... © Aprh
Actualité - 17.09.2021

Les 3 ans à la reconquête du titre

Italiano Véro et Inferno Piper à l'oeuvre dans le récent Prix Victor Régis.

Le Prix de l’Étoile sera l’un des deux Groupes 1 à l’affiche de Vincennes ce dimanche. L’épreuve est particulière dans sa conception, en proposant, sur un parcours réduit de 2.200 mètres, aux meilleurs 3 ans de défier leurs aînés de 4 et 5 ans avec un avantage substantiel de 50 mètres. La tâche n’est pourtant pas si facile que cela pour les plus jeunes. La preuve, l’épreuve leur échappe depuis 2017. Le contexte 2021 devient pour le coup particulier : jamais depuis plus de vingt ans, le palmarès du Prix de l’Étoile n’avait proposé une telle séquence de 4 et 5 ans à son palmarès. L’heure est à la reconquête pour les 3 ans, représentés par les « I ».

C’est une course de légende. Le Prix de l’Étoile a composé, plus que d’autres Groupes 1, des dénouements intenses, des faits singuliers, des événements mémorables. Les raisons sont contenues dans sa définition originelle, celle de se faire confronter plusieurs générations en introduisant un paramètre « égalitaire », soit 50 mètres d’avantage aux plus jeunes âgés de 3 ans. Un peu comme au galop dans lequel les benjamins bénéficient d’un avantage au poids (le poids par âge) face à leurs aînés dans les grandes confrontations internationales comme le Prix de l’Arc de Triomphe. Au trot, cela engendre le concept de course-poursuite, générateur par essence de spectacle.
Qui a oublié la grande performance de Face Time Bourbon (Ready Cash), l’an dernier, record général de Vincennes égalé (en 1’09’’4) à la clé, venu manger tout cru Hooker Berry (Booster Winner) et Hirondelle Sibey (Gazouillis) qui avaient pourtant tenté crânement leur chance ? Pas nous en tout cas.
Le décryptage des trois dernières éditions
Alors comment expliquer cette série en cours, à l’avantage des 4 et 5 ans depuis 2018 avec successivement Davidson du Pont (Pacha du Pont), Feliciano (Ready Cash) et Face Time Bourbon ? Auparavant, de 1998 à 2015, il n’y eut que des 3 ans au palmarès. La disparition des benjamins n’est d’abord pas faute de combattants. Ils ont toujours été en supériorité numérique ces cinq dernières années (à l’exception de 2019 avec quatre « G » contre huit « F » et « E »). Cette fois encore, les 3 ans seront en nombre avec huit candidats contre quatre aînés. Les derniers échecs s’expliquent plutôt par les profils des participants. En 2018, Davidson du Pont est à la fois proche de son sommet et dans une forme resplendissante. Il réussit la passe Critérium des 5 Ans / Prix de l’Étoile comme un futur vainqueur de Prix de France qui sommeille en lui. En 2019, Feliciano a réalisé un grand été à Enghien et réussit la grande performance que tout le monte attendait de lui. Quant à l’an dernier, il suffit de dire Face Time Bourbon pour comprendre l’impossibilité de la tâche qui s’offrait aux 3 ans, avec une Hirondelle Sibey qui réalise néanmoins une grande performance (4e en 1’11’’4, tout près du record des 3 ans).

Un peu de course fiction
À ce stade, le recours à la course fiction ou à la performance fiction peut s’avérer particulièrement éclairant. Le dernier vainqueur âgé de 3 ans au palmarès du Prix de l’Étoile est Ecu Pierji (Tucson). Cela tombe bien, le représentant de Philippe Dewulf entraîné par Sébastien Guarato a établi, lors de son succès, le 17 septembre 2017, le record des 3 ans dans l’épreuve en 1’11’’1 et, plus que cela, le record général des 3 ans sur la distance (2.150 mètres qu’on peut étendre au créneau 2.150/2.200 mètres). Et plus que cela encore, il a tout simplement signé le record général de Vincennes pour les 3 ans. Un record qui tient toujours.
Performance fiction donc. Les 3 actuels peuvent-ils itérer une telle performance ? Incontestablement. La preuve par les chiffres.

Le haut potentiel des 3 ans
Ecu Pierji possédait un record personnel d’1’13’’1 avant de participer au Prix de l’Étoile, établi en février dans le Prix Paul Viel sur les 2.175 mètres de la Grande Piste.
Et que voit-on avec les meilleurs « I » sur le parcours proposé, en prenant la distance de 2.175 mètres comme référence ? Qu’Italiano Véro (Ready Cash) vient de réaliser 1’12’’2 sur ledit parcours, dans la dernière épreuve préparatoire, le Prix Victor Régis. Qu’Inferno Piper (Coup de Poker), Idéfix de Centule (Very Nice Marceaux) et Idéal Ligneries (Repeat Love) viennent de produire un chrono à peine inférieur en 1’12’’3, 1’12’’5 et 1’12’’8. Tous se retrouvent ce dimanche. Et que dire des pouliches ? I Love Me (Love You), pourtant battue dans le récent Prix Uranie (Gr.2) par Ivensong (Ready Cash), absente ce dimanche, a bouclé les 2.175 mètres en 1’12’’1. It's Now Or Never, sixième dans le « Uranie », a fait de son côté 1’12’’3.
Les faits sont là. Dimanche, Italiano Véro, Inferno Piper, I Love Me et d’autres ont les moyens d’aller sur la base du record d’Ecu Pierji, sur une piste qualifié de « velours » actuellement par Jean-Michel Bazire.

L’obligation d’une grande performance pour les aînés
Sur la base d’un tel chrono (1’11’’1), ou plutôt disons dans un intervalle de 1’11’’0 à 1’11’’5, il faudrait que les 4 et 5 ans réalisent une très grand performance. 1’11’’0 pour un 3 ans sur les 2.150 mètres oblige à celui qui lui rend 50 mètres de boucler son parcours en 1’09’’4 (1’09’’386 exactement), soit tout simplement le record actuel de Vincennes et le chrono jugé stratosphérique réalisé l’an dernier par Face Time Bourbon ! Si un 3 ans trotte en 1’11’’5, cela contraint à afficher au moins 1’09’’9 (1’’09’’875 précisément) pour espérer s’imposer parmi les aînés. La tâche s’annonce rude. D’autant plus que la délégation qui rend 50 mètres ne réunit pas de candidats qui cochent toutes les cases. Les 4 ans (Harrah Dibah et Hermine Girl) n’ont jamais fait partie des tout meilleurs de leur promotion. Quant aux 5 ans Ganay de Banville (Jasmin de Flore) et Gunilla d’Atout (Ready Cash), le premier n’a pu être totalement à la hauteur dans le Critérium des 5 Ans alors que la seconde est toujours à la recherche de son meilleur niveau – tout en courant en progrès la dernière fois.


Leur record sur la distance de 2.175 mètres Grande Piste
3 ans
I Love Me 1’12’’1
Italiano Véro 1’12’’2
Idylle à Vie 1’12’’2
Inferno Piper 1’12’’3
It's Now Or Never 1’12’’3
Idéfix de Centule 1’12’’5
Idéal Ligneries 1’12’’8
Infant Perrine 1’13’’8
4 ans et plus
Ganay de Banville 1’10’’7
Gunilla d'Atout 1’12’’2
Hermine Girl 1’12’’4
Harrah Dibah 1’13’’6

Arrêtons la fiction et restons sur les données actuelles. Si I Love Me, avec son record d'1'12''1, produit exactement cette valeur, sans faire mieux, il faudra que ses poursuivants fassent au moins 1'10''5 (1'10''461 exactement) pour la rejoindre. Aucun des quatre candidats du second poteau de départ n'a pour l'instant réalisé ce chrono sur le parcours volté qui nous intéresse (voir l'ensemble des records des participants ci-dessus). Ganay de Banville en est le plus proche avec un record personnel de 1'10''7 et peut logiquement accéder à ce niveau de performance.
Pour espérer mener leur tâche à bien, il reste aux 3 ans à trouver celui ou celle qui prendra les affaires en main pour lancer l'épreuve - et la conclure si possible - sur des bases élevées. Incontestablement, le représentant de Philippe Allaire, Italiano Véro, fait partie de ceux-là. Assisterons-nous cette année à une chevauchée fantastique, à la façon de Vanika du Ruel en 2012, qui avait gagné de quasiment une ligne d'arrivée après avoir pris très tôt la poudre d'escampette ? La raison incline à répondre non car aucun des concurrents, entourage compris, n'a le profil pour se lancer dans un tel pari.

Le déferrage comme paramètre d'ajustement
Dans l'opposition entre les 3 ans et leurs aînés, s'invite aussi la question du déferrage. Les 3 ans ne peuvent l'être au contraire des 4 et 5 ans. Un élément qui intervient bien sûr en faveur de ces derniers. Tous les aînés sont déferrés ce dimanche alors que certains 3 ans seront plaqués.

Une course qui produit des records généraux de Vincennes

Le scénario du moment place le Prix de l’Étoile comme l'épreuve qui fixe le record général de Vincennes actuel en 1'09''4. Il s'agit d'un co-record partagé avec le Prix René Ballière dans lequel quelques mois plus tôt, l'auteur de ces marques record, Face Time Bourbon, avait déjà réalisé 1'09''4. Il reste que le chrono 2020 du Prix de l’Étoile est le record général avec départ volté à Vincennes. Par le passé, cette configuration est déjà arrivée. Comme en 1987, quand Quito de Talonay porte le record général de Vincennes à 1'13''5 en s'imposant dans "l’Étoile". La distance était alors de 2.325 mètres et l’analyste du trot de l’époque, Jacques Pauc, évaluait la performance à une réduction de 1’12’’0 sur 2 100 mètres départ lancé.

PARTANTS VINCENNES - Dimanche 19 Septembre
7 PRIX DE L'ETOILE - (17H00)
Course Premium - Attelé - Gr 1 - 200 000 € - 2 200 m
1IDEFIX DE CENTULE (-50 m)P4T. Le Beller
2INFERNO PIPER (-50 m)C. Martens
3IDYLLE A VIE (-50 m)P4J. Monclin
4INFANT PERRINE (-50 m)P. P. Ploquin
5I LOVE ME (-50 m)P4Y. Lebourgeois
6IDEAL LIGNERIES (-50 m)PPF. Nivard
7IT'S NOW OR NEVER (-50 m)F. Lagadeuc
8ITALIANO VERO (-50 m)D. Thomain
9HARRAH DIBAHD4G. Martin
10HERMINE GIRLD4G. Gelormini
11GANAY DE BANVILLEPAJ. Bazire
12GUNILLA D'ATOUTDPE. Raffin
A voir aussi :
...
Harmoniously confirme à un échelon supérieur

De bons 4 ans étaient au départ du Prix du Palais-Royal, où les deux favoris He And Me (Bird Parker) et Hatha Josselyn (Charly du Noyer) se sont montrés fautifs. La sagesse, c'est l'une des principales qualités d'Harmoniously (...

Lire la suite
...
Jina de l'Ormerie, une 2 ans qui a du talent

Dans l'épreuve réservée aux pouliches de 2 ans, ce mercredi à Enghien, il y a eu un beau match final. Jina de l'Ormerie (Amiral Sacha) a su venir à bout de la la pouliche de Philippe Allaire Jélica Vé...

Lire la suite
...
Fin de carrière pour Eagle Eye Sherry

Meilleure pouliche de 3 ans suédoise l'an dernier, Eagle Eye Sherry (Bold Eagle) ne courra plus a annoncé Björn Goop son entraîneur sur son site internet. Elle a été éliminée en demi-finale de la Breeders Crown dimanche à ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite