... © DR
Actualité - 07.09.2021

I Love You Trotteur Français

Love You père de Galius et père de père d'Hastronaute, a une aura mondiale

La journée de samedi dernier donnait à voir en piste à Vincennes l'élite des jeunes promotions, celles appelées à rivaliser avec les anciens puis de prendre leur relais. Le meilleur du Trotteur Français en somme qui a vu Love You sortir grand triomphateur. L'étalon français qui connaît aussi du succès à l'étranger et notamment aux États-Unis où une forte délégation française devait se rendre en octobre mais le voyage doit être annulé. Ce sera partie remise. Explications.

L’étalon Love You est le grand triomphateur des deux Critériums qui se sont disputés samedi, à Vincennes. Lui et son père, Coktail Jet, demeurent la principale alternative génétique à Ready Cash et à ses fils, en même temps que son meilleur allié du moment en termes de croisement. À Ready Cash les semi-classiques pour 3 ans, avec Italiano Vero (Prix Victor Régis) et Ivensong (Prix Uranie), mais à Love You et à sa lignée les Critériums. En résumé, tout est dit. Love You donne, en effet, le vainqueur du Critérium des 5 Ans, Galius, tandis que son fils, Booster Winner, procure le lauréat du Critérium des 4 Ans, Hastronaute, sachant qu’il est aussi le père de Hooker Berry, quatrième, et qu’entre eux se classent Hanna des Molles et Hohneck, respectivement par Village Mystic et Royal Dream, deux autres fils de Love You ; autrement dit, une domination totale du fils de Coktail Jet sur la course. Un Coktail Jet qui, soit dit au passage, est également l’auteur de Let’s Go Along, le père de Gangster du Wallon, dauphin de Galius dans le Critérium des 5 Ans. Encore faut-il rappeler que Coktail Jet n’a pu finalement compter sur la candidature de son fils, Gelati Cut, qui s’annonçait comme le favori du Critérium des 5 Ans… Si celui-ci avait été là, il est probable qu’il aurait placé un représentant supplémentaire à l’arrivée, qui affiche aussi, à la troisième place, Ganay de Banville, dont la mère est par Quaker Jet, lequel est né des œuvres de Love You, décidément omniprésent.

La forte connexion de Love You et Coktail Jet avec le Critérium des 5 Ans

Love You n’avait lui-même pas pris part au Critérium des 4 Ans, mais il s’était octroyé le Critérium Continental ; quant au Critérium des 5 Ans, il y avait échoué, après avoir, pourtant, gagné le Prix Jockey. Coktail Jet, de son côté, avait remporté le Critérium des 5 Ans, après avoir été disqualifié dans le Critérium des 4 Ans. Booster Winner fut, pour sa part, un performer mixte, tout de même davantage en vue sous la selle, sur le parcours de vitesse, où il est triple vainqueur de Groupe 1, à la faveur des Prix d’Essai, des Élites et des Centaures. Il est un jeune étalon particulièrement en vue, là où son père est un chevronné vétéran.
D’une certaine manière, Love You a également fait coup double à l’arrivée du Groupe 2 Prix Uranie, samedi, puisqu’il est le père de mère de la lauréate, Ivensong –en une association éprouvée avec Ready Cash–, tout en étant l’auteur de sa dauphine, I Love Me. Il donne en Galius son deuxième lauréat du Critérium des 5 Ans, après Queen’s Glory, à l’honneur dans l’édition 2009. Coktail Jet a procuré, quant à lui, le gagnant de 2012, The Best Madrik. Deux autres de ses fils sont à l’origine d’un vainqueur du Critérium des 5 Ans, en Look de Star, auquel on doit Roc Meslois, victorieux en 2010, et en Saxo de Vandel, auteur d’Eugénito du Noyer, lauréat en 2019. Dans un registre voisin, on rappellera que Love You est le père de mère tant de Bold Eagle que de Face Time Bourbon, les gagnants de 2016 et de 2020. Sa connexion avec le Critérium des 5 Ans est donc très forte, à l’image de celle de son père, ce que nous avions souligné dans notre présentation de la course, où Ready Cash demeurait, cette année, le plus représenté, en nombre, mais où il a dû se contenter, une fois n’est pas coutume, de figurer, le premier de ses ambassadeurs, en l’espèce Gunilla d’Atout, pointant à la sixième place.
Le croisement de Galius ? Un remake de celui qui a donné Quif de Villeneuve

On pointera encore que le croisement de Galius est comme un remake de celui qui donna Quif de Villeneuve, le précédent champion de Séverine Raimond, gagnant du « Cornulier », puisque celui-ci est par Coktail Jet et une fille de Ronda 1’18’’ (1983-Héros de Mai), la jument à la base de la souche, alors que Galius est par Love You (Coktail Jet) et une petite-fille de la même Ronda. A une génération d’écart, de part et d’autre, la formule avait déjà fait ses preuves. Bien sûr, rééditer un croisement réussi n’est pas garant de succès – en matière d’élevage, rien n’est jamais sûr –, mais c’est tout de même une belle carte à jouer.

Un Hastronaute qui a décroché la lune !

Christophe Toulorge nous le rappelait, samedi : Thorens Védaquais avait couru à réclamer, à 2 ans, à Vincennes, mais, d’une part, il n’avait pas gagné et, d’autre part, il n’avait pas changé de mains ; après quoi, transformé dès lors qu’il eut un homme sur le dos, il enchaîna huit victoires à 3 ans, dont cinq dans des semi-classiques, jusqu’à la consécration classique du Prix des Élites (Groupe 1). Hastronaute, lui, s’est imposé à réclamer, en province, à 3 ans, a été acheté et a rejoint une nouvelle écurie, puis a effectué les progrès que l’on sait, au point, en un singulier itinéraire, de s’adjuger le Critérium des 4 Ans.
Cette belle famille de l’élevage Feuillet – co-éleveur du poulain, en association avec Sébastien Guarato et Emmanuel Leclerc – n’en est pas à son premier Critérium, car c’est également celle de Vasquez et de Sy, deux vainqueurs du Critérium des 3 Ans, le premier avec Jean-Pierre Dubois, en 1990, le second, il y a plus longtemps encore, en 1965, préparé par Charley Mills et qui franchit le poteau dans la même battue que Sara de Bourgogne, soit le seul dead-heat de l’histoire de la course. C’est aussi la parentèle de la championne de Michel Feuillet, Dinès P, lauréate, montée, du Prix de Vincennes et du Prix des Élites, puis, attelée, l’âge venu, du Grand Prix d’Aby et du Grand Prix des Pays-Bas. Gagnante de sept courses et d’un peu moins de 150 000 euros, Une Etoile Bleue 1’14’’ (2008), la mère d’Hastronaute, est une fille du rapide Kool du Caux. Le fils de Booster Winner est le premier produit de cette jument que l’on a vu faire un aller et retour aux ventes du Prix d’Amérique, en 2019, où elle était présentée pleine de Valko Jénilat et où elle a été rachetée pour seulement 1 000 € !...


Love You l'international

Tout résonne mondial autour de Love You. À commencer par son nom bien sûr, puis dans les ambitions de son éleveur Jean-Pierre Dubois bien sûr et dans son pedigree fortement américanisé (inbred Stars' Pride 4x5). Sa progéniture nous fait également voyager et si ses deux plus riches produits sont français, Quaker Jet et Qualita Bourbon, très vite arrivent dans sa top-liste les Suédois Nahar, Sanity, Ed You, l'italien


Axl Rose ou encore la finlandaise She Loves You. Aux États-Unis, Love You a mis un peu plus de temps à se faire un nom alors que tout le prédestinait à le faire comme on le rappelait dans une édition de 24h au trot à la fin juillet. Extrait : "C'est sous la plume d'une figure américaine du trot, Alan Leavitt, que le media trotteur HRU (Harness Racing Update) fait un portrait élogieux de Love You. Le contributeur relève en préambule : « Love You, l'étalon français, joue un rôle de plus en plus important ici aux États-Unis. » Les représentants du sire tricolore dans le programme de haut niveau n'ont jamais été aussi nombreux. Ses deux fils en lice dans l'Hambletonian, Venerate et Rattle My Cage, font dire à l'Américain : « Love You est passé tout près d'avoir un vainqueur d'Hambletonian avec International Moni (Love You et Moni Maker), qui a remporté son éliminatoire mais a ensuite été gêné en finale, en 2017. L'année dernière, le 2 ans Venerate a remporté l'important Mohawk Million et est l'un des favoris pour l'Hambletonian de cette année. »" S'il n'a pas pu s'illustrer dans la course mythique, Venerate restera comme l'un des meilleurs "juveniles" américains de 2020 et pour le fils d'un étalon français, ce n'est pas rien.

Voyage d'études annulé mais motivation élevée

C'est dans ce contexte et convaincue du bienfait des voyages initiatiques que l'équipe du Conseil d'Administration de LeTROT avait lancé début août l'ambitieux projet "American Tour". Un séjour aux États-Unis avec la totale : visite de haras, rencontre avec des éleveurs et des propriétaires, journée aux courses, visites touristiques pour découvrir les plaisirs du Kentucky, l'État phare pour le cheval chez l'Oncle Sam. Malheureusement, nous avons appris ce lundi par voie de communiqué que "c’est une vive déception de devoir reporter le voyage en raison des contraintes sanitaires qui ne permettent toujours pas de voyager librement aux États-Unis."
La Covid-19 encore et toujours et donc un vrai regret pour les dizaines de professionnels (entraîneurs, propriétaires, éleveurs, drivers-jockeys) qui avaient répondu favorablement et avec enthousiasme à ce projet (4500€/personne).
C'est le cas par exemple d'Alexandre Pillon. "C'est une démarche qui m'intéressait vraiment et pour laquelle j'avais répondu favorablement, nous a-t-il confié. J'ai le souvenir de mon grand-père qui était revenu d'un voyage aux États-Unis avec le concept des barns américains qu'il avait été le premier à mettre en place en France. Il y a beaucoup d'intérêts dans un tel voyage pour comprendre les méthodes de travail des professionnels américains, comment ils ferrent sur des pistes qui ont la réputation d'être dures, comment ils soignent. C'est aussi intéressant d'un point de vue élevage, sur les types de croisement qu'ils font, sachant qu'ils essayent beaucoup de choses. Un tel voyage peut permettre aussi de prendre des contacts avec des pros et des éleveurs."
De son côté, François-Pierre Bossuet avait aussi été séduit par le projet : "Seul, je n'y serais jamais allé car je ne connais personne là-bas. Ce voyage de groupe était une opportunité et une occasion à mes yeux. Cela permettait de se faire ouvrir des portes qu'à titre individuel il serait beaucoup plus compliqué de réussir à découvrir. Je suis encore jeune et c'est important d'apprendre et de découvrir de nouvelles choses, surtout au niveau de l'élevage, d'autant que je n'ai pas eu l'occasion de voyager beaucoup jusqu'à maintenant".

LeTROT a tout de suite fait savoir qu'il travaillait à la mise en place d'un voyage similaire pour le mois de mai 2022, en Europe cette fois, dans le cadre du week-end de l'Elitlopp de Solvalla. Et on parie que les réponses positives devraient encore être très très nombreuses !

Love You 1'10''2 Coktail Jet 1'11''2
Booster Winner 1'10''2 Guilty Of Love 1'17''1
Quille Viretaute 1'13''8 Elvis de Rossignol 1'13''0
HASTRONAUTE Aube Et Vire 1'23''4
Kool du Caux 1'09''8 Bijou du Bignon 1'14''0
Une Etoile Bleue 1'14''1 Venus de La Bonde
Oneso 1'17''5 Illico Presto 1'14''9
Quilote 1'19''0
Coktail Jet 1'11''2 Quouky Williams 1'14''2
Love You 1'10''2 Armbro Glamour (US)
Guilty Of Love 1'17''1 And Arifant 1'16''5
GALIUS Amour d'Aunou (US) 1'15''3
Jag de Bellouet 1'09''9 Viking's Way 1'15''6
Star de Villeneuve 1'13''1 Vaunoise 1'26''0
Joie de Villeneuve Mon Tourbillon 1'14''1
Ronda 1'18''1
A voir aussi :
...
Gouvernance du PMU : Philippe Augier devient président exécutif

Le Conseil d'Adminstration du GIE PMU, réuni ce mardi soir pour définir la nouvelle gouvernance du GIE après la révocation la semaine dernière de Cyril Linette, l'ex directeur général du GIE, a dé...

Lire la suite
...
Comme une rennaissance d'Ibaya des Forges

Remarquée, récemment, à Enghien - fautive dans le premier tournant, elle avait ensuite remarquablement terminé, se classant neuvième -, Ibaya des Forges (Carat Williams) était très en vue ce mardi à Vincennes et n'a pas déçu ses ...

Lire la suite
...
Un come-back attendu :
et Diable ressort de sa boîte

C'était la belle course du jour et elle a tenu toutes ses promesses, sa phase finale mettant aux prises les trois concurrents les plus en vue, avec, en fin de compte, la victoire du concurrent le plus titré dans ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite