...
Actualité - 03.10.2021

Face Time Bourbon, napolitain à jamais !

J'ai un peu douté après la batterie mais c'est un champion.
éric raffin

Face Time Bourbon n'est plus maudit en Italie si, toutefois, il l'avait été. Lui dont les deux premiers déplacements sur les terres de son propriétaire principal, Antonio Somma, s'étaient soldés par deux deuxièmes places dont une au goût toujours amer un an après dans cette même épreuve napolitaine, a remporté dimanche la 72ème édition du Grand Prix de la Loterie (Groupe 1) dans le temps record de 1'10''2.

Depuis le deuxième Prix d'Amérique de Face Time Bourbon en janvier, Antonio Somma, le propriétaire principal du fils de Ready Cash, avait donné une mission à Sébastien Guarato : gagner le Grand Prix de la Loterie, chez lui à Naples. Nul autre résultat qu’une victoire n'était possible ! C’est le message qu’Antonio Somma n’a cessé de passer depuis des mois et des mois à toute l'équipe autour du champion. « Pour un Napolitain, la Loterie de Naples est comme le Grand Prix d’Amérique pour un Français. C’est donc quelque chose d’extraordinaire pour moi », a-t-il souvent répété et même insisté avec toute la détermination dont il sait faire preuve quand il se fixe un but à atteindre. Enfant, il venait aux courses sur l'hippodrome d'Agnano. Adulte, il ne pouvait pas concevoir ne pas remporter le Grand Prix de la Loterie, se donnant les moyens qu'il fallait pour concrétiser son rêve d'enfance. Avec l'acquisition d'un cheval comme Face Time Bourbon, le Napolitain était convaincu que cette épreuve ne pouvait se dérober devant lui plus longtemps.
Un scénario inverse à 2020
L'an dernier, Face Time Bourbon avait esquissé quelques foulées de galop quand l'autostart avait accéléré avant de réaliser une véritable démonstration dans sa batterie (1'11''8) mais de trouver plus fort que lui dans la finale avec Zacon Gio (Ruty Grif), dans laquelle son entourage avait reconnu avoir fait une « fixette » sur Vernissage Grif (Varenne). Douze mois plus tard, on attendait de lui pareille autorité dans une batterie B qui semblait sur le papier largement à sa portée, quand bien même il devait s'élancer avec le numéro 5 derrière la voiture et qu'il était seulement déferré des postérieurs (plaqué des antérieurs). Alors le voir battu par Alrajah One (Maharajah) a donné un coup sur la tête à son entourage et a quelque peu plombé l'ambiance. Mais au final n'est-ce pas ce qui a permis à Face Time Bourbon de s'imposer dans la finale ? Explications. D'abord, la défaite était toute relative dans la mesure où cette batterie s'est disputée dans un temps record (1'10''3) et qu'il a fini tout près de son rival après avoir constamment voyagé le nez au vent. « J'avais demandé à Éric de ne pas trop démarrer mais être deux nez au vent sur une piste de mille mètres est dur, il ne faut pas croire », réagissait à chaud Sébastien Guarato sur Equidia (compte twitter). Ensuite, cela a servi en quelque sorte de leçon afin de ne pas aborder la finale avec trop de confiance et surtout l'aborder avec un plan tactique en tête pour ne pas répéter ce qui venait de se passer. « J'ai un peu douté après la batterie même s'il avait eu un parcours très compliqué et qu'il n'était pas d'une grande souplesse, a reconnu Éric Raffin sur le podium. Mais c'est un champion. Dans la finale, je ne voulais pas me retrouver encore une fois à deux le nez au vent en sachant que Alrajah One est exceptionnel sur ce genre de piste quand il est tête et corde et qu'il est trop compliqué de faire le tour de lui à deux. »





Au bon endroit, au bon moment
Dans une finale où Alessandro Gocciadoro avait réussi à qualifier six de ses sept partants des batteries et avait donc à lui tout seul deux tiers du peloton, Face Time Bourbon avec son numéro 4, alors que Drôle de Jet (Coktail Jet) a vite perdu toutes chances avec le n°8, n'avait pas le droit à l'erreur avec trois « Gocciadoro » à son intérieur ! La pression était forte sur les épaules d'Éric Raffin même si, cette fois, son partenaire était déferré et muni d’œillères descendantes. Le pilote vendéen qui avait pleinement confiance en son cheval (« j'ai fait un bout vite devant les tribunes au heat et il était parfait », confiera-t-il à Clelia Moncorgé d'Equidia) n'a pas tremblé, se retrouvant dans le sillage de Vivid Wise As (Yankee Glide) qui allait l'emmener "à deux au carré".
L'arrivée de cette 72ème édition du Grand Prix de la Loterie a donc été composée du même coupé gagnant de la batterie B mais dans l'ordre inverse. « Si j'avais été battu, je n'aurais eu qu'un regret, celui de ne pas avoir démarré plus tôt en face afin d'éviter de finir mon virage à trois », avance le driver français. De regrets, il ne peut y en avoir le début du commencement alors que Face Time Bourbon en dominant Alrajah One et Vitruvio remporte le 17ème Groupe 1 de sa carrière et établit en 1'10''2 le nouveau record du Grand Prix de La Loterie et de la piste de l'hippodrome d'Agnano. Antonio Somma ne pouvait pas assurément en demander plus, lui dont le nom (sous l'appellation de l'Écurie Bivans) figure désormais et à jamais au palmarès de l'épreuve !


La 12ème victoire d'un trotteur tricolore
Après trente-neuf années de disette alors qu'elle avait totalisé dix succès au cours des vingt-cinq années précédentes, la France enregistre avec Face Time Bourbon un deuxième succès en trois ans après celui de Bel Avis (Ganymède) en 2019. Sébastien Guarato et Éric Raffin, qui, rappelons-le, n'avait aucune expérience des courses italiennes quand il a pris le départ de la première course de la journée, succèdent donc à de grands noms du trotting français avec cette victoire.


LES BATTERIES
Batterie A : Vivid Wise As tout en contrôle
Le festival « Gocciadoro » dans les trois batteries qualificatives débute par le succès attendu de Vivid Wise As (ferré). Le forfait de deux concurrents lui permet de s’élancer depuis le couloir n°5 et non plus du couloir n°7. Pour autant, Matthieu Abrivard ne cherche pas à la démarrer. Une fois le rythme repris devant, il se rabat en tête aux tribunes, alors que Pierre Vercruysse avec Drôle de Jet vient se poser à son extérieur dans le tournant suivant, suivi Zacon Gio. Matthieu Abrivard demande à son partenaire d’accélérer à la sortie du tournant final. Vivid Wise As (1’12’’1) se montre impérial sans donner l’impression de forcer devant Zacon Gio et Drôle de Jet, qui conserve une nette troisième place qui le qualifie pour la finale.

Batterie B : Face Time Bourbon battu par Aljarah One
Après avoir vu ses couleurs briller avec Vivid Wise As, Antonio Somma compte sur le champion Face Time Bourbon (plaqué des antérieurs, déferré des postérieurs) pour lui apporter une deuxième victoire dans ces batteries. C’est compter sans Alessandro Gocciadoro dont les deux pensionnaires se retrouvent vite aux avant-postes, Alrajah One prenant le meilleur à Vitruvio. Face Time Bourbon se retrouve ainsi le nez au vent dans une batterie courue sans aucun temps mort. Le numéro un italien n’a en effet jamais repris, tant et si bien que Alrajah One s’impose dans le temps canon de 1’10’’3 soit le nouveau record de la « Loterie » (détenu jusqu’alors par Zacon Gio et Timone Ek en 1’10’’5) et de la piste d’Agnano. Face Time Bourbon finit néanmoins tout près de de son rival devant le second « Gocciadoro », Vitruvio.

Batterie C : la totale domination des « Gocciadoro »
La domination des « Gocciadoro » se poursuit dans ces batteries et est même complète puisqu’ils prennent les trois premières places. Assumant son statut de favori, Vernissage Grif relaie son compagnon d’entraînement, Global Trustworthy, qui devance lui-même Bubble Effe, à moins d’un tour de l’arrivée où le français Fric du Chêne, parti avec le numéro 6, se retrouve sur une troisième ligne dans le wagon de deux. Sans aller aussi vite que dans la deuxième batterie, Vernissage Grif impose un rythme soutenu et franchit le poteau devant ses deux compagnons d’entraînement dans la réduction kilométrique de 1’10’’7. Après avoir été un peu pris de vitesse, Fric du Chêne se relance et vient arracher la quatrième place aux dépens de Cokstile mais devra se contenter de disputer la consolante de ce Grand Prix de la Loterie 2021.

LA CONSOLANTE
Zeudi Amg gagnante, Fric du Chêne disqualifié
Après avoir terminé quatrième de la batterie la plus rapide remportée par Alrajah One, Zeudi Amg (Ideale Louis) a remporté la consolante de ce Grand Prix de la Loterie 2021. Après avoir pris le meilleur aux tribunes, la pensionnaire de Lucio Bechetti âgée de 6 ans, qui s'était élancée avec le numéro 1 derrière l'autostart, s'est montrée la plus forte. Alors qu'il était à la lutte pour la troisième, Fric du Chêne s'est malheureusement montré fautif à mi-ligne droite.

A voir aussi :
...
Grégor impressionne Charley Mottier

Auteur d’une année 2021 remarquable avec six victoires à la clé avant sa course de ce mercredi aux Sables-d’Olonne dans le Trot Open des Régions – Ouest réservé aux chevaux de 5 ans, Grégor (Rolling d'Héripré) a ...

Lire la suite
...
Izoard Védaquais reçu 10/10

Démonstration, c'est le mot juste pour qualifier la nouvelle victoire de l'impressionnant Izoard Védaquais (Bird Parker) ce mercredi aux Sables-D'Olonne. Pour sa rentrée après plus de deux mois sans compétition, le représentant de Philippe ...

Lire la suite
...
Imoko Atout confirme ses constants progrès

Dans l'épreuve qualificative à Le Trot Open des Régions - Grand Nord réservée aux 3 ans, Imoko Atout (Timoko) a facilement dicté sa loi. Le pensionnaire de Guillaume Jouve montre un nouveau visage depuis sa castration. Ce mercredi, ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite