... (© ScoopDyga)
Actualité - 24.09.2021

Bien-être équin : une signature et des actes

Se donner les moyens pour faire que la reconversion des trotteurs se structure.

2021 rime plus que jamais avec bien-être équin. Le sujet est majeur pour l’ensemble de la filière alors que la notion plus générale de bien-être animal est au cœur des enjeux de société. C’est dans ce contexte qu’une signature de conventions de partenariat entre la société-mère LeTROT et des structures de reconversion des trotteurs aura lieu dimanche à Vincennes.

Il y a une semaine, figurait notamment au menu d’un très long Comité de LeTROT le sujet du bien-être équin, abordé entre autres sous l’angle « du développement et de l’aide à la reconversion du Trotteur » comme le précisait le communiqué publié le soir même par la société-mère. Avec une annonce forte constituée par la signature de conventions de partenariat entre LeTROT et des structures associatives déjà existantes. « C’est la reconnaissance de notre travail », réagissent unanimement les associations concernées qui œuvrent dans ce sens depuis plusieurs mois. Cette première du genre au trot est le fruit d’un travail collectif, avec la volonté des parties prenantes que la reconversion du trotteur fasse partie intégrante de la filière dans son ensemble. Comme cela a été fait au galop avec l’association « Au Delà des Pistes ». Créée en 2016, cette dernière s'attache à la reconversion des chevaux de courses avec le soutien de la société-mère du galop. Elle est devenue depuis un véritable acteur du paysage français du galop (lire en page 2).
Il s’agit donc de se donner les moyens pour faire que la reconversion des trotteurs se structure. C'est clairement un sujet d'avenir pour l’ensemble de la filière.
Dans les faits en quoi consistent ces conventions que vont signer dimanche à Vincennes LeTROT d'un côté, la Fédération Française de Reconversion et l’association Passerelle de l'autre ? Dans sa volonté de travailler avec des partenaires associatifs qui permettent d'assurer un maillage territorial satisfaisant, la société-mère s’engage à apporter plusieurs types de soutiens : qu’ils soient logistiques et financiers, administratifs pour la gestion de l’exclusion des chevaux du circuit des courses, et sous forme de communication et promotion des associations retenues et de leurs acteurs, sur les hippodromes et lors d’événements par exemple. « Cette convention va apporter un accompagnement financier mais surtout une crédibilité auprès des professionnels », avance Aurélie Malet, fondatrice de l'association Passerelle. De son côté, Julie Le Dortz, présidente de la Fédération Française de la Reconversion, ajoute : « Travailler tous dans le même sens permet de mieux travailler. Tout l’intérêt d’être soutenu par la maison-mère est que la reconversion devienne un pan encadré de la filière. ».
Ces deux associations, dont les actions sont présentées en page suivante, s'engagent donc dans ces conventions de partenariat, alors que « Sauve Qui Peut », annoncée initialement comme une autre structure retenue, ne sera pas présente lors de la signature dimanche.

Une exclusion définitive du circuit des courses
Le soutien financier prévu pour ces entités concerne tout cheval éligible selon la charte, à savoir un cheval sorti de l'entraînement depuis moins d'un an. La signature par toutes les parties concernées exclut de fait le cheval en question de manière DÉFINITIVE du circuit des courses en France et de l'élevage. Une extension à l'Europe est actuellement à l'étude via une validation de l'Union Européenne du Trot (U.E.T.). La pierre angulaire de ce projet d'aide à la reconversion est la traçabilité, avec la modification de la carte d'immatriculation du cheval concerné. Par répercutions, l'article 14 du code des courses (intitulé cheval incapable de courir) devrait être amené à subir une modification afin d'intégrer cette évolution liée à la reconversion.
Si l'on ne peut pas parler à proprement dit de point de départ, c'est quand même bien une étape importante que cette signature de conventions de partenariat pour le développement de l'aide à la reconversion des trotteurs, à laquelle tout à chacun dans la filière est confronté à un moment ou à un autre.






Reconversion : « Au Delà des Pistes » œuvre au galop
Pour la deuxième année consécutive, lors du week-end du Prix de l'Arc de Triomphe, l'association « Au Delà des Pistes », qui œuvre pour la reconversion des pur-sang, reconduit l'opération « Promesses de l'Arc » qui lui avait permis de récolter plus de 60 000 € de dons l'an dernier. C'est dire combien l'association, créée à l'initiative de représentants de deux grands propriétaires-éleveurs, sensibilisés à la fin de vie des pur-sang du galop, à savoir Son Altesse l’Aga Khan et Cheikh Mohammed Al Maktoum (Godolphin), est devenue incontournable du paysage du galop français. « Les fonds récoltés vont nous permettre de faire vivre notre réseau de structures de reconversion en apportant un soutien financier à celles qui accueillent des chevaux en convalescence », expliquait alors dans ces colonnes Aliette Forien, la présidente. Soutenue par France Galop et de nombreux partenaires, l'association est d'ailleurs souvent prise en exemple dans la reconversion des trotteurs. « Au Delà des Pistes » a pour mission de faciliter la reconversion des pur-sang, comme cela doit le devenir pour les trotteurs avec les associations concernées.


Fédération Française de la Reconversion
■ Date de création : octobre 2020
■ Site : www.federationreconversion.fr
■ Présidente : Julie Le Dortz
« Pour la plupart des fondateurs de la fédération, nous sommes des anciens de « Au Delà des Pistes », c’est-à-dire que l’on existe depuis longtemps dans la reconversion, à l’origine dans la reconversion des galopeurs. On a eu des objectifs différents pour l’avenir de la reconversion, notamment pour les trotteurs, ce qui n’était pas possible à l’époque dans le cadre d’« Au Delà des Pistes ». On a créé la structure (association de Loi 1901) dans l’esprit d’un regroupement de professionnels autour de la reconversion des galopeurs et des trotteurs. Il y a deux écuries fondatrices, chaque fondateur étant gérant d’une écurie de reconversion. Aujourd’hui, quatorze structures sont affiliées à la fédération. Il y a des structures mixtes, d’autres spécialisées trotteur ou galopeur. Cette création a été faite pour répondre à un besoin de gens qui pratiquent la reconversion, ce qui existe depuis une quinzaine d’années mais c’était assez peu cadré. L’intérêt était de travailler tous ensemble, que chacun puisse apporter ses compétences et travailler avec les maisons-mères. C’est toujours mieux d’être soutenu par la maison-mère pour avoir les meilleurs rapports possibles avec les socio-professionnels. Avant cet accord avec la SECF, on a déjà pratiqué cent dix chevaux en reconversion, exclusivement en reconversion, on ne parle pas de sauvetage. On est persuadés que ce qui est essentiel est que le cheval puisse avoir cette étape de transition entre son entraîneur ou son éleveur et le moment où il va être replacé auprès d’un cavalier amateur ou même professionnel. Pour l’avoir pratiqué avec les galopeurs, on est persuadés que c’est la meilleure façon de sécuriser un placement. Dès lors que ce travail a été fait, on peut garantir à nos clients le comportement du cheval de façon à pérenniser le placement. »

Passerelle
■ Date de création : fin 2020
■ Site : www.passerelle-trotteurs.fr
■ Présidente : Aurélie Malet
« L’association a été créée en partant du constat qu’il y avait un manque dans la filière trot. La volonté était de structurer une filière de reconversion, à l’image de ce qui existe au galop avec « Au Delà des Pistes ». Pour cela, je me suis rapprochée à la fois de la maison-mère pour proposer mon projet alors que l’association n’avait pas encore vu le jour et d’« Au Delà des Pistes » en leur disant qu’ils avaient un modèle qui fonctionne depuis plusieurs années et que j’avais le souhait de faire la même chose au trot en leur demandant s’ils pouvaient m’aider. J’ai créé les statuts dans la foulée et je suis passée à l’acte. Depuis le début de notre activité, on s’est occupés d’une cinquantaine de chevaux. Ces démarches montrent que l’on se recentre sur le cheval et sur son bien-être. Dans ce contexte, il fallait imaginer une structure qui puisse accompagner les chevaux en amont et en aval. Dans l’objet social de l’association, il y a deux axes : la prise en charge des chevaux via deux pôles - celui des chevaux sains net nets qui sont confiés à des écuries de reconversion spécialisées dans les trotteurs car on ne reconvertit pas un trotteur comme un galopeur et celui des chevaux vulnérables ou à pathologie avec une structure spécialisée mais aussi des chevaux de la reproduction, et la valorisation du trotteur dans le sport ou dans le loisir. L’objectif de Passerelle est de s’adresser au grand public et de montrer la polyvalence du trotteur. Notre objectif pour l’année prochaine est de cent cinquante chevaux en restant dans un modèle qualité. On a fait le point avec nos structures et les capacités d’accueil sont de cet ordre pour les chevaux de reconversion. Ce sont essentiellement des bénévoles qui travaillent chez Passerelle ; ils sont des acteurs de la filière car Passerelle doit appartenir à la filière. C’est l’objectif. »

A voir aussi :
...
Gouvernance du PMU : Philippe Augier devient président exécutif

Le Conseil d'Adminstration du GIE PMU, réuni ce mardi soir pour définir la nouvelle gouvernance du GIE après la révocation la semaine dernière de Cyril Linette, l'ex directeur général du GIE, a dé...

Lire la suite
...
Comme une rennaissance d'Ibaya des Forges

Remarquée, récemment, à Enghien - fautive dans le premier tournant, elle avait ensuite remarquablement terminé, se classant neuvième -, Ibaya des Forges (Carat Williams) était très en vue ce mardi à Vincennes et n'a pas déçu ses ...

Lire la suite
...
Un come-back attendu :
et Diable ressort de sa boîte

C'était la belle course du jour et elle a tenu toutes ses promesses, sa phase finale mettant aux prises les trois concurrents les plus en vue, avec, en fin de compte, la victoire du concurrent le plus titré dans ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite