... © SEPT
Actualité - 16.09.2020

Après les ventes de Deauville : Les nouvelles cotes des étalons

Les ventes de Deauville fournissent chaque année une indication de choix sur la cote des étalons. La cinquantaine de reproducteurs différents ayant eu au moins trois produits adjugés sur le ring (ou à l’amiable) constitue en effet un échantillon suffisamment représentatif pour se faire une idée de l’engouement dont les « confirmés » comme les nouveaux venus sont l’objet.

Voici un premier état des lieux des "cotes des étalons" après les sessions d'Arqana Trot de yearlings sélectionnés, complétées de la vente mixte de cette semaine. Il faut bien sûr préciser que les moyennes réalisées à Deauville représentent le haut du marché et seront à revoir à la baisse dans les semaines à venir, tant à Caen, Argentan qu’à Magny-Cours.

Notre classement a relevé 46 étalons qui répondent à notre critère de trois produits ou plus de vendus. Ils sont présentés en trois parties dans les trois pages de ce dossier, en commençant sur cette première, par les plus prisés - ou les plus actifs - avec plus de 11 produits qui ont changé de mains lors des ventes de yealings d'Arqana Trot. La position de chaque étalon dans nos tableaux va par ordre décroissant en fonction du nombre de produits vendus. Les ex aequos sont classés en fonction du ratio "prix moyen de vente / prix de saillie (2018)".
Coktail Jet/Viking’s Way à égalité

Les 46 étalons ayant eu au moins trois rejetons vendus représentent un total de 287 produits sur les 330 adjugés, soit 87% du stock ayant changé de main lors des trois journées de la semaine dernière. C’est dire leur poids dans la balance finale et leur influence sur le marché.
Deux lignées mâles tiennent le haut du pavé et « font » la pluie et le beau temps. Avec 17 citations chacun, il s’agit de Coktail Jet (présent pour la dernière fois avec des yearlings) et ses 16 fils ou petits-fils et de Viking’s Way devenu omni-présent, via Ready Cash (10 citations), bien avant Jag de Bellouet, Niky et autres descendants.
Face à une telle domination, seul Goetmals Wood, avec ses fils et petit-fils, maintient sa cote d’amour, en particulier grâce à Prodigious. On le trouve à six reprises dans notre tableau de synthèse.
Les six citations restantes valent à Quadrophenio (Orlando Vici/Un Mec d’Héripré), Buvetier d’Aunou (Ganymède/Up And Quick), Sancho Panca (Prince Gédé) et Bassano (Ni Ho Ped d’Ombrée) de ressembler à des dinosaures ou à des exceptions.

Etalons confirmés : Prodigious détrône Ready Cash

Locomotive des ventes de yearlings depuis le milieu des années 2010, Ready Cash était bien moins représenté cette année à Deauville. La raison en est double : en 2018, il a engendré tout d’abord sa plus faible production en quantité, ayant connu des problèmes passagers de fertilité lors de la saison de monte 2017. Par ailleurs, un certain nombre de ses poulains ont été l’objet de négociations à l’amiable ou de « montages » financiers en amont des ventes, tant et si bien qu’ils se sont fait plus rares sur le ring.

Du coup, avec sept produits vendus à la moyenne proche de 70 000 euros, le crack étalon de Philippe Allaire ne termine pas -pour une fois (!)- sur la plus haute marche du podium, celle-ci revenant à Prodigious. Avec un « top » à 140 000 euros et seulement trois sujets présentés pour autant de vendus, le protégé de Jean-Philippe Dubois affiche une moyenne supérieure à 80 000 euros, bien supérieure à l’an passé (32 800 euros pour dix produits vendus).

3e et 4e sur ce critère (moyenne par vendu), Royal Dream (60 000 euros) et son père Love You (53 800 euros) ont fort bien tiré leur épingle du jeu sur la côte normande, réalisant de meilleurs résultats que l’an passé. Il faut dire que le premier est devenu étalon classique durant l’hiver dernier (merci Havana d’Aurcy et Elie de Beaufour tous les deux entraînés par Jean-Michel Bazire) tandis qu’on doit au second un top à 130 000 euros et d’avoir brillé également cet hiver avec Belina Josselyn en guise de locomotive.

© Ch. Lepescheux

Goetmals Wood, avec ses fils et petit-fils, maintient sa cote d’amour, en particulier grâce à Prodigious.
En photo Jazz in Bellay, un fils de Prodigious vendu 140 000 €

Années 3 et 4 : les fils de Ready Cash omni-présents

La 4e année de production d’un étalon est souvent délicate à négocier. C’est loin d’être le cas pour la fameuse génération des « B », emmenée par Bold Eagle, Brillantissime et Bird Parker, signée Ready Cash. Ces trois sires réalisent sensiblement les mêmes moyennes que l’an passé et ce, sans avoir eu un seul produit adjugé 100 000 euros et plus. Boccador de Simm se distingue de son côté par une moyenne de 22 000 euros, soit 6,9 fois son prix de saillie.
Chez les étalons représentés par leur 3e année de production, Charly du Noyer maintient ses statistiques et son attrait. Issu lui aussi de la lignée mâle de Viking’s Way, Bilibili est parti pour faire bien mieux que l’an dernier en terme de moyenne et en ratio prix moyen/prix de saillie, remarque valable également pour Alto de Viette et Coup de Poker.

Jeunes étalons : Django Riff confirme, Eridan s’affirme

La mode Ready Cash sert de locomotive chez les jeunes étalons. La preuve : Django Riff (34 500 euros de moyenne) a fait mieux que l’an dernier ; à l’inverse de Carat Williams (Prodigious) n’ayant pas eu le même succès d’estime qu’en 2019, tant en moyenne (27 300 euros) qu’en pourcentage de vendus (à peine 50%).
Chez les reproducteurs faisant leur entrée sur le marché des yearlings cet été, Eridan et Cash And Go illustrent encore un peu plus le propos. Le premier cité, déniché 12 000 euros yearling et lauréat du Critérium Continental), a fait une entrée en fanfare (75% de vendus, 39 000 euros de moyenne), dont un top à 100 000 euros. On ne s’attendait pas à un tel engouement, mais le modèle de ses produits a séduit, remarque valable pour le propre frère de Bold Eagle. A défaut d’avoir gagné un Groupe I mais vu ses origines et ce qu’il avait montré en fin d’année 2017 sur les pistes, Cash And Go s’en sort avec une moyenne supérieure à 33 000 euros, soit 6 fois son prix de saillie initial, mais encore un top à 105 000 euros. Ses porteurs de parts ne pouvaient rêver d’un meilleur démarrage.
Autre fils de Ready Cash et issu de la classique Holly du Locton, Captain Sparrow a récompensé les éleveurs/vendeurs lui ayant fait confiance ( 5,9 fois son prix de saillie). Autres débutants, Dijon, Ecu Pierji et Drôle de Jet n’ont pas réussi à soutenir la comparaison.
© SEPT

Boccador de Simm se distingue de son côté par une moyenne de 22 000 euros, soit 6,9 fois son prix de saillie.

A voir aussi :
...
M. Abrivard : "Je vais remonter directement dans le Cornulier"

Aune semaine tout juste du Prix de Cornulier (Gr. 1) dont il est le tenant du titre avec Bahia Quesnot (Scipion du Goutier), Matthieu Abrivard annonce qu'il ne va se remettre en selle en course que le jour J, lui qui ...

Lire la suite
...
Equinoxe : c'est bon pour le moral

Depuis son retour à la compétition après son accident le mois dernier, Matthieu Abrivard n'avait pas encore repassé le poteau en tête. Voilà qui est chose faite à une semaine du Prix de Cornulier où il se remettra en ...

Lire la suite
...
Diamant de Tréabat,
nettement un ton au-dessus

Dans le Prix Djérid (Groupe 3) ouvert aux chevaux d'âge n'ayant pas gagné 675 000 €, Diamant de Tréabat avait face à lui une opposition largement dans ses cordes, quand bien même la courte distance et la petite piste n'étaient ...

Lire la suite
...
Idao de Tillard
enchaîne et prend date

Fils et petit-fils de deux vainqueurs de Critérium Continental, Idao de Tillard (Sévérino) a la vitesse qui coule dans ses veines. Mais pas seulement. La preuve aujourd'hui avec son succès convaincant dans ce Prix de Riberac, ...

Lire la suite