... © DR
Actualité - 15.10.2021

Le Sud-Ouest : quand les courses riment avec fête

Le Sud-Ouest a été précurseur avec le GP du Sud-Ouest
Gérard Cazeneuve

Le Grand Prix du Sud-Ouest (Gr.2) sera le temps fort du programme trotteur du week-end. C’est le plus ancien Grand Prix régional et il a d’ailleurs fait des émules dans sa suite avec, aujourd’hui trois autres épreuves du même genre dans d’autres Fédérations. La région du Sud-Ouest est la plus grande de l’Hexagone sous l’angle de son empreinte territoriale avec 21 départements rattachés. Terre de tradition, d’élevage et de courses, elle mérite une rencontre.

Cela ne tombe pas sous le sens mais la Fédération du Sud-Ouest occupe le premier rang national dans plusieurs domaines. Son rayon d'action est le plus vaste du territoire avec 21 départements rattachés et 47 sociétés de courses (pour 48 hippodromes). C'est plus que le Centre-Est, deuxième fédération en termes de territoire (15 départements), et autant que l'Ouest qui annonce également 48 hippodromes. Selon les données 2020 communiquées par LeTrot dans son bilan annuel, on recense 390 propriétaires dans la région, ce qui situe la Fédération au quatrième rang national derrière les deux entités normandes (Basse-Normandie [851] et Haute-Normandie et Île-de-France [712]) et l'Anjou-Maine [579].
Président du Comité régional du Trot et élu au Comité national de LeTrot, Bruno Muel est à la fois un observateur et un acteur de la région. Il nous apprend : « D’abord, le Sud-Ouest des courses est énorme dans son étendue allant des Charentes à l’Occitanie. Le Sud-Ouest des courses est aussi un reflet de notre société régionale. On est bien dans le sud-ouest pour le soleil, la qualité de vie et, dans les courses, une possibilité pour beaucoup de chevaux de trouver un programme intéressant durant l’été, quand notre offre de courses est très importante. »
Le sens de la fête est partout présent et souvent cité, dans sa proximité avec la qualité de vie et notamment une gastronomie que ces quelques lignes ne pourraient suffire à rendre compte.

La Fédération du Sud-Ouest en chiffres
■ s'étend sur 21 départements (l'Ariège, l'Aude, l'Aveyron, le Cantal, La Charente, la Charente-Maritime, la Corrèze, la Creuse, la Dordogne, la Haute Garonne, le Gers, la Gironde, les Landes, le Lot, le Lot et Garonne, les Pyrénées Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées Orientales, le Tarn, le Tarn et Garonne et la Haute Vienne)
■ 47 sociétés de courses (48 hippodromes) : 22 au trot exclusivement, 7 au galop exclusivement et 18 mixtes
■ 75 entraîneurs publics de trot et 29 entraîneurs-propriétaires (statut spécifique) pour un effectif de 1.634 chevaux (données 2020)
■ 252 éleveurs / 390 propriétaires
■ chiffres d'affaires des enjeux sur les courses du Sud-Ouest en 2019 : 595 M€

Président de la Fédération du Sud-Ouest, Gérard Cazeneuve sera un fervent supporter du Grand Prix du Sud-Ouest, dimanche, pour une seconde raison au moins. Il est aussi président de la société des courses de Beaumont-de-Lomagne, qui reçoit cette année, l’événement régional.

24H au Trot.- Que dire de la période actuelle dans votre région ?
Gérard Cazeneuve. Comme d’autres régions, on fait face à la difficulté de faire revenir le public sur nos hippodromes. Pendant l’été, on n’a pas eu l’affluence habituelle alors que nos champs de courses sont réputés pour leur convivialité. Prenons l’exemple de Villeréal qui, tous les les samedis du mois d’août, fait habituellement un tabac. Cette année, l’affluence a été en recul de 20 à 25 %. Cela est vrai sur tous les plans : pour les entrées et en restauration.
Les courses restent néanmoins un plaisir et une fête ?
Bien sûr, il ne faut pas en conclure que la morosité nous habite. Tous les acteurs de la région sont heureux d’avoir retrouvé leur activité même s’il a fallu jongler avec des annulations, reports et transferts de réunions, notamment en raison d’intempéries. Je pense à la réunion de Pentecôte de Miramont-de-Guyenne qui a été déplacée deux fois pour se courir finalement le premier samedi d’octobre.
Comment caractériseriez-vous votre région ?
Nous avons deux « métropoles », Bordeaux et Toulouse, qui jouent un rôle moteur, avec un programme conséquent. Il y a ensuite un tissu important d’hippodromes dans l’ensemble de notre région avec une offre Premium au trot qui reste stable. Au galop, le calendrier Premium s’est encore étoffé ces derniers temps notamment grâce à Dax, Mont-de-Marsan et Tarbes.
Parlons de la réunion du Grand Prix du Sud-Ouest, un temps fort de votre calendrier.
C’est toujours un moment de fierté car notre région a été précurseur en créant le premier Grand Prix d’une Fédération Régionale, à l’initiative par exemple de figures comme MM. Sémeillon père et Dumouch, mon prédécesseur à la région. Nous en sommes à la 44e édition.
Que dire des indicateurs sur votre région ?
On constate une légère érosion du nombre de partants mais moins sensible qu’ailleurs. Des réunions à faible nombre de partants, on n’en a pas eu beaucoup durant l’été. C’est aussi, peut-être, une conséquence de l’attractivité de notre région avec l’installation d’antennes régionales comme celles de Thierry Duvaldestin, Thomas Levesque. Les « Terry » sont là depuis un certain temps déjà.

Zoom sur Beaumont-de-Lomagne
En temps que président de Beaumont-de-Lomagne, Gérard Cazeneuve nous apprend : « J’ai la faiblesse de dire que Beaumont est un petit hippodrome qui joue dans la cour des grands. Recevoir un tel événement nous oblige à augmenter le plus possible notre capacité d’accueil. Nous installons des tables supplémentaires au restaurant par exemple. Il faut un plan B un peu partout avec le rôle essentiel des bénévoles. Je ne sais pas si tout le monde mesure l’importance du bénévolat dans nos institutions. »
Pour bien situer les choses, Beaumont-de-Lomagne est une petite ville de 3.600 habitants.

Des professionnels performants
Dans les courses, la région regorge de noms qui on su se faire une place à l'échelle nationale. Une figure comme Richard Denéchère a été relayée par Richard Westerink, Denis Brossard et d'autres. La montée en puissance de Yannick Henry depuis l'hiver dernier, et son premier succès classique avec Hastronaute dans le Critérium des 4 Ans (Gr.1), est plus qu'un symbole. Président du Comité régional du Trot, Bruno Muel constate : « Nous avons une génération de professionnels dynamiques dans la région, qui possèdent une préhension de la réalité différente de la mienne, au regard de mes responsabilité dans les instances, mais complémentaire. On a beaucoup de concurrence par rapport à il y a quelques années et ils se défendent très bien. Il ne faut pas oublier que nous sommes dans un métier de compétition et élitiste : il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. »

Un Grand Prix du Sud-Ouest et les figures régionales
Dimanche, parmi les figures régionales représentées au départ du 44e Grand Prix du Sud-Ouest, citons Jean-Pascal Bragato, Gérard Champié et Gérard Vigier parmi les propriétaires, Richard Westerink et Yves Hurel parmi les entraîneurs.

A voir aussi :
...
Coupe des Amateurs :
la finale des passionnés

C’est l’un des rendez-vous majeurs de la saison pour les amateurs. Après avoir gagné leurs billets lors des demi-finales la semaine dernière, quatorze amateurs disputent samedi à Vincennes le Prix Maurice Thévenon, la Finale de la ...

Lire la suite
...
Le Prix Jacques de Vaulogé,
un Critérium avant la lettre

Le Prix Jacques de Vaulogé est au menu des prétendants au Critérium des 3 Ans depuis les années 1930, honorant la mémoire d’une figure, normande, de l’institution des courses au trot, de la fin du dix-neuviè...

Lire la suite
...
Le Prix Jacques de Vaulogé,
un Critérium avant la lettre

Le Prix Jacques de Vaulogé est au menu des prétendants au Critérium des 3 Ans depuis les années 1930, honorant la mémoire d’une figure, normande, de l’institution des courses au trot, de la fin du dix-neuviè...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite