...
Actualité - 23.07.2021

Une même scène, deux scénarios opposés

Les deux belles courses du jour à Cabourg ont offert des courses diamétralement opposées : une cadenassée et une un peu folle avec un rythme d'enfer. Honneur aux lauréats, eux aussi aux profils opposés : le 10 ans Boston Terrie (Kesaco Phedo) dans le Prix Fandango et son cadet de 5 ans Grand Art (Prodigious), lauréat du Grand Prix de la Ville de Cabourg.

Le chrono réalisé dans le Prix Fandango est exceptionnel : 1'11''8, grandement la responsabilité de Centaure Gédé (The Best Madrik), animateur à grande vitesse de la course avant de subir dans les derniers mètres la loi de Boston Terrie. Il offre un premier succès de prestige à son tout jeune entraîneur Melvin Kondritz qui connait par coeur ce cheval pour l'avoir monté quand il était apprenti et pour avoir même gagné avec lui ! "Le cheval est loin d'être cuit !" nous a-t-il dit au moment de réagir à cette victoire, en direct de Pornichet où il se trouvait ce vendredi soir.
L'autre belle compétition de la soirée a mis à l'honneur un 5 ans : Grand Art (Prodigious), excellent sprinteur pour s'octroyer le Grand Prix de la Ville de Cabourg. Habitué à fréquenter les courses de Groupe, il aura pour ambition de briller dans le Critérium des 5 ans, avec pour rampe de lancement le Prix des Hêtres du 10 août prochain.
Avec seulement onze partants en lice, le Grand Prix ne pouvait servir de support au Quinté+, déplacé sur le Prix des Fuschias remporté par Gitano Jack (Very Nice Marceaux), lauréat après le passage d'un violent orage qui a retardé les opérations de 30 minutes.

Boston Terrie comme à ses plus beaux jours

Il était le seul 10 ans au départ de cette course A et c'est lui qui ressort vainqueur de la plus belle course au monté de Cabourg. Boston Terrie (Kesaco Phedo) a de bons restes pour paraphraser son entraîneur Melvin Kondritz et sa fin de course le prouve de façon implacable. Sous l'impulsion endiablée de Centaure Gédé (The Best Madrik), la course n'a connu aucun temps mort et bien que parti 25m derrière eux, Boston Terrie a su signer un dernier kilomètre de toute beauté sous la selle d'Alexandre Angot, tout à sa joie au moment de répondre à Equidia : "Il a été débordé en début de course mais quand je lui ai demandé d'avancer en face, il s'est enclenché et dans le tournant il fonçait. C'est sa dernière année mais il est en pleine santé et il va nous faire encore plaisir." Même tonalité du côté de l'entraîneur Melkin Kondritz, titulaire de sa licence seulement depuis le début de l'année et auteur d'une première saison très satisfaisante : il s'agit déjà ce soir de sa 4ème victoire pour un peu plus de 60 partants. C'est de Pornichet, où il passe quelques jours de vacances qu'il nous a expliqué comment Boston Terrie a rejoint son effectif d'une vingtaine de chevaux dont dix prêts à courir : "Le cheval appartient à mon père donc forcément c'est top pour débuter. Je le savais bien mais de là à gagner une belle course comme celle-ci, ce n'était pas évident. Il est comme il est encore à son âge car on n'a pas abusé du déferrage des quatre pieds durant sa carrière. On en récolte les fruits et si on le peut on va plus en user pour sa dernière saison." 1'11''8, c'est tout simplement le nouveau record monté pour Cabourg.

Melvin Kondritz
23 ans
58 victoires en tant que driver/jockey
entraîneur à Chatelain (Mayenne) : "avec une piste de 650m chez Marcel Denuault et je vais à Laval pour travailler les chevaux"
4 victoires en tant qu'entraîneur


Voilà pour le clan des heureux, c'était en revanche plus difficile dans la team du champion Guide Moi Forgan (Neutron du Cébé) revenu aux balances boîteux. Mais impossible d'en dire plus à cette heure, si ce n'est que le dauphin de Gladys des Plaines dans le Prix du Président de la République 2020 s'est montré courageux pour prendre la 3ème place.
Grand Art, le plus fort au sprint dans le Grand Prix de la Ville de Cabourg

Lauréat du Grand Prix de la Ville de Cabourg il y a deux ans avec Dostoievski (Ganymède), Jean-Michel Bazire semblait très bien armé avec Tjacko Zaz (Crazed) lors de cette édition 2021 pour ajouter une nouvelle fois son nom au palmarès de la plus belle épreuve attelé du meeting estival cabourgeais. Associé à Yoann Lebourgeois, le hongre suédois a cependant trouvé plus fort que lui ce vendredi puisqu'il s'est fait devancer dans les derniers mètres de course par son cadet Grand Art (Prodigious). Placé à plusieurs reprises dans les Groupes 2 de sa génération face à l'élite (notamment 3ème du Prix Louis Jariel le 12 juin), le pensionnaire d'Erik Bondo a prouvé que c'était un cheval de classe et surtout qu'il était redoutable lorsqu'il faut sprinter fort sur 500 mètres. Gabriele Gelormini étant sur le coup d'une mise à pied, c'est Franck Nivard qui était pour la première fois aux commandes du cheval lauréat. Deuxième l'an dernier du Grand Prix de la Ville de Cabourg avec son protégé Balzac de l'Iton, Franck Nivard est cette fois-ci monté sur la plus haute marche du podium. "J'avais comme consigne de courir caché, a déclaré Franck Nivard sur Equidia Racing. Quand j'ai vu que François (Lagadeuc) est sorti de la corde avec Gamay de l'Iton, cela m'a bien arrangé. J'ai pu avoir son dos. Pour finir, il s'est montré courageux lorsque je lui ai demandé le maximum. Cela fait toujours plaisir de gagner cette belle course à Cabourg. C'est toujours des bons chevaux qui remportent cette épreuve. Il ne fallait pas louper ce bel engagement ce soir. C'est parfait."
Si Grand Art a montré ses limites face aux meilleurs de sa promotion, nul doute qu'il aura sa place dans le dernier classique réservé à la génération des "G" : le Critérium des 5 ans, programmé le 4 septembre.
Ligoté côté corde, French Man (Voyage de Rêve), quatrième de cette course, laisse quant à lui beaucoup de regrets. Malheureusement pour Julien Dubois, son partenaire n'a jamais pu trouver l'ouverture jusqu'au passage du disque final.
Parmi les quatre chevaux qui s'élançaient au deuxième poteau, seul Be One des Thirons (Roi du Coq) a réussi à terminer dans les cinq premiers. L'élève de Philippe Daugeard s'est emparé de la cinquième place en trottant 1'12''9 sur la distance des 2750 mètres (à l'issue d'une course cadenassée par le leader).


D'où vient-il ?

Elevé par Jean-Philippe Dubois, Grand Art a été acheté en 2019 pour la somme de 220 000€ par la Stall Rita aux ventes Osarus "Baudron-Dubois". C'est le meilleur des six rejetons en âge de courir de sa mère Real Artist (134 920 €). Sa sœur cadette, Illusive Artist (87 840€), a déjà gagné au niveau groupe 2. C'est la famille du classique Millenium Wood (198 040 €) et du vainqueur semi-classique Eclipse Danica (280 960 €).

2e | PRIX FANDANGO
M - 2750 m - Course B - 44 000 €
BOSTON TERRIE 1'11"8
Kesaco Phedo x Nouvelle Idole (Casino des Sports)
Jockey : A. Angot - Entraîneur : M. Kondritz
Propriétaire : M. Kondritz - Eleveur : T. Gohier
2e Centaure Gede 1'12"6
3e Guide Moi Forgan 1'12"6
4e : Dynamite Marceaux - 5e : Good Luck Quick - 6e : Faster Syga - 7e : Deganawidah
Goetmals Wood 1'11''9 And Arifant 1'16''5
Prodigious 1'11''1 Tahitienne
Imagine d'Odyssee Buvetier d'Aunou (US) 1'14''4
GRAND ART Battante d'Odyssee 1'23''3
Love You 1'10''2 Coktail Jet 1'11''2
Real Artist 1'11''8 Guilty Of Love 1'17''1
Une Suedoise 1'19''0 Pershing (US)
Hivoise
A voir aussi :
...
Des victoires avec
l'Amérique en toile de fond

Cette journée de samedi était résolument européenne au trot avec le Grand Prix des Nations à Milan en Italie, le Prix de la Ville de Caen chez nous en Normandie et la Finale du Tour Européen du ...

Lire la suite
...
Réunion très européenne dimanche à Enghien

À l'instar de ce samedi qui nous aura menés à travers l'Europe, la réunion de ce dimanche à Enghien est très continentale avec trois courses au label européen pour la moitié des courses. La plus dotée d'entre elles ...

Lire la suite
...
Des ténors dans le Prix Isara mardi soir à Vincennes

Il y aura du beau monde mardi soir au départ du Prix Isara à Vincennes, course qui permet à des chevaux n'ayant pas gagné 30 000€ depuis le 1er avril et en vue de monter en puissance pour le meeting d'hiver. On retrouvera ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite