... ©Scoopdyga
Actualité - 18.09.2020

Les mesures du Comité commentées par Guillaume Maupas

Cette mesure nous apporte donc plus d'agilité, plus de réactivité par rapport à une situation donnée.
guillaume maupas

Si la proposition autour d'un hongre dans les Prix d'Amérique et de Cornulier a focalisé toutes les attentions, le Comité de mardi a été d'une densité rarement constatée. Guillaume Maupas, Directeur Technique de la société-mère, qui préfère généralement réserver sa parole, a accepté de commenter les mesures les plus notables et adoptées.

Tout d'abord l'ambiance qui a régné au cours de ces six heures de comité, décrit par ses participants comme très dense et très riche et notamment autour du sujet du Prix d'Amérique. "C'est une question politique et même philosophique. Les arguments avancés vont de l'importance de l'élevage, de l'importance du Prix de Cornulier aussi, la valorisation d'un étalon potentiellement battu par un hongre, etc. Chacun a pu s'exprimer avant de voter. Résultat, la décision est celle du Comité souverain. Seul lui pouvait le décider."
Des modifications ont été apportées aux textes du Code, des conditions générales des programmes et des statuts et Guillaume Maupas de préciser : "Cela a été pour nous un Comité, non seulement de rentrée, mais aussi de reprise après la période Covid, laquelle nous a enseigné pas mal de choses dont on devait tenir compte. Notamment dans les modifications des statuts. Et puis ce Comité nous a aussi permis de présenter le travail réalisé pendant la période du confinement : c'était l'heure pour nous de présenter tous ces sujets. "
Les modifications aux statuts
"Le but est simple : on voulait faciliter le fonctionnement de la société au quotidien, se donner une possibilité de réactivité beaucoup plus importante notamment sur notre capacité à consulter par écrit (mail ou courrier postal) les membres du Comité. Ce sera désormais possible sur deux sujets et seulement deux : des modifications au Code et celles qui pourraient être apportées au programme de courses. On a quatre comités par an et en cas de nécessité de modification de manière assez urgente face à un problème déterminé, il s'avérait qu'on devait attendre le Comité suivant. Ce ne sera plus le cas. Cette mesure nous apporte donc plus d'agilité, plus de réactivité par rapport à une situation donnée. Précision importante : quand on fera des consultations écrites, il nous faudra récolter au moins 50% des avis et il faudra au moins 50% de réponse dans un sens ou dans un autre pour valider la consultation/vote. Ces modifications ne seront présentées qu'après avis de la Commission du Code ou celle du Programme en fonction des cas, et validation du Conseil d'Administration. En aucun cas, ces modifications ne changent les prérogatives du Comité.

Cette période Covid nous a aussi appris à modifier nos façons de travailler et il faut généraliser le principe des visio-conférences en mixant avec du présentiel comme on l'a fait mardi dernier (4 membres du Comité était en visio-conférence sur les 50 présents ou représentés). Grâce à un système informatique, une application numérique, nous savons organiser des votes à bulletins secrets via une visio-conférence et on est donc en accord avec les règles d'usage.

Autre modification importante à mes yeux et ayant pour but d'alléger le fonctionnement de la société : la possibilité pour les membres du Comité de désigner un nouveau Commissaire de la SECF en dehors du cercle du comité. C'est fondamental car cela va nous donner une souplesse dans le recrutement des commissaires. Pour rappel, il nous faut obligatoirement un Commissaire de la SECF sur chaque réunion de nos hippodromes (Vincennes, Caen, Cabourg, Enghien). Or on fonctionne aujourd'hui avec quatre personnes dont une qui aura passé la limite d'âge (NDLR : Alain Pagès) en février prochain. On a donc une obligation de recrutement qui sera facilitée par cette modification aux statuts. On s'aligne d'ailleurs sur ce point sur ce qui est en place à France Galop."






À propos du Code et des conditions générales des programmes

1/Le dossier des départs
"Nombre des décisions découlent de ce qui a été présenté lors des Assises du Trot du 1er juillet dernier.
Le barème des sanctions avait été déjà adopté préalablement et est en vigueur depuis le 15 août. Tout d'abord, on avait modifié les sanctions autour des départs en créant une mise à pied sur tout ce qui touche aux insubordinations au(x) starter(s) souvent à l'origine de perturbations en tous genres. Les premiers retours du terrain font apparaître une amélioration de la situation. Tout n'est pas réglé mais cela semble avoir mis un peu d'ordre.


Mais on ne travaille pas que sur les sanctions. J'ai écrit à tous les présidents de comités régionaux et de fédérations régionales pour les informer de ma volonté de mettre en place un audit des hippodromes à propos des procédures de départ. En fonction des résultats, on va aussi travailler sur la prévention et la formation en envoyant le juge au départ de Vincennes, Laurent Krier, poursuivre l'audit et trouver les causes de ces problèmes au départ. Celles-ci peuvent être nombreuses et il n'y a pas qu'un critère à analyser : la configuration des aires de départ, la limitation du nombre de partants à chaque poteau, un problème d'autorité du starter, le respect de la part des professionnels, entre eux et avec le starter, etc. Pour compléter tout cela, on va aussi mettre en place une formation continue des starters sous l'égide de Laurent Krier dont on doit encore décider de la forme. En tout cas, on va faire en sorte d'organiser et de faciliter le dialogue entre les starters de toute la France. En communicant, ils trouveront ensemble des solutions aux problèmes qu'ils rencontrent. Cela nous permettra de répercuter à tous les starters de France une infraction constatée et initier la bonne réponse à apporter. On souhaite plus d'interactivité, plus de partage d'expérience et de remontée d'informations. Ce sujet est très largement revenu dans le cadre de la consultation des Assises et les parieurs considèrent le sujet comme un irritant majeur. Le maître-mot est le respect, à l'égard du starter, des techniciens, des commissaires, et aussi des concurrents entre eux. Et si les professionnels se respectent entre eux, tout se passera mieux.
Autre irritant pour le parieur autour du départ : voir son cheval être disqualifié dès les premiers mètres et ne pas vibrer durant la course. Ce sujet a fait l'objet d'un débat riche lui aussi. Nous avions évoqué aux Assises la possibilité de mettre en place une zone blanche mais il s'avère que sa mise en oeuvre ailleurs que Vincennes s'avèrerait trop compliquée. L'argument consistant à dire qu'on pourrait avoir un gagnant classique ou de Prix d'Amérique ayant effectué plus de vingt foulées de galop a fait peur également. On a donc validé un assouplissement qui donne jusqu'à dix-huit foulées de galop au total en course. Cela ne va tout régler, il y aura toujours des disqualifiés en début de course mais une souplesse est mise en place."

2/Limitation de partants
"On a également aligné le nombre maximum de partants pour un même entraîneur au nombre maximum de partants pour un même propriétaire, c'est-à-dire quatre."

3/Établissement secondaire
"On fait en sorte de limiter le plus possible les situations de prête-nom. Là encore un thème présent dans la consultation des Assises. On a pris plusieurs mesures par le passé et on renforce la réglementation avec la possibilité pour les entraîneurs de déclarer un établissement secondaire auprès de la SECF. En conséquence, si un entraîneur souhaite placer un de ses pensionnaire à un endroit autre que ses établissements, principal ou secondaire, alors il devra faire une demande préalable aux commissaires de la SECF. Cela veut dire qu'avant d'accepter une situation donnée, les commissaires pourront se renseigner sur les contraintes amenant à cette situation, qui s'occupe du cheval au quotidien et qui en est responsable, pourquoi quitter l'un des établissements, etc. L'enquête sera plus complète. En cas d'anomalie, il sera possible d'exclure à titre conservatoire le cheval et si on s'aperçoit d'un mouvement de plus grande ampleur, les commissaires pourront suspendre l'autorisation d'entraîner de la personne concernée."

MEETING D'HIVER 2020-2021
Les émojis : "Ils deviennent obligatoires à partir du lancement du meeting d'hiver (28 octobre). Et on va même aller plus loin avec la possibilité pour les entraîneurs de donner une info de dernière minute en direct de l'hippodrome après le heat par exemple soit par écrit voire même via une plate-forme vidéos."
Une semaine de plus (du 28 octobre au 6 mars) : "C'est une séquence calendaire qui nous amène à être dans la configuration maximale cette année. La question du nombre de partants moyen par course a été centrale."
Moins de courses au trot monté : "C'est une conclusion de la cellule d'optimisation des enjeux et de la Commission des Programmes, les parieurs se montrant frileux notamment sur les courses de jeunes chevaux au monté."
Des courses au label international : "On initie une démarche visant à faire de la journée du Prix d'Amérique une réunion de championnats pour toutes les promotions avec ceux qui feront les Prix d'Amérique de demain. Ce sera le cas cette année avec une nouvelle course pour 4 ans. Par ailleurs, on souhaite également rendre le meeting toujours plus international et plusieurs courses de sélection de génération seront labellisées internationales. Le meeting d'hiver est un rendez-vous incontournable pour le monde entier, à nous de l'accentuer par les faits avec des courses de prestige international."
La date du 31 janvier pour le Prix d'Amérique : "Le 31 est la meilleure date possible en termes d'enjeux. Notez que les deux derniers records du Prix d'Amérique sont du 31 janvier 2010 et du 31 janvier 2016."

A voir aussi :
...
Des débutantes montées
qui inspirent la méfiance

Premier rendez-vous monté labellisé Groupe pour les pouliches de 3 ans, le Prix Holly du Locton pourrait revenir à des novices sous la selle. Trois candidates titrées à l'attelé se lancent en effet ici dans le grand bain du monté.

Lire la suite
...
I Love You Nobless vs Ici C'est Paris
déjà le match 4

Le départ du Prix Édouard Marcillac s'annonce crucial. Tour à tour, I Love You Nobless (Singalo) et Ici C'est Paris (Dollar Macker) ont en effet hypothéqué leurs chances de victoire au signal. Pour gagner, il leur faudra être irré...

Lire la suite
...
Objectif transformé
pour Harvest de Bulière

Absent durant la première partie du meeting, Harvest de Bulière n'avait qu'un objectif sur la période : le Prix de Monpazier ce mercredi. Objectif transformé avec assurance.

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite