Les ventes de Caen le prouvent chaque année. Or, c’est dans cet esprit que je souhaite travailler avec Osarus Trot. Il faut aller vers tous les types d’éleveurs et vers tous les types d’acheteurs. » Le catalogue de la vente d’Argentan est en ligne et va sortir incessamment dans son édition papier.

Deux types de yearlings à la vente du Haras des Rouges-Terres / DEMANDEZ UN CATALOGUE EN CLIQUANT ICI

La vente du Haras des Rouges-Terres est organisée, cette année, aux soins d’Auctav, la nouvelle agence de vente en ligne. Elle est programmée le mercredi 8 septembre et se déroulera à la fois en « présentiel » et « on line ». Environ 160 chevaux, tous trotteurs, seront de la partie, dont une quarantaine de 2 ans et autant de 3 ans. Il y aura aussi une vingtaine de yearlings, présentant un double profil, ainsi que s’en explique Arnaud Angéliaume, directeur général d’Auctav : « Jean-Pierre Dubois présentera une dizaine d’entre eux, en provenance du Haras de la Beauvoisinière, avec, pour chacun, une vidéo les montrant à l’exercice, à la piste. Il a fait ce choix de les vendre débourrés et attelés ; les chevaux n’en seront pas moins présents sur place, le jour de la vente, et pourront être visités par les acheteurs. En regard, Roger Baudron, qui délèguera à peu près le même nombre de yearlings, les amène de façon classique, non essayés, de même que Françoise Laroche, qui en aura un. Cette présentation de deux types de yearlings est une vraie nouveauté, de même, pour nous, que le caractère hybride de cette vente, sur le terrain et en ligne. » Le catalogue de la vente du Haras des Rouges-Terres sera consultable sur Internet à compter du 10 août et assorti, peu après, d’une version papier, ce qui est également une première pour Auctav.

Une journée supplémentaire aux ventes de Caen / CATALOGUE DISPONIBLE ICI

Les ventes de Caen se dérouleront en trois étapes, comme d’habitude, du 14 septembre au 12 octobre, avec deux séquences dédiées aux yearlings, les mardi 14, mercredi 15 et jeudi 16 septembre, puis les mardi 28, mercredi 29, jeudi 30 septembre et vendredi 1er octobre, suivies d’une autre vouée aux foals, le mardi 12 octobre. Au total, il y a 921 inscrits, soit 85 de plus que l’an dernier. Si le nombre de foals en lice est stable, d’une année sur l’autre, celui des yearlings est en forte augmentation, passant de 678 à 783 (+ 105). En conséquence, une journée supplémentaire leur sera consacrée, lors de la deuxième session, le 1er octobre. C’est là la rançon du succès, sûrement, les ventes de Caen ne cessant de monter en puissance au fil des ans, en termes de résultats sur le ring et, en parallèle, sur les pistes, les distinctions classiques et semi-classiques d’un Inouï Danica, ces dernières semaines, de Guide Moi Forgan, ou encore la victoire de début du poulain de 2 ans Jetlag d’Amour, sur l’hippodrome de Bernay, dimanche, en étant de fraîches illustrations. La présente édition du catalogue sera disponible, sur le site des ventes de Caen, à la fin du mois, tandis que son homologue papier sera dans les boîtes à lettres à partir de la mi-août.

Plus de 80 lots au Marault / CATALOGUE EN CLIQUANT ICI

La vente, traditionnellement organisée par l’A.E.T.C.E. (Association des Eleveurs de Trot du Centre-Est), se tiendra le mercredi 22 septembre, à la Ferme du Marault, à Magny-Cours (Nièvre). Il y a 81 lots catalogués, dont une dizaine de foals,
« L », qui passeront en début de vente. On sait que les ventes de l’A.E.T.C.E. ont révélé Hopla des Louanges, passée par le ring nivernais en 2018 et lauréate du Saint-Léger des Trotteurs, en 2020, puis gagnante du Prix Lavater et troisième du Prix du Président de la République, cette année. On est également redevable à l’élevage du Centre-Est d’Ibra du Loisir, récent lauréat du Prix d’Essai, dont un tout proche parent, Koquin du Loisir, par Vanishing Point et une fille de Gazouillis, est inscrit au présent catalogue, lequel est d’ores et déjà en ligne.

À VOS AGENDAS (dans l'ordre chronologique)
26 août - Osarus Trot à Argentan
1er au 3 septembre - Arqana Trot à Deauville
8 septembre - Rouges Terres par Auctav
14, 15 et 16 septembre - Ventes de Caen - partie 1
22 septembre - AETCE au Marault
du 28 sept. au 1er octobre - Ventes de Caen - partie 2

A voir aussi :
...
Cleangame débute sa tournée des régions

La brillante démonstration de Cleangame (Ouragan de Celland) dans le Prix d'Eté (Gr.2), dimanche 11 septembre, prouve que le champion de Jean-Michel Bazire a retrouvé toutes ses sensations. Son entraîneur avait, à chaud, évoqué le Grand Prix de la Fé...

Lire la suite
...
Imhotep Madrik de plus en plus fort

Après un premier succès à Vincennes décroché le 1er septembre au prix d'un extrême courage, Imhotep Madrik (Prodigious) a réitéré mais avec une marge nettement plus confortable. Le parcours du jour, les 2.175 mètres de ...

Lire la suite
...
100e victoire d'Emilie Le Beller,
ce mardi à Vincennes

Cela faisait presque dix mois qu'Emilie Le Beller n'avait pas franchi le poteau d'arrivée en tête à Vincennes. La dernière fois, c'était le 30 novembre dernier, en selle sur Héros du Pré (Rieussec) qui se permettait de ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite