... (© Valérie Ortega)
Actualité - 12.10.2021

Nicolas Brossard, l'espoir français de l'Euro des apprentis-drivers

À chaque fois que je vais aux courses, c’est pour gagner. Donc j’y vais aussi dans cet état d’esprit.
Nicolas Brossard

Ce mercredi sur l’hippodrome finlandais de Vermo dans la banlieue de Helsinki se dispute le Championnat Européen des Apprentis après une année « blanche » en 2020 pour cause de crise sanitaire. Parmi les onze apprentis sélectionnés issus de pays membres de l’U.E.T., Nicolas Brossard va défendre les chances tricolores dans une compétition qui échappe aux Français depuis plus de quinze ans.

À18 ans, Nicolas Brossard s’apprête à vivre une expérience dont il devrait longtemps se souvenir. « Affronter d'autres apprentis dans une compétition internationale avec les couleurs de son pays représente beaucoup à mes yeux », avance-t-il. Participer à une telle compétition n’est pas anodin en effet, surtout à son âge quand on sait que le dernier des cinq Tricolores à avoir gagné cette compétition, Ludovic Daniélo, avait 24 ans en 2004, en Autriche, sur l’hippodrome de Magna Racino. Dix-sept ans plus tard, c’est en Finlande qu’a lieu ce championnat dans lequel onze apprentis sélectionnés par leurs pays respectifs vont s’affronter au cours de quatre courses sur la piste de Vermo, là où Face Time Bourbon a remporté le Grand Prix de l’UET en 2019. Âgés au plus de 25 ans, les pilotes doivent compter au minimum 5 victoires, à l'attelé uniquement. L’attribution des chevaux se fait par tirage au sort. En fonction de leur classement dans chacune des courses, les apprentis se voient attribuer un certain nombre de points et c’est celui qui aura obtenu le score le plus élevé à l’issue de ces épreuves qui sera désigné Champion d’Europe des Apprentis. Il succédera alors au Néerlandais Micha Brouwer, sacré en 2019 en Espagne à Palma de Majorque.
Nicolas Brossard a appris sa sélection voici déjà quelques mois alors qu'il réalisait une bonne première partie d'année. « Je ne m’y attendais pas même si mon père m’avait dit que c’était une possibilité vu mes résultats. Sincèrement, j'avais un peu oublié cela quand un responsable de l'U.E.T. m'a appelé pour m'informer de ma sélection », confie le fils de Denis Brossard qui a débuté à 16 ans, au mois de janvier 2019. Il totalise à ce jour 27 succès en un peu moins de 400 courses. C’est au cours de cette année que le jeune homme, titulaire d’un Bac Pro depuis juin dernier après avoir fait sa terminale à l’AFASEC de Grosbois alors qu'il avait commencé en filière générale, a vraiment commencé à se faire remarquer. Même s’il trouve qu’il pourrait faire mieux : « J’ai des victoires cette saison (16) mais ce n’est pas non plus une très bonne année. Je pense que je peux mieux faire encore. J’ai eu de bons résultats en début d’année avant d’avoir un passage à vide à la fin de l’été. C’est là où je me suis rendu compte que tout n’allait pas tout le temps bien. J’ai pas mal de points à améliorer, au niveau de ma main notamment, car j’ai encore beaucoup de partenaires qui sont fautifs. Je peux être plus performant de ce côté-là. Après, cela reste l’année au cours de laquelle je vais apprendre le plus car je cours beaucoup. Toutes les courses auxquelles j’ai participé cet été m’ont donné plus d’expérience. »

Bio express
■ Âge : 18 ans
■ Débuts : le 27 janvier 2019 à Agen (disqualifié)
■ Nombre de courses : 389
■ 1ère victoire : le 3 février 2019 à Agen avec Fifty
■ Nombre de victoires : 27


Observateur privilégié, Denis, son père, retient aussi cette évolution : « Il a pris confiance. Il sait où il est dans un peloton, il sait parmi ses adversaires ceux qui sont des clients sérieux et ceux qui ne le sont pas. Le fait d’avoir beaucoup couru cette année, d’avoir mené de tout sur tout type de pistes n’est pas toujours facile mais c’est très formateur. Sa sélection pour ce Championnat d’Europe récompense sa progression. C’est une chance car il y a peu d’élus, il faut qu’il en tire une bonne leçon. »

Ces Français champions d’Europe des apprentis
Depuis la création de l’épreuve en 1986, cinq Français figurent au palmarès, à savoir Alain Betouigt (1988), Pierrick Lecellier (1990), Laurent Denis (1995), Jean-Charles Féron (2001) et Ludovic Daniélo (2004). « Cela reste un bon souvenir, confie aujourd’hui ce dernier. C’était l’aboutissement d’une belle année pour André Le Courtois. Ça reste l’un des moments forts de ma carrière même si je n’en ai pas conservé de souvenirs matériels comme les vidéos que je n’ai jamais reçues. Je me rappelle que j’y étais allé sans me mettre la pression. Si je me souviens bien le premier cheval que je menais restait sur une série de « zéros » et j’avais quand même réussi à gagner, ce qui m’avait mis en confiance pour la suite. Avoir gagné ce titre est une satisfaction personnelle car nous ne sommes pas nombreux à l’avoir fait en France. En tout cas, c’est une bonne expérience. »

Ce n’est pas la motivation qui va faire défaut à Nicolas Brossard. « À chaque fois que je vais aux courses, c’est pour gagner. Donc j’y vais aussi dans cet état d’esprit, lâche-t-il. Maintenant, j’y vais aussi bien sûr pour vivre une belle expérience, ce à quoi j’ai tout de suite pensé quand j’ai appris que j’étais sélectionné. C’est un plaisir, c’est gratifiant. » S’il a un exemple à suivre, c'est celui d’Alain Betouigt, un ami de la famille qui a été le premier apprenti français à remporter ce titre en 1988. Nicolas Brossard sait aussi qu’il faudra compter sur des éléments moins maîtrisables. « Je pense qu’il y a une question de chance. Il faut tirer les bons chevaux, les bonnes places derrière l’autostart. En tout cas, il va me falloir vite m’adapter. »

Les participants au Championnat d’Europe des Appentis 2021 à Vermo (Finlande) le 13 octobre
- Massimo Arickx (Belgique) : 21 ans / 30 victoires
- Nicklas Korfitsen (Danemark) : 22 ans / 101 victoires
- Riku M. Lindgren (Finlande) : 25 ans / 9 victoires
- Nicolas Brossard (France) : 18 ans / 27 victoires
- Oisin Quill (Irlande) : 19 ans / 38 victoires
- Peter Erdei (Hongrie) : 22 ans / 11 victoires
- Marciano Hauber (Pays-Bas) : 18 ans / 34 victoires
- Lars Fredrik Kolle (Norvège) : 23 ans / 79 victoires
- Julia Tarasenko (Russie) : 23 ans / 21 victoires
- Andreu Jeronimo Fuster (Espagne) : 21 ans / 91 victoires
- Lukas L. Svedlund (Suède) : 22 ans / 30 victoires

A voir aussi :
...
Grégor impressionne Charley Mottier

Auteur d’une année 2021 remarquable avec six victoires à la clé avant sa course de ce mercredi aux Sables-d’Olonne dans le Trot Open des Régions – Ouest réservé aux chevaux de 5 ans, Grégor (Rolling d'Héripré) a ...

Lire la suite
...
Izoard Védaquais reçu 10/10

Démonstration, c'est le mot juste pour qualifier la nouvelle victoire de l'impressionnant Izoard Védaquais (Bird Parker) ce mercredi aux Sables-D'Olonne. Pour sa rentrée après plus de deux mois sans compétition, le représentant de Philippe ...

Lire la suite
...
Imoko Atout confirme ses constants progrès

Dans l'épreuve qualificative à Le Trot Open des Régions - Grand Nord réservée aux 3 ans, Imoko Atout (Timoko) a facilement dicté sa loi. Le pensionnaire de Guillaume Jouve montre un nouveau visage depuis sa castration. Ce mercredi, ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite