... (© APRH)
Actualité - 19.09.2021

Gladys des Plaines, championne taille XXL

Pour la sixième année consécutive, l'Étrier 5 Ans Finale-Prix de Normandie (Groupe 1) a été dominée par une jument dimanche à Vincennes. La « Présidente » Gladys des Plaines a été en effet impériale sur les 3000 mètres de la grande piste dont elle bat le record en s'imposant en 1'12''3 à l'issue d'une performance encore supérieure à celle qui avait été la sienne lors de son premier Classique sous la selle. La jument écrit ainsi une nouvelle page d'une histoire exceptionnelle.

La taille importe peu pour devenir un grand champion et le demeurer. Il y a des paramètres beaucoup plus importants, et le cœur en est fait incontestablement partie. Gladys des Plaines (Opus Viervil) n'a pas a priori le physique que l'on imagine pour être la championne qu'elle est dans sa spécialité ? Peu importe, elle ne cesse de démontrer le contraire depuis des mois et des mois. Il y a déjà eu le Prix du Président de la République (Groupe 1) au mois de juin de l'an dernier. Ce jour-là, dans un Vincennes privé de son public (et donc des propriétaires) du fait du huis clos imposé par la crise sanitaire, elle avait déjà égalé le record de la course (1'12''5 - 2850m.), établi un an plus tôt par Flèche Bourbon (Saxo de Vandel).
Dimanche, dans l'Étrier 5 Ans Finale-Prix de Normandie, devant les yeux cette fois de tout son entourage et des tribunes qui ont retrouvé leur public, elle a fait ce qui n'avait plus été réalisé depuis 2009-2010, par Rombaldi, à savoir réussir le doublé dans ces deux Groupes 1. Non seulement, elle a réussi cet authentique exploit mais elle a amélioré là encore la meilleure référence chronométrique de la course de quatre dixièmes en le portant à 1'12''3 (3000m.) contre 1'12''7 à Flamme du Goutier (Ready Cash) douze mois plus tôt. « On a peut-être vu la meilleure Gladys des Plaines que l’on n’a jamais vue !, lâche même son jockey, Mathieu Mottier, à son retour aux vestiaires, qui aura vécu une semaine façon « montagnes russes » après sa chute survenue en milieu de semaine. Le milieu de semaine a été très compliqué, ce sont les risques du métier. Au final, je m’en sors bien. Tant mieux pour moi ! »
Par ses performances, Gladys des Plaines écrit chapitre après chapitre l'une des plus belles histoires des courses de ces dernières années. Une histoire humaine aussi bien sûr. Il n'y a qu'à voir l'émotion qui était celle d'Augustin Radu et Gilles Curens pour s'en convaincre. Le premier est à l'origine de cette saga dont on attend avec impatience chacun des épisodes car c'est lui qui a acheté la jument (23 000 €). Elle était alors présentée par Stéphane Rouxel, qui cessait son activité d'entraîneur, et était qualifiée mais inédite.
« Quand on la voit sur le ring, on se dit que c’est prendre un sacré risque de lever la main mais le risque paye toujours, se souvient-il très bien trois ans après. Quand j’ai levé la main pour l' acheter, cela devait être écrit quelque part… C’est le plus beau cadeau que j’ai eu de ma vie ! » Ce n'est pas Gilles Curens, avec lequel il s'est associé ainsi qu'avec Julien Coulon, qui dira le contraire. Pas plus en ce dimanche de fête qu'avant ! « Augustin l’a achetée sans me le dire et il a bien fait ! C’est lui qui a trouvé la jument, moi je ne fais que la mettre au point », dit-il un peu trop modestement alors que son état d'esprit n'était pas le même que l'an dernier au moment du premier Groupe 1 de sa jument : « Dans le « Président », j’étais seul et je ne m’attendais pas à gagner même si je savais qu’elle allait bien courir. Aujourd’hui [lire dimanche], je savais qu’elle pouvait gagner. C’est une championne qui a une tenue terrible ».

Le « Normandie » à l'image du Critérium
Comme dans le Critérium des 5 Ans avec la victoire de Galius (Love You) pour l'écurie de Séverine Raimond et Cyril Raimbault, le Prix de Normandie avec celle de Gladys des Plaines sacre une petite structure. Installé sur le centre d'entraînement de Grosbois, Gilles Curens possède une écurie composée composée d'une vingtaine de chevaux seulement.

De la tenue, Gladys des Plaines en a à revendre en effet, au point de finir par écœurer certains de ses adversaires, surtout quand elle est déferrée, ce qui n'avait plus été le cas depuis huit mois. « Elle a été sublime, vraiment parfaite, commente le jockey vainqueur. Cela faisait deux ou trois courses que je n’avais pas le « gaz » de la vraie « Gladys ». Sans ses fers et préparée au millimètre, elle s’est envolée. Gilles a bien fait de la laisser ferrée toute la saison en vue de cette course. Une fois en tête, elle a bondi sur la main, les oreilles bien pointées. Je savais qu’elle pouvait faire deux mille mètres à fond sans avoir fait vite les premiers mille. »
Si elle a été celle qui s'est le plus approchée de l'animatrice dans le tournant final, Granvillaise Bleue (Jag de Bellouet) n'a jamais réussi à réellement l'inquiéter et a dû se contenter d'une nette deuxième place.

Quand on a touché le Graal comme c’est déjà le cas avec elle, je ne suis pas sûr qu’on ait besoin de beaucoup plus.
Augustin Radu

(© APRH)
« La course a été limpide, sans incident. Quand Gladys des Plaines est comme ça, elle est supérieure à Granvillaise Bleue. C’est une arrivée logique », juge Pierre Levesque. « Granvillaise » tourne certainement mieux que « Gladys » si bien que, dans le dernier tournant, on a pu y croire mais celle-ci est repartie et cela a mis un petit coup au moral de notre jument. »

Pas de regret chez les vaincus
La nouvelle domination des femelles a même failli être totale puisque Girly Béco (Tiego d'Etang) n'a perdu la troisième place qu'après lutte face à Gangster du Walllon (Let's Go Along). Là aussi, aucun véritable regret dans les deux clans respectifs. « J’ai eu la course que je voulais, revient ainsi Guillaume Martin au sujet de la première citée. Elle est transformée quand elle est munie de son bonnet fermé. Elle prouve aussi qu’elle est aussi compétitive sur 3000 mètres. Ça a toujours roulé très, très fort mais elle s’est accrochée jusqu’au bout. » De son côté, Damien Lecroq se satisfait aussi de ce nouveau podium dans un Classique pour le second : « Le cheval était parfait d’allures, il bat son record. Le contrat est rempli : deuxième du Critérium des 5 Ans et troisième du Prix de Normandie ».

Les « Élites » en point d'interrogation
Placé cette année huit jours après le « Normandie », le Prix des Élites n'était pas à chaud dans les plans des principaux protagonistes de ce dimanche. Gilles Curens se laissait toutefois le temps de réfléchir : « Je ne sais pas. Je préfère dire ni rouge ni bleu, on va voir. Maintenant, l’objectif est le « Cornulier ». Rendre cinquante mètres aux « I »... il faudra voir lesquels sont là. Après, elle est dans un tel état de forme que l’on peut se laisser tenter ».
5e | ETRIER 5 ANS FINALE - PRIX DE NORMANDIE
M - 3000 m - Groupe 1 - 200 000 €
GLADYS DES PLAINES 1'12"3
Achetée aux ventes Arqana Trot 23 000 € par Anonyme
Opus Viervil x Thetis de Vaujours (Hernani)
Jockey : M. Mottier - Entraîneur : G. Curens
Propriétaire : A. Radu - Eleveur : Ec. des Plaines
2e Granvillaise Bleue 1'12"7 Jag de Bellouet x Lady de Brevol
3e Gangster du Wallon 1'12"8 Let's Go Along x Umeda du Wallon
4e : Girly Beco - 5e : Gloria du Gers - 6e : Good Luck Quick - 7e : Grizzly Bear

D'où vient-elle ?

Fille d'Opus Viervil 1'11'', Gladys des Plaines, élevée par l'ex-entraîneur Stéphane Rouxel (Écurie des Plaines) -qui s'est recyclé aujourd'hui, pour raisons de santé, dans le commerce d'aliments pour chevaux-, est le premier produit de Thétis de Vaujours 1'13'' (210.970 €), lauréate de sept tournois provinciaux. La troisième mère est la classique montée Comme Elle 1'15'' (181 308 €), gagnante de dix courses et placée du Prix d'Essai. Le meilleur produit de Comme Elle fut Nina de Bootz 1'14'' a.-m. (treize victoires et 217.230 €). Rappelons que Gladys des Plaines provient de la vente mixte d'été d'Arqana Trot, à Deauville, où elle fut adjugée 23.000 €, à l'âge de 2 ans, qualifiée, inédite, en septembre 2018. Son frère cadet, Indigo des Plaines 1'17'' (Qualypso Jiel), a débuté deuxième, sur l'hippodrome de Reims, au mois de septembre 2020, pour le même tandem Radu-Curens, et n'a, pour l'heure, pas été revu.

Jag de Bellouet 1'09''9 Viking's Way 1'15''6
Opus Viervil 1'11''4 Vaunoise 1'26''0
Envoutante 1'21''0 Passionnant 1'15''1
GLADYS DES PLAINES Uranie Mesloise 1'22''6
Hernani 1'14''0 Blue Dream 1'14''9
Thetis de Vaujours 1'13''0 Source 1'16''1
Mexicaine de Bootz Caballio In Blue 1'16''2
Comme Elle 1'15''1
(© ScoopDyga)

A voir aussi :
...
Eric Raffin ne lâche pas la proie pour l'ombre

En retard sur Alexandre Abrivard au début de l'été dans le tableau du Sulky d'Or (116 victoires contre 127 à son confrère au 1er juillet), Eric Raffin a beaucoup engrangé pendant l'été et aborde le dernier quart temps de ...

Lire la suite
...
La promesse d'un beau match jusqu'à la fin d'année

Avec 460.000 € d'écart entre les deux premiers du classement général des pères de gagnants 2022 à l'entame du dernier trimestre, la fin d'année promet d'être chaude. Rien n'est encore joué entre celui a longtemps été indétrô...

Lire la suite
...
Boccador de Simm, père du champion des 3 ans

Le troisiième trimestre 2022 vient de se clôturer. Que nous apprennent les classements dans les différentes catégories au moment d'entrer dans le dernier quart temps de l'année ? Tour d'horizon des leaders actuels. Dans le tableau des ...

Lire la suite
...
Ready Cash reprend son sceptre chez les 4 ans

Précédé il y a quelques semaines par Bird Parker (Ready Cash) dans le tableau des pères de gagnants de 4 ans, Ready Cash reprend la main grâce au sacre d'Italiano Véro dans le Critérium de ...

Lire la suite