... ©Scoopdyga
Actualité - 21.09.2021

Au tour de Magny-Cours

une douzaine de poulains et pouliches présentés sur le ring du Marault sont d’ores et déjà qualifiés, ce qui est bien dans une région où les 2 ans ne sont pas une priorité
Jacques Berger

La vente annuelle organisée par l’A.E.T.C.E. (Association des Eleveurs de Trot du Centre-Est) est programmée ce mercredi 22 septembre, à la Ferme du Marault, à Magny-Cours, dans la Nièvre. 81 lots sont inscrits au catalogue, essentiellement des yearlings, accompagnés de quelques foals. Tour d’horizon avec le président de l’association, Jacques Berger.

Président de l’A.E.T.C.E., Jacques Berger est un ardent défenseur de la cause des éleveurs du Centre-Est, terre d’élevage reconnue, qui procure des chevaux de qualité dans toutes les disciplines (N.D.L.R. : voir notre encadré). Il déplore toutefois que les vocations se fassent plus rares, aujourd’hui, et de voir un nombre grandissant de ses pairs jeter l’éponge. Il en profite pour donner son avis sur un des débats du moment : « Les éleveurs de notre région sont en voie de raréfaction. D’ailleurs, les adhérents de l’association sont moitié moins nombreux qu’il y a dix ans. Ils renoncent le plus souvent en raison de l’importance des frais de saillie et de déplacement des juments vers la Normandie. Il nous faut, en effet, la plupart du temps, aller chercher les étalons là où ils sont, car nous avons beaucoup de mal à en faire venir chez nous. A cet égard, la disparition des Haras Nationaux a été un grand préjudice, car ils assuraient la présence de géniteurs intéressants dans toutes les régions de France, à l’exemple de la nôtre. L’autorisation de transporter le sperme serait une solution pour pallier ces défections. Cela fonctionne très bien dans les rangs des chevaux de sports équestres. Pourquoi n’en serait-il pas de même dans le monde des trotteurs ? »

À des fins de promotion de l’élevage régional

La vente du Magny-Cours (ou du Marault) s’inscrit dans le cadre de la promotion de l’élevage régional, dans l’esprit, à moindre échelle évidemment, de son homologue caennaise :
« C’est une vente de service, confirme Jacques Berger, qui trouve sa place dans le calendrier depuis, maintenant, un demi-siècle. A l’origine, elle se déroulait à Vichy, mais, sur un plan pratique, ce n’était pas l’idéal, d’où son transfert à Magny-Cours, dans un lieu convenant parfaitement à l’événement. Nous faisons tout pour que l’accueil y soit chaleureux et l’ambiance s’en ressent favorablement. » Les résultats sur la piste des yearlings en provenance de la vente sont un autre motif de satisfaction : « Pour s’en tenir à la seule précédente édition, souligne Jacques Berger, sachez qu’une douzaine de poulains et pouliches présentés sur le ring du Marault sont d’ores et déjà qualifiés, ce qui est bien dans une région où les 2 ans ne sont pas une priorité. Cela représente un cinquième des yearlings passés à la vente. C’est la meilleure des publicités pour la vacation de cette année. »

Comme à l’accoutumée, la vente, dont le début est fixé à 14 heures, après inspection des chevaux le matin, rassemble des produits issus d’élevages comptant parmi les plus en vue du Centre-Est, tels, sans prétendre à l’exhaustivité, le Haras de Bel Air, l’Elevage des Bertranges, l’Elevage des Bordes, l’Elevage des Brouets, l’Elevage de Busset, l’Ecurie du Centre-Est, l’Elevage de Dompierre, la S.C.E.A. des Goujons, le Haras du Loisir, l’Elevage des Louanges, l’Elevage Rivaillon, l’Ecurie de Villabon ou encore le Haras de Visais.
Dans le détail, on pointe la présence d’une demi-sœur, par Thorens Védaquais, de la semi-classique Espéranza Brouets (lot 14) ; du premier produit, un mâle de Rédéo Josselyn, d’une propre sœur de la classique Union d’Urzy (lot 19) ; d’une trois quarts sœur du champion monté Cyprien des Bordes (lot 23) ; d’une fille d’Enino du Pommereux, issue d’une sœur du hongre vedette Bugsy Malone (lot 34) ; d’une fille d’Utoky et d’une jeune trois quarts sœur de la semi-classique et internationale Royale de Crépon (lot 46) ; d’un mâle par Vanishing Point et une demi-sœur, par Gazouillis, du vainqueur classique Ibra du Loisir (lot 51) ; du frère, par Ouragan de Celland, de Quart de Dompierre, Cœur de Dompierre et Elan de Dompierre, lesquels comptent plus d’un demi-million d’euros de gains à eux trois (lot 56) ; d’un mâle de Cristal Money, premier produit de Source de Joie (huit victoires et 118.700 euros), fille de la semi-classique Joie de Monzière (lot 60) ; du premier produit, un mâle de Cyprien des Bordes, d’une gagnante de cinq courses, demi-sœur, par Look de Star, du classique sous la selle Picsou de Villabon (lot 65) ; d’un mâle par Théo Josselyn et une sœur, par Orlando Vici, des classiques Volcan d’Urzy et Leader Chip (lot 68) ; d’une fille d’Enino du Pommereux, premier produit d’une gagnante de neuf courses et de plus de 150.000 euros (lot 69)… Entre autres, serait-on tenté d’ajouter, sachant que ce type de vente accorde une grande part au modèle du cheval et au coup d’œil, voire au coup de cœur, sur place, de l’acheteur. On vient pour acheter un poulain et… on en acquiert un autre ! C’est tout le charme de ces ventes qui ne se résument pas à un catalogue et trouvent leur fondement, davantage que les autres, sur le terrain, de visu.


Les étalons les plus représentés (par 2 produits au minimum)
Opus Viervil : 5 lots, dont 1 foal
Ouragan de Celland : 4 lots
Picsou de Villabon : 4 lots, dont 2 foals
Uniclove : 4 lots
Utoky : 4 lots.
Aladin d’Ecajeul : 3 lots
Bilibili : 3 lots
Norginio : 3 lots
Canadien d’Am : 2 lots
Che Jénilou : 2 lots
Cyprien des Bordes : 2 lots
Enino du Pommereux : 2 lots
Magnificent Rodney : 2 lots
Ulysse : 2 lots, dont 1 foal
Ungaro des Brouets : 2 lots
Vittel de Brévol : 2 lots

Ci-dessous, les trois "héros du Centre-Est du 27 juin dernier" : Drop des Duriez, Hopla des Louanges et Hooker Berry.

Pour accéder au catalogue, cliquez ICI.





Des yearlings, mais aussi des foals
11 foals précéderont les yearlings sur le ring. Presque tous sont par des étalons différents, de Black Atout à Very Pleasant, en passant par Fastissime, qui délègue là sa première production, Olblak du Bocage, Opus Viervil, Picsou de Villabon, le seul représenté par 2 produits, Sam Bourbon, Uaukir, Ulysse et Very Look. De quoi varier les plaisirs et satisfaire une clientèle éventuellement distincte.

Hissez haut !
Ibra du Loisir a beau ne pas être passé par les ventes du Marault, mais par celles de Deauville, il est, bel et bien, un fer de lance de l’élevage du Centre-Est et sa victoire dans le classique Prix d’Essai, au mois de juin, à Vincennes, hisse haut les couleurs régionales. « Ce jour-là, complète Jacques Berger, Hopla des Louanges, issue, elle, de nos ventes, s’est classée troisième du Prix du Président de la République, après avoir remporté le Saint-Léger des Trotteurs en 2020. Toujours le dernier dimanche de juin, Hooker Berry a gagné le Groupe III Prix Raymond Fouard et Drop des Duriez, à Montluçon, s’est octroyé l’étape du Trophée Vert. En résumé, un grand jour pour nos éleveurs, qui viennent aussi de se distinguer, en obstacle, dans le Grand Cross de Craon, par l’entremise de Doralou des Bordes, provenant de l’éclectique élevage de la famille Hanquiez, fidèle de nos ventes, chaque année, et qui est le berceau du champion monté Cyprien des Bordes. »

A voir aussi :
...
Gouvernance du PMU : Philippe Augier devient président exécutif

Le Conseil d'Adminstration du GIE PMU, réuni ce mardi soir pour définir la nouvelle gouvernance du GIE après la révocation la semaine dernière de Cyril Linette, l'ex directeur général du GIE, a dé...

Lire la suite
...
Comme une rennaissance d'Ibaya des Forges

Remarquée, récemment, à Enghien - fautive dans le premier tournant, elle avait ensuite remarquablement terminé, se classant neuvième -, Ibaya des Forges (Carat Williams) était très en vue ce mardi à Vincennes et n'a pas déçu ses ...

Lire la suite
...
Un come-back attendu :
et Diable ressort de sa boîte

C'était la belle course du jour et elle a tenu toutes ses promesses, sa phase finale mettant aux prises les trois concurrents les plus en vue, avec, en fin de compte, la victoire du concurrent le plus titré dans ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite